Ani

Administrators
  • Мнения

    271
  • Присъединил/а се

  • Последно посещение

Всичко публикувано от Ani

  1. Interprétations sur l’occultisme, le spiritisme, la théosophie, le mysticisme et le christianisme Si une Force qui existe dans la Nature n'entretient pas de rapport avec nos sens, elle ne peut pas interagir avec eux. Imaginez que vous vous trouvez parmi des gens aveugles et vous allumez une allumette. Est-ce que sa lumière existe pour eux? Non. Donc, toute Force qui existe dans notre Vie, si nous ne pouvons pas la percevoir, c’est-à-dire si on ne peut pas percevoir la Lumière de cette Force, nous ne pouvons pas la comprendre non plus. L’aveugle peut toucher l’allumette et dire: « C’est une allumette. » Il peut croire qu’il sait ce que c’est une allumette, mais en fait il n’a rien compris. C'est vrai que c’est une allumette, mais à l’intérieur elle a quelque chose de plus essentiel – la lumière. Si vos yeux peuvent percevoir la lumière, vous ouvrez un livre, vous lisez et vous comprenez ce qu’y est écrit. Ainsi, lorsque vous arrivez aux Forces occultes, chacune d’elles doit être mise en oeuvre. Un disciple qui a des doutes et qui dit : « Prouve que cette Force occulte existe vraiment ! », il n’est pas un disciple. À l’école d'occultisme, il n’y a pas de discussions ni de débats. Ce n’est pas une école pour mettre à l'épreuve des faits et des vérités. Nous ne nous occupons pas de vérités mortes, mais des vérités vivantes du monde. Le spiritisme symbolise le mouvement de l’Esprit. Il est l’embryon des choses qui n'a pas encore de forme. Pour comprendre le spiritisme, vous devez créer des conditions à cet embryon pour qu’il passe par toutes les phases de développement et de formation. Par conséquent, le spiritisme est une doctrine qui n'a pas encore de forme. La théosophie est une doctrine qui réconcilie les contradictions dans le monde. C’est une science de la réconciliation de l’homme et de la femme, rien de plus. En disant que l’homme doit se réconcilier avec la femme, je comprends que l’homme doit se réconcilier avec Dieu. Celui qui croit être un théosophe doit connaitre cette loi – comment se réconcilier avec son ennemi. Il existe une contradiction entre toi et Dieu – tu dois te réconcilier ! Si tu n’arrives pas à le faire, tu n’es pas un théosophe. Nous, les gens contemporains, avec notre esprit critique, nous ressemblons à ce tchorbadji bulgare qui était très avare. Il a appelé un tailleur pour lui faire des vêtements, mais comme il savait que les tailleurs avaient l’habitude de voler un peu d'étoffe, il est resté près de lui en l'observant, pour qu'il ne coupe pas un peu d'étoffe pour soi-même. Or le tailleur, en voyant cette belle étoffe a coupé un grand morceau et a dit : « C'est pour le Saint Nicolas » et il l’a jeté dehors. Le tchorbadji s’est écrié: « Mais que fais-tu?! » et il est sorti en courant pour récupérer l'étoffe. Pendant ce temps, le tailleur a coupé un autre morceau plus grand que le premier et l’a caché sous son siège. Donc, je dis que nous qui critiquons et prenons garde qu’on ne nous trompe pas, on est toujours trompé. Quelqu’un jettera un morceau pour le Saint Nicolas, et lorsqu’on ira le chercher, il cachera un autre plus grand morceau pour soi. Et nous croyons que personne ne nous a menti. Le mysticisme n’est pas une loi de l'ascension, mais de la descente. Le mystique ne s’élève pas, mais il se tourne vers Dieu en soi. Il est dangereux, car lors de la descente, il ne sait pas comment descendre et il risque de faire une chute et de s’estropier. À propos de l’occultisme : je le compare aux sciences naturelles contemporaines. L’occultisme est une science qui étudie les phénomènes de la Terre, ce qui est invisible, et non pas ce qui est visible. Il ne s’occupe pas des mondes sans formes. Ce qui a pris une forme, qui a du contenu et du sens fait l'objet de l’occultisme. Alors, où classerons-nous le christianisme ? Pensez-vous que c’est une science ? Question d’une sœur : Pourriez-vous expliquer si vous faites la différence entre le christianisme et l’occultisme ? Les paroles dans l’Évangile, est-ce la même doctrine que l’occultisme ? Étudiez la Nature telle quelle. En occultisme, il n’y a aucune morale. Il étudie les choses telles quelles – comme des faits purs. Question : Donc le christianisme est différent ? L’occultisme est une science qui vise les Forces de la nature, leur portée, leur fonctionnement et leur application. L’occultiste est un homme réaliste; il ne croit pas, mais il s'occupe de la Nature, des faits matériels. Le mystique vit toujours avec son cœur, il examine ses vibrations et tous les états par lesquels il passe. Du point de vue du christianisme, le mystique, le théosophe et le spiritiste peuvent être chrétiens. Cependant, si on considère le domaine de l’Esprit dans un sens large, dans ses différentes branches, c’est du spiritisme. Le danger du spiritisme consiste dans le fait que les gens possèdent d’autres inclinations qui peuvent leur nuire. Nous allons quand même laisser de côté ce que les critiques en disent. Le spiritisme représente un mouvement; la théosophie est une réconciliation des contradictions; le mysticisme est une descente ou encore c’est une loi du labeur, du travail; l’occultisme donne toutes les formes, par lesquelles on peut vivre sur Terre, il est la seule science qui nous apprend comment vivre et qui peut nous sauver de tous les malheurs; tandis que le christianisme est une science pour se libérer du karma, pour régler de vieilles dettes. Prenons le verset de l’Évangile qui dit que Christ a pris sur soi les péchés du monde - cela signifie qu’Il a réglé ses dettes. Qu'est-ce que le christianisme ? C’est savoir régler les dettes des gens. Et qui est en mesure de régler des dettes ? Seulement celui qui est riche. Donc, c'est l’homme riche qui peut être chrétien et non pas l'homme pauvre. Question : Et la promesse que Christ enrichit ? C’est un crédit accordé aux chrétiens, à ceux à qui le Christ a accordé un crédit. Ce sont des marchands qui payent à crédit. Les gens d'aujourd'hui sont des chrétiens, car Christ est chrétien. La théosophie réconcilie les sexes, tandis que le christianisme les rapproche et les unit. Le christianisme dans son sens intérieur est une science qui unit l’esprit et l’âme. Ce qu'on prêche aujourd'hui, ce n’est pas du christianisme, il doit subir une transformation. Si le christianisme correspondait à notre interprétation, aujourd'hui le monde aurait un autre visage. Mais nous laisserons cette question, car elle ne nous concerne pas. Maintenant, j'aimerais vous demander si vous avez appris ce que c’est la souffrance. C'est par là que nous allons commencer. Du point de vue de la souffrance, dans l'esprit de la souffrance, nous allons examiner toutes les autres sciences – la théosophie, le mysticisme, etc. au sujet desquels je vais vous donner une autre interprétation. La théosophie peut être examinée de sept façons différentes. L’occultisme et le mysticisme ont aussi un côté extérieur et un côté intérieur. La société théosophique d'aujourd'hui comprend seulement le côté extérieur – l’organisation. La théosophie prépare les formes qu'on peut appeler l'anatomie de la théosophie. La première phase de développement du christianisme est terminée et deux-mille ans plus tard, c'est l'anatomie du christianisme qui commence à se développer. Si le Fils vient du Père ou non, et combien d'autres débats semblables ont eu lieu aux conciles universels! Même aujourd'hui, le christianisme peut être illustrée par un chrétien qui vous demande : « Crois-tu aux trois visages de Dieu ? » - « J’y crois. » - « Alors, tu es chrétien ! » Mais je vais vous demander : « Toi qui crois aux trois visages de Dieu, qu'est-ce que tu comprends de cela ? » Je vais vous l’expliquer : le deuxième visage de Dieu est le visage de l’Amour. L’homme et la femme, ainsi que tous les gens doivent chercher ce deuxième visage – l’Amour. Et lorsqu’ils disent que Dieu a trois visages, les gens utilisent également des mots qu'ils ne comprennent pas eux-mêmes. Les grands Maitres, qui ont écrit sur la question, avaient une compréhension très claire à ce sujet, mais leurs disciples ont tordu la doctrine. Le spiritisme est lui aussi une doctrine qui provient de la Fraternité Blanche, mais les disciples l'ont faussé aussi. La théosophie est une autre doctrine envoyée des cieux que les disciples ont faussée. L’occultisme est une doctrine qui est donnée elle aussi par la Fraternité Blanche, mais tout comme ailleurs, on y retrouve des occultistes noirs et blancs. Le mysticisme est altéré aussi, le christianisme est altéré aussi. Je veux être clair: lorsqu’un curé ou un évêque met la soutane, l'épitrachelion et la couronne, célèbre le mariage de quelqu'un et dit : « Payez-moi », c'est un mage noir. Le mage blanc travaille sans être payé. Si une jeune femme se fait belle dans l’intention de séduire un jeune homme, elle aussi est un mage noir. Si un jeune homme met ses plus beaux vêtements pour séduire une jeune femme, il est un mage noir aussi. Si un homme de la loi ou un juge se servent de la loi pour accuser quelqu’un, ils sont des mages noirs aussi. Ainsi, tout comme les occultistes, les théosophes, les mystiques et les chrétiens doivent être divisés eux aussi en mages blancs et mages noirs. Quelqu’un dira: « Je suis théosophe. » Mais desquels – des blancs ou des noirs? – « Des blancs. » Alors, on peut s’entendre. – « Des noirs. » Je vais garder une opinion particulière. Que vous soyez spiritistes, théosophes, mystiques ou chrétiens, cela n'a aucune valeur, si vous êtes des mages noirs, car ces derniers sont nombreux dans le monde. Les vingt millions de victimes dans la guerre nous montrent ce qu'est le christianisme d'aujourd'hui. Je ne dis pas que c'est la faute du christianisme, mais c'est la faute des chrétiens noirs. Nous avons besoin d'une compréhension juste de l’occultisme: il faut descendre jusqu'au fond de la souffrance, où il n'y a pas de désunion, mais de l'union. Les pécheurs sont des pécheurs, car ils n’ont pas souffert, et les croyants sont croyants, car ils ont souffert. Si ce que je dis vous parait contradictoire, je vous dirai que Christ mentionne à un endroit qu'à la fin du siècle, il enverra les esprits vilains et leurs fils au fond de l'enfer pour souffrir. Pourquoi ? Justement parce qu’ils n’ont pas souffert. Les gens mauvais ne souffrent pas, c'est les bons qui souffrent. Vous avez travaillé et vous avez gagné de l’argent, mais le vilain vient vous le voler – il ne souffre pas. Si vous décidez de ne pas souffrir, savez-vous comment vous serez à mes yeux ? Je vais vous considérer comme des mages noirs. Pour ceux qui ne souffrent pas, il est écrit qu’à l’avenir ils iront à l'endroit des souffrances. Vous pouvez spéculer là-dessus autant que vous voulez, mais vous y serez. La première règle pour un disciple qui veut devenir occultiste est de ne pas croire que les autres étouffent son esprit, mais qu’il le fait tout seul. Car le monde est si grand qu’il y a de la place pour tout le monde. Ensuite, il ne doit pas croire que quelqu’un peut étouffer son coeur, car le monde des sentiments est si grand, qu’il y a de la place pour tout le monde. Autrement dit, la première règle dans cette étape de l'apprentissage est la souffrance. Il doit croire que personne ne peut influencer ni altérer son esprit; que personne ne peut non plus influencer son cœur, car le monde est grand. Vous n’arrivez pas à saisir cette idée, n’est-ce pas? Une idée peut être claire et avoir de l'impact seulement si nous nous mettons au même niveau que celui qui l'exprime. Comment agit la loi de l'expression ? Pour qu'une personne, qu'elle soit bonne ou mauvaise, puisse vous affecter, elle doit vous faire descendre à son niveau – c’est sa seule façon d'avoir de l'influence sur vous. Par conséquent, tant que vous gardez en tête le monde de l'Infini où agit la loi Divine, vous serez libres, sains et saufs; si vous pensez que quelqu'un peut vous influencer, vous êtes descendus plus bas de ce monde. Quand le serviteur croit que son maitre lui impose des limites, il se limite tout seul par cette idée. Vous marchez dans les rues les habits déchirés, vous croisez un noble ou un riche que vous connaissez, mais il passe sans vous saluer et vous vous dites : « On ne me salue pas, car je suis pauvre ». Je vous demande, en vous saluant, va-t-il vous transmettre quelque chose ? Rien du tout, il va juste vous chatouiller un peu. Si quelqu’un pose son regard sur vous et vous sourit, qu’allez-vous gagner de ce sourire ? Rien, car ce sont les illusions du mage noir. Quand un homme sourit, il doit ressentir jusqu'au fond de son âme que Dieu est présent à cet instant. Qu'est-ce qu'on entend par sourire ? – Quand nous sourions, nous devons être contents de notre sourire. Si les gens se réjouissent de notre sourire ou non, ce n’est pas important – c'est nous qui devons être contents de notre sourire. Même quand on fronce les sourcils, la même loi doit agir. À l’école d'occultisme, même quand on fronce les sourcils, cela doit se faire par toutes les règles, et tu dois sentir également dans ce geste la présence de Dieu. Que pensez-vous, si je vois quelqu’un qui est pendu, est-ce que je vais sourire ? Non, je froncerai les sourcils, j'appellerai Dieu et les Anges et je dirai que ce qui se passe n’est pas juste – non pas que le fait n’est pas réel, mais que ces gens-là ont mal compris la loi Divine. Ils ont condamné cet homme selon un certain article d'une certaine loi – mais, dites-moi s'il vous plait, où est le sérieux de cette loi et de toutes les lois en général ?! Elles doivent être éternelles, immuables. En occultisme, on peut punir un homme, mais seulement lorsque c'est lui qui le demande, il doit tout seul faire la demande d'être puni. C’est la loi de l’occultisme. Je vais ajouter une idée: certains disent que nous ne devons pas torturer les animaux, mais savez-vous que beaucoup d'animaux veulent eux-mêmes être torturés pour s'élever ? Donc, lorsqu’on dit de ne pas torturer les animaux, on doit comprendre qu'il ne faut pas torturer ceux d'entre eux qui ne veulent pas être torturés. Cependant, pour ceux qui veulent être torturés et nous ne le faisons pas, nous ralentissons leur évolution. Beaucoup sont les poules que vous avez mangées et qui ont progressé, mais vous ne progressez pas. Donc, il faudra dire à la poule qui veut être torturée pour progresser : « Je suis désolé, je ne peux pas t’égorger, parce que je ne veux pas m'arrêter sur le chemin de mon évolution, mais puisque tu veux absolument progresser, trouve quelqu’un d’autre pour t’égorger et te manger. » Une fois entré à l'école d'occultisme, un élève n’a pas le droit de faire souffrir qui que ce soit. Il a droit de causer de la souffrance, mais seulement à soi-même – de descendre jusqu'au fond de la souffrance et de l’essayer, et à son retour sur Terre, de travailler selon la loi qu’il a apprise. Pour cela, je dis qu’il ne faut pas vous torturer les uns les autres. Un ami m’a raconté une histoire drôle qui lui est arrivé: il était très sensible et son âme avait de bonnes impulsions, il voulait bien vivre avec les gens, mais au retour de l'étranger, il a rencontré des Bulgares qui ont commencé à se moquer de lui. Du coup, il a essayé de trouver un moyen pour garder son calme. Pour ce faire, il a payé deux charretiers pour l’insulter : il s’asseyait avec eux et il subissait toutes leurs insultes dans l’espoir de pouvoir endurer ensuite les insultes des autres. Mais au bout de quelques jours, il s’est dit : « Mais pourquoi donc je paye des charretiers pour m’insulter, quand la société est pleine de charretiers ?! Ceux-là je les paie, tandis que les autres le feront gratuitement. » Tous les désagréments qui surviennent parmi vous d’après l’école d'occultisme ne sont que du bien. Quand vous avez des ennuis, tâchez de les résoudre, mais pas de façon artificielle. Il m'arrive de voir deux personnes se mettre ensemble, s’embrasser et dire : « Faisons la paix ! », mais dès qu’ils sortent dehors, ils continuent de médire à propos de l'autre. Ce n’est pas un moyen de réconciliation. La réconciliation doit se produire à l’intérieur de vous-mêmes. En descendant jusqu'au fond de la souffrance, êtes-vous prêts à dire: « Le monde est grand pour mon esprit et mon coeur, je vais accepter la souffrance dans toutes ses formes » ? C’est le moment psychique le plus important. Au retour à la maison, je veux que tous les élèves créent une atmosphère agréable. Ce soir est le dernier jeudi soir. Commentaire: Nous avons encore un jeudi. Alors jeudi prochain est le dernier soir. Je ne reçois plus de visite. C'est la tradition chez les Bédouins : vous pouvez rester chez eux en tant qu'invité pendant trois jours, mais le quatrième jour ils vous donneront du travail à faire – vous devriez soit travailler dans les champs, soit vous occuper d'une vache. Je trouve que cette règle est parfaite. À celui qui reste dans notre École, on lui trouvera du travail – soit qu'on l'envoie travailler au vignoble, soit qu'on lui confie une vache, soit qu'il travaille comme scribe, soit qu'il travaille comme huissier (oui, il y aura aussi des huissiers). Ensuite, une autre règle : ce qui est dit ici, à l’École, je ne veux pas qu'on en parle à l’extérieur ! Vous pouvez le faire, mais je ne serai plus responsable des conséquences. Tant que vous n'avez pas essayé une doctrine, n'en parlez pas à l’extérieur. Sinon, ce sera la plus grande bêtise que vous pourrez faire. Mettez-la à l'essai, car vous ne savez pas encore si elle est vraie. En Angleterre, il y a une commission d’experts qui vérifie les articles que les fabricants produisent et que les commerçants vendent. Les fabricants et les commerçants ont le droit de vendre ou d'exporter leurs produits en Angleterre ou à l'étranger seulement si le sceau de cette vérification a été apposé. Vous êtes des vendeurs au détail d'une marchandise qui n'est pas vérifiée, et moi je n’aime pas ces vendeurs. Toute chose doit être vérifiée. Voici un exemple pour la première tâche à accomplir dans ce sens que je vais donner aux femmes : disons que vous avez une fille que vous n'aimez pas, faites en sorte que vous l'aimiez. Ou bien votre mari n'est pas croyant - c’est une tâche à résoudre. Quelqu'un parmi vous est pauvre, un autre est malade - vous devez faire le nécessaire. Quelqu'un a des tumeurs dans l'estomac – s’il ne les enlève pas, elles vont le détruire. Chaque maladie se forme par des êtres qui habitent en nous. Chaque maladie se forme sur les plans psychologique et organique par l’intervention monstrueuse de ces êtres. Lorsqu’un tel être s'installe dans notre organisme, vous devez appliquer la même loi : sa visite peut durer seulement trois jours, car si vous le laissez plus longtemps, il prendra racine, produira des tumeurs, accumulera du sang et vous mourrez, et les autres diront : « Que Dieu lui pardonne. » Dieu ne pardonne pas à ces gens-là. Il pardonne seulement si les gens ne sont pas des voleurs et des menteurs. Quelqu’un viendra ici pour prendre quelque chose et la tourner ensuite contre moi. Malheur à celui qui fera cela! La malédiction sera sur lui non pas sur quatre, mais sur mille générations après lui. Telle est la grande loi Divine, la Vérité Divine : « Quiconque parlera contre le Saint-Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir. » Tout ce que vous apprendrez ici est une grande Vérité que vous devez appliquer dans votre Vie et vous devez être sincères avec vous-mêmes lors de son application. Sincères non pas avec moi, mais avec votre Seigneur, votre raison et votre cœur, avec votre esprit et votre âme dans toutes leurs impulsions. Vous devez avoir les pieds sur terre ! Ne dites pas demain : « Deunov veut nous hypnotiser et nous manipuler. » Je n’ai pas l’intention de vous manipuler, car au moment même où je voudrais le faire, je serais un démon, la tête en bas. Et même vous, si vous vouliez me manipuler, vous auriez la tête en bas – c'est la doctrine Divine. Que ce soit clair: dorénavant, vous vivrez sur terre pendant des milliers d'années et dans chaque école d'occultisme où vous entrerez pour apprendre le chemin de votre évolution, on vous donnera toujours des règles. Si vous n’acceptez pas la souffrance comme un facteur dans votre future existence, vous allez errer dans le monde, sans comprendre le sens intérieur de la Vie. La souffrance fera de vous tous des héros. Je veux que vous soyez des héros, que vous n’ayez pas peur! Cependant, si vous ne souffrez pas, vous aurez peur, vous ne serez pas des héros. Je ne veux pas utiliser la phrase « N’ayez pas peur », mais j'utiliserais plutôt une autre : « Souffrez ! » Acceptez la souffrance, car elle vous est donnée par le monde Invisible. Ne vous forcez jamais. Certains d'entre vous, même s'ils le veulent, ne sont pas nés pour souffrir. Ceux qui m’écoutent ne souffriront pas tous; vous n’êtes pas tous des héros, et la souffrance viendra chercher les héros. Elle passera à côté de certains d'entre vous et dira : « Allez, on va laisser ça pour une autre fois. » Celui qui souffre doit considérer la souffrance comme un privilège. Et la première chose que vous ressentirez lorsque vous commencerez votre descente vers le fond de la souffrance sera le silence. Vous pénètrerez l'âme de chaque être souffrant, vous commencerez à comprendre sa souffrance et vous vous direz : « Ma compréhension du monde a été injuste jusqu'à présent. » La compassion naitra en vous pour tous les êtres qui souffrent et depuis l'endroit où vous êtes descendus, vous aurez envie d'élever les autres ou au moins de soulager leur souffrance. Celui qui n'a pas compris la souffrance, il met les autres sous ses pieds, monte sur eux et dit: « Toi, tu descends, et moi, je vais monter! » La doctrine que Christ enseignait est de sentir que tous les êtres souffrent. C'est ce que comprend le Grand christianisme. Lorsqu'on sortira de la souffrance, nous aurons d'autres méthodes pour apprendre à transformer et à utiliser les Forces occultes. Si vous acceptez la souffrance, la Lumière viendra en vous de l'intérieur, c’est-à-dire que l’Esprit Divin qui est en vous se réveillera et élèvera les vibrations de votre cerveau et de votre cœur. Les cellules de votre cerveau et de votre cœur subiront une transformation organique, ce qui changera aussi l'état de votre raison et de votre cœur. Le mot cellule a une double signification. L’expression bulgare il est misérable* signifie il est malheureux, mais veut dire aussi il est attaché. Cependant, la conscience de chaque cellule est limitée. Il y a beaucoup de cellules dans notre conscience qui ne sont pas contentes de leur situation. Et quand des millions de cellules mécontentes se mettent ensemble, nous sommes indisposés. La première chose que nous devons faire est de rééduquer les cellules de notre cerveau, de notre cœur et de notre estomac. Nous pouvons très facilement rééduquer nos cellules, mais cette rééducation se réalise lorsqu'on descend jusqu'au fond de la souffrance qui est la base de la Vie. De là, l’Esprit Divin nous soulèvera, nous monterons sur les ailes de la Sagesse Divine, et lorsque l’Amour Divin pénètrera notre âme, il y apportera de l'inspiration. Alors les Anges de la Vie nous soutiendront dans l'ascension de notre évolution et nous sortirons du fond de la souffrance. Pourquoi Christ est ressuscité? Parce que Celui qui était en haut est descendu en bas et L’a ressuscité. Dieu se trouve à la fois au Ciel et dans l’enfer. Celui qui va en haut auprès de Dieu, Dieu l’envoie en bas, et celui va en bas, Dieu l’envoie en haut. Tous les prêtres chrétiens de nos jours disent que vous devez aller en haut au Ciel, auprès de Dieu, et moi, je dis que vous irez en haut pour que Dieu vous envoie en bas. Vous tous qui m’écoutez, vous êtes de ceux qui aiment la voie facile. Il n'y a pas de voie facile dans le monde, il y a une Voie étroite. Une autre chose que les élèves doivent apprendre est la résignation. Il ne s'agit pas d'être indifférent, mais de descendre jusqu'au fond, d’oublier ce que les gens pensent de vous et de ressentir seulement votre propre souffrance. Ce sont les quelques règles pratiques sur lesquelles vous devez réfléchir et que vous devez essayer d'appliquer, sans faire d'effort artificiel sur vous-mêmes. Une autre fois, quand j’aurai l’occasion, je vous parlerai sur l’origine du péché – comment est entré le mal dans le monde. Il était un temps où nous n'étions pas comme aujourd'hui. Quelles sont les raisons de notre déchéance ? À présent, la bonne personne n'existe pas dans le monde; celui qui pleure, celui qui rit, celui qui dit de bonnes choses et celui qui parle mal – ils sont tous pareils en quelque sorte. Quand ils voient un riche marchand de fourrures, tout le monde l'envie, sans savoir que sa situation est bâtie sur les peaux des milliers de moutons qu’il a dépouillés. Le marchand dit : « C’est ma marchandise, je l'ai gagnée moi même. » Je lui réponds : « Tu es un vrai voleur et tu mens, car tu as gagné ta richesse sur le dos des animaux que tu as dépouillés. » Quelqu’un dira : « C’est ma maison, c’est moi qui l’ai construite de mes propres mains. » Je réponds : tu l’a bâtie sur le dos de tellement de gens que tu as dépouillés. » Quelqu’un dira: « C’est mon corps à moi. » Pardonne-moi, mais il n'est pas le tien. Car, pour maintenir un corps humain, savez-vous combien d’êtres souffrent, combien de mères, de pères, de frères et de sœurs ont donné leur vie pour lui ! Pour cela, vous n’avez pas le droit de penser que ce que vous avez est à vous. D’après le christianisme, la première chose dont vous devez tenir compte est d'admettre que tout ce que vous possédez n’est pas à vous, mais Dieu. Lorsque certains médisent de moi, je dis : « Écoutez, ce que je dis n’est pas à moi, je ne défends pas ma propriété ! » Ce Dieu que je connais est très bon, mais à la fois il est très méchant. Il est si bon, qu’il n’existe pas de meilleur que Lui lorsqu'on fait Sa Volonté, et il n'y a pas de plus méchant que Lui, lorsqu’on ne fait pas Sa Volonté et on fait du mal. Dès qu'on dit que ce corps est à nous, on attire la malédiction sur nous-mêmes, sur nos enfants, sur tous. Tu dois dire : « Seigneur, nous Te remercions de nous avoir mis dans ce corps qui est le Tien ! » Ainsi doivent penser tous. D’autre part, aujourd'hui nous nous disputons comme des chiffonniers et nous disons: « Va-t-en ! » Il ne faut pas s'en aller. Je dis souvent que je suis prêt à prendre du recul, si je suis la cause de vos souffrances. Mais vous donner mon corps - cela, je ne ferai pas. Il n’est ni à moi ni à vous – je vais le confier à son Maitre. Mon esprit, mon cœur, je vais les confier à Lui, vous ne pouvez pas être leurs maitres. C'est une chose que doit savoir chaque élève qui étudie l’occultisme, la théosophie, le spiritisme, le mysticisme, le christianisme, car ces appellations expriment le même but et représentent la vie Divine qui se manifeste. L’état d'esprit est différent de l’état d'âme. Ce sont cinq états différents. La volonté, le cœur, la raison, l'âme, l'esprit nous sont familiers. Ce que nous savons est que nous souffrons. Nous ressentons certaines transformations : parfois, nos pensées sont claires, et parfois elles sont sombres; parfois notre raison est claire, parfois elle est sombre; parfois nos sentiments sont clairs, parfois ils sont sombres; parfois nous avons de l'énergie, parfois nous n'en avons pas. Certains disent : « Nous avons une âme », mais qu'est-ce que l’âme ? Ce que nous ressentons maintenant n’est que la manifestation de l’âme. La première chose que je veux est d'apaiser la mer agitée en vous pour que vous soyez tranquilles et calmes. Nous vivons aujourd'hui dans une société et dans un régime où nous avons besoin de travailleurs pour sauver les sinistrés. Car beaucoup d’édifices s'écrouleront et beaucoup d’âmes ensevelies sous les ruines de la matière effondrée devront être sorties de là. Mon désir est de vous sauver de vos maisons détruites. Derrière chacune de vos indispositions psychiques, je vois une poutre vermoulue qui a succombé. L’envie, la haine et toutes les qualités négatives de la sorte, ce sont des poutres qui ont succombé dans votre édifice – le corps. Je vous regarde maintenant et je me demande si vous savez à quoi vous me faites penser. À des enfants qui sont affamés et qui sentent l’odeur du repas, mais puisque le maitre continue sa leçon, ils se disent : « Espérons qu’il va bientôt terminer pour qu’on puisse aller manger ! » Ou encore : « Maitre, ne nous parle pas, mais donne-nous à manger ! » Votre compréhension est juste - vous devez manger. Si vous m’écoutez, la table sera servie pour vous, je vous donnerai à manger; si vous ne m’écoutez pas, il n’y aura pas de repas. Lorsque vous recevez un invité, vous ne lui offrez qu'une petite pâtisserie et de l’eau, après quoi vous lui dites au revoir; vous mettez la table et vous donnez à manger seulement à celui qui a labouré vos champs. Quand vous recevez de la visite d'une personne qui vous tient à coeur ou d'un ami qui mérite votre attention, vous les régalez d’un bon repas, et que signifie cela ? Cela signifie qu’il a labouré longtemps vos champs. Je vais voir maintenant pour qui je vais mettre la table. À celui qui n’a pas travaillé pour moi, je lui offrirai une pâtisserie et de l’eau, et à celui qui a travaillé, je vais le régaler comme un roi et je vais le servir à table moi même. Et ce soir, on a eu une autre personne qui a compris la loi de la souffrance. Deux jeudis, deux personnes. Comptez le nombre de personnes ici et nous verrons ensuite comment cette loi fonctionne. Sofia, le 12 février 1920, 19 heures *misérable: en bulgare, les mots « cellule » - « kletka», et « misérable » - « klet » ont la même racine
  2. L'invitation de Jésus « Jésus avait aussi été invité au mariage avec ses disciples. » Jean 2 : 2 Il n'y a pas de doute, les fêtes les plus plaisantes, les plus solennelles sur Terre sont celles des noces. Je voudrais éclaircir un peu le principe intérieur, la signification intérieure du mariage, car dans votre esprit il a un tout autre sens. D'après vous, le mariage signifie une union, un mariage entre deux personnes – homme et femme, qui tout d’abord ont été fiancés par le curé, qui fait quelques prières, à la suite de quoi les invités mangent et boivent. Ces fêtes continuent un, deux jours, les invités s'en vont et les nouveaux mariés restent tous seuls. C'est le côté extérieur du mariage que vous connaissez bien. Mais par le mot mariage dans un sens profond, on entend le commencement d'une nouvelle Vie. Ce mot provient du vieux sanscrit, d'une racine qui signifie « ce qui se passe et se réalise comme une Vie consciente. » Le mariage est un procès qui conduit l'homme d'un état pour l'emmener dans un autre état, c'est-à-dire sortir d'une vie pour aller dans une autre vie, où les anciennes idées sont délaissées et la vie continue avec de nouvelles idées. Remarquez qu'à ce mariage ont été invités Jésus et Ses disciples, ainsi un des plus grands Maitres y était présent. Ce mariage est devenu un principe qui détermine désormais comment doivent être et comment doivent se passer les noces. Dans l'avenir, Jésus et ses disciples doivent être présents à chaque mariage, mais non pas Jésus comme personne, mais Sa Doctrine. Je ne vais pas m'arrêter pour expliquer en quoi consiste la doctrine de Christ, car elle peut s'exprimer en deux grandes lois: aime ton Dieu de toute ton âme, cœur, esprit et volonté; aime ton proche comme soi-même. Je ne vais pas vous expliquer ce qu'est l'Amour. Je vais brièvement résumer ce que j'ai dit aux conférences du jeudi. Ayez en vue deux choses : lorsque vous écoutez les paroles de quelqu'un, vous devez tourner votre oreille de façon à ce que vous compreniez les mots et non seulement les entendre, et deuxièmement, votre esprit doit être concentré de façon à ce que vous puissiez saisir le sens des mots, et non seulement les comprendre, car chaque mot contient en soi une certaine Puissance. C'est pourquoi Jésus dit que chaque puissance Divine est un début d'une Vie nouvelle, autrement dit la Nouvelle vie commence par les paroles de Dieu, et non seulement par la Parole. Avant de continuer, je vais vous expliquer les méthodes de travail dans la médecine contemporaine. Elle se sert principalement de deux méthodes – allopathique et homéopathique. La première méthode recommande des médicaments forts qui sont très amers; la deuxième méthode recommande des médicaments plutôt sucrés, et si ce n'est pas possible, de couvrir la pilule d'une couche sucrée. Le monde contemporain est allopathique, mais les gens sont tellement rusés qu’ils mettent une couche sucrée sur les choses de la vie. Le mode de guérison de Dieu est inverse: les pilules sont amères de l'extérieur et sucrées à l'intérieur. Ainsi, le traitement dans la Vie se fait de deux façons : un homme est guéri parfois avec des paroles amères, parfois – avec des paroles douces. J'ai en vue la réalité de la vie sociale et de la Nature. Cependant, certaines personnes ne réagissent ni aux remèdes amers ni aux remèdes doux, car ils n'ont pas compris les conditions dans lesquelles ces remèdes peuvent les aider. N'oubliez pas que les choses dans le monde sont définies d'une précision mathématique. Comme il y a un temps donné pour planter, ainsi il y a un temps donné pour la guérison. C’est un principe Divin, une loi Divine qui est vraie par rapport à ceux qui veulent étudier la doctrine de Christ dans le but d'améliorer leur vie, car c'est une Doctrine de la Vie. L'élève va à l’école pour acquérir des connaissances qu'il doit appliquer en sortant de l'école. Pour la même raison, je voudrais moi aussi que vous appliquiez la doctrine de Christ dans votre vie. Vous pouvez avoir beaucoup de désirs d'acquérir des connaissances ou des richesses. Cela nous réserve l'avenir et ce qui compte pour le moment, c'est d'utiliser la doctrine de Christ d'une façon plus sage. Dans le vers qu'on vient de lire, il est dit que Jésus et Ses disciples sont invités au mariage. Cela montre la prise de conscience des nouveaux mariés que sans Jésus, quelque chose d'important manquerait au mariage. Faites la même chose vous aussi: au début de chaque projet, faites appel à Christ. Vous vous direz : « Et pourquoi pas quelqu'un d'autre ? » D'accord, mais il doit avoir en soi les deux principes – amour pour Dieu et amour pour son proche. L'amour pour Dieu et pour son proche n'est pas un sentiment ordinaire, c'est un élargissement. Aimer Dieu et son proche, cela veut dire leur donner une de ses chambres. Tu demanderas : « Et moi, j'habiterai où? » Tu habiteras ta volonté, Dieu habitera ton coeur, et ton proche habitera ton esprit. Tu ne peux pas aimer ton proche, tant que tu ne penses pas à lui, c'est pour cela que tu dois le garder dans ton esprit, et Dieu - dans ton cœur. Ces deux personnes seront tes invités, et toi tu vas travailler pour eux, c'est-à-dire qu'ils seront tes maitres, et tu seras leur élève. Dieu qui est dans ton cœur, c'est Jésus, tes proches sont Ses disciples, et tu seras un des invités au mariage. En sachant cela, vous pourrez bien utiliser votre esprit. En étudiant l'œuvre d'un grand poète ou écrivain, en écoutant une œuvre musicale, en observant la peinture d'un peintre éminent, votre esprit doit saisir ces choses, car ce sont vos maitres, vos proches et vous devez apprendre d'eux, le principe Divin étant dans votre coeur. Le mariage est le début d'une nouvelle Vie. Le jeune homme et la jeune fille sortent de la maison de leur père et commencent une nouvelle vie autonome et c'est une analogie que vous pouvez appliquer partout dans la Vie. Les élèves et les maitres vont à l'école et commencent une nouvelle vie; cela concerne les bons maitres. D'habitude, il y a trois types d'invités au mariage: les simples spectateurs, les invités et les proches des nouveaux mariés. À l'église, les simples spectateurs sont les catéchumènes, les invités sont les croyants, et les proches sont les disciples. De la même façon, vous devez organiser vos pensées en catégories, autrement dit, vous devez mettre à la bonne place chaque pensée. Dans le monde, il y a trois types d'idées: celles qui proviennent de Dieu ou les idées Divines, les idées de nos proches et nos propres pensées. Les pensées peuvent venir du monde, des Anges ou du monde Divin. Pour cela, vous devez apprendre à reconnaitre l'origine des idées, pour ne pas vous tromper dans vos actes. Vous n'êtes pas libres par rapport à l'environnement et vous acceptez ses idées. Lorsque vous comparez les trois types d’idées, vous pourrez reconnaitre leur vraie nature, vous pourrez les combattre et évoluer correctement. Une autre chose importante est que le mariage est un lieu de travail. Lorsque vous commencez un travail, vous devez être à un mariage. Hors du mariage, vous allez ressentir chaque travail comme labeur ou torture. Les invités du mariage sont toujours joyeux. Lorsque vous voulez travailler dans ce monde, vous devez imaginer que vous êtes à un mariage Divin ou à l'époque d'une nouvelle Vie – c'est la seule voie de salut pour l'âme. Par la même loi, on crée une culture, une religion ou toute autre chose. La chose que vous devez éviter lors d'un mariage, c'est votre avarice que vous ne devez pas laisser en liberté. Un Ange était envoyé par Dieu pour le représenter à un mariage, mais il est tombé amoureux de la princesse qui était la nouvelle mariée et il a voulu l'emmener. Lorsque vous assistez à un mariage, ne désirez jamais la place de la mariée ni la mariée elle-même, car c'est à l'origine de tous les différends et de la déchéance. Entre vous, je vois des échecs, des différends, des disputes, car vous voulez prendre la place de la princesse, la mariée. Vous dites : « Nous voulons être à sa place ! » Oui, vous pouvez l'être, mais dans un futur lointain, pour l'instant vous êtes des invités. Être invité veut dire travailler. Christ était présent à ce mariage pour bénir les nouveaux mariés. Lorsque vous prenez la décision d'entrer dans une nouvelle Vie, c'est-à-dire de vous marier, vous devez unir l'esprit qui est le jeune homme avec le cœur qui est la jeune femme. Si vous voulez que votre mariage se fasse selon toutes les règles Divines, selon toutes les unions Divines, il est obligatoire d'avoir le principe Divin en vous. Que pensez-vous, est-ce un mariage si la mariée, en entrant dans la maison, se mettait à chasser la belle-mère, les sœurs, les frères et les proches du jeune homme? Si vous faites la volonté de Dieu, votre âme s'élèvera et aura de l'espace. Pécher ou faire du bien, c'est pour vous - chaque personne s'élève selon ses propres actes. Si vous respectez ce principe Divin – d'unir votre esprit et votre cœur, vous aurez en vous le Christ et Ses disciples. Alors, en appliquant la Doctrine de Christ, vous comprendrez la vie Divine qui est présente dans la Nature et vous saurez comment instruire vos proches. Car les fils et les filles que vous mettrez au monde vont passer par ce mariage. Ainsi, j'explique pourquoi de bons fils et filles sont nés. Si le mariage n'est pas un mariage, mais une querelle, alors les fils et les filles qui vont naitre seront mauvais. Lorsqu'il vous vient en tête une idée ou un désir, ils vont dépendre entièrement de l'état de votre esprit et de votre cœur. Votre pensée sera en fonction du rapport entre eux. Si l'esprit est dépravé, la pensée sera la même; si le cœur est dépravé, votre désir le sera aussi. Ne croyez pas que les idées et les désirs sont des choses fantastiques – ils ont leur propre visage et leur propre corps, et ils vivent leur propre vie. De ces mêmes pensées et désirs seront tissés à l'avenir votre cerveau, vos poumons blancs, l'estomac, etc. Certains demandent: « Pourquoi bien penser ? » Pour pouvoir tisser à l'avenir un nouvel habit. Donc, nous sommes en train de préparer un nouvel habit que nous mettrons sur notre corps Spirituel. Ainsi, la Doctrine de Christ n'est pas une doctrine des formes par lesquelles nous pouvons appartenir à une église ou investir notre argent dans une banque, mais c'est une doctrine de l'initiative personnelle. Personne ne peut penser, ressentir ou agir à votre place. Vous penserez, agirez et ressentirez pour vous-mêmes. Si vos pensées, vos actions et vos sentiments sont bons, vous aurez la bénédiction Divine. Lorsque vous unirez votre Vie à ce principe Divin, vous pourrez redresser beaucoup de malheurs qui croisent votre chemin. Nous devons trouver un moyen d'améliorer notre vie et chacun cherche un tel moyen. Si vous êtes un pépin de pomme, vous prierez Dieu de vous donner toutes les conditions pour grandir et ensuite pour se développer. Si vous êtes à la place d'une âme humaine, vous exigerez des conditions favorables pour votre développement. Ce qui souffre et soupire en nous, c'est notre âme qui est enfermée. Souvent, nous voulons éliminer les souffrances. On ne doit pas éliminer les souffrances, mais les transformer en Joie. Des transformations peuvent se faire partout dans la Nature. Par exemple, le charbon peut se transformer dans des conditions spécifiques en diamant, le diamant peut se transformer en pépin, le pépin - en arbre, et l'arbre - en charbon. Jésus est venu au mariage pour montrer aux jeunes mariés comment vivre. Vous vous êtes tous mariés et vous savez que le temps avant le mariage est très agréable avec tous les rêves et fantaisies qui comblent votre esprit. Après le mariage, tout le monde dit : « La belle vie est avant les fiançailles. » Le jeune homme et la jeune femme sont parfaits, mais aussitôt qu'ils se marient, cela passe et pour cette raison les gens disent : « Ça ne vaut pas la peine de se marier. » Effectivement, ça ne vaut pas la peine de se marier, car ce n'est pas un mariage, mais une dispute. D'après moi, l'esprit qui se marie avec le coeur doit être sain et loin de toute maladie. Le cœur qui se marie avec l'esprit doit être sain, pur. Si c'est le cas, alors nos pensées et désirs, par la même loi, doivent être sains et purs. Je sais que vous qui m'écoutez, vous avez le cœur et l'esprit troublés. Pourquoi ? Parce que cette loi essentielle a été violée. Lorsque le Christianisme nous enseigne que nous devons retourner auprès de Dieu, cela veut dire que nous devons retourner au Paradis, dans cet environnement primitif qui crée des conditions pour vivre sagement en paix. Pour avoir ces conditions, cela ne prend pas des siècles - dans un moment donné, tu peux devenir bon et dans un autre, tu peux devenir mauvais. Lorsqu'on dit d'une personne qu'elle est née bonne ou mauvaise, ce n'est pas vrai. On peut être né dans le Bien ou dans le mal, mais ce qui compte, c'est notre état au moment de nos actions. Tu peux être très méchant, mais au moment où tu arrêtes de faire du mal, tu deviens bon, et vice versa. Ainsi, Dieu juge de nous selon le moment où on agit. Un moment donné définit comment nous étions dans le passé et comment nous serons à l'avenir. Le moment où tu fais du mal montre que tu étais comme cela dans le passé, mais c'est un reflet du passé. Quelqu'un dira : « Pour l'instant, je suis méchant, mais à l'avenir je serai bon. » Non, change tes actions dès maintenant! Tu dois arrêter d'être méchant, et cela veut dire de faire appel au Bien de ton passé. C'est le premier principe que le Christ a suggéré aux jeunes mariés. Il leur a commandé de s'aimer. L'amour n'est rien d'autre que d'accepter le Bien, planter et donner vie au Bien dans notre Vie. Je vous parle du mariage, car nombreux sont ceux qui promettent l'impossible. Des promesses pour le futur – ce ne sont que de veines paroles. Dans l'économie de Dieu, il n'y a rien à prévoir. Dieu a prévu tout le Bien pour ceux qui font du Bien. Ceux dont les actions ne sont pas bonnes, c'est le malheur qui les attend. Les uns comme les autres vont subir les conséquences par la grande loi. Et ce n'est pas parce que Dieu veut les punir, mais parce que les conséquences sont le fruit de nos propres actions et pour cela nous ne pouvons pas les éviter. En ce qui concerne la science et la culture, il faut tout d'abord créer une vie morale, c'est-à-dire que le cœur doit se préparer, pour que l'esprit puisse saisir ses désirs et les transformer en pensées. C'est un fait. Par exemple, en Amérique on constate que si les femmes de certains hommes sont bonnes, ces derniers deviennent des prêtres; et vice versa, les hommes dont les femmes sont mauvaises se retrouvent dans un état très inférieur. Si votre raison est bien développée, mais le coeur ne convient pas, il entraine la raison à un niveau plus bas. Pour cette raison, Dieu doit vivre dans votre cœur pour le transformer – ne permettez à personne d'autre de changer votre cœur. On dit souvent d'un homme qu'il a changé le coeur de sa femme. Dans le monde, il n'y a que des changements de coeur qui font souffrir tout le monde. Ce changement est comme le mouvement de la roue. À ces noces ont été donnés des principes de base pour que chaque personne puisse élever et anoblir son âme. Souvent, certains pleurent pour des fautes du passé, parce qu'ils étaient de grands pécheurs, parce qu'ils avaient une mauvaise attitude envers leur mère. Aujourd'hui, on leur donne de meilleures conditions de vie et de travail, mais ils refusent en disant : « Nous avons péché et nous pécherons encore. » Tu es un homme et tu peux changer les actes de la loi, car ces actes sont semblables aux mouvements de la roue qui tourne mécaniquement et seulement en deux directions – de droite à gauche et de gauche à droite. De la même façon, notre Vie telle qu'elle a été créée peut tourner dans ces deux directions. Dans ce cas, si tu n'avances pas dans une direction, tu iras dans l'autre direction. On voit la même chose dans un moulin : ses deux roues tournent dans des directions opposées, mais le résultat est le même. À présent, ta roue tourne de droite à gauche ou dans la direction opposée et tu demandes: « Puis-je être bon? » Demande au meunier, il te répondra. Ces roues peuvent tourner des deux façons et écraser les hommes. Lorsque vous allez à un mariage, vous devez donner une forme à votre langue. C'est toute une science de connaitre le caractère, les mœurs et les coutumes de la langue et de ses actes. La personne qui a la plus grande volonté est celle qui maitrise sa langue. Parfois, vous voulez dire quelque chose à quelqu'un juste pour lui montrer que vous avez des connaissances sur le sujet. Mais quel est le résultat? Au lieu de régler un problème, vous compliquez davantage la situation. Sachez que toutes les mauvaises paroles se disent en dehors du mariage, car là où il n'y a pas de mariage, il y a une dispute. Lorsque tu as de mauvaises idées en tête, tu dois savoir que tu n'es pas au mariage et le Christ n'est pas avec toi. Si tes pensées sont bonnes, tu es au mariage avec le Christ et ses disciples. Chaque jour tu peux être aux noces avec le Christ et ses disciples. Pour moi, c'est un principe de base et je ne tiens pas compte des interprétations dogmatiques de l'église. Je parle de l'énergie qui circule dans la Vie. La Terre s'approche graduellement du Soleil, mais si lentement qu'elle y arrivera et verra ce qu'est le Soleil seulement dans des millions d'années. Pour le moment, tout le monde peut avoir les éléments du Soleil – la lumière et la chaleur. Quelqu'un pourrait te demander : « As-tu vu le Soleil, sais-tu comment il est? » Non, mais je connais ses éléments. Quelqu'un te demande : « As-tu vu le Christ et Ses disciples ? » Non, mais je connais deux choses, deux principes Divins, à savoir l'Amour et la Sagesse Divins qui pénètrent mon esprit, ainsi que les esprits de tout le monde, tout comme la lumière et la chaleur que nous recevons du Soleil. Tout bon désir et toute bonne idée, c'est le Christ et Ses disciples. Si vous n'avez pas de bonnes idées et de bons désirs, le Christ n'est pas avec vous. Si vous comprenez la question en principe, Dieu sera pour vous une Puissance intelligente. Vous pouvez faire des essais à cet égard. Un jour, vous aurez l'habileté non seulement de percevoir la Lumière, mais votre ouïe entendra une de ses chansons, et ensuite vous saisirez aussi des paroles. Vous pouvez croire que c'est une illusion. Non, c'est un fait, car il existe des gens qui non seulement perçoivent la Chaleur et la Lumière de l'extérieur, mais ils entendent aussi leurs chansons et comprennent leurs paroles. Avoir l'esprit et le coeur purs, c'est être clairvoyant. Lorsque vous aurez cette pureté, vous pourrez voir qui vous envoie une pensée ou un désir. Tandis qu'à présent, on ressent l'idée sans comprendre son sens intérieur. Lorsque je vous dis par exemple que vous devez vous aimer, vous comprenez l'Amour dans un sens particulier. Aimer signifie pour vous d'avoir une amie qui appartient à vous seule, et le jour où elle décide de devenir amie avec quelqu'un d'autre, vous mettez fin à votre amitié. Imaginez que vous connaissez mon doigt, vous communiquez avec lui et vous lui dites que vous l'aimez. Ensuite, mon deuxième doigt arrive, vous vous fâchez et vous dites : « Tu n'as pas le droit de parler à mon premier doigt que j’aime! » Mais cela dépend de moi et non pas du doigt. Il y a quelques jours, une dame est venue me voir. Elle m'a rappelé une bonne idée et elle m'a montré qu'elle comprenait bien la doctrine de Christ. Elle m'a raconté que son mari ne l'aimait plus et qu'il l'avait quittée. Au début, elle souffrait beaucoup et pleurait sans cesse, mais un soir elle a fait un rêve lucide. Elle rêve que des gens inconnus viennent auprès d'elle et lui disent: « Il n'y a pas de quoi pleurer ma fille, tu dois savoir que le cœur de ton mari ne t'appartient pas, c'est pourquoi tu n'a pas le droit de le changer. Imagine l'état de ton mari, si quelqu'un d'autre venait et décidait de changer son coeur pour l'attirer vers lui. Que deviendrait son coeur alors? » De la même façon, nous voulons que tout le monde ait le même cœur que nous et nous essayons de le changer. C'est le plus grand mal. Que chaque cœur soit comme Dieu l'a créé. Chaque cœur est bon de nature, mais il change en fonction de la direction que lui donne l'esprit. Je souris à quelqu'un, je lui dis une parole douce et du coup vous êtes très contents de moi et vous trouvez que je suis une bonne personne. Mais si je me renfrogne, vous dites que j'ai changé de caractère. Dans le monde, ce ne sont que des apparences, de l'illusionnisme. Parfois, le père se montre plus sérieux qu'il ne l'est. Au lieu de devenir plus sérieux, il doit dire : « Mon fils, ce que tu fais n'est pas bon pour toi et te mène au péril, car tu ne fais pas la Volonté de Dieu ! » Ne dites pas que quelqu'un est méchant, car ses parents et ses grands-parents l'étaient aussi, etc. Le maitre peut t'aimer, mais si tu fais des erreurs, il te fera une remarque. Dans ce cas, l'élève fait appel à l'amour : « Monsieur le maire, mais nous nous aimons ! » Oui, on s'aime, mais tu as commis des erreurs à plusieurs reprises et tu dois les corriger. Dans la solution correcte de ce problème repose la vie de plusieurs, tandis que la solution incorrecte me compromet moi aussi. Il y a deux jours, je parlais au sujet des fleurs coupées et j'ai dit que le fait de couper dix fleurs entraine la mort d'une personne. Si vous dites à quelqu'un dix mauvaises paroles, la maison de quelqu'un sera incendiée. Si vous semez quelque part dix fleurs, une bonne personne viendra sur Terre. Observez ce que je vous dis et vous verrez que ce ne sont pas que des paroles. Observez les arbres fruitiers dans la cour d'une maison: tant que les branches sont vertes, les gens dans cette maison vivent bien, mais si elles commencent à se dessécher, leur vie se détériore suite aux mauvaises pensées qui prennent le dessus. Ensuite, quelqu'un dans cette maison mourra. Un monsieur me racontait l'histoire suivante : il avait un grand jardin à Sofia qu'il faisait entretenir par un jardinier. Un jour, il a fallu tailler les arbres et un arbre devait être abattu. Or, le jardinier aimait beaucoup cet arbre et insistait qu'on n'y touche pas, mais la volonté du maitre a décidé autrement et il a été abattu. Trois mois plus tard, le jardinier est décédé aussi. Si on abat l'arbre que vous aimez, vous aussi vous partirez après lui. Vous aussi qui m'écoutez maintenant, vous avez sorti les couteaux et vous faites des armes partout. Vous êtes très éduqués, vous savez beaucoup de choses. Cependant, je voudrais que les gens comme vous me disent non seulement comment filer, tisser et ourdir, mais aussi qu'ils s'asseyent devant le métier et montrent comment faire. J'ai vu ce que font de tels savants lorsqu'ils s'asseyent devant le métier - ils commencent à filer et à tisser, mais ils voient que ça ne va pas et ils coupent. Ils recommencent à tisser et ça ne va pas non plus. D'autres personnes le rejoignent et ils coupent, mais ça ne va pas. Lorsque le maitre vient, le travail commence à bien aller.er Le Christ est venu au mariage pour apprendre aux jeunes mariés de tisser, car le mariage donne de nouvelles conditions de Vie. Lorsque vous voulez vous remonter le moral, imaginez que vous êtes au mariage, car là il y a toujours de la nourriture et des boissons, ainsi que de la musique. Les dents sont les instruments et la langue est le bâton qui tape sur la harpe en produisant une chanson qui vous met à l'aise. J'aimerais que tous les hommes puissent jouer d'un instrument et chanter. Manger est en rapport avec la vie spirituelle aussi, car aussitôt que tu reçois une pensée ou un désir, ils se transforment en nourriture qui pénètre ton sang et ta Vie et tu te manifestes. Cela montre que nous avons compris la vie Divine. Pour ce faire, essayez de toujours garder votre cerveau dans un état normal. Vous demanderez ce qu'est l'état normal. L'état normal se trouve toujours entre deux extrémités, donc il est au milieu. Comment trouver le milieu ? Imaginez un segment dont vous devez trouver le milieu. Vous trouverez le milieu en traçant des arcs des deux extrémités du segment à l'aide d'un compas. À partir du point d'intersection des deux arcs, tracez une droite perpendiculaire au segment. Le point obtenu sur le segment est son milieu. Vous pouvez faire la même chose avec vos pensées. Les mauvaises idées existent dans le monde pour renforcer votre volonté et pour cela nous pouvons les neutraliser instantanément. Chaque sentiment de joie, chaque bonne idée est suivie par une mauvaise idée. Observez combien de temps dure chaque bonne ou mauvaise idée en vous – c'est une nouvelle psychologie. Tu dois étudier ta propre personne, car si tu ne sais pas comment tu te manifestes, comment tu apprendras les phénomènes extérieurs ? Tout dans la Nature est le reflet de la vie Divine qui est en nous. Le reflet montre une image qui vient de l'extérieur. Cette image n'est pas créée par toi, elle est étrangère. Si la joie te rend visite, elle n'est pas à toi, ce n'est pas toi qui l'as créée. Elle est une pensée qui voyage et qui s'arrête pour passer un peu de temps en toi. Les bonnes idées voyagent et s'arrêtent à diverses stations, comme prévu. Chaque station porte un nom - les stations, c'est vous. Le temps d'arrêt des pensées est défini à l'avance, il est aussi long que l'arrêt du train. Parfois, elles s'arrêtent pour une, deux ou plusieurs minutes, selon l'importance de la station. Il y a des touristes qui veulent rester plus longtemps à certains endroits et pour cela ils y séjournent pendant un, deux ou plusieurs mois. Comme il y a de bonnes idées-touristes, il y a aussi de mauvaises idées qui proviennent de quelques enfants turbulents et qui s'arrêtent quelque temps, elles aussi, à certaines stations. Ainsi, ni les bonnes idées ni les mauvaises idées ne nous appartiennent. Si vous voulez garder une bonne idée en vous plus longtemps, vous devez lui fournir des conditions favorables. Ceci enseignait Christ aux nouveaux mariés: il leur disait que dans la Vie ils auraient beaucoup de moments agréables et désagréables, beaucoup de bonnes et de mauvaises pensées, mais ils sauront que cela ne leur appartient pas, que ce sont des visites. Vous devez savoir que ni le Bien n’est tellement bon ni le mal n’est tellement mauvais. Le bien ou le mal ne sont tels que pour le moment où ils sont commis; lorsqu'on arrête de les commettre, ils ne sont plus les mêmes. Pour que ce soit plus clair, je vais vous donner l'exemple suivant : vous vous trouvez à une distance de dix mètres d'un four chaud – qu’allez-vous ressentir ? Un grand plaisir. Qu'allez-vous ressentir si vous vous asseyez à cinq centimètres du four ? Vous allez vous bruler les mains et vous allez vous éloigner du four en courant. C'est ça le rapport qui rend les choses bonnes ou mauvaises. C'est ça le rapport d'une idée Divine qui vient de plusieurs directions. Quelle sera la pensée, bonne ou mauvaise, dépend de l'état dans lequel vous vous trouvez. Pour cela, nous avons besoin de connaissances pour ne pas nous mettre sur le chemin du train. Le train royal passe et nous n'allons pas nous mettre sur sa route. C'est ce que le Christ a enseigné : ne restez pas sur voie ferrée, ne montez pas sur le toit. Un homme qui monte sur les toits, il se prépare à fuir. Ainsi font les malfaiteurs quand ils sont poursuivis. La voie ferrée, c'est la vieillesse. Tu médis de quelqu'un, tu es indisposé, tu n'as pas de foi - tu es sur la voie ferrée. Sortir et entrer dans le monde a un sens tout à fait différent de ce que vous croyez. Par exemple, nous bâtissons une maison, dans laquelle nous allons vivre; pourquoi bâtissons-nous une maison ? Parce que dans les conditions de Vie actuelles, le manque d'abri peut nous faire souffrir. De la même manière, nous aussi nous devons avoir une enveloppe pour nous protéger des diverses pensées qui nous attaquent de l'extérieur. Pour cela, nous devons mener une vie pure et saine pour former une aura capable de nous protéger de tout désastre et malheur. Voilà pourquoi Jésus était présent aux noces avec ses disciples. Je voudrais que vous ayez tous un bon début, et ceux parmi vous qui ne travaillent pas resteront à l'arrière. Identifiez le principe commun de chaque conférence tenue pour vous et étudiez-le. Je vais vous donner à faire pendant deux-trois mois le travail et les essais suivants: premièrement, dans un cahier, prenez en note chaque pensée qui vous semble importante, qu'elle soit bonne ou mauvaise. Vous suivrez l'heure à laquelle arrive la bonne ou mauvaise pensée ou désir, et lorsqu'elle disparait, notez le moment où elle vous quitte. Deuxièmement, lorsque de mauvaises pensées ou désirs vous viennent à l'esprit, vous tenterez de les transformer en bonnes idées et désirs. Pour cela, vous retournerez deux-mille ans en arrière, pour imaginer le mariage auquel Jésus a assisté avec ses disciples. Vous essayerez d'imaginer la maison dans laquelle le mariage a eu lieu, les invités et les nouveaux mariés. Tentez d'identifier la place que Jésus a occupée, ainsi que celles de ses disciples, mais essayez de ne pas vous faire des illusions, mais d'avoir une perception vraisemblable. Ainsi, vous prendrez une photo mentale du mariage, en imaginant la place du nouveau marié, votre place, etc. Vous mettrez le Christ dans votre coeur, Ses disciples – dans votre esprit; le nouveau marié - dans votre esprit, la nouvelle mariée – dans votre cœur. Les nouveaux mariés seront séparés, car dans le monde Spirituel deux personnes ne peuvent pas vivre dans la même pièce. Tandis qu'ici, plusieurs personnes partagent la même pièce et pour cette raison ils se disputent. Les habitants de l'autre monde se lisent librement les pensées. C'est pourquoi, lorsque quelqu'un d'eux est indisposé, les autres lisent sa pensée et s'éloignent de lui, sans qu'il ait à les renvoyer. Voilà pourquoi, dans l'autre monde, il n'existe pas de conditions pour le péché. Tandis que dans ce monde, quelqu'un vient vous rendre visite et ne pense pas à s'en aller, sans savoir qu'il vous ennuie, à la suite de quoi vous devez lui dire des mensonges. Laissez ces vieilles méthodes, car tant que vous y tenez, vous ne pouvez pas être des disciples. Tu t'imagineras en tenue de mariage, content et joyeux, et tu écouteras ce que le Christ dit aux invités. Si vous pouvez reproduire une telle image, vous vous sentirez rafraichis, vous serez prêts à affronter les difficultés de ce monde, beaucoup de philosophies deviendront claires pour vous et les vibrations de votre esprit seront rehaussées. La représentation mentale de l'image a aussi un effet sur la santé. Vous devez savoir que le Bien s'apprend seulement au mariage, et le mal – à la dispute. En troisième lieu, posez-vous la question pourquoi en vous sont générés de bonnes et mauvaises idées et désirs, pourquoi vous appréciez certains davantage, d'autres – moins, pourquoi vous aimez certains, d'autres – non, pourquoi certains vous trouvez agréables, d'autres – désagréables. Vous direz que c'est lié au karma. Oui, mais le karma ici n'explique rien, car il existe ici plusieurs raisons. Quand vous êtes indisposés, vous réfléchissez sur la raison de cette indisposition. Rappelez-vous où vous êtes allés, dans quelle maison, combien de temps vous y êtes restés et en quittant quelle maison vous avez senti l'indisposition. Essayez de comprendre pourquoi en sortant d'une certaine maison vous sentez une indisposition. Essayez de comprendre pourquoi parfois, en rentrant chez vous, ce sentiment apparait, et s'il vient du nord, du sud, de l'est ou de l'ouest. En trouvant la cause de cet état, il ne faut pas vous en prendre à la personne qui en est responsable, mais changez plutôt sa direction. Un de vos amis vous demande de lui prêter de l'argent en promettant de vous le rendre dans dix jours, mais il ne le fait pas; ne vous fâchez pas. Si une personne est mal disposée envers vous, c'est parce qu'elle doit prendre quelque chose de vous. Si elle n'a rien à prendre de vous, elle a fait une erreur et elle dit: « Ton père me doit de l'argent, puisque tu as la possibilité, paye à sa place! » Lorsque vous avez une bonne disposition, vous devez conserver son énergie en vous. Conserver l'énergie des bons pensées et désirs est une science importante. Quatrièmement, chaque soir avant de vous coucher, vous prendrez dix ou quinze minutes pour faire le bilan de vos actes pendant la journée. Vous ferez cela de façon impartiale. Vous identifierez le mal pour pouvoir l'éviter le lendemain. Le jour suivant, vous prierez : « Aide-moi, mon Dieu, d'éviter les mauvais actes et de faire les bons gestes que j'ai omis la veille! » Voyez votre Vie comme l'artiste regarde sa toile, sans vous juger. Si on ne réussit pas dans la Vie, c'est parce qu'on se croit stupides, pécheurs, etc. Tu n'es ni bon ni mauvais, mais tu dois assister au mariage et travailler. Si vos enfants font du bruit à la maison, dites-vous qu'ils sont allés au mariage eux aussi. Comme cela, vous transformerez en partie - à 50 ou 75%, l'indisposition de votre mari ou de vos enfants. Ces exercices pourront renforcer votre bonne volonté. Le nouveau marié, vous allez mettre dans votre esprit, et la nouvelle mariée – dans le cœur. D'habitude, les invités d'honneur prennent les premières places. Christ est un invité au mariage. La nouvelle mariée accueille les invités et leur baise la main en premier, avant le nouveau marié. Que signifie le baiser sur la main ? Quand on baise la main, on promet de faire la volonté et la loi de Dieu. Le disciple qui veut étudier doit avoir une volonté de fer, rien ne doit le décourager. Je vais vous expliquer en temps et lieu toutes les formes, par lesquelles les pensées et les désirs fonctionnent, par lesquelles on bâtit les sociétés, les foyers et la culture, et les raisons pour lesquelles naissent de bons et de mauvais enfants. Quand vous serez vieux, vos enfants réaliseront ce que je vous dis. Le mot « mladost » (jeunesse) est formé de la racine « mahatadi », ce qui signifie la réalisation du principe Divin dans une forme humaine, c’est-à-dire le renouvèlement de la vieille vie. Quand on devient vieux, nous n'écoutons pas Dieu, nous sommes mécontents, nous nous fâchons et nous disons que le monde n'a rien de signifiant. Je sais qu’il faut agir en même temps que Dieu, réfléchir en même temps que Dieu et ressentir en même temps que Dieu. Vous ferez certains exercices le matin, d'autres – le soir, car le matin vous êtes positifs, et le soir vous êtes négatifs. Pour cela, lorsque le Soleil se couche, les gens sont tristes. Voilà pourquoi, quand un homme veut devenir humble, il doit prier le soir; quand il veut devenir compatissant, il doit prier le matin. L'énergie de la Terre est positive le matin et négative l'après-midi. C'est la même chose chez l'homme. Pour cela, le chanteur de psaumes dit que la Joie vient le matin. La joie est une énergie positive, et la tristesse – négative. Le bien est une énergie positive, le mal – négative. Si une élève est moins forte, elle demandera à ses camarades de l'aider. Lorsque vous dites que les conditions sont mauvaises, je comprends que vous n'avez pas de livres. Celui qui veut apprendre ne peut pas dire qu'il n'a pas les conditions, qu'il n'a pas le temps – vous avez au moins cinq minutes à votre disposition. Quand vous faites les exercices, n'admettez pas l'idée que vous n'êtes pas capables. Je ne demande pas que votre peinture soit belle dès le premier coup. Vous pouvez gâcher les couleurs, mais continuez de travailler. Si vous ne travaillez pas, vous payerez pour l'édifice que vous avez loué. Ainsi, qu'on travaille ou pas, on paye toujours. Un jour, je vais faire le calcul de votre séjour sur la Terre. C'est honteux de ne rien faire, étant donné qu'on dépense autant pour nous. Les exercices avec le mariage, vous les ferez trois fois par semaine, et ce, le matin – le dimanche, le mardi et le vendredi. L'exercice de compte rendu de votre conduite, vous le ferez chaque soir avant de vous coucher. Chez nous, l'esprit est en premier, ensuite - le coeur, et à la fin - la volonté, mais au début, c'était la volonté qui agissait, ensuite – le désir, et à la fin – l'esprit. Dieu nous stimule par Sa volonté, à la suite de quoi notre pensée commence à agir, ensuite c'est notre cœur qui agit, et enfin – la volonté. Sofia, le 19 juin 1919
  3. Cette Doctrine « Quiconque va plus loin et ne demeure pas dans la doctrine de Christ n'a point Dieu; celui qui demeure dans cette doctrine a le Père et le Fils. Si quelqu'un vient à vous et n'apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas dans votre maison, et ne lui dites pas: Salut! » 2 Jean 9 :10 Les vers qu'on vient de lire représentent le coeur du message. Le mot aller a une double signification. Par exemple, l'enfant fait ses premiers pas et la joie de sa mère est grande - elle va annoncer à ses voisins que son enfant marche. Comprenez-vous la joie de la mère ? Son enfant qui marchait à quatre pattes comme un animal, commence à se lever, ou à aller et cela rend la mère joyeuse. L'apôtre dit: « Quiconque va plus loin et ne demeure pas dans la doctrine de Christ n’a point Dieu; quiconque ne dépasse, il a Dieu et le Fils. » Je crois que plusieurs osent dépasser, mais il y a un double crime. Lorsque l'homme se met en colère, la haine entre dans son âme et il dépasse. Si un homme dépasse de cette manière, il ne demeure plus dans la doctrine de Christ. L'enseignement de Christ est Divin, c'est une doctrine de la vie Éternelle, et non pas de la vie humaine qui est provisoire. La vie peut être divisée en trois catégories: animale, humaine et Divine. La vie de l'animal est une vie de peines infinies, celle de l'être humain – d'un travail infini, et la vie Divine est la vie de l'Amour infini ou bien celle des béatitudes. Les principes humain et Divin se succèdent dans l'âme de chaque personne. Par exemple, vous aimez quelqu'un – une amie à vous, vous lui faites des cadeaux, vous l'invitez chez vous où elle est bien reçue, mais un jour vous dites : « Je la déteste déjà. » Comment est-ce possible que l'amour se transforme en haine ? Cet amour est humain, un amour motivé par des raisons ordinaires. Même aujourd'hui, tous les foyers et toutes les sociétés souffrent de cet amour. Si vous êtes riche ou savant et vous entrez dans une société quelconque, tout le monde vous reçoit bien, car ils peuvent en tirer profit. Aussitôt qu'ils obtiennent tout ce que vous avez à donner, on vous montre la porte par laquelle vous êtes entrés. Vous n'avez pas encore appris cette leçon, même si vous êtes entrés et sortis tant de fois. Quand on parle de cette Doctrine, vous vous dites : « Elle ne me concerne pas. » Le bon côté, ainsi que le mauvais côté d'une doctrine te concernent, car si tu souffres, tu souffres pour toi-même, ou bien si tu es content, tu l'es pour toi-même. Personne ne peut entrer dans ta joie ou dans ta souffrance. Par conséquent, à cet égard chacun porte sa croix. Plusieurs d'entre vous veulent que quelqu'un prenne leur souffrance, c'est pourquoi vous la racontez à une, à deux, à trois personnes, et vous dites que les gens ne vous comprennent pas. Supposons que vous vous êtes tordu le pied et vous allez voir une voisine pour qu'elle le replace, mais comme elle n'est pas une spécialiste, elle le tourne en vous faisant encore plus mal. Vous allez voir une deuxième voisine, mais elle ne réussit pas à le replacer non plus et votre douleur augmente davantage. À qui la faute – à vous ou à cette femme qui ne s'y connait pas? C'est de votre faute, car vous mettez votre pied entre les mains d'une personne qui ne s'y connait pas. Vous devez vous mettre entre les mains d’une personne d'expérience. Il est dit dans l'Écriture : « Confessez vos péchés les uns aux autres. » Maintenant, je vous donne un ordre différent: « Dissimulez vos péchés les uns des autres. » Si vous confessez vos péchés les uns aux autres, tout comme vous confiez votre pied à vos voisins qui ne comprennent pas, ils vont les tourner et cela ne donnera rien. Pour cela, confessez vos douleurs à celui qui comprend. La doctrine de Christ rétablit l'harmonie Divine ou les Vertus perdues dans l'âme humaine. Tout d'abord, elle doit rendre votre cœur pur. Vous direz : « Est-ce possible de vivre dans ce monde et d'avoir un cœur pur ? » Oui, c'est possible. Quand l'homme reste dans l'eau, il peut être toujours propre. La deuxième chose que la doctrine de Christ peut produire est de rendre votre âme vierge. En quoi consiste cette virginité ? Pour l'agriculteur, le sol vierge est celui qui est riche en sève, et celui qui a peu de sève n'est pas vierge. Par conséquent, si votre âme peut donner vie à quelque chose de bien, de sublime, elle est vierge. Si elle ne peut pas, elle n'est pas vierge. Jean dit: « Demeurons dans cet enseignement. » Demeurer, c'est comme si l'homme était à l'air frais pour y vivre et pour le respirer. Quand on entre dans l'enseignement de Christ, quand il s'installe dans notre âme, il produira en nous une légèreté et nous ressentirons une Pureté. Ainsi, la purification viendra de l'Enseignement même. Les physiciens plus avancés de nos jours ont de grands disques par lesquels ils se purifient. Lorsque quelqu'un fait un essai et n'arrive pas à se purifier, il entre dans ce disque, allume l'électricité et en cinq minutes il devient pur. Cette électricité Divine est dans l'enseignement de Christ, et lorsque vous l'allumez dans votre âme, elle produira en vous cette Pureté. On dit: “Celui qui demeure…” Si la plupart d'entre vous ne peuvent réussir ni progresser, ils vont plus loin et transgressent quelque chose, mais pas comme les jeunes enfants. Lorsque nous transgressons un commandement Divin, nous perdons tout de suite notre équilibre et notre paix. Pour que l'homme puisse vivre dans ce monde en paix, il doit avoir cette Doctrine, car elle est la nourriture de l’âme. Comme nous avons besoin de nourriture chaque jour pour la transformer en force, l'enseignement de Christ doit être transformé en Force constante. Je remarque que beaucoup d'entre vous, au lieu de devenir calmes et doux, ils deviennent nerveux et facilement irritables - c’est un état morbide. Il y a un autre défaut en vous: vous vous croyez très sages et pour cela chacune de vous juge souvent les autres. Beaucoup d'entre vous attendent une force extérieure, une révélation quelconque pour montrer au monde que Dieu est avec elles. Cependant, Dieu est dans votre âme depuis des milliers d'années et il n’est pas nécessaire de montrer aux autres quoi que ce soit. Le monde a besoin d'un Soleil comme le nôtre pour se nourrir. Vous croyez qu'en allumant une bougie, vous allez éduquer le monde. D'autres vont allumer une bougie plus grande que la vôtre, et la vôtre sera en arrière. Vous devez appliquer l'enseignement de Christ pour le bienêtre de vos âmes. Quand je vous révèle une vérité, je vois que vous tournez votre regard vers les autres et vous croyez que je m'adresse à eux. Je n'exclus personne et je m'adresse à tout le monde. Le mal est toujours mal, même si la personne met des habits en or. Si son corps est lépreux, elle ne peut pas être aimée. C'est l'âme qui sert de diapason pour le corps. Lorsque votre âme est pure et l'enseignement de Christ vit en elle, votre corps sera en santé et vous supporterez tout avec facilité, même les plus grandes souffrances vous supporterez avec la plus grande joie. N'oubliez pas que la vie sur terre n'est pas une vie de plaisirs. Observez comment les jeunes enfants pêchent des poissons: ils prennent une petite canne à pêche, accrochent un ver sur l'hameçon et lancent le bout de ligne dans l'eau, le poisson avale le ver et s'accroche à l'hameçon. Vous avalez souvent l'hameçon vous aussi, et le diable vous sort de l'eau. Vous avalez l'hameçon et vous vous croyez dans le droit Chemin. La première chose que vous avez à faire est de couper le fil, puis d'appeler le médecin pour enlever l'hameçon de votre gorge. Je vois en vous beaucoup de cannes et d'hameçons de votre passé. Que de balles sont restées dans les soldats! Les médecins disent qu'elles vont sortir peu à peu avec le temps, mais quand il fait mauvais, la douleur revient. La doctrine de Christ est une doctrine de l'Amour Divin et éternel. Par conséquent, si une personne peut vous aimer dix fois par jour et vous détester dix fois par jour, méfiez-vous de sa doctrine et ne recevez pas cette personne chez vous. C'est l'Amour qui apporte la vie Éternelle. Si vous avez cette Vie en vous, vous comprendrez les secrets de Dieu. Je veux que vous mettiez en oeuvre ces deux principes dans votre vie, car ils fonctionnent de la même façon: celui qui va plus loin et celui qui n'apporte rien. Une femme qui ne sait pas tisser, ne la mettez pas sur votre métier – elle va abimer la toile. Une servante qui ne sait pas cuisiner, ne la laissez pas cuisiner. Une personne qui n'a pas d'éducation, ne la laissez pas enseigner à vos enfants. Ne recevez pas les lépreux, car cette lèpre apparaitra dans votre âme. Rien d'impur ne doit entrer dans les cieux, et les Cieux, c'est votre âme. À présent, le principe qui domine en vous vous transforme en élèves paresseux qui veulent que leur professeur soit indulgent. C'est impossible. Par exemple, un architecte a fini ses études, mais son professeur a toujours été indulgent avec lui. Quel est l'avantage?Cet architecte vient vous voir et vous lui demandez de faire un plan. Il sera comme le plan de celui qui a construit un édifice à Varna, il y a dix ans, et dont un des murs s'est écroulé récemment; imaginez ce qui aurait pu arriver aux employés s'ils avaient été à l'intérieur à ce moment-là! Donc, toute personne qui finit ses études par indulgence bâtira une fausse doctrine et ses pensées et désirs seront ensevelis. Je ne veux pas dire que vous n'êtes pas sur la Voie, que vous cherchez à présent la Vérité. Car l'élève qui résout un problème sait s'il est correct ou pas. Souvent, les problèmes ont la solution par laquelle on peut les vérifier. Cet élève qui ne comprend pas ce qu'il fait veut que sa solution corresponde à celle dans le livre, et l'élève qui est capable dit : « La solution donnée dans le livre est erronée. » Donc, vous devez corriger les solutions dans les livres et résoudre les problèmes selon les règles mathématiques. Ce processus, par lequel vous allez passer, sera utile pour vous. La Doctrine de Christ est vivante et l'apôtre Paul dit: « Christ est venu en chair. » Comment imaginez-vous Christ ? L'apôtre Paul dit : « Nous ne connaissons pas le vrai Christ. » Alors, comment Le connaissons-nous ? Donc, il y a des façons différentes pour connaitre Christ, pour le ressentir. Quand on dit qu'on peut connaitre Christ, je comprends que la Lumière peut être connue seulement avec l'oeil, mais pas avec le toucher, ni avec l’odorat, ni avec l'oreille. Comment connait-on la Sagesse ? Avec l'oreille. Ainsi, écouter veut dire penser. Comment connaitre l'Amour ? Avec la langue. Pour le connaitre, tu dois y gouter. La langue contient deux éléments en soi : elle apporte le plus grand bien dans le monde et la parole intelligente vient d'elle. Les bonnes paroles douces sont des fruits de l'Amour. Donc, si vous avez compris l'Amour, vos âmes seront des fruits. Dans l'Amour, chaque parole qu'on dit est puissante. Parfois, vos paroles sont faibles – pourquoi? Car vous manquez d'Amour. Une fois, vous dites : « Aimons-nous ! » C'est comme si on disait qu'il faut manger, comme si on parlait de poules et d'agneaux, et en même temps il n'y a rien de servi sur la table – ce sont des paroles vides. Supposons que sur la table j'ai mis des poules et des dindes dessinées ou en plâtre, mais couvertes d'une bonne sauce. Vous seront-elles utiles? Est-ce une doctrine ? Ce n'est pas une doctrine. Et vous, qui m'écoutez avez suivi ou suivez encore cette voie. Vous dites : « Aimons-nous ! » Jusqu'à présent, je n'ai pas remarqué l'Amour parmi vous. Je travaille avec vous depuis tant d'années et de votre amour, je n'ai même pas pu tisser une corde pour sauver quelqu'un. Le Seigneur dit : « Je vous ai attirés par les fils de mon Amour. » Ce qu'on appelle une attraction, c'est un fil très fin. Toute la Terre se tient à un tel fil, chaque âme se tient à un tel fil. Si ce fil se brise, vous allez tomber loin de Dieu. Si vous vous tenez fermement à Dieu, vous serez liés par ce fil et vous vous trouverez dans un centre, autour duquel vous pourrez vous déplacer. C'est ce que signifie la doctrine de l'Amour Divin. Je peux vérifier combien d'entre vous ont cet Amour. Certains disent : « Je suis très vexé. » Pourquoi ? – « Parce que je n'ai pas été bien reçu. » Je vous demande, avez-vous reçu en vous comme il faut Dieu, le Christ ? Ce n'est pas un reproche, mais une question d'évolution de l'homme. Car la nourriture qu'on reçoit dans notre corps, pour qu'elle forme notre nouveau corps, doit être incessante. L'Amour Divin est incessant aussi et s'il s'assèche, la rivière en nous s'assèchera aussi. L'Amour Divin ne s'assèche jamais, tandis que l'amour humain s'assèche tous les six mois. Si cet amour sèche, le lit s'assèche aussi, mais parfois il y a de grandes inondations et les eaux se mélangent. Quand votre âme est troublée, votre esprit qui vous guide vous montre que vous êtes dans l'amour humain et non pas dans l'amour Divin. Si tu n'aimes personne, cela montre que le diable vit en toi. Le diable a son amour aussi. Lorsque l'Amour en vous se change en haine, c'est une imitation de l'Amour qu'on appelle aussi l'amour de la mort duquel aujourd'hui tout le monde meurt. Je vais vous donner un exemple de cet amour : à Varna, un jeune monsieur, un épicier riche a décidé de se marier. Il trouve une jeune fille qui lui plait et il se marie avec elle. Peu après son mariage, il tombe gravement malade. De quoi? – De sa femme. Il part en Europe pour se soigner et il réussit à se sauver la peau quatre ou cinq ans plus tard. C'est pourquoi, si une doctrine produit en vous un tel état, vous devez la rejeter. Mettez en vous Christ ou le Dieu manifesté et dites: « L'Amour de Dieu est invariable! » Si vous pensez de cette façon, ne dites pas que vous êtes pécheurs, car tout être qui est entré dans l'Amour Divin a été accepté. Vous ne pouvez pas entrer dans l'Amour Divin et s'en réjouir, sans le connaitre. En entrant dans l'Amour Divin, vous allez nager et celui qui ne sait pas nager, va se noyer. Quelqu'un dit : « Moi, quand j'entre dans l'Amour Divin, je vais avaler seulement un demi-kilo d'eau pour ne pas me noyer. Oui, mais là, il y a des millions et des millions de kilogrammes d'eau. C'est pourquoi chacun doit se tenir à l'Amour Divin pour pouvoir nager en lui. Que veut dire nager ? En marchant sur la terre, vous affirmez vouloir être près de Dieu, mais que se passe-t-il ? Vous trainez. Quand vous êtes dans l'eau, vous devez plonger – telle est la loi de la nage. La même loi est valide pour l'Amour Divin, mais en lui vous allez rester à la surface. Lorsque quelqu'un est frappé par la foudre, on le met la face sur le sol, pour qu'elle lui enlève l'électricité. De la même façon, quand vous êtes frappés par la haine, faites vite de tomber la face sur le sol. Cela signifie de plonger dans l'Amour Divin, pour qu’il puisse s'imprégner en toi, toucher la matière et entrer en toi. Jean dit : « Père et Fils. » Père est Celui qui nous a créés, Fils est l'Amour manifesté. Cet Amour dont je vous parle, n'est pas quelque chose de provisoire, n'est pas une bonne disposition, mais une Chaleur constante.Vous pouvez le vérifier vous-mêmes. Si dans une demi-heure vous ressentez le contraire, c'est de l'amour humain. Un jour vous avez le visage serein et vous dites : « Je suis près du Christ ! » Pourtant, le lendemain vous vous trouvez dans un état différent. Ce sont des phases de l'amour humain dont un côté est chaud et l'autre - froid. Si vous entrez dans l'amour animal, vous ressentirez le désir de vengeance. Donc, l’amour du diable inclut la joie de la vengeance. L'Amour Divin harmonise les deux états d'amour animal et d'amour humain, leur enlève la force et les met en concorde. Cette Doctrine est nécessaire pour votre vie personnelle. Vous croyez en Christ, vous allez à l'église, vous allumez des bougies, vous rencontrez des gens et tout le temps vous cherchez le Christ. Vous vous dites : « Après la mort, nous verrons le Christ. » Mais vous pouvez mourir maintenant et continuer de vivre. La mort, c'est mourir pour la haine, et non pas se libérer du corps physique. Certains disent : « La mort est une prison. » Non, la prison, ce sont nos défauts. Si vous avez beaucoup de dettes, on vend votre maison, toutefois on vous tient responsable et on retient une partie de votre salaire. Ainsi, même si vous quittez votre corps, les créditeurs vont aurons au deuxième et au troisième salaire, jusqu'à ce que vous payez votre du. Que devez-vous faire ? Votre seule issue est la doctrine de Christ – entrez dans l'Amour Divin et tous ceux qui aiment Dieu vous viendront en aide. Dans chaque école, on donne des tâches à résoudre, et Dieu en donne aussi dans chaque demeure. Ces tâches peuvent être vos maris et femmes, vos enfants, vos amis, etc. Souvent, je résous des tâches moi aussi. Pour moi, vous représentez une telle tâche. Très souvent, je me demande pourquoi vous vous querellez entre vous. Avec ces querelles, vous détruisez tout ce que j'édifie, vous cueillez les fleurs que je plante. Comment vous accueilleront les âmes Supérieures lorsque vous les rejoindrez au Ciel ? Imaginez-vous parmi des élèves qui savent jouer de la musique et vous ne savez rien – comment serez-vous accueillis par ces élèves ? On vous traitera d'auditeurs. Si par contre vous jouez de la musique, ils vous accueilleront parmi eux. Le même principe s'applique à la vie chrétienne. Certains désirent que je les rende parfaits, que je leur donne des connaissances sans qu'ils fassent d'effort, que je les rende sages. Non, cette doctrine n'existe pas. La doctrine que j'enseigne est une Doctrine de l'Amour, de la persévérance, du renoncement à soi, etc. Vous étudierez par vous-mêmes toutes les matières telles que la littérature bulgare et d'autres. Vous trouvez les écrivains bulgares bêtes. Si je vous explique par exemple ce qu'a écrit Pencho Slaveykov, vous verrez qu'il occupe une place nettement supérieure à la vôtre, mais s'il était ici maintenant, vous le laisseriez dehors. Vous ne lisez pas et vous croyez qu'en prenant une de mes conférences, vous retiendrez une idée que vous pourrez souvent répéter. Non, cela ne vous appartient pas, c'est la reproduction d'un tourne-disque. Vous devez chanter et jouer de la musique, c'est-à-dire que ce que je vous donne doit entrer dans le cerveau, se transformer en idée et sentiment pour pouvoir entrer dans le monde Divin et porter des fruits. C'est ça la Doctrine que Christ a enseignée. Il continue d'apporter son aide cette École. Parfois vous luttez, vous souffrez, mais tout d'un coup une idée vous éclaire et vous trouvez la solution de votre problème. Cela montre qu'on vous vient en aide. Il y a quelques jours, un monsieur est venu me voir en disant: « Un homme m’a vexé, mais comme je suis sur le bon Chemin, je ne voulais pas lui répondre de la même façon et j'ai essayé de trouver deux mots qui sont polis de l'extérieur, mais si signifiants qu'il ne les oublie jamais. Finalement, j’ai décidé de ne lui rien dire, de ne pas lui donner des cachets amers… » Vous donnez tous de ces cachets à la société sofiote, mais j'aimerais que vous preniez l'exemple de ce monsieur. C'est ça la façon d'appliquer la doctrine de Christ. L'amour consiste à supporter les insultes. Deux insultes ne font pas une vertu. Lorsque Dieu nous pardonne, il veut que nous reconnaissions nos insultes envers Lui. Cependant, quand on arrive à cette prise de conscience et on rencontre le malheur et la souffrance, Dieu nous envoie des Anges pour nous aider. Renoncez à ces deux mots, qui sont polis de l'extérieur et qui n’apportent pas la Paix, car la Résurrection de Jésus-Christ est proche et mettez en vous les mots Père et Fils. Si tu veux faire quelque chose de mauvais, dis-toi : « Que dira Père, qui est là-haut, quand il me verra dans cet état? » ou bien « Que dira mon frère ainé – le Fils ? » Tout de suite, le mauvais désir se paralysera et à sa place viendra l'action opposée. C'est comme cela qu'on peut se renouveler. À présent, de grandes épreuves arrivent dans le monde pour le purifier. Vous direz : « Que pense le Seigneur de nous, que pense Christ ? » Si on sait ce que le Seigneur pense, on saura aussi ce que Christ pense de nous. Car si on ignore ce que le Seigneur pense de nous, nous ne saurons pas non plus ce que les autres pensent. L'amour viendra parmi nous seulement quand on aura jeuné pendant trois ou quatre jours. Vous rentrez fatigué et épuisé du travail et je commence à prêcher que Dieu est Amour. Que comprendrez-vous de cet Amour, si vous avez faim? Si je vous lave et je vous donne à manger, c'est alors que vous ressentirez l'Amour – c'est ça la doctrine de Christ. Si quelqu'un vous offense, c'est une occasion pour vous d'aller auprès de Dieu et de lui dire: « Je te prie, mon Dieu, transforme cette offense en Amour ! ». Parfois, après l'offense, vous avez l'esprit serein et vous dites: « On m'a offensé, mais j'ai pardonné. » Cependant, dans un an ou deux, vous ressentez tout d'un coup cette offense. Si trois ans après l'offense elle ne vous inquiète pas, la fièvre est passée. Lorsque la Doctrine de Christ viendra, soyez assurés que dans le monde il n'y aura pas d'offenses. C'est pour cela que les anciens chrétiens étaient contents lorsqu'ils étaient pourchassés et persécutés. L'homme qui vit dans l'Amour Divin porte les offenses comme une couronne. Gardez-vous de ne pas restreindre votre Père et ne portez pas attention à ce que je pense de vous, mais à ce que le Seigneur pense de vous. Il dit que vos fenêtres sont fermées, que la lumière n'est pas suffisante, et bien qu'Il vous envoie tant de nourriture, vous êtes affamés et malades. Maintenant, essayez d'apprendre à marcher comme les jeunes enfants, et non pas d'aller plus loin que la doctrine de Christ. Si vous vivez une situation difficile, appelez votre Père et dites : « Père, puisque tu nous as envoyé Christ sur Terre, que soient Tes paroles ! » La devise que vous devez adopter est la suivante : « Nous allons faire Ta Volonté ! » Vous direz : « Nous ne le promettons pas, car faire la Volonté de Dieu est difficile ». Une fois que vous acceptez le doute, cela vient du malin. Il faut faire la Volonté de Dieu pour le Seigneur et non pas pour le monde. Que veut le Seigneur ? – De faire ce que tu as promis de faire. C'est ce que Christ veut aussi. Le Christ qui est le monde est en chair qui ne périt pas. Ce qui périt, c'est humain. Vous pouvez comprendre vos amis de deux façons. Un ami qui fait votre éloge tout le temps ou qui vous montre sans cesse vos erreurs n'est pas un vrai ami. Celui, qui vous montre vos erreurs et à la fois fait votre éloge, c'est lui votre vrai ami. Quand il voit une tâche sur vous, il prend la brosse et la nettoie et vous le remercier. Avec cette brosse, il vous montre vos erreurs. Avec la brosse, vous nettoyez la poussière, mais si vous l'utilisez sur votre visage, elle n'est pas à sa place. Vous avez de telles brosses pour mettre de la poudre. Je ne suis pas contre les poudres, comme je ne suis pas contre la peinture sur vos maisons, mais je dis de ne jamais passer la brosse sur votre visage, même si la poudre est de très bonne qualité. Il n'y a pas de meilleure poudre et de meilleure brosse que la doctrine de Christ. Pour cela, je vous la recommande! Ainsi, lorsque vous mettrez la poudre et la brosse de Christ, votre allure se transformera. Lorsque vous vivez de cette façon, la doctrine de Christ vous mènera en accord avec la Nature et vous pourrez puiser de son énergie. En prononçant chaque matin les mots Père et Fils, vous allez puiser une grande énergie. Si vous avez un doute, vous couvrirez à peine vos dépenses. Ainsi, si nous comprenons le sens de ces deux mots, nous comprendrons la Nature entière et serons en harmonie avec elle. La question qui se pose est de savoir ce qui vient en premier - l'enseignement ou la naissance. La réponse est la naissance. Ainsi, celui qui n'est pas né dans l'Esprit de Dieu, qu'apprendra-t-il ? Quelqu'un dit : « Je n'arrive pas à comprendre cette chose, je ne suis pas motivé. » Comment comprendras-tu si tu n'es pas d'abord né - le Divin doit entrer en toi pour que tu commences à comprendre les choses simples. La chose la plus simple est de pouvoir changer votre état. Si en cinq, dix ou quinze minutes vous arrivez à changer votre état à la suite d’une offense, vous avez cette science en vous. Par exemple, un chien vous mord – c'est un art d'appliquer sur la plaie un remède qui ne laissera aucune cicatrice. La Doctrine de Christ porte en soi le remède contre tous les défauts. J'aimerais vous dire quelque chose au sujet des heures. Quelqu'un me demande s'il doit se lever à cinq heures pile. Lorsque vous ressentez un grand désir de prier, c'est alors à cinq heures, c'est-à-dire, l'heure de votre raison. Quand vous ressentez une grande peine, c'est à quatre heures; quand vos affaires ne vont pas bien, c'est à six heures; quand de grands malheurs vous arrivent, c'est alors à sept heures. « Quand est-ce que je dois le faire ? » - me demande quelqu'un. – Lorsque tu ressens l'envie de le faire! Quelqu'un répond : « Cette envie viendra une autre fois. » Non, si tu manques le moment, elle ne viendra plus. Parfois, l'Esprit te dit : « Lève-toi pour prier ! » Tu réponds : « Il n'est pas encore cinq heures. » Non, lève-toi, car l'Esprit te dit qu'il est cinq heures. Ainsi, lorsque vous enlevez deux heures de votre temps, il reste cinq heures. Vous direz que c'est trop tôt. Pourquoi ? Parce que vous vous êtes couchés tard. Couchez-vous tôt avec les oiseaux. Vous dites : « Je ne peux pas sortir tôt le matin, car j'ai des choses à faire. » Même si tu as des choses à faire, sors ! S'il y a un tremblement de terre pendant que tu fais ta toilette, attendras-tu pour finir ta toilette avant de partir en courant? Lorsque Dieu vous appelle, ne finissez pas votre toilette, elle peut être finie ailleurs. Aujourd'hui, toutes nos toilettes extérieures vont se défaire, cependant la véritable toilette viendra de l'intérieur et collera bien à votre âme. Le Seigneur dit : « Je vous revêtirai de nouveaux habits. » Ces nouveaux habits seront hygiéniques, chauds, agréables et vous serez contents et prêts pour accomplir n'importe quel travail. En occultisme, cet habit est l'habit magnétique. Les maladies de nos jours ne sont rien d'autre que le déchirement de cet habit Divin. Tu as mal à l'oreille – ton habit est déchiré à cet endroit; tu as mal au pied – c'est là que ton habit est déchiré, etc. Cet habit ne peut pas être raccommodé, mais vous demanderez à Dieu d'envoyer des maitres couturiers pour le remettre à neuf, car ils maitrisent cet art. À présent, je remarque en vous une gêne. Vous ne devez pas vous gêner, mais voir les choses de façon impartiale. Vous avez résolu un problème incorrectement - recommencez. Mais vous me direz que vous ne faites pas d'erreurs. Si, on fait des erreurs, même les hommes de la science en font. Lorsque tu recules pour corriger le problème, tu comprendras ce que tu as manqué. Toute votre vie n'est pas mauvaise, mais des erreurs, vous en faites. Les petites erreurs sont plus dangereuses que les grandes, car on ne les voit pas. C'est nécessaire de créer parmi vous une harmonie des tempéraments et j’ai décidé de vous classifier selon le tempérament. Deux personnes nerveuses ne peuvent pas s'entendre entre elles, alors l'une doit être plus froide et l'autre plus chaude pour avoir un transvasement. Deux êtres à la tête pointue ne peuvent pas vivre ensemble - ils vont se donner des coups de pied comme les chevaux. Ils mordent et ils médisent. Alors, lorsque vous vous rencontrez, posez-vous la question suivante : « As-tu la tête pointue ? » - « Oui. » Dans ce cas, cherchez quelqu'un d'autre. Un homme qui manque de compassion, sa tête ressemble à un toit. Dans le futur, l'éducation des enfants dans les écoles doit tenir compte de la phrénologie. Maintenant, pendant que je vous parle, vous vous donnez des coups de pied, car vous n'êtes pas bien assis, vos courants sont différents. Vous devez garder une distance d'un mètre entre vous, et maintenant, par nécessité, vous êtes comme dans une prison, et vous vous dites: « Que le mal vienne, car sans lui c'est pire. » Lorsque quelqu'un vous donne une poignée de main et vous serre la main, cela vous fâche, mais si vous aimez la personne, cela ne vous fâche pas. Cela montre que vos pensées sont différentes. Je ne suis pas contre la poignée de main, mais son utilisation excessive est nuisible. Cependant, si vous décidez de ne pas donner de poignée de main, c'est encore pire. L'homme pauvre doit avoir un travail pour gagner de l'argent. Quelqu'un dit qu'il est stupide, mais il ne dit pas la vérité, car si quelqu'un d’autre le lui disait, cela l'offenserait. Vous n'avez pas le droit de dire que Dieu vous a fait stupides. Dieu nous a faits tous intelligents, mais après avoir étudié chez le diable, nous sommes devenus stupides. Je voudrais que vous suiviez le Bien. Certains d'entre vous possèdent de très bons traits de caractère, mais non pas ceux qui sont artificiels, mais ceux qui vous sont donnés par Dieu. Certains portent de grands chignons, ont le visage blanchi, mais tout cela est artificiel et peut être enlevé. L'artificiel est utile, mais non pas essentiel. Ainsi, les Vertus ne peuvent pas être artificielles et vous devez voir seulement le bon côté de chaque soeur. La loi de Christ est la suivante : ne pensez jamais que votre sœur est hypocrite ou mauvaise. Allez voir dans le monde des minéraux, prenez un cristal et observez-le; passez ensuite par le monde animal et lorsque vous arrivez au monde humain, vous allez voir que les Vertus de l'homme sont absentes chez les minéraux, les animaux et les plantes. Cela prouve que Dieu vit chez l'homme. C’est la raison pour laquelle la plupart d'entre vous trébuchent. Si vous croyez qu'une soeur est encore jeune et immature, vous ne pourrez pas évoluer. Si vous acceptez le tort en vous, vous vous créez un obstacle tout comme un grain de poussière qui entre dans l'oeil. Maintenant, si je demande à une d'entre vous de venir en avant et parler pendant cinq ou six minutes, vous ne pourrez pas la supporter. Vous direz : « Est-elle la seule à avoir de l'expérience, nous en avons aussi! » Sachez que deux personnes ne peuvent jamais avoir la même expérience. Certaines exagèrent parfois en parlant de leur expérience. Par exemple, une femme qui a vu un vieillard habillé en blanc, portant un bonnet blanc, dit: « J’ai vu le Seigneur ! » Est-ce que le vieillard t'a dit qu'il était le Seigneur ? – « Il ne me l'a pas dit, mais je suppose que c'était Lui. » Tu vois un jeune homme, il te plait et tu dis : « Il est pour moi. » Cependant, le jeune homme continue sa route et ne revient plus. Cela signifie de comprendre la Vérité qu'on nous enseigne, d'apprendre à dire la vérité, sans exagérer. Pour montrer qu'ils sont très humbles, certains s'approprient des péchés qu'ils n'ont pas commis, tandis que d'autres nient des péchés qu'ils ont commis. Les deux méthodes sont erronées. Dans la doctrine de Christ, tout doit être transmis avec exactitude. Plus tu es près de la nature du sujet, plus tu es près de cet Enseignement. Je vous parle des moyens de redressement de votre coeur, de votre esprit et de votre âme. Je vous dis qu'en tant que serviteurs, vous n'accomplissez pas votre travail dans les délais prévus, vous êtes un peu en retard et puis vous donnez de fausses excuses. Dites la vérité telle quelle! Seulement de cette façon Dieu vous révèlera tout et les autres vous soutiendront dans vos idées et vos désirs. Chaque livre que vous lirez aura un sens pour vous. Quelqu'un dit : « Lisons seulement la Bible. » Bon, disons que tu as étudié la Bible et que tu as envie de lire un autre livre – lis-le et ne pense pas qu'il vient du diable. Chaque livre qui peut vous transmettre une leçon, lisez-le. Cela signifie de demeurer dans l'Amour Divin qui est éternel et qui apporte tous les biens. Il apporte des sèves pour le nez, pour la bouche, pour les yeux et pour le coeur. Si vous avez ces sèves, vous serez immortels. L’immortalité est nécessaire pour trouver le bonheur éternel. Nous pouvons être heureux aussi sur Terre. Vous croyez que vous êtes malheureux, car selon vous Dieu ne vous aime pas. Si vous le pensez, ce sont vos péchés karmiques. Alors, sortez de vos caves et mettez dans votre coeur les mots Père et Fils. L'homme d'idées est attiré par le combat, mais les chrétiens sont lâches. Si maintenant vous faites l'objet d'une poursuite, vous ne saurez plus si cette Doctrine est juste ou fausse. Mais quelle doctrine est juste? Vous vous demanderez si cette nourriture et réelle ou pas. Peu importe si vous mangez cette nourriture ou pas, vous mourrez, avec l'unique différence que celui qui a mangé plus aura plus d'expérience et de savoirs. Il est important de ne vouloir aucun mal à personne - c'est ce que je demande de vous. Vos mauvaises pensées me blessent beaucoup. Ne me faites pas vomir, car je vais éclabousser tout le monde. Lorsque je vous parle de la Doctrine de Christ et je vous dis qu'elle vous mènera au salut, c'est parce que je pense à tous vos malheurs et non pas parce que je veux faire de vous des saints. À l'une d'entre vous je donne le problème le plus simple – d'additionner 1+2, à une autre – 3+4. Un plus deux égalent trois. Le chiffre trois montre que vous mourrez comme unité, mais vos enfants seront vos héritiers. La mère meurt et les enfants rajeunissent, donc les sèves du chiffre 3 se transmettront à vos enfants. Vous dites : « Alors on va mourir. » Oui, mais lorsque vous viendrez une seconde fois, les enfants mourront et vous vivrez. La mort sous-entend le sacrifice de soi. Votre attitude envers les autres doit être comme celle des mères envers leurs enfants. La Doctrine de Christ est une méthode de ne pas se salir. Je vais vous recommander une autre chose: quand une de vos soeurs éprouve de la peine, de l'inquiétude, que cinq ou six à douze soeurs aillent chez elle et prient pour que les choses s'arrangent. Si quelqu'un est malade, rassemblez-vous chez lui et priez, même s'il ne s'entend pas bien avec vous tous. Vous direz : « Seigneur, nous avons décidé de travailler à ta façon, c'est pourquoi nous nous sommes réunis pour que tu nous apprennes à vivre ! » C’est ainsi que je veux que vous accueilliez le jour de Pâques. Ayez le cœur large, n'ayez pas l'esprit étroit - l'Amour Divin est sans frontières. Lorsque vous dites de quelqu'un qu'il est mauvais, sachez qu'il est la porte par laquelle sortira le mal et toutes les impuretés. Lorsque vous voyez que votre mari est indisposé, vous devez savoir qu'il jette les ordures dehors. Le lendemain, lorsque vous jetez les ordures, il doit remercier Dieu. Aujourd'hui, vous êtes contents lorsque vous ne jetez pas les ordures et vos mains sont propres, mais vos maisons sont malpropres. Je vous parle aujourd'hui, pour que la haine, le mal et le doute meurent. Appliquez ces règles pratiques et ne parlez pas des résultats, mais renforcez-vous jusqu'à ce que vous voyiez les fruits. Et la seule chose que les chrétiens de nos jours font est de donner des publicités... Réfléchissez maintenant sur les 9e et 10e vers de ce chapitre, ainsi que sur les mots Père et Fils. Sofia, jeudi de Pâques, le17 avril 1919
  4. Introduction à l'amour Éphésiens: 4 En guise d'introduction à cette conférence, je vous donnerai l'exemple suivant: imaginez un convoi de charrettes dans la rue et vous conduisez chacun une charrette. Certaines charrettes avancent doucement, mais plusieurs grincent et font beaucoup de bruit. Que devez-vous faire pour qu'elles grincent moins? Vous prendrez du goudron et avec la plume vous en mettrez sur les axes des roues pour qu'elles ne grincent pas. Ce grincement – ce sont les souffrances dans votre vie. De la même façon, lorsque votre coeur grince, mettez-y du goudron. Vous étudierez l'épitre de Paul aux Éphésiens en lien avec les Proverbes. Chacun de vous s'arrêtera sur les passages les plus importants qui sont au coeur de cette épitre. Cette introduction est nécessaire et vous devez toujours la garder à l'esprit. Sachez que chaque souffrance est une introduction à l'Amour. Quelqu'un demande: « Pourquoi je souffre? » Je lui réponds: « Car on est en train d'écrire ton livre, une introduction à l'Amour. Tant que je suis à l'introduction, ne croyez pas que vous savez tout. Celui qui croit qu'il sait tout, il vieillit vite. Pour rester jeune, l'homme devrait croire qu'il a beaucoup à apprendre. On observe la même chose chez les enfants: ils ont hâte d'étudier tout. Ne dites jamais que c'est pour les jeunes et non pas pour vous les vieux comme vous, car l'idée que vous êtes vieux restera avec vous et vous le deviendrez réellement. Tu te courberas comme un point d'interrogation sans même t'en rendre compte et tout le monde dira que tu es vieux. Sachez que la jeunesse est une introduction au Royaume de Dieu. Pour y entrer, une innovation est nécessaire dans votre Vie : celle de devenir jeune. Je continuerai avec l’explication du quatrième chapitre: Je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur, à marcher d'une manière digne de la vocation qui vous a été adressée, en toute humilité et douceur, avec patience, vous supportant les uns les autres avec charité, vous efforçant de conserver l’unité de l'esprit par le lien de la paix. (4 : 1-3) Prisonnier veut dire l'homme qui est voué à l'école de Dieu. Paul dit: « Moi, qui étais voué à l'école de Dieu, je vous exhorte d'étudier comme moi – en toute humilité, douceur et patience, en supportant les autres avec charité. » Lorsque vous êtes en classe, quelqu'un pourrait vous pincer ou vous accrocher, mais vous vous direz: « Ce n'est rien, la salle est étroite, l'Amour prédominera! » En vous efforçant de conserver l'unité de l'esprit par le lien de la paix signifie de vous efforcer de lier une leçon à une autre, d'avoir ce lien intérieur que l'Esprit, c'est-à-dire le Maitre a mis en vous. Par ces mots, Paul dit : « J’ai écouté ce Maitre très attentivement. » Plus loin dans l'épitre, on dit: Il y a un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés à une seule espérance par votre vocation. (4 : 4) Par cela, Paul veut dire: « J’ai soumis mon corps à l'Esprit, en lui servant dans l’espérance. » Il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, et parmi tous, et en tous. (4 : 5,6) Avec ces vers, Paul dit: « Je faisais cela, car j'écoutais et je mettais en oeuvre les idées de Ce seul Seigneur qui me parlait d'une seule foi – une foi par rapport à l'esprit. » Un seul baptême veut dire mettre en oeuvre, supporter toutes les peines et difficultés avec gratitude. Le baptême, ce n'est pas le fait d'entrer dans l'eau; le baptême, c'est un examen que tu dois passer. Paul dit : « Toujours lorsque le Maitre m'interrogeait, je faisais le Bien, c'est-à-dire que je donnais la bonne réponse, car j'étudiais bien mes leçons. » Par un seul Dieu, on entend la place, les conditions qui ont été données à Paul par Dieu, car Paul dit: « Nous vivons et évoluons en un seul Dieu », c’est-à-dire que nous sommes dans la même école. Mais à chacun de nous la grâce a été donnée selon la mesure du don de Christ. (4 : 7) Par ce vers, Paul dit; « J’ai utilisé cette grâce Divine. » La grâce, c'est lorsque par temps difficiles des esprits plus évolués appelés des Anges descendent pour vous encourager, pour vous aider, pour vous révéler la réponse à une question. Cette révélation soudaine peut arriver de diverses façons. Elle peut arriver dans un rêve, sous forme d'une idée qui vous vient à l'esprit dans votre sommeil et que vous ressentez clairement au réveil. L'aide ne vient pas toujours par les paroles. Il y a trois façons de parler: parler à l'extérieur, parler à l'intérieur et parler d'en haut, c'est-à-dire parler au corps, au cœur et à l'esprit. Quelqu'un dit : « À table, le repas est prêt ! » - c'est parler au corps. Je dis: « Aimons-nous » – c'est parler au coeur. Cette deuxième façon de parler, on ne la comprend pas aussi bien que l'invitation à manger, car avec cette dernière vous avez de l'expérience. Réfléchissez à votre compréhension de l'Amour. Lorsque je vous dis: « Connaissons Christ! », c'est parler à l'esprit. Comment connaitrons-nous le Christ? Réfléchissez à l'Amour et à la connaissance du Christ. Expliquez-moi, comme Bulgares, comment vous aimez et comment vous connaissez le Christ. Chez nous, je sais comment ça se fait, mais je veux le savoir pour la Bulgarie. C'est pourquoi il est dit : Étant monté en haut, il a emmené des captifs, Et il a fait des dons aux hommes. Or, que signifie : Il est monté, sinon qu’il est aussi descendu dans les régions inférieures de la terre? Celui qui est descendu, c'est le même qui est monté au-dessus de tous les cieux, afin de remplir toutes choses. (4 : 8-10) Le Christ, lorsqu'il a été sur Terre a tout accompli et dit: « J’ai vaincu le monde. » L'autre victoire – celle sur la chair, Il l'a laissée pour vous. Il y a trois choses qui entravent la Vie, à savoir: la chair, le monde et le diable. L'adversaire le plus dangereux est la chair. Elle est le lien entre l'homme et le monde, et le monde est le lien entre la chair et le diable. Le Christ, lorsqu'il a vaincu le monde a coupé le lien d'attachement entre la chair et le diable. Tu as une fille qui tient une correspondance avec son amant, et toi, comme mère, tu détruis ce lien télégraphique et la correspondance est interrompue. Ainsi, le Christ a détruit le lien entre la chair et le diable qui n'a plus sa place chez vous, à moins qu'il ne soit invité. Paul dit: « Je suis passé par là et notre lutte a été grande. » Par tous les cieux, on entend la manifestation de Dieu dans la Vie humaine. Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et maitres, pour le perfectionnement des saints en vue de l'œuvre du ministère et de l'édification du corps de Christ. (4 : 11,12) Remarquez que toutes ces choses sont données pour le perfectionnement des saints. Qui sont les apôtres ? Ce sont ceux à qui Christ parle. Les prophètes sont ceux à qui l'Esprit parle. Les évangélistes arrivent après les prophètes, après eux arrivent les pasteurs et les maitres. Trouvez en vous-mêmes ce qui a trait à l'apostolat. Réfléchissez sur ce vers; à quoi vous fait penser la mission des apôtres, des prophètes, des évangélistes, des pasteurs, des maitres? Le mot prophète a été utilisé avant Christ. Trouvez le rapport entre le prophète, l'évangéliste, etc. L'homme doit développer son talent lié à l'apostolat. L'apôtre est celui à qui on parle de l'extérieur. Le prophète est celui à qui on parle de l'intérieur. L'évangéliste est celui qui a essayé les choses. Quand tu manges une pomme, tu diras la bonne nouvelle*: « Elle est délicieuse. » Qui est le pasteur? Le pasteur est la mère qui nourrit l'enfant, le berger est celui qui mène les brebis au pâturage, le maitre est celui qui transmet des connaissances. Jusqu'à ce que nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ. (4 : 13) Les apôtres allaient avec Christ, écoutaient, interprétaient son Enseignement. L'esprit a travaillé en eux. Ils étaient douze personnes. Les prophètes ont continué le travail des apôtres et ils étaient plus nombreux qu'eux. Les évangélistes ont été encore plus nombreux, et les pasteurs et les maitres – les plus nombreux. Trouvez combien ont été les prophètes. Chaque église doit avoir au moins un prophète. Chaque société, quelque petite qu'elle soit, doit avoir au moins un prophète. Par prophète, il doit y avoir au moins dix évangélistes. C'est ça, l'ordre de croissance, et les talents se multiplient de la même façon. Les talents de l'homme correspondent aux prophètes, aux apôtres, aux évangélistes, aux pasteurs et aux maitres et tous doivent se développer. Chacun peut être un prophète pour soi même. Un prophète est chaque personne perspicace qui prévoit les choses de loin. Il a étudié à l'école, fini ses études et commence à appliquer ses connaissances, à faire des calculs, et enfin il prévoit qu'une certaine comète retournera dans tant d'années. Quand sa prédiction se réalise, les gens disent : « Voilà un prophète. » Tous ces talents nous sont donnés pour connaitre le Fils de Dieu, jusqu'à ce que nous soyons parvenus à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ. Un autre vers dit: « Nous avons l'esprit du Christ. » Par cela, Paul entend le lien entre le corps et l'âme de Dieu. En disant que l'Esprit vous enseignera, Christ accorde à l'Esprit une place supérieure par rapport à l'âme. À certains égards, on place l'âme entre l'esprit et le corps. Paul dit: « Pour avoir l'Esprit du Christ, vous devez avoir ce lien entre l'esprit et le corps. » Afin que nous ne soyons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction. (4 : 14) On voit ici que dans le monde, nous ne devons pas être des enfants. Ton enfant peut-il aller à Vitocha par une nuit orageuse? Pour y aller par un temps pareil, il faut être adulte. Voilà pourquoi, Paul dit : « Je ne suis plus enfant. » Je sais que chez les Bulgares la curiosité d'esprit est très développée. Il y a cinquante ans, dans la région de Varna, une gitane est arrivée avec un gros escargot avec lequel elle prévoyait l'avenir. Elle est devenue très populaire et des gens de toute la région l'entouraient pour qu'elle prévoie leur avenir. Elle a gagné beaucoup d'argent et elle est devenue riche, suite à quoi un soir des brigands l'ont attaquée pour lui voler l'argent. Elle voyait tout pour les autres, mais n'était pas capable de prévoir qu'elle serait volée. Tout le monde aimerait savoir ce que l'avenir lui réserve, mais ce n'est qu'un passetemps. Généralement, on prévoit l'avenir avec une tasse de café, dans les cartes, par le chant du coq et vers où il est tourné, par le braiment de l’âne, etc. Lorsque l'homme se met en route, il a aussi des clairvoyances: par exemple, il croise une charrette vide ou bien un curé et il commence à s'inquiéter. Ces choses sont en vous depuis des milliers d'années sauf que vous avez perdu la clé pour les interpréter et c'est pour cela que vous vous inquiétez. Pourquoi êtes-vous troublés par une charrette vide ou par un chat qui croise votre chemin? Que devez-vous faire ? Vous devez trouver à quel moment le chat ne croisera pas votre chemin, à quel moment le chat ne sort pas. Mais que, étant vrais dans l'Amour, nous croissions en toutes choses jusqu'à lui qui est le chef, le Christ. (4:15) Paul sous-entend l'Amour purement spirituel, qui ne change pas, dans lequel la polarisation entre l'amour et la haine n'existe pas. Dans le monde Spirituel, l'Amour se manifeste uniquement sous forme d'attraction. Et l'amour de l'attraction et de l'éloignement, vous le connaissez: vous rencontrez une personne, vous l'attirez, mais bientôt vous vous lassez d'elle et vous la repoussez. Cela se produit autant chez les jeunes que chez les vieux. Un jeune homme aime une jeune femme, puis la repousse. C'est la loi de la Terre – lorsque deux êtres s'unissent sur Terre, ils donnent des coups sans doute. Cet échange de coups est inévitable. Supposons que vous êtes couché dans un lit qui est assez grand pour une personne. Admettons que par manque de place, votre bienaimé se couche sur vous. Vous le supporterez pendant une demi-heure, mais ensuite vous ne serez plus capable de supporter son poids et vous lui donnerez des coups. Les conditions nécessaires à l'Amour n'existent pas sur Terre. Lorsque tu aimes quelqu'un, tu dois le garder à une distance d'un demi-mètre de soi-même. Dans l'amour, généralement l'un se met sur le dos de l'autre. Lorsqu'on dit: « tu aimeras ton prochain comme soi-même », cela veut dire de le garder à un demi-mètre de soi-même. Si tu l’aimes plus que toi-même, tu le porteras sur ton dos. Dans un des contes d'Halima**, on raconte l'histoire suivante : un homme qui traversait une rivière a vu un vieillard sur la rive qui ne pouvait pas traverser. Il l'a mis sur son dos et les deux ont traversé. Lorsqu'il était temps pour le vieillard de descendre, il a refusé et le jeune homme a dû le porter pendant plusieurs jours. Du coup, il a eu l'idée l'idée de sortir sa bouteille de vin pour boire un peu et pour enivrer le vieillard. Il buvait son vin et le vieillard lui serrait la gorge: il voulait boire lui aussi. Le jeune homme lui en a donné une fois, deux fois, jusqu'à ce que le vieillard s'enivre. Enfin, il lui a lâché le dos et les deux se sont mis à danser. Ainsi, lorsque ton bienaimé ne te lâche pas, donne-lui un peu de vin, et ensuite vous vous amuserez ensemble. Aujourd'hui, l'amour est une source de souffrances pour vous tous. J'appelle les hommes sur Terre des malheureux d'amour. Tous les gens ont des peines d'amour et se plaignent que personne ne les aime. Pour diminuer les souffrances dans le monde, je suggèrerais moins d'amour. Voici donc ce que je dis et ce que je déclare dans le Seigneur, c'est que vous ne devez plus marcher comme les païens, qui marchent selon la vanité de leurs pensées. (4 : 17) Vous vous croyez sages. Le sage est en bonne santé, il n'a pas d'abcès ni de douleurs, il est riche. Les païens parlaient plusieurs langues et n’arrivaient pas à se comprendre. Les gens qui ne s'entendent pas parlent plusieurs langues. Certains parlent la langue de l'estomac, d'autres – celle du coeur ou celle de l'esprit. Si je vous dis de connaitre Christ dans Sa plénitude, vous me répondrez: « As-tu des coupons, du sucre ? » Ce n'est pas ça, connaitre le Christ. Quelqu'un dit: « Lorsque nous connaitrons Christ, nous aurons plus à manger. » Si on veut connaitre Christ pour qu'il nous donne plus de nourriture, c'est de l'incompréhension de la question. Manger est une nécessité pour toi tant que tu as une charrette. Ainsi, tant que tu as une charrette, tu dois avoir du goudron. Si tu laisses la charrette, tu n'as plus besoin de goudron. Il ne te reste que ton cheval, alors tu prendras dans ta bourse de la nourriture pour toi et pour ton cheval. Lorsque le chemin devient très abrupt, tu laisseras ton cheval, tu laisseras la bourse avec sa nourriture et tu prendras seulement ta bourse à toi. L'homme a besoin de trois contenants à goudron: pour la charrette, pour le cheval et pour soi-même. Tu as un mari – tu porteras du goudron pour lui aussi. Peut-être que tu ne veux pas de lui, mais celui qui est uni, qu'il ne se sépare pas. Tu as des enfants – tu porteras du goudron pour eux. Pensez à l'attitude des enfants envers les parents, réfléchissez aux relations entre les enfants et leurs parents, de l'homme envers la femme et vice versa. Pourquoi l'homme cherche-t-il la femme et la femme – l'homme? Vous aurez comme exercice de répondre par écrit à cette question. Ils ont l'intelligence obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu, à cause de l'ignorance qui est en eux, à cause de l'endurcissement de leur Coeur. (4 : 18) J'interprète cette idée à l'inverse: lorsque le cœur est endurci, il y a moins de travail, et lorsqu'il y a moins de travail, la raison est obscurcie. Un cœur endurci ne peut pas créer. Vous allez manger moins, et lorsqu'on mange moins, la raison s'endurcit. Le mot cœur est utilisé en liaison avec le sol. Le corps doit obligatoirement être sain. Le cœur signifie les conditions, la Vie, c'est-à-dire ce qui est produit par le cœur, et la raison signifie le fruit du processus intérieur. Ayant perdu tout sentiment, ils se sont livrés à la dissolution, pour commettre toute espèce d'impureté jointe à la cupidité. (4 : 19) Paul dit que la Pureté est nécessaire dans la Vie. Lorsque le cœur et l'estomac sont endurcis, il se produit à l'intérieur une certaine décomposition et une mauvaise odeur. C'est pourquoi ils ne doivent pas être endurcis. Mais vous, ce n'est pas ainsi que vous avez appris Christ. (4 : 20) L'enseignement de Christ est l'enseignement de la Vie. C'est comprendre les lois fondamentales, mais non pas comme elles sont au Ciel, mais comme elles se développent sur Terre. Si vous connaissez Christ, lorsque vous vous mettez en colère, lorsque vous n'êtes pas contents de quelque chose, vous devez tout de suite vous polariser et revenir à un état de calme. Si la surface de la mer est troublée, cela ne veut pas dire qu'il l'est en profondeur aussi. Lorsque nous connaitrons Christ, nous aurons le Pouvoir de ne pas nous troubler et nous serons maitres de soi. Vous voulez être les maitres des Forces dans la nature. Non, soyez les maitres des Forces en vous. Tu ne peux pas être le maitre des choses tant que tu ne parles pas leur langue. Tant que tu ne parles pas la langue d'un animal, tu ne le comprendras pas. Quand tu dis au cheval : « Allez », il se met en route. Nous devons apprendre la langue de ces Forces vivantes en nous, et lorsqu'on dit à notre Coeur de se calmer, qu’il se calme, et lorsqu'on dit à notre raison de rester tranquille, qu'elle t'entende. On vous a enseigné à vous débarrasser du vieil homme qui correspond à votre ancienne manière de vivre et se détruit sous l'effet de ses désirs trompeurs, à vous laisser renouveler par l'Esprit dans votre intelligence et à vous revêtir de l'homme nouveau, créé selon Dieu dans la justice et la sainteté que produit la vérité. (4 : 22-24) Le vieil homme, ce sont tous les habitudes, pensées et désirs trompeurs qui se sont installés en nous par le passé et qui se manifestent maintenant. Ces vieilles habitudes ressemblent à un vieux vêtement avec trous par lesquels le vent passe. Le vieil homme est en lambeaux, tandis que le nouveau est sain, sans déchirures. L'esprit est la Force conjonctive de la raison. Se renouveler signifie se mettre un peu d'huile chaque jour. L'esprit est une Force qui transforme le travail en carburant que la raison utilise. Le nouvel homme doit être créé à l'image de Dieu dans la Justice, la Sainteté et la Vérité; dans la Justice - par rapport au corps, dans la Sainteté – par rapport à l'âme, dans la Vérité – par rapport à la raison. Alors, rejetez le mensonge qui est une qualité de la raison, son défaut, et dites toujours la vérité à vos proches. Tous les différends entre les gens sont causés par le mensonge, car nous nous trompons les uns les autres. C'est pourquoi, renoncez au mensonge, et que chacun de vous parle selon la vérité à son prochain; car nous sommes membres les uns des autres. (4 : 25) Ne vous trompez pas! Ne trompez pas votre estomac non plus. En Amérique, pour couper la faim, souvent les gens mangent de la glace ou boivent du café. Ne trompez pas votre estomac avec du café, du thé ou autre chose. La charrette ne pourra pas avancer ainsi. Tu mettras dans ton estomac quelque chose de substantiel. Si vous vous mettez en colère, ne péchez point; que le soleil ne se couche pas sur votre colère, et ne donnez pas accès au diable. (4 : 26,27) Un autre défaut est la colère, c'est une qualité du cœur. Que votre cœur ne brule pas, car c'est dangereux. Ne donnez pas accès au diable, qui habite le corps – ne lui donnez pas la possibilité de faire sa place. Que celui qui dérobait ne dérobe plus; mais plutôt qu'il travaille, en faisant de ses mains ce qui est bien, pour avoir de quoi donner à celui qui est dans le besoin. (4 : 28) N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté disparaissent du milieu de vous. Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ. (4 : 30-32) Votre travail pendant ce mois-ci sera d'identifier les idées principales que Paul a exprimées dans cette épitre. Vous devez identifier les idées qui se rapportent au corps, à l'âme et à l'esprit. Essayez de trouver une méthode qui vous permettra d'appliquer cet Enseignement dans votre Vie. Comme le sujet est vaste, même une application partielle sera suffisante. Ne croyez pas que j'attends de vous de devenir sages instantanément. Il est important de comprendre l'exercice dans un moment donné. Trouvez le lien entre l'épitre aux Éphésiens et les Proverbes. La deuxième chose que vous ferez est de retenir votre langue, de parler moins. Réfléchissez à l'avance à tout ce que vous allez dire. Vous êtes agité – ne parlez pas. Dites l'essentiel, retenez votre langue et votre parole. Que votre charrette ne grince pas, que votre cheval ne trébuche pas, c'est-à-dire que le maitre qui conduit la charrette doit avoir l'esprit clair. Le troisième exercice que vous allez accomplir au moins une fois par jour est le suivant : vous allez vous assoir confortablement sur une chaise ou bien vous allez vous tenir debout, vous allez ouvrir la fenêtre, vous allez laisser un instant votre bourse pour avoir une bonne disposition, vous allez fermer votre narine droite, et vous allez inspirer par la narine gauche en comptant en silence jusqu'à dix. Ensuite, vous allez fermer aussi la narine gauche et les deux narines fermées, vous allez garder l'air dans vos poumons, en comptant encore une fois jusqu'à dix. Puis, vous allez ouvrir la narine droite par laquelle vous allez expirer l'air, en comptant jusqu'à dix. Après, vous allez fermer la narine gauche, et vous allez inspirer par la droite, tout comme la première fois. Cet exercice, vous allez le faire dix fois l'un après l'autre ou deux fois cinq, en inspirant une fois par la narine gauche et une fois par la narine droite. Avant de faire l'exercice, ouvrez l'Écriture sainte aux Éphésiens et lisez chaque jour dix vers en commençant par le premier chapitre. Veuillez comprendre les idées principales de ces vers et que la plus importante s'imprègne en vous. Le 16 janvier 1919, Sofia *la bonne nouvelle: dans le texte bulgare, les mots « évangéliste » et « bonne nouvelle » sont de la même famille de mots, car l'évangéliste est celui qui donne la bonne nouvelle ou encore l'évangile. **les contes d'Halima: sous ce nom, selon certaines sources du Moyen Âge, on vise les contes arabes de Mille et une nuits
  5. Conservation de l'énergie de l'âme “Tu seras dans la main de l’Éternel une couronne. ” Esaie 62 : 3 Le mot couronne a deux significations. Le mot signifie le juste mouvement en rond, la juste donne. Tous les corps dans l'espace, qui conservent leur énergie, circulent dans une orbite en forme de cercle. Ce qui est vrai pour les corps célestes, est vrai également pour l'homme. Voilà pourquoi, celui qui veut conserver son énergie doit avancer en suivant une orbite courbe, ou plus simplement dit, c'est un travail qui est accompli de la façon la plus facile. Connaitre les modes ou les méthodes pour conserver l’énergie spirituelle est une science nécessaire pour le développement de l'homme. Toutes les souffrances de nos jours, individuelles et communes, sont dues à cette perte de l’énergie Divine. Tant que vous êtes jeunes, l'énergie de votre organisme est si grande qu'elle vous semble inépuisable pour les siècles des siècles. Mais ce n'est qu'une illusion dans la vie sur terre. Cette énergie peut être perdue comme vous perdez votre argent. Elle s'écoule de vous comme l’eau qui s’écoule d'une bouteille cassée. Certains vignerons mettent du vin en bouteilles qu'ils enterrent ensuite pendant quelques années pour assurer une fermentation lente. Pendant ce temps, dans le vin se forme une certaine quantité de bioxyde de carbone et l’ouverture doit se faire très attentivement, car tout le liquide peut s’écouler d’un seul coup. Il en va de même pour l’énergie humaine qui est accumulée dans l’âme humaine - elle peut s'écouler d'un coup, ce qui arrive lors d’une grande joie ou d’un grand malheur. Pour cela, l'homme doit savoir comment se réjouir et comment souffrir. C'est un art. À cet égard, il ne faut pas commettre d'erreurs, sinon l’homme peut souffrir. Je vais vous donner un exemple qui démontre clairement les effets de la grande joie: à Istanbul on a misé à la loterie un bateau anglais qui coutait quatre ou cinq millions de leva. Un débardeur l’a eu et on l’a invité à aller voir son bien. Or, en route, la joie lui a fait perdre la raison. Les gens perdent la raison lors d’une grande joie ou d’une grande peine. Que veut dire perdre la raison ? C’est perdre l’énergie de l’âme ou la non-compréhension du langage spirituel. Il n’y a pas de quoi être fou de joie, ni de souffrir beaucoup, car la grande joie sous-entend une grande peine, et vice versa. C’est une loi vraie. Vous dites: “Quand nous irons au Ciel, nous serons très joyeux, mais quand nous descendrons en bas dans l’enfer, nous souffrirons. ” Ce sont deux pôles opposés. Vous, qui ne comprenez pas les lois Divines et qui ne les connaissez pas, vous dites: « Pourquoi ces gens sont en bas dans l’enfer et souffrent ? » Moi, je demanderais pourquoi ceux qui sont en haut se réjouissent. Quelle est la différence entre la souffrance et la joie ? La peine provient du fait qu’on a perdu ce qui nous a été donné. Par exemple, si on perd la santé, l’argent, l'ouïe ou autre chose, nous souffrirons. Par conséquent, nous devons apprendre à préserver ce que Dieu nous a donné. Pour pouvoir garder ce qui a été donné, nous devons doubler notre énergie, et pour cela une loi a été donnée dans l’Évangile : le doublement est une loi du semis – si l’agriculteur ne sème pas, il perd. À cet égard, votre cerveau est un champ que vous devez semer. Dieu a mis les graines dans votre grange, et lorsque le temps arrive, le Seigneur dit : « Semez le champ ! » Vous répondez : « Cette année, je ne vais pas semer, car j’ai assez de nourriture, je vais me reposer. » Vous laissez vos cerveaux non labourés et, comme on dit en langage scientifique, ils s'atrophient. Le plus grand art dans la préservation de l’énergie de l'âme est la cultivation du cerveau humain. Il existe trois façons pour dépenser l’énergie humaine : en premier lieu, par l’organisme physique – bras, jambes, muscles, estomac, poumons blancs ; en deuxième lieu, par la pensée humaine et le raisonnement ; en troisième lieu, par les passions humaines. Les éléments les plus dangereux pour dépenser l'énergie sont les passions. Ceux parmi vous qui souffrent d'une mémoire affaiblie doivent savoir que leurs passions ont pris le dessus. On observe ce phénomène chez les jeunes filles et garçons à l'âge de quinze ou seize ans. À cet age, ils commencent à tomber en amour et pour cela ils oublient et ils ne peuvent pas apprendre leurs leçons. La même chose se passe chez les personnes adultes – ils tombent amoureux de choses différentes, mais ce n’est pas de l'Amour, c’est un amour superficiel, l’amour à boire. Telle est la situation de l’ivrogne qui aime le verre – il regarde dedans et il est content. La situation est semblable dans le monde des pensées : dans un sens occulte, il existe une pensée purement physique, une pensée des désirs et une pensée spirituelle. Les pensées des désirs sont celles qui causent la souffrance de la société contemporaine, c’est-à-dire que l’époque dans laquelle les gens vivent aujourd’hui est de cette nature. Ce mouvement à l'intérieur de nous-mêmes, cet élan doit être la couronne dans la main du Seigneur. Par l’expression la main du Seigneur on entend la volonté de Dieu. Dans le monde d’aujourd’hui, l'homme doit avoir une forte volonté et moi, je vais vous donner des méthodes pour renforcer la vôtre. Vous croyez avoir de la volonté. Oui, vous en avez, mais elle est ordinaire. Pour avoir de la volonté, il faut savoir avancer en cercle. En Amérique, il y a des chaises appelées rocking-chair, qui sont les chaises les plus bêtes – la personne assise peut tourner. Ne vous assoyez jamais sur une telle chaise, ne tournez pas. Quand on veut faire tomber les pommes de l’arbre, nous le secouons. Lorsque vous avez en tête une idée monotone – par exemple, vous n'aimez pas quelqu'un, vous lui envoyez des pensées qui passent de vous en lui, et de lui en vous, comme si vous étiez assis sur ce rocking-chair, et voilà que dans un ou deux jours, vous ressentez un inconfort mental. Vous allez me demander pourquoi une telle ou telle personne vous a dit une parole blessante. Elle vous l'a dit pour mettre votre volonté à l'essai. C’est écrit dans les Écritures : « Tu dois avoir un heaume pour te protéger de l'ennemi. » Les ennemis du monde Invisible peuvent vous faire lancer une mauvaise idée par n'importe qui – votre femme, votre mari, vos enfants ou quelqu'un d'autre. Même ceux que vous aimez le plus vont vous lancer une pensée à laquelle vous vous n'êtes jamais attendus. Vous devez rejeter chacune de ces pensées. Vous entendez cette phrase depuis toujours : « Dieu fera tout. » Comment va-t-il tout faire ? Imaginez que vous élevez des vers à soie dans une pièce et vous laissez entrer votre brave petit garçon d'un ou de deux ans. Que va-t-il faire avec les cocons ? Il va marcher partout et il va les écraser. De la même façon, vous pouvez laisser entrer dans votre lieu saint une jeune pensée de deux ans et elle va écraser en une heure tous vos cocons. Par le mot cocon, j'entends un certain genre de pensées, d'actions ou de désirs de votre volonté. Dans notre Vie, nous devons suivre avec exactitude les méthodes que la Nature emploie. Dans la nature, on ne peut jamais imaginer le Soleil comme un cercle noir, car il ne sera alors aucun Soleil; on doit toujours l’imaginer de couleur claire. La lumière est un mouvement en cercle. Avant tout, sachez que chaque pensée, chaque désir, chaque action qui pénètrent en vous sont envoyés par le monde Invisible et ce qui vous arrive doit obligatoirement vous arriver. Si vous comprenez cette loi du mouvement, vous saurez qu'une pensée qui est échappée par quelqu'un et qui a traversé votre orbite d'un bout à l'autre, tombera toute seule. Si vous vous trouvez à ce bout, vous pourrez la saisir ; pour cette raison, n'attrapez jamais une pensée qui vient d'arriver et qui est en train de croiser le bout de votre orbite. Pour cela, le Christ dit : « Ne t'oppose pas au mal. » Ce qui veut dire : ne t'y oppose pas, mais vas à l’autre bout et attrape-le. Maintenant, bien sûr, vous aurez besoin d'expérience. En quoi consiste cette expérience ? Plusieurs me demandent comment s'améliorer, comment avancer, comment voir telle ou telle chose ? Je voudrais non seulement que vous voyiez les choses, mais aussi que vous les maitrisiez. Vous pouvez voir une graine de blé – c'est une chose; si vous la prenez et la plantez, c'est une autre chose. Ainsi, il ne suffit pas de ressentir une idée Divine, qui vous est donnée, mais il faut aussi se l'approprier et l'appliquer. Vous voulez par exemple voir un Ange. Vous pouvez voir tous les Anges que vous voulez, vous pouvez aller près d'eux, mais au retour vous êtes les mêmes, tout ce que vous faites, c'est de raconter ce que vous avez vu comme si c'était un spectacle et la question finit là. Il faut s'approprier ces principes. Lorsque vous rencontrez un Ange, il est important d'entrer en contact avec son intelligence et son esprit. Dans la nature aussi, tout d'abord on ressent les choses, ensuite on les voit. Il y a beaucoup d'animaux qui nous ressentent, mais ne nous voient pas. Un jour, quand ils seront développés, quand ils seront à notre place, ils diront : "Nous voyons maintenant ce qui nous empêchait avant". Je vais vous donner un essai à faire pendant un mois. Plusieurs d'entre vous sont capables de le faire. Ne pensez pas que lorsque vous faites des essais, tout est agréable et tout donne des résultats. Quelquefois, vous pouvez avoir le pire résultat, mais ne vous découragez pas – les pires résultats sont parfois les meilleurs. Je vais vous donner un exemple pour vous expliquer cette idée : la femme d’un Turc riait beaucoup, sa mâchoire s'est déplacée et cela a déformé sa bouche. Ils ont cherché des médecins pour replacer sa mâchoire, mais personne n’était capable de le faire. Voilà pourquoi, un jour, son mari l'a fait monter dans la charrette et l'a emmenée voir un bon docteur. Cependant, lorsqu'ils étaient en route, les chevaux ont eu peur, ils ont renversé la charrette, la femme est tombée, suite à quoi sa mâchoire s'est replacée toute seule. Le Turc entreprend un voyage pour essayer un traitement chez un médecin reconnu, mais Dieu trouve bon de faire tomber de la charrette cette femme, et de cette façon de replacer sa mâchoire… Voilà pourquoi, ne croyez pas que tomber de la charrette est une mauvaise chose – au contraire, cela replacera votre mâchoire. L’essai est le suivant : premièrement, lorsqu'une pensée de haine surgit dans votre esprit, qu'elle se transforme en amour. Je vais vous donner une méthode pour transformer la haine en amour: mettez-vous tout de suite à la place de la personne que vous haïssez, supposez que vous avez la même faute envers Dieu et dites : « Le Seigneur m'aime avec tous mes défauts, c'est pourquoi je ferai de même avec cette personne – je vais l'aimer ! » Quel que soit la faute ou le comportement de cette personne envers vous, vous vous trouvez dans la même situation par rapport à Dieu. Dieu n'a pas changé jusqu'à présent son attitude envers vous, Il vous aime. Dirigez votre pensée vers Dieu, et puis de vous vers les autres – vers l’homme, que vous haïssez. Cet amour que Dieu a pour vous va passer de vous vers l'autre personne et elle va se mettre dans la même situation par rapport à vous, la situation que vous avez vous aussi par rapport à Dieu, c’est-à-dire que la même attitude surgira aussi dans l'esprit de cette personne. Deuxièmement, pendant tout ce mois ne médisez de personne et si on médit de vous, ne dites rien, faites comme si cela ne vous concernait pas. Il est possible que vous vous sentiez un peu aigris, mais dites-vous que ce n'est pas vous. Si une femme met les mains dans une pâte aigrie, est-ce que ses mains sont aigries aussi ? Même si tout votre corps devient aigri, sachez que votre âme ne l'est pas. Ne prenez pas l’aigrissement extérieur pour un aigrissement intérieur. Ne croyez pas que c'est facile de renoncer aux propos malveillants, c'est une affaire sérieuse. Je vous demande de ne pas médire seulement pendant un mois, et non pas toute la vie. C'est juste pour un mois, pour essayer votre volonté. Lorsque je vous demande de changer la haine en amour, la haine ne disparaitra pas d'un seul coup, elle continuera de surgir. Si votre essai réussit chaque fois, vous ressentirez une paix intérieure et l'acquisition d'une petite énergie. Et si quelquefois votre essai ne réussit pas, vous aurez une petite perte d’énergie. Pendant ces trente jours, vous aurez des pertes et des gains, mais ce qui compte est d'avoir un bon résultat à la fin. Vous pouvez tomber de la charrette, mais en fin de compte votre mâchoire sera replacée. Je vous donne ces deux essais, car ils s'inscrivent dans les méthodes naturelles que les Anges utilisent aujourd'hui dans le monde. Vous aurez leur soutien. Troisièmement, produisez une bonne pensée et gardez-la dans votre esprit pendant tout le mois. Lorsque vous faites cet essai, sachez toujours que vous êtes libres ; ne pensez pas que le monde extérieur ou l'attitude que vous avez envers les autres peuvent s'opposer à vous. Avant de commencer les essais, dites : « En ce moment, quand je commence les essais, grâce à la force Divine qui est en moi, je peux tout faire ! » N'ayez pas peur du mot tout – il signifie tout le Bien, et non pas tout le mal. Il n'y a pas de force en ce moment qui puisse vous dépasser. Gardez dans votre esprit la pensée vivante : chaque fois que l'homme veut faire un bien, la conscience Divine est éveillée. Aussitôt que tu décides de faire une bonne action, un lien est créé entre Dieu et toi, un entretien est en cours. Au moment où tu décides de faire du Bien pour Dieu, Il pense à toi. Ces trois essais que je vous donne seront la base pour renouveler vos pensées et vos coeurs, avant de commencer à lutter. Je vois que plusieurs d'entre vous vivent comme ceux qui ont acheté des billets de loterie et attendent le lot. La deuxième année ils achètent encore un billet, la troisième aussi, mais c'est peu probable de gagner quelque chose. Ce n'est pas comme ça qu’on entre dans le Royaume de Dieu. Le Royaume de Dieu doit être pris par Force, le Savoir est acquis par Force – tout est acquis par Force dans le monde. Par Force signifie par ces êtres Intelligents qui sont supérieurs aux Anges. Ce sont les Forces du Seigneur et on obtient tout par eux. Ces Êtres sont les Archanges. Plus tard, lorsque vous aurez fait ces essais, vous serez capables de chasser le rhumatisme, le mal de tête, les palpitations, la phtisie et autres maladies, qui existent non seulement dans l'organisme, mais aussi dans l'esprit et dans le coeur. On dit dans les Écritures : « Tu seras la couronne de gloire dans la main de Dieu. » Par couronne, on entend les êtres Angéliques suprêmes. Avoir la couronne du Seigneur, cela veut dire être en relation avec les esprits Suprêmes de l’Amour, qui sont aussi la source de l'Amour Divin. Celui qui boit de cette source, sa soif sera rassasiée. Il y a deux catégories: couronne et gloire. La gloire, ce sont les Archanges qui sont porteurs de la Volonté Divine sur le plan physique. Quand tu veux renforcer ta volonté, tu feras appel à un Archange qui est puissant et fort. C’est une loi qui travaille par la force de l'inspiration. L'idéal que la mère a eu lors de la conception définit son enfant. Nos idées et désirs se réalisent en fonction des êtres auxquels nous pensons dans un moment donné. Si une jeune femme aime un jeune homme stupide, tel sera son enfant. Elle voit le jeune homme d'un autre regard, il lui semble parfait, mais en réalité il ne l'est pas ; sa perception est un état qui ne correspond pas à ce qui se produit en réalité. Il ne faut pas regarder son âme, mais ses réalisations. Il ne faut pas porter attention à son extérieur, à sa beauté de jeune homme, à son apparence soignée, etc. Un cheval peut aussi avoir une apparence soignée, mais sous cette apparence il n'y a aucune intelligence. Je vois l'intelligence dans les actions. Avoir une apparence soignée sous-entend une situation, dans laquelle tu as une jambe cassée et quelqu'un vient te la replacer, ou bien te soulager quand tu es souffrant. Prenons en exemple quelqu'un qu'on croit avoir une apparence soignée: il vient à une réunion de prière avec de mauvaises pensées en tête pour telle ou telle personne. Voici ce que représentent les gens à l'apparence soignée qui viennent gâcher l'ambiance d'une réunion de prière, ce sont les belles filles et les beaux garçons aux yeux et aux cheveux noirs. Si tu as l'apparence soignée, il faut venir de l'extérieur en bonne disposition que tu transmets aux autres. Elle n'est pas comme cela la couronne et la gloire du Seigneur, et en réalité dans une telle réunion l'homme vieillit vite. Comment ne pas vieillir ? Si je commence à dire sans cesse à quelqu'un parmi vous qu'il est abominable, vous verrez que dans un mois il noircira. Si vous dites sans cesse à quelqu'un qu'il est beau, il se corrigera. Quand je vous vois quelquefois noircis, je dis: « Quelqu'un a travaillé sur vous. » Dans la maison de Dieu, je ne veux pas de vers! S'il y a des vers, qu’ils restent dehors ! Si j'en attrape un, je le jetterai dehors par dessus la clôture. Et celui qui fait bien ses essais, s’il est tombé par-dessus la clôture, je le relèverai et je le ramènerai. Ceci est un essai parfait. Lorsque j'ai décidé de parler aux femmes, le temps était pluvieux. Je me suis dit : « Cette pluie montre que les femmes n'ont pas de chance. » Mais, je vois qu’aujourd’hui il fait beau – ce qui montre que les femmes sont créditées aussi. Le Soleil qui brille nous dit qu'il est en accord aussi. Ce n'est pas juste une consolation, ce sont des faits. Quand vous commencez le premier essai, que rien ne vous perturbe. Ne perdez pas vos sentiments, vos pensées et les croyances religieuses que vous avez. Chaque homme ou femme doit appliquer son expérience. Nous sommes venus sur Terre pour nous enrichir, pour retourner riches chez Dieu. Perdre, c'est facile, mais s'enrichir est un art, car la raison de plusieurs d'entre vous ne fonctionne pas. Cette « perte », les occultistes l'identifient comme une démagnétisation. Si vous ne pouvez pas faire ces essais seuls, demandez de l'aide à quelqu'un, travaillez ensemble. Dans l'exécution de cette tâche, vous devez être patients. Commencez de faire les essais généralement le matin ou lorsque vous êtes en bonne disposition. Vous allez demander si votre prière sera entendue. Nous sommes obligés de prier, et ce, sans nous demander si Dieu entendra notre prière ou pas. Pour avoir du succès dans cette vie, vous avez besoin d'une volonté forte, d'un esprit fort et d'un cœur fort. Vous pouvez les acquérir seulement si vous menez une vie pure et saine. En dehors de cela, on ne peut s'attendre à aucune réussite. Quand on lit l'histoire au complet d’un bout à l’autre, on voit que les hommes et les femmes les plus réussis sont ceux qui ont mené une vie pure et saine. Ne croyez pas que c'est facile d'être pure et sain. Si tu t'es sali, c'est parce que tu as été ivre et tu es tombé. En somme, la pureté et la sainteté dominent dans le monde. On a tort de croire que notre mère nous a mis au monde dans le péché. Tous ceux qui n’accomplissent pas la volonté de Dieu sont nés dans le péché, et ceux qui accomplissent la volonté de Dieu ne sont pas nés dans le péché. Quelqu'un dit : « Nous sommes des pécheurs. » Oui, je ne nie pas qu'on commet des erreurs, mais qu'on est nés dans le péché, cela je le nie. Tous ceux qui accomplissent la volonté de Dieu sont nés par Amour. Le Christ veut que l’homme soit juste dans son âme – ce qu’il est là-haut, qu’il soit le même en bas. Tu es troublé – ne le cache pas. Lorsque vous êtes troublés, cela signifie que les enfants qui sont en vous ne sont pas sages. Mais cela s’arrangera aussi. En vous exerçant ainsi, toutes les difficultés vont disparaitront et la bénédiction viendra dans le monde. De cette façon, les gens seront obligés de ne plus voler et de ne plus mentir. À présent, vous allez exercer votre volonté, pour devenir purs et sains. Lorsque vous le deviendrez, vous aurez la force de cueillir les fruits de l'Arbre de la Vie, et vous verrez que tout est possible. Seulement de cette façon la vie sera intéressante. Dorénavant vous serez toujours à l'École. Vous n'êtes pas encore allés dans une telle École. Jusqu'à présent, vous avez fait la vaisselle, vous avez coupé des ognons, etc., dorénavant vous allez commencer par la lettre a, qui est la voix de la volonté. C'est comme cela que vous allez exercer votre volonté. Sofia, le 10 juin 1918
  6. Remplir et vider Il est dit dans l'Écriture: « Sans foi, on ne peut accomplir la volonté de Dieu. » Je périphrase un peu ce vers et je dis: « Avec foi on accomplit la volonté de Dieu. » Il faut savoir que c'est par la foi qu'on fait appel à Dieu. Selon l'Écriture, ce qu'on demande en fonction de la volonté de Dieu nous sera donné. Cette foi n'est pas la foi populaire, elle n'est pas la foi que les gens possèdent, mais c'est la foi des enfants – vous pouvez la chercher chez eux. Vous devez avoir la foi de l'enfant et non pas celle de l'adulte. Je voudrais que ceux qui m’écoutent ne pensent pas qu’ils sont adultes. S’ils le pensent vraiment, ils n'ont pas à venir ici ; on n'a pas besoin de gens adultes sur la terre, ces gens sont pour le Ciel. Vous direz : « J’ai cinquante, soixante ans. » Méfiez-vous de votre âge. D'après moi, l’âge de l’homme est défini par son vécu. Plus votre vécu est riche, plus vos années sont nombreuses, et vice versa. Ce qui compte, ce sont les pierres précieuses que vous avez dans la bourse de votre Vie. Vous pouvez porter cinquante kilogrammes de charge qui coute cinquante leva ; vous pouvez porter seulement un gramme de diamant qui coute des milliers de leva. Ce n'est pas la quantité de votre charge qui compte, mais la qualité. Certains disent: « Je sais que le Soleil tourne. » Je demande si votre Soleil tourne. Vous dites : « Je sais que la Lune se vide et se remplit. » Je demande si ta Lune se vide et se remplit. Voilà où se cache le Savoir – c'est connaitre le Bien et le mal. Assurez-vous que votre cœur se remplit du Bien et se vide du mal. C'est ce que remplir et vider signifient. Vous savez que la Lune se remplit en quatorze jours et en quatorze jours décroit. Donc, votre coeur travaillera pendant quatorze jours pour se remplir de Bien et ensuite quatorze jours pour évacuer les eaux usées, les vôtres et celles de la société. Après quoi, vous pourrez ressentir une légèreté. Les docteurs font la même chose eux aussi. Quand les gens voient que quelqu'un a mal au ventre ou a la diarrhée, ils cherchent tout de suite le docteur pour le guérir. Attendez d'abord que le malade vomisse, pour se soulager et pour se libérer de ce qui a été accumulé. Quelqu'un se met en colère, il se met à crier – ne l’arrêtez pas, qu’il continue de crier pour que tout sorte dehors. Si cela vous dérange, bouchez vos oreilles, éloignez-vous, ce n'est pas à vous d'arrêter l'égout. C’est la philosophie de la Nouvelle doctrine, c’est la Doctrine du christianisme. Quelquefois, votre mari se fâche, il se chicane et vous voulez l'arrêter. Attendez qu’il vomisse. – « Oui, mais il va me salir ! » Garde ta distance, ne te mets pas devant lui ; donne-lui la bassine et reste derrière lui, qu'il vomisse à volonté. Ne l'arrête pas, aide-le et remercie qu’il s'est libéré de cette charge. Que fait la femme à la place? Elle va d'une maison à l'autre et raconte: « Savez-vous quel malheur m'est arrivé – mon mari a vomi! » Tout au contraire, c'est un bonheur, car il est soulagé. Je crois qu'il y a de l'espoir pour tous les gens qui vomissent. Dorénavant, vous allez parler moins et travailler plus. Les professeurs font la même chose avec les élèves dans les écoles – pour leur apprendre à travailler, ils leur donnent des examens, des devoirs, des rédactions, etc. En entrant dans le monde Spirituel, ne croyez pas que vous êtes déjà saints et purs. Cela viendra de soi, n’ayez pas crainte. Si vous voyez une bougie et vous commencez à vous demander comment elle brille, quand elle brille mieux, etc. , cela ne vous apportera rien. Laissez de côté les réflexions, prenez plutôt une allumette, allumez la bougie et profitez d'elle. Tout ce qu'on demande de vous est d'aspirer à l'obéissance envers le Dieu de la Plénitude universelle. Ce Dieu, dont je parle, vous voit, car il a des millions d'yeux et d’oreilles. Il vous voit par les chats, par les mouches, il vous voit quand vous les chassez. Dieu voit tout, car il a beaucoup d'endroits secrets, desquels il vous observe. Dieu ne se trouve ni dans les chats ni dans les mouches, mais il voit par eux. Quand il vous voit passer près d’un poirier ou regarder une fleur, Il connait déjà vos intentions. Dieu connait tout. Quand vous buvez un peu d'eau, c'est par elle qu'il connait votre intérieur. Les choses les plus importantes et les plus nécessaires pour vous sont les suivantes: obéissance et attention. Que veut dire obéissance? Obéissance veut dire faire quelque chose, et attention veut dire que lorsque Dieu fait quelque chose, tu dois faire attention. Vous aussi, vous devez maintenant écouter et faire attention. Vous vous demandez peut-être ce que j'ai encore à vous dire. On demande de vous seulement obéissance et attention! Si on vous envoie avec un tuyau d’arrosage dans un jardin, vous devez arroser, et non pas de réfléchir pourquoi c'est à vous qu'on le demande et non pas aux autres. C'est vous qu'on a trouvé, c'est toi qui a le tuyau dans les mains ; arrose et ne pense plus à cela, car celui qui arrose le jardin Divin profite de ses fruits. Lisez le neuvième chapitre du prophète Daniel. Ce chapitre est en lien direct avec ce que je vous ai dit de faire. Vous ne connaissez pas votre avenir, il est caché de vos yeux, vous ne savez pas ce que Dieu vous réserve. Il est dit : « Priez afin de ne pas tomber au pouvoir de la tentation! » Plusieurs d'entre vous ont beaucoup de travail, mais il y a un travail plus important pour lequel vous êtes venus. Je serai bref : ce que vous devez faire est de réfléchir quatre ou cinq minutes pour voir si vous êtes prêts à accomplir volontairement ce travail, sans avoir des regrets après. Vous allez faire la chose suivante: pendant dix jours, à partir du 27 juin, vous allez vous lever le matin vers 4 heures et entre 4 et 5 heures, vous allez lire le neuvième chapitre de Daniel, vous allez y réfléchir attentivement, vous allez prier et confesser devant Dieu, comme vous le faites devant un prêtre, vos péchés, les péchés de vos proches et les péchés de votre peuple. Et si Dieu le veut bien, il vous accordera son pardon. Ainsi, vous envoyez votre demande à Dieu, et quelle sera la résolution, c'est à Lui de décider. En même temps, vos proches qui sont partis prieront pour soi et pour vous – comme ça, il y aura une prière en haut et en bas, comme l'arbre se nourrit en haut et en bas. Vous allez vous laisser sous l'influence de Dieu. Vous allez manger deux fois par jour: pas de beurre, pas d'oeufs, mais juste de la nourriture végétale. Vous allez manger le matin après la prière et le soir avant la prière. Le soir vous allez manger avant le coucher du Soleil, tandis que la prière et la lecture du neuvième chapitre vous allez faire après le coucher du Soleil vers 8 heures du soir. Dieu a imposé le jeune au monde entier. Lorsque vous déjeunez le matin et vous dinez le soir, vous allez remercier beaucoup Dieu. Lors de ces dix jours, vous allez garder un jeune absolu de votre coeur et de votre esprit – n’ayez aucune mauvaise pensée, aucun mauvais désir, ne médisez pas. Durant ces jours, demandez à Dieu seulement des choses importantes et utiles, et non pas de choses vaines. Priez Dieu de soutenir toutes vos soeurs et frères, où qu’ils se trouvent, que le Seigneur vienne à l'aide de tous les souffrants, de tous ceux qui luttent contre le mal. Les prières que vous pouvez lire sont La bonne prière, Notre Père et d'autres. Tâchez d'être sincères et d'avoir toujours le cœur chaud. Allez vers le Seigneur avec foi ! Croyez en Sa douceur et sa bonté. Comme cela, vous verrez le résultat. Sofia, le 26 juin 1918
  7. La Simplicité “Timothée, mon enfant, voici le conseil que je t’adresse en accord avec les prophéties prononcées autrefois a ton sujet: en t’appuyant sur ces paroles, combats le bon combat. ” 1 Timothée 1 : 18 Les mots combat et exploit se ressemblent, car seules le juste combat implique l'exploit dans le monde. Le mot exploit signifie le relèvement en haut. Le combat représente le relèvement de l’esprit humain, alors que la descente est la chute de l’esprit humain. Avant tout, on demande de vous tous une simplicité, ce qui ne signifie pas d’être simple, mais que toutes les connaissances que vous avez en vous soient simples. À la base, les choses doivent être simples, comme l’est au début la base, sur laquelle on construit, puis avec les difficultés elle se complique. Donc, à la base, les idées doivent être claires et simples. Il doit y avoir une simplicité dans vos esprits et dans vos coeurs. Je veux que vous saisissiez bien le mot simplicité, pour le comprendre. Quand vous êtes inquiets, prononcez ce mot et vous allez ressentir un silence dans votre âme. Chaque bonne parole doit produire un apaisement en vous. Je vais vous parler du mot combat et je vais attirer votre attention sur un fait pour que vous compreniez les contradictions qui existent dans la Vie. Car, je remarque de telles contradictions entre vous que vous n'arrivez pas à comprendre. Ne pensez pas que j'ai l’intention de vous critiquer. Pas de critique; j'aimerais clarifier pour vous certains idées et désirs. Imaginez que vous vous trouvez dans un jardin magnifique, vous êtes assis sur une chaise et devant vous il y a un pommier garni de belles feuilles et fleurs. Vous vous en réjouissez. Supposons que les feuilles de l'arbre sont paisibles et calmes, elles s'entretiennent et disent : « Comme le monde Divin est beau, nous vivons en paix et concorde ! » Mais tout à coup, il se met à venter, les feuilles commencent à se bousculer entre elles et quelques-unes tombent. Dans cette société là-haut, dans la couronne de l'arbre, les chicanes commencent: « Toi, tu ne comprends pas le christianisme, tu es barbare » etc. Telle est votre situation, lorsque vous allez de maison en maison pour médire et juger les gens. Cela montre qu'entre vous il vente. Certains se demandent pourquoi une personne va de maison en maison pour médire. Moi, je demande pourquoi il vente. La raison est extérieure. Il faut comprendre ces mouvements extérieurs qui ne dépendent pas de vous. Si tu es une feuille et le vent arrive, tu vas sans doute bousculer quelqu'un. Alors, dis-lui : « Pardonne-moi, je ne voulais pas te faire du mal! » Pour cette raison, il faut vous pardonner. Aussitôt que le vent se calme, la paix et la concorde se rétablissent aussi, mais dès que le vent se met à souffler, la chicane arrive. C’est un fait réel dans la Vie et vous dites : « Il vente. » Chacun doit avoir un bonnet et lorsque le vent se met à souffler, il doit le mettre sur la tête et tout sera en paix et concorde. Le fait d'avoir un bonnet sous-entend que l’homme sait contenir ses pensées et ses désirs. Si l'homme a un tel bonnet, ses pensées et désirs seront en ordre; sinon, les choses iront mal. Si on entre dans la vie Divine, il n'y aura pas de tels vents, mais il y aura de paisibles soufflements qui feront frissonner les feuilles comme celles du tremble et indiqueront que vous vivez dans le monde des vents. Quels que soient vos actes, vous direz à cette feuille : « Sois certaine que plus jamais je ne ferai cette chose et je m'en repens. » Chaque jour, il y aura des fautes et des regrets. Tels sont les hommes – des moralistes qui nous disent qu'on doit mener une vie pure, juste et honnête. Telles sont les feuilles tant qu'elles sont propres, jusqu'à ce que la poussière tombe et les salisse. Ainsi, dans la vie de tous les jours, il y aura de la poussière, de la purification, des chicanes, etc., mais cette vie doit passer. Quand vous êtes deux soeurs ensemble et vous vous disputez, vous direz : « Ma soeur, je te demande pardon, il y a du vent, c'est pour cela qu'on s'agite. » C’est la bonne solution au problème. Quand vous vous disputez, réunissez-vous et dites la formule suivante : « Le Christ est égal à y, 0-0, 1-1. » C'est la signification du dernier vers du proverbe : « Celui qui m'écoute habitera en sécurité, il vivra tranquille et sans craindre aucun mal. » C'est la même loi. Parfois, entre la raison et le coeur il y a une lutte, une contradiction – le coeur désire une chose, la raison – une autre, il y a un débat, vous décidez de faire une chose, en réalité vous agissez autrement. Admettons que deux d'entre vous possèdent mille ares de terre que leur père leur a laissée. L'une est travailleuse, elle laboure sa terre, elle en a fait un jardin, la cultive avec des arbres fruitiers, l'autre partie elle sème avec du blé, de l'orge, du maïs, et d'autres cultures. Tandis que la deuxième dit : « Je n'ai pas besoin de tout cela. » et laisse sa terre non cultivée. Toutes deux vont inspecter leur bien : l'une a du blé, du maïs, elle se réjouit de tout, la vie pour elle a un sens. Or, la terre de l'autre est couverte de mauvaises herbes et elle dit : « La vie n'a pas de sens. » Qui a créé le sens et le non-sens dans la Vie ? Vous dites : « Que Dieu nous donne ceci, cela ! » Dieu vous a donné de la terre, c'est votre coeur – labourez-le ! On laboure le coeur comme on prend soin les arbres fruitiers. Faites pousser en lui tous les bons désirs. Il faut semer au bon moment et non pas n'importe quand. Ceux qui font pousser les arbres fruitiers ont deux périodes convenables – pendant l'hiver et pendant l'été. Les agriculteurs ont aussi deux périodes de plantage – pendant l'hiver et pendant l'été. Ceux qui plantent du maïs, eux aussi ont des périodes de plantage. Ainsi, lorsque vous ressentez de bons désirs, ne les laissez pas passer parce que vous êtes occupé à finir votre travail, mais semez-les sans attendre. Si vous demandez comment faire pour les semer, cela veut dire que votre esprit est occupé par ce que les gens vous ont causé. Laisse tout de côté, plante ce bon désir! Tu es indisposé; laisse ton indisposition de côté, car ton indisposition et toi, vous êtes deux choses différentes! Quand vous vous mettez en colère l'une contre l'autre, savez-vous à quoi vous ressemblez? Imaginez une mouche qui vient cracher de la salive sur votre nez; vous vous écriez tout de suite: « Quel droit a-t-elle de faire cela? », vous vous mettez à sa poursuite et vous vous enragez contre toutes les autres mouches. Lavez votre nez tout simplement. Quelqu’un a parlé de vous – lave la tache et ne fais rien de plus. Mais vous demandez: « Savez-vous ce que cette mouche a fait à mon nez? » Laisse-la de côté. Quelqu'un vous a vexé; ne racontez pas aux autres ce que cette personne vous a dit pour ne pas le planter dans leur esprit. Alors que vous vous racontez vos injures et de cette façon vous les faites connaitre par tout le monde. L'une raconte à une autre, et elle - à une troisième, on met un chapeau sur l'histoire et cela devient une grande nouvelle. Vous êtes comme cela, les élèves du XXe siècle. Bien sûr, tout cela est utile pour le monde, pour les gens qui n'ont pas de travail, mais pour ceux qui ont du travail, il y a des choses plus sérieuses à faire. Ainsi, l'apôtre Paul se tourne vers Timothée et lui dit: « Au Roi éternel soient honneur et gloire pour l'éternité. Amen. » Si Dieu vous a donné un tel coeur pour le glorifier, il faut planter les bons désirs dans votre coeur et Dieu va les faire grandir. Tous les bons désirs se plantent seulement le matin, le soir on ne plante rien. Le soir, les graines ne font que pousser et le matin on les plante – c'est ainsi dans le monde Spirituel. Savez-vous ce que le matin signifie? Le matin, c'est la jeunesse. Le matin, le Soleil est un jeune homme, à midi il est marié, et le soir, il est un vieil homme. Quand vous allez le voir le soir, il vous dit: « Tout est fini, il y a de ça cent ans, il aurait fallu venir me voir lorsque j'étais jeune et je travaillais pour être en mesure de vous donner quelque chose.» Allez dans les champs et demandez à un vieil homme de vous aider; il vous dira: « Je suis vieux déjà, j'ai mal aux os. » Appelle un jeune homme et il viendra t'aider tout de suite. Qui moissonne les champs ? De jeunes femmes et de jeunes hommes. Pour travailler dans le monde, vous devez être jeune, et pour l'être, vous ne devez pas vous tromper. Celui qui se trompe vieillit, celui qui fait du Bien se rajeunit. Pour cela, utilisez les mots: « Que le Soleil de mon âme se lève et purifie mon coeur. » Cela veut dire qu'on se rajeunit. Cela veut dire qu'on veut être bon et bon est celui qui a beaucoup d'arbres fruitiers dans son jardin. Comment faut-il planter – avec ou sans eau? Avec de l’eau, bien sûr. Cette loi agit de la façon suivante : faites un essai – il peut vous arriver un grand problème ou un malheur de diverses natures dans la vie, et vous tombez dans le désespoir de ce qui s'est passé. Toujours après un tel malheur une bonne pensée arrive - arrosez-la, c'est le temps de le faire. Celui qui n'a pas souffert ne peut pas avoir de bonnes pensées. Quand les souffrances vous arrivent, cela montre que Dieu s'occupe de vous, que le temps du plantage est venu. C'est la juste interprétation. Une personne dit quelque chose de vous et vous êtes vraiment vexés; vous allez souffrir, vous allez pleurer un peu, mais bientôt vous sentirez un apaisement et une bonne pensée vous viendra. Mettez-vous tout de suite au travail, plantez-la! Cette action va payer le dû de l'insulte. Je vais vous expliquer la loi pourquoi il ne faut pas se venger. Supposez que quelqu'un entre dans votre maison et vous enlève mille leva. Le même jour, vous aurez un travail important qui vous fera gagner cent-mille leva. Si vous vous mettez à poursuivre le voleur, vous perdrez cent-mille leva. Dieu dit : « Laisse les mille leva, tu vas gagner cent-mille, finis ton travail ! » Quelqu'un vous a vexé, mais au même moment vous devez accomplir un bon travail pour Dieu ; finissez votre travail, sinon vous perdrez le double si vous décidez de vous venger. Il y a-t-il de la philosophie dans cela? Il y en a. Faites un essai pour voir si c'est juste ou faux. Si l'occasion se présente, essayez et appliquez ce que je vous dis. Je rencontre souvent sur le chemin des gens qui courent après les mille leva : Où vas-tu? On m'a volé de l’argent, mille leva. Tu vas perdre cent-mille leva. Je vous dis à vous aussi: je vous ai déjà vus à la poursuite des mille leva; faites attention, vous perdrez cent-mille leva. C'est justement cela que l'Évangile nous apprend – ne pas vous venger, car le Seigneur dit : « À moi la vengeance, à moi la rétribution. » « Ne jugez pas, afin que vous ne soyez pas jugés ». Chaque personne a un travail important à accomplir, mais il ne doit pas juger les autres. C'est alors que vous aurez une vie en paix et tranquille – seulement si vous écoutez votre Seigneur, Celui que vous connaissez. Chaque jour vous pouvez voir qui est ce Dieu. En faisant Sa Volonté, chaque jour vous vous sentirez en paix et tranquilles. Si vous ne faites pas la Volonté de Dieu – vous serez inquiets. Pourquoi donc Dieu n'est pas là? Dieu arrive seulement dans des moments de souffrance. Quand les plus grandes souffrances arrivent au monde, c'est là que Dieu apparait. Quand un homme souffre, Dieu va auprès de lui, et quand il se sent bien, Dieu dit: « Faites venir cet homme ici. » Et nous disons : « Que Dieu le pardonne, il est parti. » Et moi, je dis : « Il est allé voir son Père dans son pays, dans son domaine, et puis il va retourner. » Ainsi, une fois c'est Dieu qui vient auprès de nous, une autre fois c'est nous qui allons auprès de Lui. À quoi vous ressemble cela? Quand un père marie son fils, il le met vivre dans une autre maison et lui rend visite, une autre fois c'est le fils qui lui rend visite. Dites-moi, quand est-ce que vous visitez Dieu ? – Quand vous êtes très désespérés et vous souffrez. Et lorsque quelqu'un vous fait du mal, alors c'est Dieu qui vous rend visite. Voilà pourquoi vous devez rendre visite à ceux qui souffrent. Maintenant, vous savez que tout le monde peut visiter Dieu dix fois par jour, et Dieu peut nous visiter une fois par jour. La prière est un appel à Dieu. Vous êtes souffrants, vous éprouvez de la peine - priez. Dieu vous console : il vous enverra un homme pour vous aider, il vous enverra un Ange et tout seul il descendra vous consoler. Vous demandez pourquoi on est venu au monde. Pour visiter Dieu. C’est la loi suprême par laquelle les gens avec leurs peines et leurs besoins sur terre se rapprochent. S'ils n'avaient pas besoin, ils ne pourraient pas comprendre en quoi consistent les biens dans la Vie. Vous allez vous mettre cette idée: La vie, comme elle est maintenant est la meilleure et vous qui menez une vie a présent, vous vivez de la meilleure façon. Quelqu’un dira : « Je suis une mauvaise personne. » Dans quel sens? Tu n'es pas mauvais, mais tu possèdes une terre que tu ne veux pas cultiver, tu es paresseux. Il faut travailler. Mets-toi au travail – tu ne seras pas pécheur. Comment est-ce que le péché nait ? Si tu ne travailles pas, tu commettras des erreurs – tu vas penser d'où tu peux prendre, que pourrais-tu faire et voilà que tu es endetté envers tout le monde. Ainsi, vous n'êtes pas pécheurs de nature, mais parce que certains d'entre vous ne veulent pas travailler. Certains, par exemple, disent : « Comment pourrais-je me lever à 4 heures du matin, est-ce possible de se lever à cette heure? » Oui, on peut se lever, car la nuit est pour dormir, et le matin – pour travailler. Quand le Soleil se lève, tout le monde doit être hors de son lit, et quand il se couche, tout le monde doit être au lit. Les oiseaux font de même. Si vous désirez comprendre le Christ, il faut agir et vivre de la même façon. Lorsque la souffrance arrive, dites : « Il est temps de travailler ». Préparez-vous à planter! Lorsque le premier bon désir vient en vous, plantez-le et dans un an vous serez riches. C'est ce que les Bulgares entendent quand ils disent: « Ses yeux se sont ouverts. » Quand un homme devient riche, ses yeux s'ouvrent. Prenons un homme pauvre qui se fait construire une cabane sans fenêtres, et lorsqu’ il devient un peu plus riche, tout de suite il fait ouvrir une, deux et plusieurs fenêtres. Les souffrances qui vous sont envoyées représentent une nécessité pour votre développement. Quand vous dites : « Que mon Soleil se lève ainsi», cela représente l'homme incarné sur Terre. Vous devez utiliser ce Soleil qui se lève. Chaque matin, quand il se réveille, l'homme nait, et le soir, quand il s'endort, il meurt. C'est pourquoi, le matin, si vous ne vous levez pas à temps pour accoucher votre enfant, il mourra. Remarquez, les gens qui se lèvent tard, ne sont pas bien disposés pendant toute la journée – nous disons qu’ils n'ont pas accouché de leur enfant. Il faut comprendre le sens profond des choses, et non pas leur lettre. Par matin j'entends toutes les bonnes conditions que Dieu vous donne, c'est pourquoi vous ne devez pas les remettre pour une autre fois. Elles représentent un matin de votre Vie. Quand vous vous levez tôt le matin, y a-t-il une réaction en vous, par exemple une maladie quelconque? Je vais vous recommander quelques règles : j’ai remarqué que certaines personnes marchent très vite, et il faut marcher plus doucement, sinon vous transpirez, ce qui explique les petits malaises. Deuxième règle: observez les couleurs du Soleil, surtout à la fête de la Saint-Jean. Lors de votre observation, plantez de bonnes pensées en vous. Supposons que vous avez de bonnes idées en abondance; vous devez les partager avec autres, pour qu'ils puissent les semer eux aussi, c'est-à-dire, il faut aussi les renvoyer aux autres. Si parmi vous il y a une disharmonie, qu'elle diminue d'au moins cinquante pour cent. Je vais vous donner une troisième règle: lorsqu'on vous dit que deux soeurs se sont disputées, dites : « Le vent les a tournées, pour cela, rassemblons-nous et prions Dieu pour qu'elles se pardonnent. » Vous allez leur envoyer de bonnes pensées. De plus, rassemblez-vous en petits groupes de quelques soeurs et, à tour de rôle allez leur rendre visite chez elles. Le résultat sera le suivant: par exemple, une des deux soeurs en question a cent leva et quelqu'un les lui prend; c'est pour cela que lors de votre visite, vous lui donnerez un lev chacune et elle aura ce qu'elle a perdu. Elle a subi un malheur, c'est pourquoi il faut lui faire du bien. Ces questions, il ne faut pas les résoudre de votre point de vue, mais selon des principes, comme on le fait à l'école. L'homme ne peut pas vivre selon des principes, tant qu'il ne se lie pas avec Dieu, tant qu'Il ne se met pas à vivre en lui. Est-ce qu'une femme divorcée peut bien vivre? Jamais. Laissez un enfant sans mère et il devient rude. S’il vit avec sa mère quinze ou vingt ans, elle lui transmettra un peu de finesse. Et ceux qui ont vécu sans mère sont un peu plus rudes – c'est pourquoi on leur donne des souffrances, pour les rendre plus généreux. Quand une personne souffre, je dis : « Ta mère est partie tôt, alors tu as besoin de souffrir pour devenir plus noble et généreux. » C'est le chemin pour ceux qui veulent se développer, grandir, s'élever. Quatrième règle : allez voir comment poussent les arbres fruitiers dans les jardins des autres pour les planter dans vos jardins de la même façon. Cinquième règle: chaque jour, prenez en note dans votre cahier le bien que vous avez fait, soit avec les mots, soit avec le coeur. Si vous envoyez une bonne pensée à quelqu'un, prenez-la en note. Souvent, on dit que Dieu mettra de l'ordre dans le monde. Comment va-t-il faire cela? – Grâce à nous. Si chaque branche ne fleurit pas et ne donne pas de fruits, comment se développera-t-elle? C'est le côté pratique. Vous êtes très chatouilleux sur le point d'honneur, vous êtes gênés à l'idée de vous compromettre devant les autres. Mais combien de fois par jour vous êtes gênés devant Dieu? Puisque vous ne Le voyez pas, vous ne vous en rendez pas compte. Plus tard, je vais vous donner une façon de transformer les mauvaises paroles en bonnes. Je voudrais que vous vous inspiriez de ces bonnes idées. Tâchez d'appliquer tout cela dans tout ce qui touche votre vie spirituelle – dans la façon de manger, de boire, de marcher et de chanter. L'homme spirituel, c'est celui qui fait tout pour la Gloire de Dieu. Sixième règle: s'il vous arrive de vouloir éviter les gens, méfiez-vous de cela. Je veux que vous ayez des amis de l'extérieur, du monde, et non seulement d'entre vous mêmes. Pourquoi les gens se marient-ils? Bien entendu, pour être amis. Dès maintenant, vous devrez délier les cordons de vos bourses et donner aux autres. Vous n'avez rien à craindre, car celui qui donne gagne plus que celui qui reçoit. Septième règle: vous vous sentez parfois tristes, accablés, vous pensez que la Vie n'a pas de sens; allez plus bas, regardez ces gens qui sont plus tristes et plus accablés que vous et vous comprendrez que la Vie a du sens. Et quand vous voulez vous élever, regardez les gens qui se trouvent plus haut que vous et faites comme eux dans la vie, car la vie se transmet d'une personne à l'autre. Si je ne vous transmets pas quelque chose de moi même, vous n'apprendrez rien. La vie se transmet par le contact et par l'influence qui transmettent autant le bien que le mal. Je connais beaucoup d'hommes bien qui en compagnie de femmes mauvaises, deviennent aussi mauvais qu'elles, et des hommes mauvais qui, en compagnie de femmes bien se corrigent. La loi est très juste: nous nous influençons mutuellement. Or, vous dites : « Que sommes-nous ? » Mettez une croix sur vos anciens carnets, ajouter de nouvelles feuilles et inscrivez : « Dorénavant, je prends et je donne les règles du Christ ! » Vous serez joyeux et contents. Huitième règle: évitez de dire à vos filles: « Tu ne connais pas la vie, tu dois être plus sage ; tu es jeune, tu le comprendras quand tu seras vieille. » Ne les éduquez pas comme ça, ne leur parlez pas de vieillesse. Votre fille est joyeuse – qu'elle soit joyeuse, qu'elle danse, qu'elle chante, laissez-la. Quand elle se met en colère, dis à Dieu : « Merci mon Dieu, car j'ai vu ma fille faire de si belles grimaces. » Dans la nature, c'est la même chose – vous voyez un arbre se courber, faire des grimaces, mais c'est agréable aussi. Vous voulez de vos enfants ce que vous-mêmes ne faites pas. C’est étrange, lorsqu'un pécheur veut que sa fille soit une sainte. Qu’elle soit fâchée, qu’elle pleure, et toi, si tu prends les choses philosophe et avec calme, ça se transmettra à elle aussi. Dans l'éducation nouvelle, vous mettrez en oeuvre la doctrine du Christ. L'éducation doit être tout à fait nouvelle, et non pas juste mettre de nouvelles pièces sur l’ancienne. Un vieil habit ne peut pas être refait avec de nouveaux morceaux d'étoffe. Vous direz : « Ma fille sera bonne – si elle ne l’est pas maintenant, elle le sera plus tard! » Car, ce que l'homme pense se réalise pour de vrai. Ta fille et toi, vous êtes la même chose. Pourquoi je ne pense pas de mal des hommes ? Car c'est un reflet. Quand je pense du mal des gens, le mal se reflètera sur moi aussi. La pensée crée les choses et se reflète sur vous. Ces règles, vous les mettrez en oeuvre pendant le mois en cours. Vous sortirez à l'aube jusqu'au 24 juin, après quoi vous vous reposerez à la maison pendant vingt jours. Il existe d'autres façons d'appliquer la loi de la marche: si tu n’as pas la possibilité de sortir, tu te lèveras tôt, et après avoir fait ta prière, tu feras une marche mentalement. Et lorsque vous dites: « Aujourd’hui, je ne peux pas sortir », vous gâchez votre travail. Tu veux parfois visiter une de tes soeurs, mais tu n'as pas la possibilité; assieds-toi sur la chaise et visite-la spirituellement. Vous ne devez pas faire entrer les pensées négatives que vous ne pouvez pas faire ceci ou cela. Même quand vous gardez le lit, parce que vous êtes malades, dites : « Je répare mon corps maintenant, mais mon âme peut y aller ! » Donc, la loi doit toujours être accomplie avec les mots « je peux » - ainsi, on fait preuve de volonté humaine. Si certaines choses vous paraissent vagues, réunissez-vous plusieurs personnes et réfléchissez. Car, c'est seulement ce que vous avez essayé et appris qui vous sera utile et qui renforcera votre croyance que vous avez une science positive sur laquelle vous pouvez vous baser. Sofia, le 31 mai 1917
  8. L'union (Ce que Dieu a uni) « Que l’homme ne sépare donc pas ce que Dieu a uni. » Marc 10 : 9 Revenons sur ce que Dieu a uni. Je prends ces mots dans un sens très large, tout comme Christ les comprenait. Ils englobent toute la Vie humaine dans toutes ses manifestations. « Que l’homme ne sépare donc pas ce que Dieu a uni. » Toute souffrance dans la Vie provient de cette séparation. Je n'ai pas besoin de le justifier, car tout le monde peut le vérifier par expérience. Lorsque vous vous séparez de votre mari, de votre âme, de vos frères et soeurs, de vos amis, de votre maison, de votre pays, vous êtes tristes. Pourquoi? Le sens du mot pays est un peu différent de ce que les gens comprennent. Pour eux, pays signifie maison, famille, mais la famille sur la terre est un pays, une maison Divine au ciel. Les gens aujourd'hui entendent par séparation seulement la séparation entre l'homme et la femme, ou ce qu'on appelle aussi répudiation. La séparation signifie le rejet de toute idée et tout désir de ton esprit et de ton coeur. Lorsque tu rejettes une bonne idée de ton esprit et un bon désir de ton coeur, tu commets un crime. Ne jette pas dehors ce que Dieu a uni. Les exercices que je vous ai donnés le mois dernier sont liés à cette grande loi. Dans la première version, vous dites : « Que le Soleil se lève dans mon âme. » Pourquoi ? Tout comme le Soleil dans le monde physique qui cause la poussée de la Nature et qui rafraichit la Nature en se levant à l'horizon, il y a un Soleil dans l'homme qui se lève et qui le rafraichit. Quand les rayons du Soleil naturel brillent sur le désert, ils réchauffent seulement le sable et si vous voyagez pieds nus, il va vous bruler. Si ses rayons tombent sur une terre, riche en graines, ils apportent des biens qui font développer ces graines, créent une nouvelle Vie et si vous voyagez dans ce pays, vous éprouvez du plaisir. Si votre Soleil se lève par la même loi, vous allez essayer et vous allez voir que tout ceci est très juste. Mais si vous avez désuni ce que Dieu a uni, votre Soleil se lèvera comme dans le désert et des courants chauds et brulants se produiront. Vous avez vu comment les gens se déshabillent pendant l'été, ils ont du mal à respirer, ils ont chaud? Cette chaleur est due au manque de végétation. Pourquoi faut-il que votre Soleil se lève? Pour faire grandir tout ce qui est Bien en vous. Maintenant, à la première partie de l’exercice, vous ajouterez le suivant : « Que mon Soleil se lève dans mon âme et qu’il purifie mon coeur. » Vous rajouterez également quelques mots nouveaux aux propositions pour les personnes suivantes: (2e personne) : Tu peux ! – Que le Soleil Divin se lève en moi et qu’il purifie mon âme. (3e personne) : Il peut ! – Que le Soleil de mon esprit se lève et qu’il purifie ma raison. (1re personne du pluriel) : Nous pouvons ! – Que le Soleil de nos Anges se lève et qu’il purifie nos coeurs. (2e personne du pluriel) : Vous pouvez ! – Que le Soleil du Dieu de la Paix se lève et purifie nos âmes. (3e personne du pluriel) : Ils peuvent ! – Que le Soleil de tous les Soleils se lève dans nos esprits et purifie nos raisons. Vous travaillerez pendant un mois pour le renouvèlement du coeur, de l’âme et de la raison. C’est le sens du vers : « Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas. » C'est la loi sur laquelle vous revenez maintenant pour mettre en accord votre coeur, votre âme et votre raison. Tout homme qui a séparé ce que Dieu a uni, il a perdu cette harmonie. Beaucoup de femmes ont perdu leurs maris qui sont morts, mais certains d’entre eux sont vivants, bien que les gens les croient morts et le contraire – il y a des femmes qui sont mortes, mais elles vivent. Ainsi, d’après ce que je crois, il est possible qu'une femme soit encore vivante, bien qu’elle soit morte depuis longtemps et qu'elle passe son temps à la maison, comme dans un zoo où reposent des squelettes oubliés ou comme les oiseaux empaillés dans les musées. Dans ces cas-là, les Turcs disent par ibret*. C'est ce que je comprends des paroles de l’apôtre Paul qui dit: « N'admets pas une veuve qui a moins de soixante ans. » Le nombre 6 est un nombre de l’Amour. Paul montre qu’un homme pareil n’est pas encore prêt pour travailler. C’est pour cela que les plus jeunes veuves doivent se marier et élever des enfants. C’est une grande loi. Le mot mariage signifie la Vie. Les gens contemporains ne comprennent pas la Vie, puisqu'ils ne comprennent pas le sens spirituel des choses. Vous avez un enfant, qui ne mange pas ; la mère croit qu’il est malade et s’inquiète. Et qu’allez-vous dire d’un enfant qui arrête de chanter ? Et d’un enfant qui arrête de prier ? L’homme qui arrête de manger, de chanter et de prier est malade. La nourriture est en liaison avec le corps, le chant avec le coeur, la prière avec l’esprit humain. Certains philosophes disent que l’homme ne doit pas prier. Moi, je dis : certains microbes viennent de rentrer dans ton esprit, c’est pour cela que tu es malade. Bien sûr, vous devez expérimenter. Vous êtes à présent dans une École. Je ne vous dis pas de tout jeter dès votre rentrée à la maison. Je ne vous enseigne pas de tout jeter, mais de l’utiliser. Les gens contemporains utilisent les guenilles pour faire des tapis. Vous avez des engrais – engraisser vos champs. Ainsi, faites l'exercice de revenir sur les paroles: « Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas. » En quoi consiste cette union? L'union entre le Soleil et l’homme consiste en cinq sens. Nous pouvons être en union avec le Soleil à l'aide de nos yeux. Si on fait mal à nos yeux, nous détruirons ce bien. Si on fait mal à notre nez, nous n’entrerons pas en liaison avec l’aromate des fruits que le Soleil a créés. Si le gout est perdu, nous ne pourrons pas comprendre ce bien qui se trouve à l’intérieur des fruits. On doit garder nos yeux purs. Comment on abime nos yeux ? Une femme qui perd son mari, elle pleure beaucoup pour lui et ses yeux s’affaiblissent. Pourquoi pleure-t-elle? Ce même mari dont elle ne voulait rien savoir au début. À mon avis, ses larmes ne sont pas honnêtes à cet égard. Le fait de pleurer doit démontrer que le coeur s'adoucit. Le pleur qui ne produit pas de douceur manque de grâce. Je vais vous donner l’exemple suivant pour clarifier cette idée: on a condamné un homme à trois ans de prison pour avoir volé vingt-cinq leva. L’avocat qui le défendait a dit : « Il n’a pas fait le vol avec préméditation; s'il avait été un vrai voleur, il aurait pris aussi les dix-mille leva qui étaient là. » Le voleur, en entendant ceci, s’est mis à pleurer. "Pourquoi pleures-tu ?" – ont demandé les juges. "Parce que je n’ai pas pris les dix-mille leva." À présent, plusieurs pleurent non pas parce qu'ils ont pris vingt-cinq leva, mais parce qu'ils n'ont pas pris les dix-mille leva. Souvent, certains pleurent en disant : « Je regrette de ne pas avoir ceci ou cela. » Moi, je dis : vous regrettez de ne pas avoir prix les dix-mille leva. Le savoir est nécessaire tant qu'il vous est utile. Les maintes hypothèses et les théories philosophiques sont utiles tant qu’elles sont de la gymnastique pour le cerveau, mais dans la Vie, c'est l'essentiel qui est nécessaire, car il apporte toujours la santé, la Paix et une Joie intérieure. Par analogie, vous vous direz: tout comme le Soleil qui donne vie aux sources dans le monde, aux montagnes et à tous les biens sur la Terre, votre Soleil, lorsqu’ il se lèvera dans votre Coeur, créera tous les biens par la même loi. Vous êtes les maitres de votre Vie et il n’existe aucune force qui puisse s’opposer à vous. Car Dieu qui a mis ces choses en relation, Il prend soin de cet équilibre. Chaque idée en vous, qu’elle soit bonne ou mauvaise, provoque une grande révolte. Deux forces raisonnables luttent en vous en même temps – l’une et l’autre vous disent comment il faut agir. La Vie raisonnable est utile pour vous et non pas pour la société. La société est une condition pour l’individu. Le Christ dit que l’homme n’est pas créé pour le samedi, mais le samedi est créé pour l’homme. L’homme ne doit pas devenir un esclave de la société. La société est une condition pour le développement de l’âme individuelle. Les sociétés collectives sont des unités unies ensemble. Vous demandez pourquoi Dieu a créé le monde. Il l’a créé pour votre âme. Or, vous dites: “Que la société et le monde s’améliorent!” Si tout le monde est en bonne santé, si tout le monde se met à chanter, à manger, tandis que tu ne te sens pas bien, où est le bien pour toi ? Quel intérêt as-tu de savoir qu’il y a beaucoup d’anges et de saints ? Le monde va s’améliorer si ton état s’améliore. En parlant de société, je comprends le monde intérieur de l’homme. Ne dis jamais: “Que puis-je faire, moi?” Comment arrive-t-il la débauche? Elle vient toujours des hommes, des individus. À une Parisienne lui vient l'idée de se mettre une perruque et voilà que tout le monde suit. À une certaine dame lui vient l’idée de mettre une robe étroite – toutes les dames après s’habillent de la même façon; ou bien elle décide de se mettre une robe large – toutes les autres la suivent. À un certain homme lui vient l’idée de se faire coudre des pantalons à longues manchettes – voilà qu’arrive une nouvelle mode et tout le monde la suit. Un homme donne l’exemple pour tout le monde. Ne pensez pas que ce que vous faites dans la vie n’a pas de conséquences. Si, il y a des conséquences autant pour vous que pour les autres. C’est la raison pour laquelle le Christ dit : « N’ayez pas peur, votre Père a eu la Bonté de vous donner Son Royaume. » Pour être fort, vous devez reconstituer en vous cette union. Cette disharmonie qui est en vous, vous devez la renouveler, car vous avez beaucoup de pensées qui vous troublent, vous avez en vous beaucoup de contradictions. Par exemple, vous me posez la question quel sera votre avenir. Parfois, je vous réponds : « Je ne peux rien vous dire. » Pourquoi ? Parce que je vois que l'avenir de certains est très mauvais. Un moine était très religieux et faisait cinq-cents révérences par jour. Un autre moine, lorsqu'il l’a vu a deviné qu’il était très croyant. Le premier donc s’étonne comment on l’avait compris et ne se rend pas compte que de tant de révérences ses doigts étaient couverts de cors. Ainsi donc, chacun a des cors en soi et de ces cors on peut savoir ce qu'il fait. Jésus dit : « Vous, les femmes, devez retourner à votre premier état! » À quel état? À l’état de vous nourrir des fruits de l’Arbre de la Vie. Il vous vient une idée amère, un désir amer – ceci vient de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Quelle que soit l’idée qui vous arrive, changez-la immédiatement et mettez à sa place une bonne pensée! Tu détestes quelqu'un; ne tache pas de te débarrasser de lui ou de l’éviter, mais trouve quelqu'un d'autre que tu aimes. Les gens mondains comprennent mieux cette loi. Par exemple, un homme n’aime pas sa femme et trouve une autre qu’il aime. La même loi fonctionne aussi pour les femmes mondaines : elle n’aime pas son mari – elle aime quelqu'un d’autre. On ne peut pas éviter cette réaction dans le monde. Ne pensez pas que vous agissez autrement. Vous direz que tout cela vous est étranger. Telle est la loi. Pour l'éviter, vous ferez toujours le contraire. Vous direz que c'est une mauvaise doctrine. Si elle est mauvaise, on n'en parlera pas. Mettez en premier ce qui est juste, et que le mauvais soit son ombre. De tout cela, vous pouvez apprendre comment améliorer l'humeur de votre mari et comment améliorer la vôtre aussi. Or, que faites-vous ? Vous vous tournez vers Dieu et vous priez: « Mon Dieu, prends cet homme ou moi-même, pour que je puisse me libérer de lui ! » Mais vous ne savez pas que même alors vous ne serez pas libres, car s’il part, votre situation sera pire encore. Beaucoup d’exemples du spiritisme le prouvent. Par exemple, un homme qui ne vivait pas bien avec sa femme s’est libéré d’elle et s’est marié avec une autre femme. Mais sa première femme, bien qu’elle fût morte a réussi à mettre à la porte la deuxième. Quand quelqu'un dit qu’il ne peut pas vivre avec son mari ou sa femme, cela veut dire qu’il y a un homme mort ou une femme morte qui les dérange. Les hommes et les femmes morts ont une grande influence et c’est pour cela que le Christ dit : « Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas. » Lorsque l’homme entrera dans cette harmonie Divine, tous les inconvénients de la Vie disparaitront, car maintenant les gens ne sont pas à leur place. À présent, je rencontre des hommes et des femmes méfiants. Par exemple, vous dites de quelqu'un qu’il n’est pas sincère. S’il n’est pas sincère, comment peut-on s’ y opposer ? J’ai de maintes images de caractères sans composition, sans musique. À la deuxième personne du verbe pourvoir, vous dites: « Tu peux ! – Que le Soleil Divin se lève en moi et qu’il purifie mon âme. » Sous le mot âme, on comprend ici la frontière de votre monde, ce qui est formé en vous, toutes les possibilités qui se cachent en vous. Car le Soleil est en vous et c'est le Soleil Divin qui a le pouvoir de purifier cette grande et immense âme. Parfois, vous croyez être très petit ou vous vous demandez comment vous êtes. Vous n'avez pas vu l'immensité de votre âme. Chacune de vous a trois visages. Prenons en exemple une femme au nom de Mara : il y a donc une Mara sur le plan physique, une autre parmi les Anges et une troisième dans le monde Divin. Toutes les trois sont liées, mais quand vous me parlez de l’une des trois, je vous demande de quelle Mara vous me parlez. Le vrai Amour consiste à aimer toutes les trois Mara. Un homme vient et il tombe en amour avec l'une des Mara; vous dites : « Non, tu dois aimer les trois! » La femme, elle n’aime que le premier visage de son mari – celui du monde physique. On dit de cette femme ou de cet homme qu'ils n'ont pas de coeur. Le coeur de Mara se trouve parmi les Anges. C'est ce que signifie de connaitre l'âme d'une personne! Vous allez commencer alors à voir autrement les autres. Quand vous connaissez l’homme qui est sur le plan physique, quand vous connaissez l’homme qui est parmi les Anges, quand vous connaissez l’homme qui est dans le monde Divin, vous comprendrez alors la grandeur de l’homme. Quand vous prononcez: je peux, tu peux, il peut, ce sont vos trois visages**: vous, c’est-à-dire moi, toi et lui – moi, qui suis ici ; toi, qui es parmi les Anges, et lui, qui est auprès de Dieu. L’homme et les Anges forment une paire, tandis que Dieu montre la direction que les Anges doivent suivre. De cette façon, il se forme un triangle – la première figure géométrique. Lorsqu'on arrive au pluriel du verbe pouvoir, nous disons: nous pouvons, vous pouvez, ils peuvent. En disant nous pouvons, cela signifie que tout le monde, toute l’humanité sur la Terre, nous tous pouvons. Vous pouvez signifie vous les Anges qui êtes là-haut. Ils peuvent signifie tous les Dieux, qui sont là-haut. Si vous comprenez ainsi cette idée profonde, tout de suite en vous se réveilleront et grandiront ces sentiments nobles et alors tous ceux qui vous entourent seront bien disposés envers vous et vous aimeront. Les gens ne peuvent pas vous aimer si vous ne les aimez pas en retour. Pour que la fleur s'ouvre, il faut que le Soleil se lève. Quand ton Soleil se lèvera, la fleur de ton âme s'ouvrira sans faute. Lorsque le Soleil de ton esprit se lèvera, alors ta raison s’ouvrira aussi. C’est la philosophie contemporaine : d’enlever toutes ces coques. Vous dites : « Elle est trop dure cette philosophie, nous avons tellement de coques ! » Prenez une noix, jetez les coques et vous verrez sa vraie taille. Certaines personnes paraissent très grandes mais jetez leur enveloppe et vous verrez leur vraie grandeur. Vous devez vous en tenir à une doctrine qui a du contenu intérieur. Vous êtes dans un état tendu et vous dites : « Quelle nouvelle chose on nous dira? » Ne pensez pas aux nouvelles choses qu'on vous dira, mais pensez plutôt comment mettre en oeuvre cet Enseignement par rapport à vous. Un charretier passe près d’un arbre et songe : « Ah, quel bel axe je pourrais faire de cet arbre pour les roues ! » Un bucheron passe près de cet arbre et pense : « Quelle belle poutre je pourrais faire de cet arbre ! » Passe un meunier près d’une fontaine et pense : « Quelle eau favorable pour mon moulin ! » De la même façon, quand vous passez près d’un arbre ou d’une source, réfléchissez comment vous pouvez l'utiliser. Ceux d’entre vous qui ont fait l’exercice du mois dernier, ont-ils remarqué des résultats? Avez-vous de l’appétit ? Vous devez rétablir en premier l’harmonie entre le manger, le chant et la prière. Évitez de vous juger. Si vous remarquez une faute en vous, redressez-la; ne vous jugez pas, mais corrigez-vous. Si tu comprends que tu fais une erreur et si tu ne la corriges pas, ce n'est pas une bonne compréhension des choses. Observez le matin la couleur du Soleil. Quand la couleur est très rouge et vous le remarquez, alors vous êtes trop saturé par la Vie. Si au lever du Soleil vous apercevez un nuage, ceci montre que sur ton Soleil il y a un nuage que tu dois essayer de faire disparaitre. Par exemple, quand tu n'es pas disposé ou tu n'aimes pas quelqu'un - tu as un nuage noir sur ton Soleil. Dieu le voit et il dit : « Sur le Soleil de Mara, il y a un nuage noir. » Tâchez d’obtenir de toute chose un plaisir, le contentement sincère des enfants, et non pas de penser que vous avez beaucoup vécu, beaucoup souffert. Un boeuf qui a porté beaucoup de charges et chaque jour a subi cinquante coups de bâton, que sait-il ? Il a connu seulement la loi des bâtons. Un boeuf qui a bien travaillé pendant vingt ans et son maitre l’a caressé sur le dos, que sait-il ? Il ne connait que les caresses et rien de plus. Combien de fois vous allez voir des nuages noirs sur le Soleil, mais chaque jour il va vous apporter de la bénédiction, de nouvelles idées, de nouveaux désirs. Bien sûr, ce Soleil n’est que l’objet de ces soleils qui se lèvent en vous – le Soleil du coeur, de l’âme et de votre esprit. Certains vous demandent quels sont ces soleils. Ceci vous allez le garder pour vous. Vous ferez un essai et lorsque vous verrez le résultat, alors vous pourrez le partager avec les autres. Si vous ne l'essayez pas par vous-mêmes, au moindre échec, vous trouverez que tout cela est faux. Avance doucement, mais que ta petite réussite soit solide! Maintenant, je vais vous donner quelques phrases complémentaires à la prière que je vous ai donnée: Je crois en Toi, Seigneur, qui me parlais dans mon passé. Tu as mis en moi toutes les bonnes graines de ma Vie. Je crois en Toi, Seigneur, qui me parles à présent. Tu fais grandir le Bien en moi. Je crois en Toi, Seigneur, qui me parleras au futur. Je me réjouirai dans Ta Vie. Le mot Ta est important. Il comprend l’union de ces trois principes. Dans la lettre T, la ligne verticale représente l’homme et la ligne horizontale représente la femme. Elles tentent à s'unir ou on peut dire qu'il y a une attraction entre l'état actif et l'état passif, entre deux grandes Forces, qui agissent dans le monde. La lettre в*** est le principe de l'union, la façon dont on doit travailler. Nous devons nous réjouir de la façon dont on travaille dans le monde. Vous direz: « Je serai heureux dans Ton oeuvre! » Vous pouvez dire que vous êtes comme celui qui croit seulement quand on lui paye. Quand je lui donne de l’argent, ce n'est plus nécessaire de croire, car c'est déjà un fait accompli. Vous dites souvent: « Quelle sera ma vie future? » De la manière dont tu te lèves le matin en te disant: « je vais faire telle ou telle chose » telle sera ta vie future. Tu dis : « Cet homme, je vais l’écraser ! » - dans le futur, on t'écrasera toi aussi. Si tu dis que tu vas faire du bien à quelqu'un, cela signifie qu’au futur on va te faire du bien à toi aussi. Vous devez être bons et joyeux, car les plus grands secrets sont révélés lors des souffrances. Les gens mondains sont joyeux et s'amusent, tandis que les gens spirituels ont une mine sérieuse et avec cela ils font croire qu’ils s'imposent un mode de vie sérieux. Or, par homme spirituel, on entend un homme qui vit en pleine conscience. Je vais vous donner un exemple d'un homme qui est vraiment spirituel: un maitre maçon donnait des leçons à ses apprentis comment soulever une grande pierre sur la maison, mais lors de la démonstration, la pierre est tombée sur sa main et lui a écrasé un doigt. Il s’est tourné vers Dieu en disant : « Merci, Seigneur, de ne pas m’avoir pris tout le bras ! » Celui qui comprend les choses de cette façon est un homme spirituel. Les femmes d’aujourd’hui doivent créer une belle atmosphère noble, elles doivent s’entraider. Tachez toutes d’avoir une bonne disposition intérieure et de vous réjouir du peu que vous avez. J’ai entendu une femme dire à une autre femme: « Elle ne m’a pas bien reçue. » Comment elle peut te recevoir bien, quand son mari l’a battue et quand elle a eu des problèmes avec son fils? Pour cela, les gens spirituels doivent avoir de bonnes pensées pour les autres. Si on dit de quelqu'un qu'il est un homme bien, il le deviendra pour de vrai. Vous étudierez la loi du rajeunissement. C'est la Résurrection. Ne dites pas : « Nous avons vieilli », mais plutôt dites : « Nous sommes jeunes, dorénavant, nous allons travailler! » Ne dites pas : « Je vais mourir », mais dites : « Je pense me construire une nouvelle maison. » Tu as perdu ton argent – tu diras : « Je l’ ai mis à la banque. » Interprétez les choses dans leur juste sens. Un jour, les élèves du Christ, en passant près d’un chien mort, ont dit : « Que ça sent mauvais ! », or le Christ a dit : « Comme ses dents sont belles et blanches ! » Garde-toi de cela, ne dis pas que ça sent mauvais, mais lave-toi les mains. Se laver les mains signifie être juste. C’est la seule façon d’améliorer le monde. Et le temps d'apprendre toutes les manifestations de l'homme, de nombreuses années s'écouleront. Sofia, le 3 mai 1917 ibret*: mot d'origine turque; modèle, exemple visages**: en bulgare, le mot signifie visage, personne et personne du verbe в***: (v); la troisième lettre de l'alphabet bulgare qui signifie aussi « dans »
  9. Justification et salut « Car celui qui croit dans son coeur, Dieu le déclare juste ; celui qui affirme de sa bouche, Dieu le sauve. » Romains 10 : 10 Je vais m’arrêter sur ces deux mots justification et salut. Je veux que vous mettiez en oeuvre ces mots et que vous fassiez un essai avec eux. Toute femme veut l’indépendance. Tant qu’elle est jeune fille, son but est de sortir de la maison de son père, de se libérer de sa mère et de son père, de devenir la maitresse de sa propre maison. Ce désir est bien naturel et Divin. Lorsqu’ elle se marie et commence sa nouvelle vie, elle porte dans sa maison son trousseau – des chemises, des coussins, des couvertures ; donne certains, met en ordre sa maison et éprouve du plaisir de cette nouvelle maison, tellement bien ordonnée. Et c’est vrai, les femmes sans maison sont misérables. Un homme sans maison est un homme sans caractère. Le corps est une maison de l’âme humaine dans la vie spirituelle. C’est comme pour la femme, la même loi se présente pour l’âme, qui entre dans le corps et commence à l’arranger. Certains veulent se débarrasser du corps et se disent : « Quand est-ce que je pourrais me libérer de mon corps ? » Il existe des corps dont l’homme ne peut pas se sauver. Ceux sont ces caves humides mal saines sans fenêtres, dans lesquelles les gens prennent le rhumatisme. En nous sauvant d’elles, cela ne veut pas dire de sortir de nos maisons bien propres. Paul dit dans la Bible : « Il y a une maison qui n’est pas faite de l’homme. » L’idée de justification provient de l’expression "arranger les choses" (mettre les choses à la juste place). Quel homme est justifié ? Celui qui ne commet pas de fautes. Or, pour ne pas commettre de fautes, l’homme doit avoir des Connaissances, comprendre le sens des choses autour de lui, faire le bon choix. Vous vous élancez vers la liberté. Il faut que chaque femme ait cette liberté, mais à condition qu’elle puisse l’utiliser, en bâtissant sur elle le bonheur et la santé de son mari, de ses enfants. La femme qui n'est pas libre, son mari n'est pas heureux. Pensez-vous que la femme malade est libre? La femme dont le coeur et l’esprit sont troublés sans cesse n'est pas une femme libre. Je ne dis pas que l'esprit ne doit pas éprouver d'émotion. Le trouble est une chose, l'émotion – une autre. L'esprit et le coeur ne doivent qu'éprouver de l'émotion à la surface, non pas être troublés à fond, pour ne pas devenir bourbeux. Ce dernier montre qu'ils sont peu profonds, leur profondeur n'est que de dix centimètres. Je demande, avec dix centimètres de profondeur que peut-on faire? Si on prend un tissu de dix centimètres que peut-on faire avec ? La première et la plus importante chose pour la femme est d’avoir de la profondeur dans son coeur au minimum de dix kilomètres. Dans une telle profondeur celui qui essaye de vous troubler, va se noyer. Que font les petits enfants, quand ils trouvent des mares peu profondes d'environ dix centimètres ? Ils entrent dans l’eau, la troublent et ils sont contents. Les hommes, quand ils trouvent des femmes peu profondes, les troublent et sont contents de cela. Alors les femmes disent : « Comme nous sommes malheureuses ». Dans des eaux peu profondes, il y a beaucoup de vacarme, là-bas les grenouilles coassent pendant toute la saison d’été – une grande agitation et bruit, qui cessent à peine pendant l’hiver. Donc, vos coeurs ne doivent pas être peu profonds, il ne faut pas avoir d’agitation en eux. Je demande quel est le remède pour cette mare, dans laquelle l’eau est mauvaise ? Vous allez mettre un nouveau courant d’eau pure dans cette mare et vous allez faire un petit ruisseau pour que l’eau fraiche puisse laver les restes du passé. L’enseignement du Christ est un nouveau courant d’eau, qui doit entrer dans vos coeurs et les laver. Après les avoir purifiés, il va laisser les dépôts sur vos champs, pour qu’ils puissent se fortifier. Vous allez demander comment faut-il faire cette fontaine. La fontaine viendra toute seule à vous. Le Christ dit à la samaritaine: « L’eau que Je vais te donner sera en toi une fontaine de vie, qui coule sans cesse. » Par conséquent le mot "salut" signifie cette fontaine. Quand un homme se trouve au désert, là où il n’y a pas d’eau, la bouche sèche, il ressent une soif insupportable et la seule voie pour se sauver est l’eau, sinon il est condamné à mort. Pareilles au voyageur dans le désert, beaucoup de femmes meurent de soif avec leurs chameaux – avec leur bagage. Vous avez entendu le mot "fontaine". Je voudrais que lorsque vous allez vous promener hors de Sofia, d’aller gouter l’eau de telles fontaines. Mais les dames de la haute société, et même les autres, ne vont pas se promener plus loin que Borisovata gradina où elles parcourent les mêmes allées, là où à part la poussière, il n'y a rien d’autre. Elles avalent la poussière et en rentrant à la maison, elles disent: « Quelle bonne promenade on vient de faire ! » Moi, je vous dis : vous avez avalé de la poussière. Souvent les gens, quand ils entendent la doctrine du Christ, se servent des mêmes phrases banales, et puis ils disent : « J’ai eu mal à la tête, je ne peux plus écouter ». C’est parce que tu viens d’avaler de la poussière. Ce n’est pas la place pour la justification et le salut. Les mots « justification » et « salut » ont sept significations. Je vous parle maintenant du premier sens et si vous arrivez à le comprendre, alors je vous parlerai des autres. Vient chez vous un ami et vous dit : « Allons nous promener, mais pas loin, car j’ai mal à la tête, j'ai des palpitations, je n’ai pas l’habitude d'aller loin. » Donc, vous êtes des hommes aux jambes courtes, tandis que la Vérité veut marcher avec de longues jambes. De cette façon, vous allez arriver sans vous en apercevoir dans un état propice au crime. Quand les jambes des hommes deviennent courtes, ils commencent à entretenir des pensées malicieuses. Quelqu’un dit : « Je ne peux pas aller à Vitocha. » Mais si tu ne peux pas aller à Vitocha, comment vas-tu aller près du Christ ? La Voie du Christ est étroite et raide, c’est la Voie de la volonté raisonnable de l’homme. Dans votre esprit, dites-vous : « J’irai avec mes amis a Vitocha ! » Si tu ne peux pas réellement, fais le chemin mentalement, parcours tout le chemin dans ton esprit ! C’est la philosophie de la Vie. Avant de vous marier, lorsque vous vous rencontrez avec vos bienaimés, ils vous appellent des Anges, ils vous aiment, meurent pour vous, ne peuvent pas vivre sans vous, se mettent à genoux et combien de pleurs et d’hypocrisie voit-on. Mais ce n’est pas parce qu’ils ne peuvent pas vivre sans vous, mais pour produire de l’effet et par cela ils veulent dire : « Voyez comment est Dieu ! » Lorsqu’ elles se marient, les femmes commencent à se mettre à genoux. Voilà votre philosophie – vous vous mettez à genoux à la place de vos maris. Pourquoi ? Parce que vos esprits et vos coeurs sont peu profonds. Ne le prenez pas dans le mauvais sens. Si je prends une mesure et j’essaye de voir la profondeur de vos esprits et de vos coeurs, je vais constater un fait qui est tel qu’il est. Ces paroles que j'utilise, je les interprète, elles sont au sens figure, ne les prenez pas dans leur sens ordinaire. Vos coeurs peuvent être en même temps peu profonds et profonds. Si dans vos coeurs n'entre que de la saleté, le fond se remplira et ils deviendront peu profonds. Il y a des lacs qui sont devenus peu profonds, mais il y en a aussi qui sont devenus plus profonds... Pourquoi arrive-t-il chez la femme le désir de voir le mari à genoux devant elle ? Se mettre à genoux signifie la loi de l’abnégation de soi, du sacrifice de soi. En formant des angles lors de la position, cela montre que tu es prêt à descendre en bas et te sacrifier. Quand tu t’arrêtes et te sacrifies pour quelqu’un, alors tu t’es mis à genoux devant lui. Mais quand un jeune homme se met à genoux devant une jeune fille, il la trompe. Dites, combien sont les femmes bulgares qui vivent parfaitement avec leur mari et qui ne se sont jamais dit une mauvaise parole ? Je vais vous laisser réfléchir et constater la vérité vous-mêmes. La vérité doit être claire – ni moins ni plus ! Cette vérité, je ne veux pas vous la présenter trop brillante pour ne pas vous aveugler. Je la fais passer par beaucoup de nuages afin de la rendre supportable à vos yeux, et avec quoi je veux vous sauver des illusions, qui chaque jour amènent des malheurs, car ces illusions vous éloignent de Dieu. Quand Dieu a envoyé une femme ou un homme sur la Terre, Il leur a donné un budget. Si quelqu’un vient le manger, ce n’est pas juste. Personne n’a le droit de te le prendre, sauf si tu es prêt à le donner volontairement. Tu dis à quelqu'un : « Tu ne te sacrifies pas pour moi. » Ce n’est pas nécessaire qu’il se sacrifie pour vous, car s’il fait ce sacrifice pour vous élever, c’est lui qui descendra. Telle est la loi Divine – l’un descend, l’autre monte. Si l’homme descend, la femme monte ; si la femme descend, l’homme monte. À présent, vous jetez une encre, capturez l’homme et le faites descendre de façon à ce que ni lui, ni vous ne pussiez monter. Vous vous arrêtez et vous vous regardez. Telles sont les femmes contemporaines – elles arrêtent leur mari et ne le laissent pas monter. C’est la raison pour laquelle vous dormez – puisque vous ne pouvez pas aller dans l’autre monde, vous ne pouvez pas descendre et monter. Quand on vous demande pourquoi vous dormez, vous répondez : « Pour aller près de Dieu. » Quand vous dites : « J’ai bien dormi », c’est parce que vous étiez en haut, mais l’impression que vous avez eue là-bas est voilée et il n’ en reste qu’une ombre de plaisance. Parfois vous dites: « J’ai mal dormi, j’ai fait de mauvais rêves » – cela veut dire que tu as arrêté ton mari quelque part. Cette situation non naturelle provient parfois de l’extrême avidité qui existe chez les femmes. L’avidité rapporte de l’avidité, le malheur rapporte du malheur, la peine rapporte de la peine. Quand je parle de souffrance et de malheur, j'entends par cela la peine qui enveloppe la Vérité Divine. Tandis que les gens contemporains enveloppent la peine dans la joie et par conséquent la rendent sucrée de l’extérieur. Il existe de telles pilules – à l’extérieur on les recouvre de sucre, à l’intérieur elles sont amères. Maintenant, Dieu n’est ni pour l’homéopathie ni pour l’allopathie. La première fait guérir avec de petites doses de poudre amère pour avoir de l’effet, la deuxième – avec une grande dose de poudre amère; et le mal cesse. Lorsque l’homme est en bonne santé, il n’a pas besoin de pilules. Je connais des gens qui par habitude et de temps en temps prennent quelque pilule, soit de l’aspirine ou de la quinine, pour ne pas tomber malades. Or, ils s'imaginent qu’ils peuvent tomber malades. Dites-vous chaque jour un mot positif et votre situation s'améliorera. Vous tous qui m’écoutez, faites l’essai suivant, pour lequel je vous donne une année, après quoi vous allez vous sentir libres : les premiers six mois seront positifs – vous allez labourer, vous allez semer, vous allez récolter, et les six mois suivants vous allez rester passifs – vous allez cueillir une énergie nouvelle. N’ayez aucun doute, car ce dont je vous parle peut être réalisé par chacun de vous. C’est ridicule de dire que vous ne pouvez pas le faire. Un jour, je vais assembler les petits enfants et je vais faire une expérience avec eux pour prouver que ce que vous ne pouvez pas faire, les petits enfants le peuvent, car leur foi est plus grande que la vôtre. Vous allez dire: “On peut se tromper.” Il se peut que la première année vous puissiez vous tromper, mais la deuxième vous n’allez pas vous tromper. Vous allez rejeter cette idée. Là, où Dieu travaille, il n’y a pas de mensonge et vous allez savoir ce vers : « Tout ce qui arrivera à ceux qui aiment Dieu est pour leur bien. » Vous allez vous mettre en tête la devise suivante : « Tout ce qui nous arrivera, Dieu le transformera en Bien ». Et après, s’il vous arrive de mauvaises idées, de mauvais désirs, si tous les gens mauvais se tournent contre vous – n’ayez pas peur ! La peur, gardez-la loin de vous ! Et maintenant, je vais vous parler du verbe "pouvoir". Quel exercice avez-vous fait jusqu’à présent ? Vous l’avez utilisé seulement à la première personne : je peux. Dorénavant, vous allez l’utiliser à toutes les personnes : je peux, tu peux, il peut, nous pouvons, vous pouvez, ils peuvent. Si vous rencontrez un obstacle, dites-vous, dans votre âme : « Je peux, nous pouvons, il peut ! Moi, je peux. Toi, tu peux, mon Dieu qui est en moi, dans mon âme. Ton Esprit majestueux qui me conduit peut! » Ensuite, utilisez les trois personnes au pluriel. Votre Foi et votre Pureté viendront en aide à tous ceux qui sont en haut et qui contribuent à la réalisation de l’idée Divine dans votre Vie. Sur ce Chemin, il vous faut de la patience Divine et de la persévérance, pour que la Lumière domine en vous. Faites cet essai chaque fois lorsque vous vous sentez faibles. Faites-le le matin entre 4 et 7 heures. À 4 heures précises, si vous êtes capables de vous lever, commencez l'essai. Lorsque le Soleil se lève le matin, dites : (1re pers. sing.) : Je peux ! – Que le Soleil se lève aussi dans mon âme. (2e pers. sing.) : Tu peux ! Que le Soleil Divin se lève aussi dans mon âme. (3e pers. sing.) : Il peut! – Que le Soleil de mon esprit se lève aussi. (1re pers. plur.) : Nous pouvons ! – Que le Soleil de nos Anges se lève aussi. (2 pers. plur.) : Vous pouvez ! – Que le Soleil du Grand Seigneur de la Paix dans nos âmes se lève aussi. (3 pers. plur.) : Ils peuvent ! – Que le Soleil de tous les Soleils dans nos esprits se lève aussi. Ainsi, six soleils doivent se lever en vous. Consacrez quatre minutes à chaque soleil pour un total de 24 minutes pour le lever des six soleils. La règle que vous allez suivre est la suivante: levez-vous doucement sans faire du bruit et après avoir fait votre toilette, prenez une position, restez calme, que rien ne vous dérange – n'ayez peur de rien. Il est possible que vous ne vous sentiez pas bien à l’aise lors de votre réveil, vous pouvez vous sentir comme si le monde entier est contre vous. Mais malgré cela, mettez-vous debout et prononcez les mots ci-dessus tout bas, chacun à soi. Prenez un carnet et chaque matin pendant six mois inscrivez l’heure de votre réveil et combien de fois vous étiez en retard. En prononçant ces mots, vous allez ressentir une réjouissance au creux de l’estomac et votre moral remontera. Il vous faut six ans pour comprendre le lever de ces soleils. Continuez de faire cet exercice pendant six mois, transmettez-le, recommandez-le à certaines de vos amies. Commencez l'exercice le 6 avril. Certains vont demander si c'est possible de se lever si tôt, etc. Qu’il n’y ait pas de telles idées ! Notez dans vos cahiers quel temps il a fait dans un tableau : beau, nuageux, pluvieux, venteux. Tous ces états de la nature sont bons. Si c'est pluvieux ou nuageux, ne vous plaignez jamais pendant ces six mois. Si c'est pluvieux, dites : « Aujourd’hui, il pleut – Dieu le purifie et les champs auront plus de récolte. » Essayez d'appliquer tout cela. Faites promettre à vos amies de l'accomplir aussi. Au cours du premier mois, lorsque vous prononcez tous les six points, mettez l'accent sur le premier ; au cours du deuxième mois, vous allez encore répéter tout, mais vous allez mettre l'accent sur le deuxième point, etc. Je veux que vous soyez calmes, tranquilles et la bénédiction qui viendra sur vous sera suffisante pour vos besoins. La pluie qui tombe fournit à chaque plante l'humidité dont elle a besoin. Je veux que vous produisiez une telle onde bienfaisante et de tout ce qui vous arrive au cours de ces six mois, essayez d’en tirer une leçon, de voir le bon côté des désagréments et de les mettre à profit. Dites-vous: « Tout se passe pour le Bien de celui qui aime Dieu! ». Ensuite, dites les phrases suivantes : Je crois en Toi mon Dieu qui a parlé autrefois. Je crois en Toi mon Dieu qui me parles maintenant. Je crois en Toi mon Dieu qui me parleras dans le futur. Que Ta Lumière vienne sur nous. Que Ton Nom soit sanctifié. Que Ton Règne vienne. Que Ta Volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Pendant la journée, si vous vous sentez inspirés à lire un psaume ou autre chose, lisez-les, mais seulement si vous ressentez un désir intérieur profond. En lisant les phrases ci-dessus, pensez à ce qui peut vous faire progresser, pensez aux plus belles choses au monde et vous verrez les plus belles images se présenter devant vous. C'est comme ça que vous pourrez redresser le passé et préparer de bonnes conditions pour l’avenir. Tel est la voie pour renforcer votre volonté et ennoblir votre esprit et votre coeur. Bien sûr, le monde continuera sur le même chemin, mais tout ira pour de Bon. Pendant ces six mois, vous pourriez vous sentir moins salés par moments; si cela vous arrive, utilisez la phrase suivante: “ Seigneur, réchauffe mon Coeur avec Ton Amour!” Si votre esprit est parfois confus, dites : « Seigneur, éclaircis ma raison avec Ton Esprit ! » ou bien « Donne-moi la Lumière de Ton Esprit ! » Ensuite, restez calmes; le résultat viendra sans doute même si ce n'est pas tout de suite, mais après quelques heures. Après le lever des six soleils l'un après l'autre, le résultat sera là. Pendant ces six mois, vous devez être en bonnes relations avec votre mari, vos enfants, avec ceux qui vous entourent et vous devez parler de choses utiles. Si parfois vous vous trompez et il vous arrive de médire au sujet de quelqu’un, prenez-le en note dans votre cahier – soyez sincères avec vous-mêmes. Une autre règle : si vous n'êtes pas en mesure de résoudre un problème, appelez une autre soeur; si à deux vous n’y arrivez pas non plus, appelez une troisième soeur et ensemble vous réussirez dans votre prière. La réunion doit toujours avoir lieu en avant-midi, jusqu'à midi au plus tard, lorsque les énergies sont favorables. C'est comme cela que l'homme « se justifie » et « se sauve ». C’est le premier sens de ces mots. Donnez ce conseil à toutes vos amies que vous aimez. Si vous avez une inspiration profonde, partagez ces paroles avec les autres aussi; alors vous serez tous bénis et votre Lumière s'allumera aux yeux de vos proches. Que la paix soit avec vous ! Sofia, le 5 avril 1917
  10. La volonté Divine Le savoir dans le monde a du pouvoir seulement s’il est appliqué. La plupart d’entre vous ne l'appliquent pas et pourtant vous voulez tous porter de beaux vêtements et manger de bons plats, sans savoir comment on les gagne et comment on les fait. Chacun doit savoir comment ourdir, comment tisser, etc. Parfois vous êtes joyeux – c’est une espèce d’engrais; le chagrin est une autre espèce d’engrais. Vous êtes de bonne humeur, mais une demi-heure plus tard votre humeur change. Savez-vous pourquoi cela se produit? Chaque personne qui entre dans la vie spirituelle éveille en soi toutes les mauvaises qualités de sa vie antérieure qui étaient jusque là en état dormant et maintenant, à l'arrivée de la bénédiction Divine, ont poussé. Il faut enlever les mauvaises herbes de votre jardin ! Certains disent avoir été meilleurs avant d’entrer dans la vie spirituelle. Quatre-vingt-quatorze pour cent de votre amour sont des haillons, seulement les six kilogrammes restants sont de l’Amour. Jetez les haillons; c’est-à-dire l’engrais du champ, et gardez en vous seulement ce qui est bon – les six kilogrammes. Vous allez dire que je suis en train de vous sculpter dans un but quelconque, mais ce n'est pas de modelage que je fais, vous ne savez pas encore ce que c'est le modelage. L'artiste doit frapper et tailler pendant longtemps une statue avant qu'elle ne soit belle et gracieuse. Je veux que vous soyez tous prêts à accomplir la Volonté de Dieu. Imaginez que vous êtes aux premiers temps du christianisme – combien parmi vous sont prêts à subir les persécutions et les épreuves ? Vous avez des épreuves mineures à la maison – avec votre mari, vos enfants, mais ce n’est rien. Ce qui importe, c’est d’accomplir la Volonté de Dieu ! Et que faites-vous ? Si la Volonté Divine est en accord avec la vôtre, vous êtes prêts à l’accomplir, mais dans le cas contraire – non. Le nouvel Enseignement ne veut pas produire des moines ni des moniales. Il demande des gens en parfaite santé capables de supporter les difficultés de la vie. Et ceux parmi vous qui comprennent cette loi, cette Doctrine, seront prêts à s’entraider. Vous avez tous une épine dans votre chair. Paul avait lui aussi une épine, pour laquelle il priait Dieu, mais il ne lui a pas dit où se trouvait-elle. Dieu lui a dit : « Elle est grande Ma Grâce ». Vous devez donc dire à Dieu où se trouve votre épine pour qu’il vous l’enlève. Vous ne devez pas être tous pareils dans vos aspirations. Si tout le monde ne tisse que des toiles, la concurrence sera grande. Vous voulez tous être bons. Qu’est-ce que la Vertu ? – Quoi qu'on fasse, que ce soit bien fait – la cuisine, le tissu, la couture, etc., c'est comme ça qu'on peut être bon. Vous voulez être comme une statue que tout le monde complimente et qui évoque l'admiration. Je ne veux pas que vous soyez comme cet Anglais qui voulait se sauver de son robot, auquel il voulait donner de l’âme. La Doctrine du Christ n’est pas une doctrine robotique, c’est une Doctrine de l’âme. Dans cette Doctrine, plusieurs doutes émergeront dans votre esprit. Vous pouvez dire que vous n'avez pas de doute. Imaginez le doute de la nouvelle mariée à l'égard de son mari ! C'est ainsi, car elle ne croit pas en lui. Selon cette même loi, vous empruntez le chemin spirituel et vous vous dites : « Est-ce que je vais me rendre jusqu'au bout ? » Le doute montre que le sujet qui doute n’est pas autonome dans son travail. Si un homme est mauvais, il prend la forme d'un mauvais homme ; s’il est méfiant, il a la forme correspondante – toutes les formes suivent l’homme. Tout le monde veut atteindre le Ciel, tout le monde veut faire plaisir à Dieu. Quels sacrifices avez-vous faits pour lui, qu’avez-vous fait ? Vous dites sans cesse que Dieu ne vous a pas donné ceci ou cela. Et vous donc, qu’avez-vous donné ? La farine que vous avez donnée à Dieu, suffit-elle pour faire un pain ? Il faut bien réfléchir. Vous parlez d’Amour. Cet Amour qui donne de la Force à l’esprit et à la raison humaine pour pouvoir subir les souffrances, c'est l’Amour Divin. Pour l’avoir, vous devez échanger votre amour avec celui de Dieu. Si vous m’écoutez, je vais vous dire o vous pouvez obtenir cet Amour. Si on vous insulte, vous êtes déçus. Cela montre que votre amour a des limites, il se perd, alors ce n’est pas de l’Amour. Jean dit « L’Amour ne se perd jamais. » Avant que la noix tombe, une chose se perd – ce n’est pas la noix, c’est la coquille. On dit de quelqu'un que son amour s'est perdu, mais ce n'est que des enveloppes de l’Amour Divin. Vous devez enlever toutes les coquilles et garder le noyau Divin - c'est l'Amour dont la Force est si grande que si vous l'appelez, tout fond en lui. Je lis sur vos visages – vous vous inquiétez beaucoup. Je pourrais vous attribuer un, deux, trois comme note, mais pas plus. Vous dites : « Moi, je prie beaucoup » - donc, tu manges trop. Prière et service sont deux choses différentes. Chaque jour, vous dites: « Que soit la Volonté de Dieu. » L’homme dit : « Que soit la Volonté de Dieu », mais la femme dit : « Non, que soit ma volonté ». Ainsi font le mari et les enfants et le travail n'avance pas. Vous lancez un commerce important et vous dites : « Vente en gros », mais un jour vous faites faillite et vous comprenez que ce n’est pas pour vous. Vous devez réfléchir trois fois et parler une fois! Vous êtes tous des maitres et vous dites : « M. Deunov doit faire ceci ou cela! » Dites-moi ce que je dois faire et je le ferai. Mais je vais vous dire moi aussi ce que vous devez faire et vous devez l'accomplir! Si vous n'avancez pas comme il faut, vous deviendrez plus nerveux, vous n’arriverez pas à dormir, vous deviendrez méfiants et enfin vous voudrez le cacher du monde en vous mettant un masque. Or, mon Enseignement donnera une belle couleur à votre âme, vous serez tranquilles et contents, vous n’aurez pas besoin de masque. Certains d’entre vous ont trente, d’autres quarante ans, tandis que vous avez un maximum de 120 ans pour apprendre. Vous avez donc encore beaucoup de choses à apprendre. Dieu demande combien d’entre vous sont prêts à accomplir la Volonté Divine. Cela fait trois fois que vous prenez de moi, et qu’allez-vous faire pour moi ? Le Christ dit : « L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de tout ce qui sort de la bouche de Dieu. » Dites-moi ce que je dois faire pour vous. – « Mais – direz-vous, nous ne prenons rien et ne donnons rien. » Alors, vous ne serez pas dans cette École. Dieu montrera le Chemin seulement à celui qui a la bonne volonté de toujours vaincre en soi ses propres pensées et désirs. Vous allez attacher votre ours et vous allez lui donner un peu farine. Le mari est fâché et bat sa femme ; vous critiquez sans cesse les autres. Je voudrais vous demander - est-ce que vous vivez bien avec vous-mêmes ? Essayez pour un mois de ne pas avoir aucun trouble, d’être calmes et tranquilles, pour voir combien vous êtes bons. À partir de maintenant, quels que soient les inconvénients et les querelles entre vous, Dieu a ordonné : « Dehors toute impureté ! » Dieu n’est pas celui de la colère, mais celui de la Foi, de l’Espoir, de l’Amour, de la Justice, de la Pureté. Celui qui n’accomplit pas cette loi, qu’il aille en Égypte pour faire des briques, or celui qui veut marcher, c’est maintenant la Route du désert pour le pays de Canaan. Vous avez des questions très importantes à résoudre, ne les laissez pas pour une autre fois. Ayez une pensée positive : « Je vais accomplir la Volonté de Dieu ! » Dites-le à vous-mêmes et non pas aux autres. Mettez la pureté et la sincérité dans vos pensées, vos désirs et votre âme, et l’Amour se réalisera, et Dieu vous bénira, et le Ciel tentera de faire grandir tout ce que Dieu a semé en vous. Faites-lui de la place pour grandir, c'est maintenant le temps le plus propice où on peut réaliser beaucoup pour peu de temps. Ce qui prenait mille ans pour pousser se réalise maintenant en dix ans; ce qui prenait cent ans se fait maintenant en un an. Les femmes doivent former une union et s’entraider! Maintenant vous êtes à la maison et ne cessez pas de parler de mauvaises choses au sujet de celle-ci ou celle-là – que des questions et des critiques. On ne peut plus continuer avec ces masques du diable, enlevez-les ! Que Dieu soit votre maitre ! La mesure que vous utilisez pour mesurer les autres sera utilisée sur vous. Je peux vous transformer en abeilles, en vous mettant dans le chaudron, mais je veux que vous deveniez bons par vous-mêmes. Le moment venu, vous serez bons par nécessité, mais à présent, c'est un temps de liberté et de choix – vous pouvez choisir tout seuls d’être bons. Le bien dans l’homme – c'est ce qui fait l’homme, c’est sa part. Ce que vous allez faire, c’est une bénédiction pour vos maisons, pour vos enfants. « Si vous gardez ma loi, je vais prier Père, de vous envoyer l’Esprit consolateur » - dit le Christ à ses élèves. On va faire cuire des tomates et de cent kilogrammes on va obtenir neuf ou dix kilogrammes. Je vais vous donner des tomates et du bois, et vous allez les faire cuire. Celui qui ne veut pas les faire cuire, c’est moi qui vais le faire à sa place, mais je lui demanderai en échange des tomates et du bois. Pensez toujours aux choses qui grandissent. L’idée "je ne peux pas" est une contradiction. Je ne peux pas, dans la loi de l’Amour signifie qu’il y a des difficultés, des obstacles. Je me suis mis à photographier vos pensées et un jour je vais vous les montrer. L’auteur de psaumes dit : « Dieu cacha mes péchés. » Que votre cerveau soit plein d’idées nobles! Que votre coeur soit plus généreux, votre esprit aussi, que vous soyez en bonne santé – une santé absolue ! C’est la Doctrine du Seigneur. Je ne veux même pas entendre parler d’une doctrine qui ne peut pas être appliquée. Soyez tous en bonne santé, soyez heureux et sereins ! La santé est pour le corps, le bonheur est une qualité de l’âme parmi les Anges, la béatitude est une qualité de l’esprit chez Dieu. Pour cela, sur la Terre on ne peut pas avoir de bonheur et de béatitude. Le matériel prévu pour l’année 1917 doit être appris, le champ ne doit pas rester vierge. Je vais vous diviser en catégories. Celui qui sait tisser va avancer bien, mais celui qui ne sait pas, ce n'est pas bon. Plusieurs se plaignent que la vie va mal. C'est parce que la toile n’a pas été bien ajustée – il faut recommencer de nouveau. Jeudi prochain, ce sera pour ceux qui sont capables d'appliquer. Nous ne voulons pas de simples auditeurs. Essayez de mettre de l'ordre dans vos relations, d’être sincères dans votre âme, envers Dieu et les hommes. Là, où le Bien se multiplie, le mal se multiplie aussi. Celui qui travaille plus, mange plus, use plus de vêtements, etc. Vous devez tous devenir un foyer pour l’ Esprit Divin. Dieu envoie chaque jour son Esprit, mais nous devons être prêts à accueillir le bien, que Dieu nous envoie. Je veux que vous m’aidiez à régler les malentendus entre vous. Souvent vous faites lever la poussière dans vos esprits et vos coeurs ; c'est inutile. Essayez de calmer vos pensées, tendez-vous la main et mettez-vous à l'oeuvre. Je vois que vous formez des partis, vous vous divisez en jeunes et vieux. La première chose à faire est d'acquérir l’Esprit Divin, de bâtir le Bien ! Sinon, avec vos mauvaises idées, vous créez du karma et des maladies. Dieu a écrit que tout irait bien, et moi je vous souhaite de grandir en esprit et en coeur, dans la Sagesse, le Savoir et l’Amour, de ne pas vous faire trébucher les uns les autres. La première loi est celle de la souffrance. La deuxième est celle de la tentation – les esprits vous tentent à travers les hommes. La troisième loi est celle de la bénédiction Divine. Qu'elles sont grandes ces lois, mais il faut les comprendre ! Vous allez les apprendre ensemble en théorie et en pratique. Si quelqu'un vient critiquer, dis-lui : « As-tu un métier à tisser ? Viens tisser avec moi ! » Quelqu’un ne vit pas bien – son métier à tisser n’est pas bien ajusté. Vous allez couper la toile et vous allez recommencer à nouveau. Vous avez mélangé tous les métiers à tisser des hommes et des femmes et maintenant vous pleurez... Sofia, le 29 mars 1917
  11. La couronne de la vie “Heureux l’homme qui tient ferme face a la tentation, car après avoir fait ses preuves, il recevra la couronne du vainqueur: la vie que Dieu a promise a ceux qui l’aiment. ” Jacques 1 : 2 Il vous parait un peu étrange, comment Dieu peut mettre quelqu'un à l’épreuve. C’est étrange pour ceux qui n’ont pas vécu de moments pénibles dans la vie et ne connaissent pas la loi de la souffrance. On ne demande pas de notions extérieures sur la Vie. Prenons en exemple une femme qui est belle, jolie, jeune, blanche, rouge, mais elle perdra tout ce qui est extérieur. On demande où sont passée cette beauté extérieure, ce savoir, etc. Cette beauté qu’on a eue au début, disparaitra. Si un homme est en bonne santé, mais puis il la perd, où est-ce qu’il pourra la retrouver? Il la gardera pendant dix, quinze, vingt, cinquante, soixante, cent ans, et enfin, il la perdra. Au début, il grandit et apprend, puis les connaissances se perdent, s’oublient, et à la fin tout disparait. Donc, la santé, les connaissances, la richesse – tout passera. Votre richesse passera d’un ami à l'autre et disparaitra. Si vous avez une maison, on vous la prendra aussi; et d’autres biens, si vous en avez, on vous les prendra aussi. Vous voulez être riches, mais comment ; être savants, mais comment ? Comme je vous instruis – santé, pureté spirituelle, beauté de l’âme. Sois savant, mais en Dieu ! Vous devez posséder toutes les vertus dans votre âme et de là, vous pouvez devenir riches, savants, beaux et transmettre aux autres une bonne doctrine, leur apprendre la Paix. Et vous devez avoir en vous Paix, Amour, Justice, Sagesse et Vérité! Alors, Jacques qui a eu une tentation, dit : « Heureux l’homme qui tient ferme à la tentation, car après avoir fait ses preuves, il recevra la couronne du vainqueur : la vie que Dieu a promise a ceux qui l’aiment. » Cela veut dire que votre navire, lorsque vous le mettez à l’eau, s’élancera contre les vagues de la Vie, mais s’il n’est pas solide, il se remplira d’eau et il finira par couler. Cependant, s’il est solide, il surmontera les vagues, malgré leur puissance, et survivra ces tempêtes. À présent, votre navire, dans lequel vous voyagez, n’est pas solide, car lorsque viennent quelques orages, tentations ou troubles, vous succombez au fond. « Le navire est perdu – dites-vous, il a coulé. » Pourquoi il a coulé, je vous le demande ? « Parce que les paroles de l'ennemi étaient lourdes. » Il vous faut faire un navire solide ! Lorsque le disciple étudie et persévère, il aura du savoir. Il doit s’intéresser à tout et progresser dans ses apprentissages. Quand vous étudiez, vous désirez recevoir des couronnes extérieures. Votre vie se répète, la routine est toujours la même et vous commencez à vous en lasser. En quoi consiste votre vie et pourquoi vous vous ennuyez ? Le matin, vous vous levez, vous vous occupez du petit-déjeuner ; le petit-déjeuner fini, vient le déjeuner, après le déjeuner, c'est le tour du diner, ensuite le lit, le poêle, les lumières, et le lendemain matin la même chose se répète. C'est une roue qui tourne et se répète chaque jour. Comme un cheval qui fait tourner la roue pour remonter l'eau du puits et irriguer un jardin. Il tourne, il tourne, il fait remonter l'eau pendant deux, trois, cinq, dix ans, et à la fin, il se fait écorcher et enterrer quelque part. C’est ce qu’il a gagné au cours de ces années de sa vie – il a tourné la roue chaque jour et enfin le jardinier s'est débarrassé de lui. En premier, vous devez servir Dieu. Je ne vous parle pas de ce Dieu qui, selon les savants, se trouve dans l'espace. Je vous parle du Dieu vivant, qui est autour de vous et en vous, et qui veut votre bien. Le monde est excessif. Si vous croyez que le monde vous rendra heureux, vous vous trompez ; il vous attèlera à la roue pour puiser de l'eau et lorsque vous accomplirez le travail et vous tomberez malades, il vous écorchera. Avec ce mauvais patron, vous aurez un mauvais fils, un mauvais père, un mauvais maitre. Quelle que soit la situation actuelle, vous devez résoudre les problèmes difficiles. Je vais m’arrêter sur la question des enfants. Pourquoi les enfants, savez-vous pourquoi vous avez mis au monde ces enfants ? – Pour les élever comme il faut. Et comment les élevez-vous ? La mère dit à sa fille : « Tu dois être fière, parce que tu es la fille de quelqu’un. Tu as un héritage, une éducation, tu sais jouer du piano, tu es jolie; tu es supérieure aux autres, et pour cela, sois consciente de ton importance.» Le père donne lui aussi des leçons de morale à son fils : « Mon fils, tu sais que je ne suis pas comme les autres. Tu auras un bon héritage, tandis que lui, ce n’est qu’un pauvre type. Tu dois être fier, ne pas te laisser humilier, mais connaitre ta valeur. » Le père apprend à son fils l'orgueil et la vanité, la cruauté envers les faibles, et la mère apprend à sa fille l'orgueil et la coquetterie. Et toute cette dégradation morale vient des parents, ce sont eux qui sèment les mauvaises graines – l'orgueil, le doute et tout autre mal. Et David dit dans son psaume : « Ils sont devenus étrangers à la matrice de leur mère et ils ont oublié ta Loi, Père. » Les jeunes filles de nos jours sont fières de leur beauté extérieure, qu'elles entretiennent grâce à des effets extérieurs. Elles ressemblent à une jeune fille qui s’est fiancée avec un jeune homme, qui lui a rendu visite avec un ami pour la mettre à l’épreuve. Lorsqu’elle leur a souhaité la bienvenue et a pris le cabaret pour leur offrir à boire et à manger, son fiancé a décidé de la faire trébucher, pour voir si elle serait fâchée. Il lui a donné un croc-en-jambe et elle est tombée avec son cabaret. Elle s’est tout de suite relevée, et sans dire un mot, sans se fâcher, est rentrée dans la cave. Alors, le jeune homme s'est dit : « Comme cette fille est douce – elle ne s’est pas mise en colère ; et comme elle est intelligente – elle ne s’est ni fâchée ni énervée, mais a pu supporter un incident pareil ! » Comme elle lui a beaucoup plu, il l'a épousée. Mais après le mariage, la jeune femme s'est mise à crier et à le chicaner pour la moindre chose. Alors, il lui a rappelé l'incident, quand elle était encore jeune fille et comment elle avait réagi avec calme. À quoi elle a répondu ceci : « Bien-sûr que j’ai été calme, mais si tu étais venu en bas dans la cave, pour voir ce que j'ai fait à la table – je l’ai mordue et je l’ai brisée de rage ! ». Maintenant, vous êtes aussi très doux à l'extérieur, mais à l’intérieur, si quelqu’un entrait dans votre cave, vous lui briseriez les os. Les chrétiens d'aujourd'hui ressemblent à cette jeune fille – ils sont bons à l’extérieur, ils pardonnent, mais venez les voir ce qu’ils font dans leur cave! Et chaque jour vous bavardez de façon négative – pourquoi telle ou telle chose est arrivée et vous dites : « Cette vie et ce monde n'ont pas de sens. » Et moi, je vous dis que vous n’avez pas essayé la Doctrine que je vous enseigne. Les gens mettent Dieu à l’épreuve et l'ennuient, mais Il est toujours bon avec eux. Vous direz qu’Il peut être bon, car Il est puissant. Oui, c'est vrai, car Il sait par quels moyens vous guérir. Comme la jeune fille paresseuse qui ne faisait aucun effort et donnait des ordres à sa mère, et que la paresse a enfin rendue malade, elle s’est mise au lit et a demandé à sa mère de faire venir le docteur. Sa mère a appelé le docteur, il est venu et a compris son malaise, après quoi il lui a prescrit de faire de la marche et des exercices dans la chambre. Mais comme elle n'avait pas envie de faire cet effort, elle restait au lit et elle tournaient ses pouces pour les faire bouger un peu. Quand le docteur est revenu et l'a trouvée dans la même position, il lui a demandé si elle avait fait les exercices, à quoi elle a répondu par l'affirmative. Comme il lui a demandé comment, elle lui a montré l'exercice avec les doigts. Le docteur a compris qu’elle était malade de paresse et lui a dit que si elle ne faisait pas ce qu’il lui avait prescrit, elle ne guérirait pas... De même font les chrétiens, ils se tournent les pouces. Dieu ne veut pas une telle paresse, Il veut de la vraie gymnastique des pieds et des bras, pour vous faire bouger. Dieu veut de vous de bonnes vertus, de bonnes actions, de bien bouger afin de guérir. Pourquoi êtes-vous malades ? Parce que vous êtes paresseux. Vous ne vous servez pas de vos jambes, de votre coeur, de votre esprit, de vos yeux, de votre bouche, mais vous savez seulement exiger de Dieu : « Donne-moi, mon Dieu, ceci et cela ! ». Vous voulez que Dieu soit votre serviteur. D'accord, mais vos bras et vos pieds se paralyseront. Pourquoi avez-vous mal aux jambes? – Vous manquez de Vertu. Pourquoi avez-vous mal aux bras ? – Il vous manque de la Justice. Ils vous sont donnés pour faire du bien. Si vous ne faites pas de bien, vous allez souffrir. Pourquoi avez-vous mal aux oreilles ? – Il vous manque de la Sagesse. Pourquoi avez-vous mal aux yeux ? – Il vous manque da la Lueur. Si vous avez mal à la bouche, vous n’ avez pas d’Amour ; si vous avez mal aux dents - même chose. Si vous avez mal à la tête, vous avez violé la Vérité, elle n’est plus en vous. Vous devez utiliser ces parties du corps pour faire du Bien au nom de Dieu, tandis que vous faites tout le contraire. Lorsque Dieu vous les donne en santé et elles ne vous servent pas par paresse, elles tombent malades et alors vous appelez le docteur. Et le docteur vous recommande de la gymnastique. À une mère qui ne fait pas de Bien au nom de Dieu, Il va donner une fille paresseuse pour la servir et exécuter ses ordres. Quand une jeune fille ne fait rien pour Dieu, Il lui donne un homme paresseux pour satisfaire tous ses caprices. Quand Dieu voit que le père est paresseux et ne fait pas de Bien, il lui donne un fils pour gaspiller sa fortune dans les jeux et la débauche. Dieu reconnait les malades et les paresseux et leur donne de la gymnastique. À présent, l’homme ne marche pas auprès de la femme, tous deux ne peuvent pas se supporter. Il n’est pas bien que les gens se causent de mal, mais ils doivent vivre ensemble et s’entraider. Si vous travaillez en équipe, vous allez aider beaucoup de personnes, leur épargner beaucoup de malheurs. La même chose se passe dans le monde Spirituel – vous devez vous aider les uns les autres. Si tu aides ton proche, tu avanceras mieux dans ton Chemin. Il faut éliminer la personne et l'ensemble doit vivre dans la foi. Comment faisaient les gens pour vivre ensemble autrefois ? Lorsqu’un homme avait un champ à récolter, on appelait les voisins et on le moissonnait. De même pour la récolte du raisin, de même pour le maïs – on se réunissait pour récolter le champ. Et vous, faites de même ! Il vous arrive un malheur – réunissez-vous deux, trois soeurs, aidez-vous, pour que Dieu puisse vous aider. Si ça ne marche pas à deux ou à trois, soyez quatre ou cinq, et de cette façon, vous allez vous alléger l'esprit, sans égard à vos origines respectives. Vivez tous en commun ! Et maintenant, Jacques dit : « Heureux l’homme qui tient ferme face à la tentation, car après avoir fait ses preuves, il recevra la couronne du vainqueur. » Désirez non pas la couronne de la vanité, mais la couronne de l’immortalité, dans laquelle il n’ y a pas de souffrance, ni de tentation, ni de maladie, mais une Vie remplie de biens. Cette Vie est une plante et lorsqu’elle commence à pousser, elle change. Le sol change aussi; pour chaque plante – le sol est différent. Vous n’êtes pas de pareils instruments ni de cordes identiques. Vous allez vous accorder pour travailler ensemble et pour produire une harmonie merveilleuse. La musique qui sort de vous doit être plaisante à l'oreille. Et lorsque vous commencez à jouer, vous apprendrez la loi pour accorder vos coeurs, vos esprits, votre volonté et vous produirez une musique ravissante. Quand le Ciel parle en vous, vous ne pouvez pas l’admettre. Pourquoi ? En même temps, vous prenez par la bouche la bonne nourriture qu’on vous donne, tandis que celle qui est mauvaise, on la jette, elle n’est pas pour les hommes. Que se passe-t-il avec vous en fait? Et Dieu dit: « Vous avez mis dans votre esprit des pensées mauvaises, et dans votre coeur - des désirs mauvais, et de mauvaises paroles sortent par votre bouche ; et que votre bouche ne parle plus de mal. » Si vous prenez de la lavure et la jetez sur votre frère, que va-t-il se passer, est-ce une bonne chose, est-ce que votre mère va vous féliciter ? Ce n’est pas chrétien, salir son frère, ce n’est pas une bonne chose. « Mais – diras-tu – l’homme peut juger. » Moi, je dis : va et demande pardon à ton frère ; dis-lui : « Mon frère, pardonne-moi ! » S’il ne te pardonne pas, va une deuxième fois avec quelqu’un et dis-lui : « Ma soeur, pardonne-moi! » S’il ne veut cette fois non plus, va avec l’église et s’il ne veut encore pas, qu’il soit pour toi pain et publicain. Va et dis-lui la Vérité et s’il est fautif, pardonne-lui. Si sa plaie va très mal, va et montre-la lui, guéris-le; s’il est malade, montre-lui comment faire. Je vois que le monde est malade. Des femmes malades se plaignent, se mettent en colère contre leurs maris et veulent le divorce. Des hommes malades cherchent de plaisirs divers, qui sont en contradiction avec la loi Divine, ils veulent des choses impossibles et ils abandonnent leurs femmes. Je vois des esprits mal sains, des coeurs mal sains, des âmes mal saines. Il est bien clair comment on peut vivre avec... Une fois, j’ai voyagé en train avec un monsieur vêtu d’une pèlerine. Un autre marchait librement, battait des mains, sans vouloir faire du mal à personne et chantait. Soudain, l’homme à la pèlerine lui a crié : « Es-tu aveugle, tu viens de me bousculer, ne vois-tu pas que j’ai mal au bras!” En effet, son bras droit était bandé. Son bras lui faisait mal, mais l’homme ne pouvait pas le savoir. Malgré cela, celui à la pèlerine continuait de crier – il criait, car il avait mal au bras... Vous devez vous tenir à une distance de quinze centimètres de chaque personne, car il y a des gens malades, or vous ne songez pas à cela. La femme tient à être le plus près possible de l’homme et ne le laisse pas s’éloigner d’elle. Il en a marre et commence à fuir dans les auberges ou à boire, car son âme lui fait mal. Parce que vous n’êtes pas à une distance de quinze centimètres de votre mari et vous voulez sans cesse toucher son âme mal saine, il commence à vous fuir. Dans la Bible, il est écrit que Dieu a fait la femme de la cote, savez-vous pourquoi ? C’est du travail qui au début devait apporter le bienêtre dans le monde, puis elle a agité le monde et Dieu la punit. Donc, Dieu a fait la femme de la cote de l’ homme, de la cote de la Sagesse, pour qu’ elle soit raisonnable, pour unir le monde, pour lui donner de la douceur, pour que tout le monde trouve auprès d’elle une consolation. Or, à présent, la femme met au monde des enfants non raisonnables. Elle les élève et ils commencent à insulter leur père, en même temps le père dit que son fils est mauvais, qu’il boit, qu’il vole et ne lui ressemble pas. Des parents stupides – des enfants stupides, d’une mère irraisonnable – un fripon pour fils ; c’est une loi. S’il arrive que votre fils meure, c’est parce que vous n’êtes pas purs, vous êtes salis – vous avez souillé la loi Divine et vous payez pour ça. Aujourd’hui, je vous dis une Vérité et si vous m’écoutez, vous faites bien, mais si vous ne m’écoutez pas, vous allez voir tout seuls, vous allez apprendre la leçon. À la fin, le patron vous obligera à lui apporter de l’eau avec la roue et lorsque vous arrivez à apprendre la leçon, il vous prendra la peau. Je ne voudrais pas que cela vous arrive. C’est pour cela que Dieu se tourne vers ses filles. Celui qui est dans la souffrance, il est dans le chaudron. Maintenant, vous êtes bons, car l’homme qui bout dans le chaudron est bon. L’âme qui a beaucoup souffert se purifie. Vous tous avez souffert, la Pureté est nécessaire pour le bonheur de la Vie. Quand vous êtes purs, ça marche bien. Vous vous levez le matin, tout est à l’envers ; pourquoi ? – Parce qu'il n’y a pas de Pureté. Maintenant, prenez l’exemple de cette jeune fille – Dieu donne la bonne santé à l’homme, pourtant il est trop paresseux pour travailler. Alors Dieu lui donne de la souffrance. S’il n’accepte pas la souffrance, on lui donne de la peine. En acceptant la peine, en apprenant à souffrir, Dieu dit : « Il a appris à souffrir, enlevez-lui la peine, donnez-lui du travail ! » À présent, quand vous êtes au travail, que faites-vous pour Dieu ? Ou bien vous direz que Dieu est bon. Dieu est bon, mais Il va vous évaluer. À l'examen, vous avez eu deux, trois, quatre, cinq, dix – partout vous avez eu de bonnes notes. Pour hypocrisie – six, pour mensonge – cinq, pour colère – sept, pour le manque d'abstention – cinq et demi. Sans épreuves vous ne pouvez pas passer. Dans cette vie, votre façon de vivre à présent aura de mauvaises notes. Je voudrais que vous étudiiez cette tâche – de vous perfectionner. Il vous faut prier et il faut vous interroger à quel sujet vous devez prier. – Pour avoir de la patience. Et si vous persévérez dans votre prière, tout ira progressivement bien. Quand l’enfant a une idée en tête, il va chez sa mère et lui demande des pommes. Il s’est mis en tête des pommes, des noix et autres choses, il va et en demande. Sa mère lui donne des pommes – il veut encore des noix ; elle lui donne des noix – il demande de la confiture. Alors sa mère lui dit : « Ce n’est pas bien tout à la fois, mon chéri, demain tu l’auras. » Et l’enfant retient la promesse que le jour suivant il va recevoir de nouveau. Vous devez avoir une tâche semblable et lorsque vous avez une idée en tête, allez-y, demandez, et Dieu satisfera tous vos besoins. Il faut que vous soyez bons. Être bon ne veut pas dire être comme un mouton. Dieu ne veut pas de moutons, mais des gens bons et raisonnables. Les gens bons sont ceux qui ne se gâtent pas. Si tu te gâtes, tu n’es pas bon. Vous devez avoir une bonne terre, rejeter ces substances, qui font gâter l’homme. Votre terre est pourrie, c’est pour ça que Dieu dit que le grain qui est tombé sur les épines, il s'est étouffé et n’a pas poussé. Un autre est tombé sur une pierre, le Soleil l’a brulé et il a séché – puisque dans la pierre il ne peut pas faire une racine, il n’a pas poussé. Ne vous trompez pas, si vous ne faites pas votre terre maintenant, jamais vous na la ferez, il n’y a pas de temps à perdre. Ne laissez pas le Bien pour une autre fois ! Une bonne idée va attirer toutes les bonnes idées qui viendront en aide pour finir ce bon acte. Parfois, vous vous sentez un peu froids envers quelqu’un et vous ne voulez aller nulle part. Savez-vous pourquoi cela vous arrive-t-il ? Car là-bas, ça sent mauvais, ça pue, c’est pour ça que vous ne voulez pas y aller; leur terre est pourrie, ils ont abattu un mouton et il a commencé à sentir mauvais. Bien sûr que ça va puer, après l’avoir abattu. Jetez le mouton, nettoyez votre terre ou votre maison et la mauvaise odeur disparaitra! C’est la loi de la Vérité. Quand l’eau se remplit d’ordures, on fait isoler le réservoir, on purifie l’eau en la filtrant et en la caillant, après quoi on la fait couler de nouveau. Sinon, si on ne purifie pas ces ordures, qui se sont assemblées, vous allez les boire et vous allez tomber malades... Quand les gens commettent un péché, ils l’enferment, le cachent et il finit par sentir mauvais. Non, tu dois ouvrir la porte et dire : « J’ai abattu un mouton ou une bête, j’ai commis un péché, voilà je les ai jetés ! » Payez-les à celui qui vous les a donnés, et le péché disparaitra et ne sentira plus. Dans notre vie existent des fumiers aussi. Si le mal arrive, qu’il arrive, mais vous ne devez pas l’accepter – ne soyez pas son porteur et n’entrez pas dans le péché comme le fils prodigue. Je ne dis pas qu’autour de vous ne tournent pas quelques corneilles ou aigles pour vous salir le nid. De l’extérieur, ils peuvent le salir, mais à l’intérieur il doit être propre et sain. Vous nettoyez chaque jour votre maison physique – pourquoi pas une fois par an ? De même vous devez nettoyer votre esprit chaque jour, comme vous le faites pour votre corps physique. Vous devez vous laver chaque jour! Des amis viendront vous rendre visite, mais ne les laissez pas vous ennuyer, Dieu ne veut pas de telles personnes. Quelqu’un dit : « Mais moi, je ne peux pas me plier. » Tu te plieras ! Si tu es une poutre ou une pierre, tu ne peux pas te plier, mais si tu es un homme, tu vas te plier. Que veut dire se plier? – Traiter les autres comme soi-même. Tu es en colère – ne va nulle part, reste à la maison ! Tu portes un fardeau – ne va nulle part pour le décharger, car ce n’est pas la loi de Dieu, une vie pareille n’est pas bonne. Quelqu'un va me dire que les gens religieux déchargent aussi leur poids – les hommes, comme les femmes, les poètes comme les maitres – ils se déchargent les uns les autres. Les prophètes sont allés dans la forêt pour décharger leur poids. Si un champ n’est pas récolté, le travail ne peut pas se faire seul; cette année il donnera moins, l’année prochaine – encore moins, jusqu’à ce qu’il cesse de donner du blé. Il vaut mieux avoir un petit champ bien récolté plutôt qu'un grand et non récolté. Car le peu de Bien qu’on produit se multiplie. La même chose se passe dans l’âme. Lorsque Dieu te donne un fruit pour ton âme, tu le sors par un trou pour nourrir les souris. Les trous doivent être bouchés. On ne coud pas avec une aiguille ; certains cousent leur coeur, leur esprit, mais ceci n’est pas bon. Vous devez bien comprendre lorsque Dieu vous donne quelque chose. Vous devez l’écouter et comprendre ce qu’Il vous dit, ce qu’Il veut de vous. Il faut l’écouter même quand vous demandez les choses les plus importantes dans votre Vie. Écoutez, s’il y a en vous de la confusion, ce n’est pas l’idée de Dieu, ce n’est pas non plus son désir. Si vous priez sans en avoir besoin, est-ce que Dieu va vous entendre ? Il ne vous entendra pas, car vous n’êtes pas allés avec la leçon d’aujourd’hui. –« Mais Dieu va nous pardonner. » Il va vous pardonner, mais l’élève doit s’éduquer. Le maître a un programme précis: la première heure – histoire, la deuxième – lecture, la troisième – mathématiques, la cinquième – musique et la sixième – gymnastique. – “Mais à la maison, on apprend autre chose. ” Alors, reste à la maison, ne va pas à l’école. L’enfant veut encore sucer de sa mère, mais elle, lorsqu’elle voit qu’il a des dents, ne lui permet plus. Un enfant veut qu’on lui mâche la nourriture ; on va la mâcher pendant un, deux, trois, quatre, cinq ans, mais la faire mâcher vingt ans, ce n’est pas possible. De même la poule lorsque ses poussins grandissent, elle les pique du bec pour qu'ils commencent à chercher seuls leur nourriture. Dieu veut nous apprendre à nous nourrir tout seuls et à choisir la bonne nourriture. Voilà ce que Dieu exige de nous: ne sois pas en colère, c’est insensé! Fais preuve de la Justice Divine devant les hommes! On a les mains non pas pour faire du mal, mais pour faire du bien. Si vous n’êtes pas Justes – vous aurez mal aux bras; si vous ne faites pas de bien – vous aurez mal aux pieds, vous ne serez pas en bonne santé; si vous n'avez pas d’Amour – vous aurez mal à la bouche, aux dents; vous n'avez pas de Vérité – vous aurez mal à la tête; si vos pensées sont mauvaises – vous deviendrez bêtes; il vous manque de la sagesse – vous aurez mal aux oreilles. Si vous n’êtes pas en accord avec la loi Divine, vous serez toujours malades, souffrants. Maintenant, vous direz à Dieu: « Mon Dieu, je veux avoir de la patience! Donne-moi de Ta Force, pour que je puisse supporter toute épreuve qui m'attend, et la supporter avec détermination. Je veux avoir de l'humilité ! » Par exemple, vous avez une mauvaise habitude et lorsqu’elle vous parvient, commencez à compter : un, deux, trois, quatre – jusqu’à trente, quarante, cinquante ; le temps de compter et elle disparaîtra. Quand vous comptez, vous allez vous dire : « Voilà qu’aujourd’hui j'ai réussi à résister un peu, j'étais moins en colère ; le lendemain, je me suis abstenu de mentir deux fois ; l'après-demain, à trois reprises, je me suis retenu de ne pas médire. » Ainsi, les manifestations de chaque vice diminueront une par une, pour enfin disparaître. Si je ne peux pas dire de bonnes choses à l'égard des gens, aujourd’hui j'aurai comme objectif de dire de bonnes choses. Demain, vous ferez du bien à quelqu’un, le jour d’après vous le protègerez du mal. Ainsi, le Bien va grandir sans cesse en vous. Une femme, qui se sert de mille paroles douces, sera une femme utile pour l’état. Elle sera une bonne mère, elle aura de bons fils, des filles intelligentes et cet état fleurira. Moi aussi, je veux que vos pensées soient bonnes, que vous fassiez du bien, que vos regards soient bons. Ne vous inquiétez pas – lorsque l’enfant apprend à marcher, il n’a pas peur de tomber. Vous allez tomber et vous relever, mais n’ayez pas peur, vous finirez par apprendre. Vous aurez tous des désirs forts de faire du bien. L’apôtre dit que l’homme juste tombe sept fois. Vous aurez des obstacles importants dans la vie, mais en même temps vous aurez de nouvelles expériences et un nouveau mode de vie. Amen. Sofia, 17 février 1917 (Sofia, le jeudi 15 février 1917)
  12. L'hygiène de l'âme humaine « Celui qui ne commet jamais de faute dans ses paroles est un homme parvenu à l’état d’adulte, capable de maîtriser aussi son corps tout entier. » Jacques 3: 2 Aujourd’hui, je vais vous parler de façon particulière – comme le maitre qui parle à ses élèves quand ils commencent à apprendre l’alphabet, comme la femme qui commence à laver la laine, à la peigner et à la faire filer, pour fabriquer l’étoffe. Aujourd’hui, je nommerai ma conférence « L'hygiène de l’âme humaine ». Vous avez écouté beaucoup de prédicateurs. Jacques dit: « Celui qui ne commet jamais de faute dans ses paroles est un homme parvenu à l’état adulte, capable de maitriser aussi son corps tout entier ». Le corps est votre capital, il est essentiel. Pour cette raison, je vais commencer par ce que vous voyez. Vous faites très peu attention à votre âme, mais le corps est un immense jardin où travaille l’Esprit Divin. Le mouvement fournit le sang pour arroser le jardin Divin. C’est sur l’entretien de la demeure qu’on juge la maitresse de la maison. Vous n’êtes pas venus ici pour bâtir des maisons, mais pour y mettre de l’ordre. Cette doctrine, vous l’appliquerez sur vous–mêmes. Vous cherchez le bonheur et vous ne pouvez pas le trouver, mais si je vous prive de nourriture, d’eau et d’air, vous le comprendrez. Les fondements de votre bonheur, ce sont la nourriture, l’eau et l’air. La nourriture est liée à la façon de manger et au corps, l’eau est liée à la façon de boire et au cœur, et l’air – à la respiration et à la raison. Vous avez besoin de souffrance pour pouvoir travailler. Celui qui refuse le travail, Dieu lui donne du labeur; s’il refuse le labeur, vient alors la souffrance; s’il refuse la souffrance, vient la torture. Pour pouvoir travailler, il faut avoir de l’art, du talent – seuls les grands artistes peuvent travailler. Le travail est pour les savants. Faire la lessive et médire des autres, c’est du labeur. Vous avez abandonné le travail que Dieu vous a donné et maintenant vous avez à labourer. Dans le labeur, la souffrance et la torture, il n’y a pas de bonheur. La souffrance est une noix difficile à casser; c’est tout un art d’apprendre à la casser et à la mettre à l’œuvre. Maintenant, je vais vous parler du mot « pouvoir ». Vous ne comprenez pas la situation dans laquelle vous vous trouvez, alors que vous devez ouvrir les yeux pour le bien de votre bonheur. Il est autour de vous, mais vous devez savoir travailler comme il faut. Vous devez détendre un peu les cordes de votre violon. Votre cœur est trop sec, il lui faut un peu d’humidité. Vous savez que sans eau, on ne peut pas nettoyer et on produit de la poussière. Avant tout, vous devez avoir la foi. Chaque chose qui vous est donnée, vous devez la vérifier pour pouvoir l’utiliser. Pourquoi prier, pourquoi manger, pourquoi boire? – La prière est un processus de respiration. Si vous vous demandez si Dieu entend votre prière, c’est parce que vous vous doutez de Dieu lorsque vous priez. Même si vous ne Le voyez pas, vous pouvez Le ressentir. Dans chaque désir et pensée, il y a trois choses – largeur, profondeur et hauteur. Celui qui possède de la profondeur, il ne fait pas de bruit. Il faut abandonner l’habitude de donner des ordres aux autres et apprendre à donner des ordres à soi–même. Les pensées qui vous dérangent aujourd’hui, il faut commencer à vous en débarrasser avec de la foi. La foi est un principe. La foi doit être positive – elle est un endroit où peut entrer la vie Divine. Vous devez commencer à travailler avec un plan sur vous-mêmes, tout comme le jardinier. Après avoir accompli vos tâches domestiques, mettez-vous à travailler sur vous-mêmes. La chose la plus importante est d’être en bonne santé physique et spirituelle. Un homme, qui a complètement perdu la foi, est un homme malade. Comme les enfants qui coupent souvent avec des ciseaux et abiment, il y a de tels écrivains et prédicateurs qui abiment avec leurs ciseaux. Ils sont de fameux destructeurs, c’est pourquoi il faut quitter ces maitres qui abiment. S’il apparait en vous une mauvaise pensée, qui veut couper avec son couteau et qui veut abimer, jetez-la dehors. Ou bien quelqu’un qui veut battre le tambour – dites-lui qu’il ne peut pas. Vos pensées sont vivantes, elles jouent en vous et autour de vous comme des enfants. Une idée vous vient à l’esprit et vous dérange, par exemple, quelqu’un qui a dit quelque chose à votre sujet. Les pensées peuvent vous inquiéter et vous posséder. Non, c’est à vous de les éduquer. Le faux maitre est le diable – il vous mène et vous instruit, jusqu’à ce que vous restiez avec des habits délabrés. Alors, il vous abandonne et vous allez auprès de Dieu avec vos habits délabrés, mais Il ne vous accueillera pas et vous montrera la porte. Toutefois, s’il reste en vous un seul grain de blé, il y a de l’espoir de vous corriger dans douze ans. Une idée noble, si vous la cultivez, fera de vous dans douze ans une femme des plus nobles. Vous vous démagnétisez sans cesse, vous vous mettez en colère, vous vous inquiétez. De cette manière, dans votre système nerveux se produisent un trouble profond, une fissure et un écoulement. Si vous êtes indifférents, votre force magnétique diminue. Lorsque vous êtes en bonne santé, vous pouvez ressentir l’état des autres. Le cœur peut perdre sa force magnétique. Ne portez pas votre mari, vos enfants ou les autres, comme le loup porte le renard. Souvent, vous portez sur votre dos des gens en bonne santé. Quand vous rendez service à des gens en santé, vous leur apprenez la paresse. Dieu a donné du travail à faire à toutes les femmes, et pourtant vous cassez des pierres. Si la femme avait été une domestique, Dieu l’aurait faite des pieds de l’homme, et si elle avait été une maitresse, Il l’aurait faite de la tête de l’homme. Cependant, il l’a faite de la cote de l’homme, donc pour être sa compagne dans le travail. Et que font maintenant les femmes? Elles s’attardent devant le miroir et pensent au mariage. Sous mariage, j’entends le passage de l’homme de l’état animal à l’état humain, et de l’état humain à l’état Divin. Ce mariage se produit une fois – lorsque vous devenez citoyens du Ciel. Pour cela, on exige de vous d’avoir un corps sain, un esprit sain et un cœur sain. Comment nourrissez-vous votre âme, votre esprit, votre cœur? Le corps, vous le nourrissez plutôt bien, mais comment nourrissez-vous votre cœur et votre esprit? La nourriture que vous avalez sans remercier ne peut pas procurer les sensations nécessaires à votre cœur et à votre esprit. Les pensées et les désirs demandent de la nourriture et des habits que vous ne leur donnez pas et ils meurent. Vos désirs sont excessifs. Essayez d’entretenir des pensées qui ont de l’importance et qui n’entrent pas en contradiction avec les autres. Un homme qui travaille perd beaucoup d’énergie, par conséquent vous devez préserver votre énergie. Vous devez croire fermement en Dieu et qu’Il a tout prévu. Dieu prend soin même des plus petits vers. Un cheveu de votre tête ne peut tomber sans que ce soit Sa volonté. Chaque pensée et désir, tout ce que vous voulez vous sera donné, mais il faut avoir une foi ferme. Ne regrettez pas les choses qui ne se sont pas réalisées dans votre vie, car elles ne sont pas pour vous. Le fiancé d’une demoiselle la quitte – cela arrive, car il n’est pas fait pour elle. Parfois, vous voulez avoir de grands pantalons ou une grande robe, comme l’enfant qui veut les vêtements de son frère ainé, mais le moment n’est pas encore venu. En vous tous, il y a des pensées et des désirs inutiles, ce qui montre que votre foi est faible. Dieu est une grande source – allez auprès de Lui pour chercher de l’eau fraiche le matin, à midi et le soir. Il ne viendra pas auprès de vous, mais vous irez auprès de Lui. Apportez avec vous un contenant. Les bonnes pensées sont un contenant que Dieu remplit de Sa bénédiction. Tant que vous avez de bonnes idées et de bons désirs, Dieu vous bénira. Si vous ressentez qu’il ne vous bénit pas, empruntez un contenant – lisez un bon livre, pensez à la beauté des gens. Ne dites pas de mal des autres – celui qui veut réussir, qu’il ne dise pas de mal de ses proches. Maintenant, pendant les cinq minutes qui restent, sans bouger, dirigez vos pensées vers Dieu. Vous allez ressentir un pincement, mais si vous bougez, vous allez rater l’exercice. Par exemple, un jour vous vous dites que vous n’allez pas dire de mal des autres, mais vient alors quelqu’un qui dit quelque chose de mal à propos de vous, et voilà que vous commencez à parler derrière son dos et vous ratez l’exercice. Vous allumez des cierges, vous sanctifiez de l’huile et pourtant vous n’avez toujours pas la bénédiction – c’est parce que vous médisez. Maintenant, commencez l’exercice pour une, deux, trois, quatre ou cinq minutes – essayez de ne point bouger, de pouvoir vous contrôler. Ensuite, faites un exercice de cinq minutes - essayez de penser à une chose seulement: un exercice de cinq minutes pour votre corps, un exercice de cinq minutes pour votre esprit, un exercice de cinq minutes pour votre cœur. Ce que vous gagnez de ces exercices, ne le dites à personne. Pour qu’un désir, une idée se réalisent, il lui faut douze mois. Pour qu’une idée puisse venir au monde, il lui faut un an, pour d’autres, il leur faut dix ans, etc. Les bonnes idées et désirs sont les habits des Anges. Les pensées et les désirs sont les vêtements que les esprits Divins portent. Si vous êtes capables, faites cet exercice. Sinon, pensez-y bien et ne le faites pas. Le résultat de ces exercices vient lentement, peut-être dans un an, mais ne dites à personne ce que vous êtes en train de faire. Tant que vous n’avez pas encore tissé l’étoffe, ne la mesurez pas pour la vendre. Commencez avec la moindre chose - le mot « pouvoir ». Vous avez une grosse peine - dites-vous « je peux », vous souffrez – « je peux », vous travaillez – « je peux ». Dites-vous : « Je peux tout faire grâce à Jésus !» Si vous ne comprenez pas le mot « pouvoir », vous ne pouvez pas comprendre non plus Jésus. Dans la doctrine de Jésus, le mot « pouvoir » est toujours présent. Et lorsque Pierre a dit a Jésus : « Que cela ne te soit pas, mon Dieu. . . », Jésus lui a répondu avec le mot « pouvoir ». Conjuguez le verbe « pouvoir ». Quand vous ne pouvez pas résoudre un problème, dites « je peux ». Dieu va et dit : « Remplissez-lui la cruche », mais celui qui ne dit pas « je peux », on ne la lui remplit pas. Le mal qui est en vous, c’est du carburant. Les mauvaises idées, qui vous passent par la tête, sont des stimulants dans votre développement, si vous arrivez à les vaincre. Si une mauvaise idée surgit, demandez à Dieu de la placer. Ne dites rien, ne parlez pas de mal, gardez le silence - au début vous ressentirez de l’inconfort, mais ensuite il brulera et vous obtiendrez de l’énergie. Si une maladie vous arrive, n’ayez pas peur - c’est un petit massage, une bénédiction. Être sage signifie être parfait dans la Parole. Les gens pleurent, ils sont malheureux, mais moi, je dis que ceci est une bénédiction, parce que les gens travaillent, et moi je me réjouis et remercie Dieu. Cent-un-millions d’Anges travaillent sur la Terre et nous aident. Un nettoyage se produit maintenant et c’est le temps pour vous d’être pleins d’entrain et de joie - on n’a jamais connu de temps plus glorieux. Maintenant, les gens arrosent leurs jardins. La religion d’aujourd’hui ne doit pas être comme celle d’autrefois. Une fois, un homme pauvre et religieux est passé sous la fenêtre ouverte d’une maison d’un homme riche. Il a vu sur le bord de la fenêtre une bourse pleine d’argent et l’a prise en se disant que Dieu lui faisait cadeau. Mais les jours suivants, à chaque prière, il voyait la bourse devant ses yeux et ne pouvait pas prier. Enfin, il l’a rendue. Vous aussi, vous avez volé la bourse de quelqu’un de riche, et c’est pour cela que quelque chose vous dérange. Lorsque vous dites du mal de quelqu’un, c’est un vol d’une bourse. Rendez la bourse pour que votre prière soit entendue. Ne pensez pas de mal de personne ; si une telle pensée vous vient en tête, jetez-la dehors. Gardez le silence à l’externe et travaillez à l’interne. La réalisation de chaque désir prend du temps, il vous faut attendre. Un, deux, dix ans peuvent passer – ne vous pressez pas. Quand vous voulez que votre désir se réalise vite, Dieu vous enverra près des racines de l’arbre - il vous donnera un mauvais mari ou une mauvaise femme. Et tous vos malheurs présents viennent de votre vie antérieure - vous avez eu de mauvaises pensées et désirs. Il faut que vous soyez en bonne santé physique. Lorsque vous prenez de l’embonpoint, vous êtes contents, mais ce n’est pas bon pour la santé. Vous devez avoir des muscles en santé, être doux et humbles. Ne soyez pas détendus, mais soyez actifs. Prenons en exemple l’une de vos sœurs qui souffre – donnez-lui de la foi, du courage, ne pleurez pas avec elle, car tous deux vous allez perdre votre foi. Ou bien quelqu’un meurt - non, il n’est pas mort, c’est seulement sa maison qui est démolie et dans plusieurs années elle sera bâtie de nouveau. La nature humaine repose sur les bonnes qualités de son âme. La mort est un processus d’épuration de l’eau, le passage de la Vie d’une couche à une autre, pour émerger à la surface comme une merveilleuse fontaine. Il vous faut passer par ce monde, par la matière, pour vous épurer. Vous écoutez tout cela maintenant, mais le monde découragera. Dites-vous alors : « Je peux ! ». Prenez le Psaume 119 et apprenez par cœur une partie par jour à l’aide du mot « pouvoir ». Vous devez l’apprendre en 22 jours. Chaque jour, avant de commencer à étudier, vous allez vous laver les mains et les pieds et vous allez vous dire: « Nous serons aussi bons, patients et sages que nos pieds ». Si le cœur humain était aussi bon que les pieds, les hommes seraient des saints. Et lorsque nous nous lavons les mains, nous allons nous dire : « Nous serons sages, bons et justes comme les mains. » Votre esprit doit être prêt à travailler comme les mains. Comme Dieu est bon, de nous avoir donné des mains et des pieds qui nous apprennent à travailler ! Alliez-vous à Dieu et à tous les hommes, et tout sera possible pour vous. Vous devez être patients et serviables comme les pieds et justes comme les mains. Vous devez contrôler votre corps et l’harmonie doit régner parmi vous. Si vous réussissez à vous organiser pour un an, ce sera bien. Il faut que vous soyez libres comme les oiseaux, patients comme les mammifères, vaillants comme le lion et sages comme l’homme. Commencez à mettre en pratique le mot « pouvoir ». Si c’est pour une bonne cause, il sera la clé, mais si vous l’utilisez pour faire du mal, il ne vous servira pas. Utilisez-le pour relever l’humanité, pour éduquer l’esprit et le cœur, et non pas pour faire du mal. En l’espace d’un an, vous devez arriver à comprendre le mot « pouvoir ». Les mots « ne pas » dans « je ne peux pas », il faut les mettre en dernier. Si vous vous inquiétez, dites-vous : « Je peux ! », pour que votre humeur change. La partie « ne pas », laissez-la se reposer de coté. Lorsque vous aurez appris le psaume, certains d’entre vous auront un résultat un ou deux sur dix, d’autres – de trois à dix sur dix. Les résultats seront variés. Même si le résultat est un sur dix, ceci est aussi une bénédiction. Le 8 février 1917, Sofia
  13. Additionner Et Diminuer Allumer Et Etteindre La Bougie “Et s’il s’ y trouve un homme de paix, votre paix ira reposer sur lui; sinon, elle reviendra sur vous.” Luc 10 : 6 Prière secrète: Soit fidèle, droit, pur et toujours plein de grâce! C’est curieux pourquoi Christ dit à ses disciples de ne saluer jamais en poursuivant sa route. N’est-il pas vrai que c’est un geste de bonne conduite de saluer quelqu’ un, or Christ dit de ne saluer personne lors de son chemin. Le vers est clair par lui-même: Christ dit qu’il envoie des brebis entre des loups. Je demande : lorsqu’ une brebis rencontre un loup, comment va-t-elle le saluer ? Le mot saluer comprend que seulement deux personnes raisonnables, qui s’aiment sont en état d’échanger un salut. Que de gens raisonnables peuvent échanger un salut les uns aux autres ; des gens, qui manquent de raison, ne sont pas en état de se saluer, ils ne peuvent pas entretenir une conversation. Souvent les maintes paroles n’atteignent pas le but voulu. Il n’ y a pas de quoi s’arrêter sur cette question pour vous prouver que c’est un fait dans la vie, vous le savez toutes seules – quand quelqu’ un parle beaucoup, il travaille peu. A présent, quel est le but de vos réunions, voulez-vous que je vous dise ? Vous dites : « Qu’on fasse une réunion. » Mais il n’ y a rien d’extraordinaire en cela, qui c’est qui ne l’a pas faite ? On se réunit dans les auberges, dans les rues, aux cinémas, dans les églises – on se réunit partout, et vous dites: “Faisons une réunion!” Quand est-ce que vous ne l’avez pas faite ? Moi, je considère votre réunion comme chose ordinaire. La chose la plus extraordinaire ce serait de ne pas vous réunir et une de vous d’aller à un endroit dans la forêt, une autre – à un autre endroit dans la forêt, une troisième – à un kilomètre des autres, de façon qu’aucune ne sache ou se trouvent les deux autres. Il ne faut bien sur pas prendre ceci dans le sens direct, mais je ne fais que vous le faire mentionner, car souvent on cherche le sens de la Vie, là ou il n’ y est pas. Si la réunion se fait de façon consciente, par la force de l’ Amour Divin, cette réunion aura du sens, or si la réunion se passe à cause d’autres raisons, alors les résultats seront tous différents. Maintenant venons à la question la plus importante : quelles sont les qualités de la réunion ? Vous toutes, vous êtes allées à l’école, vous avez même fini le CM2. Dans cette occasion, quelles sont les qualités de la réunion, comment se diffère-t-elle ? Lors de la réunion il y a toujours une augmentation – c’est la différence. Donc, lors de votre réunion, les choses augmentent. Lors de la soustraction on aperçoit le processus opposé : quand on enlève, les choses diminuent, ainsi donc le but de votre réunion consiste dans l’augmentation. Bien, en vous réunissant, est-ce que vous augmentez? Il ne suffit pas de vous réunir, mais chacune de vous ressent-elle, quand elle sort de la réunion, que cette dernière a augmenté son nombre ? Lors de chaque réunion, le corps de l’homme doit organiquement augmenter au moins par une dix millième partie du millimètre. L’homme qui va à une réunion de prière ou une comme la notre, par la loi de la réunion, doit augmenter au moins d’une petite partie. Admettons maintenant que quelqu’ un d’entre vous visite un restaurant de classe, qui a un chef de cuisine connu, qui a préparé dix des meilleurs plats, que vous aimez le plus – un avec des choux, un avec des oignons, un troisième avec des épinards, un cinquième avec du fromage, etc. Si vous mangez tous les plats, que gagnez-vous ? Si moi, j’entre dans le même restaurant et je demande un plat sucré, préparé avec du lait et de la sauce sucrée, et vous qui mangez des dix autres plats, qui c’ est qui gagne plus ? Vous, qui avez mangé des dix plats, vous allez diminuer, car ces plats sont très chers. Avant d’entrer dans le restaurant, vous avez pesé plus, puisque vous avez eu plus dans votre poche, mais quand vous êtes sortis, vous pesez déjà moins, vous avez diminué. Par conséquent, la première chose quand vous entrez dans un restaurant est d’agir selon la loi de la réunion – tu rajoutes les plats, mais en sortant du restaurant, tu agis selon la loi de la soustraction – tu enlèves de ta poche. Dans le premier des cas, tu additionnes, dans l’autre tu enlèves, le résultat en est neutre, c’est-à-dire l’addition devient neutre. Pouvez-vous deviner quelle en est la principale idée, à laquelle je dirige votre esprit ? Vous êtes toutes intelligentes, je vais vous donner une solution pour voir comment vous allez la résoudre: vous avez le chiffre un – pouvez-vous le diviser plus de dix fois ? Non, le chiffre un peut seulement être divisé par dix ; on ne peut le diviser plus de dix fois. Par exemple, si vous le diviser par douze ou treize parties, vous allez obtenir la somme des chiffres 1 ou 2 ou bien de 1 et 3 etc., donc les être chiffres jusqu’ à 9 se répètent et ne sont rien de nouveau. Par conséquent une pomme peut être divisée seulement en neuf parties, pas plus de dix parties. C’est la loi, c’est ainsi dans le monde Divin: le chiffre un peut être divisé seulement en neuf parties. Mais une fois arrivées dans le monde humain, là vous pourrez le diviser en plusieurs parties. Maintenant je passe à la question principale. N’est-il pas vrai que tous les hommes veulent atteindre l’ Amour Divin – quelles sont les qualités de l’ Amour Divin? Vous cherchez l’ Amour Divin depuis tellement d’années, mais connaissez-vous au moins une des qualités de cet Amour ? Est-ce que quelqu’ un peut lire quelque chose du 13-ème chapitre de la Première épître aux Corinthiens ? Si l’Amour se présente au niveau physique, vous savez tous qu’il s’occupe des choses matérielles. L’enfant dit à sa mère : « Maman, si tu m’aimes, donne-moi du pain ! », rien de plus ; l’élève dit à son maître : « Si tu m’aimes, donne-moi des connaissances ! » - c’est un niveau un peu plus élevé de l’Amour. Donc, tant que nous mettons l’Amour dans les choses matérielles, l’ Amour Divin ne pourra pas se présenter, puisqu’ il y aura toujours une compétition. Si vous avez un bienfaiteur, pour vous entretenir, toutefois il entretient encore dix personnes, et à l’un d’eux il lui donne plus d’argent, vous allez être mécontent, malgré que cet homme vous aide aussi. Il y a un mécontentement dans les études aussi – celui, qui a de bons résultats dans ses études, il en est aussi mécontent. Donc le vrai Amour commence, là où soit la limite, là ou le mécontentement disparaît. Je vois qu’une mère aime beaucoup son enfant, or cet enfant meurt – elle pleurt, souffre et dit: “Je ne peux pas sans mon enfant, pourquoi Dieu me l’a-t-il pris?” Dieu lui donne un autre enfant, elle l’aime et dit encore ne pas pouvoir vivre sans lui, il passe du temps, l’enfant grandit et entre la mère et lui se forme une rupture - je demande, pourquoi cet amour a disparu, ou est-il passé ? Ce que dit la mère, ne pas pouvoir vivre sans lui, ce sont nos compréhensions des choses. La mère tient son enfant dans ses bras, elle l’élève et croit ne pas pouvoir vivre sans lui. L’enfant pense aussi ne pas pouvoir sans sa mère, or par coïncidence cette mère est obligée de donner son enfant aux soins de la servante ou à une autre femme et on voit, que dans dix ans, cette femme représente pour l’enfant la même chose que représentait pour lui sa maman. Donc l’idée qu’on ne peut pas sans cet enfant est vraie que par rapport à Dieu. Je vais vous expliquer ce que signifie l’idée de ne pas pouvoir vivre sans cet enfant: imaginez, que vous avez une petite lampe et vous dites : « Je ne peux pas sans cette petite lampe. » Vous ne pouvez pas sans quoi en fait – sans la petite lampe, sans l’ampoule de cette lampe ou sans autre chose ? Vous ne pouvez pas sans lumière – la lumière de la lampe est la chose fondamentale, sans laquelle vous ne pouvez pas, l’ampoule n’est que le conducteur de cet Amour. Tant que cet Amour Divin circule par cet enfant, je ne peux pas sans lui, mais des qu’il cesse d’ y passer, il n’a plus de sens. Par conséquent, cette forme a du sens que par le contenu de la Lumière. Or la Lumière n’est pas la limite de l’ Amour Divin. Derrière cette lumière, que nous voyons sous forme de rayons, se cache quelque chose de plus important. Ce n’est pas la lumière, qui puisse nous satisfaire. En ouvrant le livre de la Vie, cette Lumière tombe sur le livre et on lit – donc cette Lumière est utile pour pouvoir lire le livre de la Vie. Mais le sens n’est pas seulement dans la lecture, cette lecture nous montre également la Voie de Dieu. Ainsi la lampe est utile pour que la Lumière se présente ; la Lumière est utile, pour que le livre puisse se manifester et qu’on puisse le lire ; le livre nous montre la Vie, il nous montre son sens caché, tandis que la Vie nous conduit vers la Voie de Dieu. Si nous réussissons à faire tout ceci, nous allons nous en réjouir et nous allons nous diriger vers cette Voie grâce à la Lumière. Le plus important, que vous devez savoir est que toutes ces choses, qui existent, sont des instruments, des signes qui nous conduisent vers le Grand et le Divin dans le monde. L’Amour, qui existe entre les gens, les relations, qui se forment entre eux, ce sont des choses, qui nous emmènent vers Dieu. Si l’homme sait observer les autres ou toute autre créature, quelle soit la plus petite, il trouvera toujours quelque chose de bien. S’il réussit de saisir ce beau trait, il va rajouter quelque chose dans sa Vie. Je vois à présent, que lors des réunions, vous faites tout le contraire – vous vous réunissez au niveau physique, or spirituellement vous avez commencé à enlever et vous ne vous trouvez que des qualités négatives. Qu’ est-ce que vous enlevez ? Vous dites que telle et telle sœur porte ce trait négatif. Quand vous parlez de la façon, savez-vous ce qui arrive ? Un rayon de cette lampe s’éteint. Puis vous continuez avec une autre : « Savez-vous cette sœur quel défaut elle a ? » - allez hop, un deuxième rayon, qui s’éteint. Vous dites pour une troisième : « Depuis qu’elle vient aux réunions, elle cause que de la désunion ! » - allez, un troisième rayon qui s’éteint. – « Et cette quatrième, depuis qu’elle est venue parmi nous, elle ne cause que des malheurs ! » - allez hop, un quatrième rayon, puis un cinquième rayon de la lumière de cette lampe viennent de s’éteindre. Vous parlez négativement aussi pour la cinquième, la sixième, la septième, la huitième soeur, etc. et voilà que tous les rayons de la lampe viennent de s’éteindre, pour que à la fin toute la lampe vienne de s’éteindre. Vous enlevez, vous enlevez et à la fin il se produit de l’obscurité. Ceci est une loi psychologique, qui éteint la Lumière dans notre esprit, dans notre conscience – tu enlèves, tu enlèves, à la fin tu restes dans l’obscurité. Dans ton esprit, tout est éteint et enfin tu dis : « Seigneur, pourquoi as-tu fait le monde ainsi ? » Le seigneur dit : « Celui, qui éteint comme toi la Lumière de son esprit, il vivra dans l’obscurité et les ténèbres. » Que devez-vous faire ? Vous allez faire le processus contraire : vous allez dire : « Cette sœur-là a commencé de s’améliorer, elle est devenue une parfaite musicienne, qu’on l’invite à jouer ! » ; elle vient, elle se met devant le piano et elle joue parfaitement du piano – la lampe s’allume tout de suite. Puis vous dites pour une autre sœur : « Savez-vous que cette sœur-ci est un bon écrivain, elle écrit de façon formidable, invitons la à nous lire quelque chose ! » ; elle vient, elle vous lit une de ses poèmes, tout le monde est content, on s’en réjouit – la lampe s’illumine encore plus. – « Et cette sœur-ci est un bon peintre, qu’elle nous apporte un de ses tableaux pour les regarder ! » ; elle apporte ses peintures, tout le monde les regarde, on s’en réjouit – la lampe brille encore plus. Pour une autre, on dit « Cette sœur a fini un cours de couture et elle travaille très bien, invitons-la à nous donner un cours ! » - la lampe brille encore plus fort. Pour une autre, on dit: “Savez-vous que cette soeur cuisine bien, invitons-la à nous préparer un gâteau!”; elle le fait, on est content et la lampe brille encore plus fort. Plus vous voyez vos qualités positives, plus de lumière rejette votre lampe, pour que à la fin elle brille dans tout son éclat. Ainsi en vous lançant vers le coté positif de la Vie, vous allez créer en soi du caractère – c’est le Divin dans l’homme. Sinon en ne voyant que les traits négatifs dans votre caractère, vous devenez banales. Aujourd’ hui, j’expliquais une grande loi de la Vie : dans le monde il y a deux sortes d’hommes et deux sortes de femmes. La première sorte de femmes sont les héroïnes, tandis que l’autre partie – ce sont les froussardes ; la première sorte des hommes sont les héros, tandis que l’autre moitié – celle des froussards. Et aux uns et aux autres le Seigneur dit : « Il y aura des souffrances ! » Du monde Invisible, on vous demande de quelle façon vous voulez souffrir, comme des héros ou comme des froussards. Nous, les gens contemporains, nous voulons éviter les souffrances. Personne ne peut les éviter. Je dis : les souffrances dans le siècle présent sont une condition pour le développement de l’homme. Les froussards souffrent, les héros aussi, mais moi, je vous demande, vous voulez souffrir comment, comme des héros ou comme des froussards, quel coté sera meilleur pour vous ? – Comme héros ! Si moi, je vous dis, que vous devez souffrir comme des héros, vous dites que ce n’ est pas pour vous ; si vous dites, que vous devez souffrir comme des froussards, ce n’ est pas pour vous non plus. Il est dit dans l’ Ecriture : « Les froussards n’hériteront pas le Royaume de Dieu » - que signifie ce vers ? Il signifie, que dans l’âme du froussard l’Amour ne peut pas pénétrer. La peur est une qualité négative. L’homme qui a peur représente une terre de pierres, ou rien ne peut pousser, c’ est pourquoi celui, qui a peur, ne peut pas hériter le Royaume de Dieu. Je traduirai ce vers autrement : « Dans le désert, on ne rencontre pas des sources couler, on ne voit pas des fruits pousser, là ce n’est que la mort qui règne. » Par conséquent, le désert ne peut pas être l’héritage des hommes. Pour que les hommes puissent vivre dans le désert, on doit y avoir des sources, or les sources de la Vie proviennent que de l’Amour. Les rivières, les sources, les arbres – tout cela est l’emblème d’une Puissance, qui provient de l’Amour. Chacun de vous doit s’arrêter et bien réfléchir sur les choses, il doit avoir une idée positive, qui tient votre esprit et soit le reflet de la pensée Divine. Toute bonne pensée, tout bon élan, toute visite positive d’un ami, toute bonne lecture, un ciel clair et une étoile qui vous impressionne, ne manquez pas ces choses – tout cela est la parole du Ciel. Si cette étoile t’a impressionnée, tu vas t’arrêter pour voir, ce qu’elle veut te dire. Maintenant je vais vous présenter une image, pour percevoir les paroles du Ciel: imaginez, que vous vous trouvez dans une nuit noire orageuse, vous ne pouvez pas vous orienter, vous avez perdu la voie, vous ne savez pas ou vous vous trouvez, or dans un moment il se met à venter légèrement et vous voyez l’étoile Polaire. Qu’est-ce qu’elle vous dit ? Elle vous montre la direction, elle vous dit ou est l’est, l’ouest, le nord et le sud. Cette étoile veut vous montrer que vous avez pris la direction occidentale, or vous devez retourner et prendre l’orient – c’est la bonne voie. En vous disant ceci, le ciel devient sombre de nouveau, il se referme et l’étoile se perd. L’étoile vous a-t-elle transmise quelque chose ? Oui, elle vous a montré la voie… Plus loin, en suivant ta voie, tu aperçois une bougie allumée dans une cabane. Tu dois percevoir la voix de cette bougie allumée... Je vais vous faire imaginer une autre image : imaginez, que vous voyagez dans une nuit noire orageuse, dehors c’est la tempête et vous perdez la voie. Soudainement vous voyez la lueur d’une petite bougie – que veut-elle vous transmettre ? Elle vient vous dire : « Viens chez moi, c’est la seule façon de te sauver de la mort! Notre maître est très gentil, c’ est pourquoi nous avons laissé la fenêtre ouverte. » C’est ainsi parfois, que dans la vie on sera dans les ténèbres, on aura de l’orage, on aura des ennuis, et vous allez vous dire : « Je ne veux plus vivre, pourvu que j’attrape une maladie pour aller dans l’au-delà. » Et c’est justement alors que la Lumière surgie de quelque part et elle vous dira : « Vient chez nous! » Donc, par cette Lumière, Dieu parle à ton âme et dit : « N’aie pas peur, il y a un abri pour toi ! » C’est ce que dit la Lumière dans cette nuit noire orageuse. Cette Lumière est le reflet de l’Amour. Et lorsque nous aimons Dieu, Il nous envoie par cette Lumière l’Amour des mondes. Et celui, qui comprend le langage de cette Lumière, comprendra qu’elle cache un rayon de l’ Amour Divin – ce qui signifie avoir bien compris le vrai sens de la Lumière. Autrement dit en langue mystique, à l’intérieur de l’âme, tu vas ressentir un frémissement sacré et si tu as été désespéré, tu ressentiras à l’instant une douceur intérieure, tu te soulèveras et tu vas poursuivre ton travail. Donc je dis à tout le monde: quand vous vous réunissez, ne vous mettez pas à éteindre les rayons de la Lumière. L’art de trouver les fautes d’autrui, vous le connaissez déjà, même les enfants le connaissent. Même les animaux, en te rencontrant, ils t’observent et se disent : « Tu n’es pas bon, je te connais, je ne te crois pas ! » Il te rencontre un oiseau, il t’observe et dit : « Je te connais » - il ne te croit pas et éteint le rayon de Lumière. Je viens de prier dans une forêt, mais tout à coup un lièvre passe à coté de moi; je lui tape du pied et il se met à courir dans les arbres, il se cache et dit: “Je ne crois pas ta prière” – lui aussi il éteint un rayon de la lampe. J’écris une poésie et un oiseau passe près de moi, tout à coup il s’envole au loin ; il me dis : « Je ne te crois pas, j’ai déjà rencontré des poètes comme toi » - lui aussi, il éteint un rayon de la Lumière. Même les oiseaux ne prennent pas confiance et ils appliquent cette pensée négative par rapport à vous. Je connais les oiseaux: un oiseau vole, approche vers moi et je lui dis: “Viens te poser sur mon bras!” Il me demande : « Quelle garantie tu peux me donner, de ne rien me causer de mal ? Il vaut mieux que je reste sur l’arbre, au lieu de me poser sur ton bras. » Il ne prend pas confiance et ne se pose pas sur mon bras. J’ai connu un seul oiseau, qui s’est posé sur mon bras jusqu’ à maintenant – les autres s’envolent toujours, ils ne prennent pas confiance. Mais si l’homme applique l’Amour Divin, même les oiseaux auront de la confiance. En 1917, quand j’étais à Varna, j’avais dans l’hôtel un débarras où je mettais du charbon. Un jour ils y sont entrés deux faucillons – un male et une femelle. Je les ai mis dans la chambre, car l’hiver était froid, il y avait des tempêtes et dans le débarras il faisait très froid. Je me suis dit : « Coûte que coûte, je m’occuperai d’eux. » Le matin venu, je prends un seau de graines, j’allume le réchaud en cuivre et je m’installe pour m’ y réchauffer. Le male a eu peur et il s’est enfui, il est allé près de la fenêtre, tandis que la femelle est venue près du réchaud, elle s’est mise sur ma jambe, ensuite elle est allée près de la fenêtre. Puis elle est revenue près du réchaud, elle s’est posée sur mon épaule et elle est allée encore près de la fenêtre. Ensuite elle est venue se poser sur mon bras. Je demande, comment allez-vous interpréter ceci – pourquoi s’est-elle posée sur mon pied, puis sur mon épaule et enfin sur mon bras ? Le male lui dit : « Toi, femme, discute avec cet homme, moi, je les connais bien, les hommes ! » Elle me regarde avec des yeux tristes, moi, je fais de même, puis elle s’envole de mon épaule, va près de la fenêtre et dit : « Monsieur, tu es très gentil, tu as mis du feu, tu nous a donné de l’eau, des graines, mais ouvre-nous maintenant la fenêtre pour sortir et continuer notre travail. Moi, je lui réponds au langage des oiseaux : « Il fait mauvais temps pour l’instant, il y a de l’orage, quand il fera chaud je vais vous ouvrir pour repartir. » Elle a rejoint le male et lui dit quelque chose, puis ils se taisent – ils se sont endormis tranquilles… C’est le seul oiseau, qui a totalement eu confiance en moi. Donc, ils ont aussi de la conscience. Le male ne prend pas confiance et à présent vous lui ressemblez – Dieu vous fait du bien, or vous dites : « Dieu nous a fait du bien, mais qui sait ?... » Combien sont ceux, qui ressemblent à la femelle ? Je dis : voilà un bel exemple. Chaque personne doit avoir une telle Foi en Dieu et savoir, que même dans la nuit noire et orageuse, il peut tomber dans le débarras, mais Dieu l’emmènera dans sa chambre – Dieu pensera pour toi. Le Royaume Divin ne sera pas pris en regardant par la fenêtre. Le monde extérieur ne changera pas à cause de vous. Quand on parle du monde Divin, nous comprenons cette transformation intérieure, cette douceur intérieure dans le coeur humain. Je considère la nuit noire et orageuse comme quelque chose de très jolie et je vais vous dire pourquoi: une telle nuit ne peut être pour moi qu’une bénédiction. Imaginez, que je suis un homme, qui a mené une vie vaine, qui n’a rien fait de bon et en voyageant ainsi dans la nuit noire et orageuse, je me suis égaré quelque part dans la forêt et j’aperçois soudainement une fenêtre s’ ouvrir et une petite bougie s’ allumer. Je poursuis cette lumière et j’entre dans la cabane d’un homme bien et généreux, qui me fait connaître le livre de la Vie et me conduit vers Dieu. N’était-elle pas cette nuit de la bénédiction pour moi ? Cette nuit m’a sauvé la vie. Parfois c’est justement le meilleur jour, qui peut faire périr l’homme. Imaginez que je vais chez cet homme, qui va me montrer le chemin vers Dieu, or en passant près de l’auberge, je vois des amis assis autour de la table, qui boivent et s’amusent. Il fait beau, le Soleil brille et en les regardant, je me dis : « Qui c’est qui va aller chez ce vieillard, n’est-il pas mieux de rejoindre mes amis et de m’amuser un peu! » Je les rejoins et je manque mon bien – ce beau jour vient de me tenter. Ne croyez pas, que l’ambiance extérieure est quelque chose de réelle. Non, elle n’est pas quelque chose, qui fait autorité et ne croyez pas non plus, qu’elle cache votre bien. Ne croyez pas que votre santé contient toujours votre bonheur – peut-être que parfois une maladie peut cacher votre bonheur. Tolstoï lui-même avait dit, que chaque maladie et chaque cure, lui apportait une bonne idée et lui apportait quelque chose de Divin. Parfois l’homme apparaît comme s’il n’est ni ici, ni dans le Ciel, après quoi il passe dans une autre phase. De façon à ce que la vraie santé ne soit dans ce que l’homme est en accord avec Dieu, en accord avec les gens bons et justes sur la Terre ou bien avec ces gens, qui habitent là-haut dans le Ciel. A présent vous devez tacher d’être l’exemplaire de la Vie pure. Je vois que vous avez maintenant des habitudes particulières, que j’explique de cette façon : vous êtes tous entrés dans une certaine région d’un monde ensorcelé. La plupart des gens des sociétés religieuses passent par cette région. Elle se diffère par ce, qu’elle ne procure aucune Lumière de dehors et chacun s’en procure lui-même de sa propre Lumière pour illuminer sa voie – chacun brille pour soi-même, la zone même reste noire. Dans cette zone noire, vous allez rencontrer de différents êtres, qui sont restés à l’arrière dans leur évolution et ils vont se jeter comme des carnivores sur vous, ils vont se servir de votre Lumière, ils vont vous attaquer par leurs critiques en vous disant : « Tu es tel et tel », le monde entier est mauvais pour eux. Enfin, lorsque vous allez perdre la foi, ils se jettent contre vous et disent : « Toi aussi tu n’es pas un saint, tu es des plus mauvais pécheurs dans le monde, qu’ est-ce qui te dit, que tu marches sur la bonne voie ! Autrefois nous étions comme toi, on marchait sur la voie, mais on a rien gagné. Reste avec nous, on va te montrer de quoi nous occupons-nous ! » Si tu leur crois, tu vas rester habitant de cette zone enchantée, pour leur servir. Maintenant justement, il n’ y pas de raisons d’écouter les conseils d’autrui. Celui, qui passe par cette zone, il va boucher ses oreilles, pour ne pas les écouter. En sortant de cette zone, vous allez retirer le coton des oreilles et vous allez entendre les choses les plus merveilleuses. En passant par cette zone, l’homme doit être sourd. Le monde peut s’améliorer, mais nous avons besoin de méthodes. Dieu possède tous les moyens et toutes les méthodes pour refaire le monde, Il va le retourner. Pour que vous puissiez aider vous-mêmes, pour aider vos proches, vous devez apprendre les méthodes de Dieu. Vous lisez souvent l’Evangile et vous n’arrivez pas à la comprendre – pourquoi ? Parce que le spirituel ne peut être transmis par un livre. Par exemple, vous prenez une lampe dessinée, or est-ce qu’elle représente la lumière ? Non, ce n’est qu’un reflet de la lumière. Peut-elle rejeter de la lumière? Elle ne peut rejeter aucune lumière. Donc, la première condition est lorsque le Divin vient chez l’homme, il doit s’effectuer une petite transformation dans l’esprit et il reste content, de ce que Dieu lui donne – qu’il se met à faire les moindres choses, qu’il tient à réaliser chaque bonne idée ou désir, que ce soit le plus petit. Car ce sont les milliers et les millions de gouttes, qui forment les sources, les sources, qui forment les rivières, les maintes rivières qui elles forment la mer. La force de l’homme se cache dans les petits élans, dans les bons petits gestes qu’il peut faire. Tout dont je vous parle, vous l’avez bien compris, n’est-ce pas ? Le Maître a dessiné un minaret. Vous savez, que sur ces minarets, quelle que soit la marche ou le Hodja se met, il n’arrête de répéter toujours la même chose. De la même façon, quel que soit le haut niveau que vous avez, vous n’arrêter de parler la même chose. Une soeur dit : « Tu ne comprends pas les paroles de l’Esprit » - l’autre dit la même chose. Non, c’est comme si le Hodja parle au minaret. Si une sœur parle de la façon, moi, je lui dirai : « Oui, sœur, tu dis bien, mais allons maintenant voir un malade pour faire une prière. Puisque tu comprends plus, c’est toi qui vas la commencer, moi, je ne ferai que répéter après toi, espérons que cela aidera. Tu es au service de Dieu plus longtemps, fais ce que tu sais bien faire, moi, je porterai de l’eau et je répéterai après toi. » Or, vous dites: “Non, soeur, je ne m’occupe pas de ces choses-là – la karma de ce malade n’est pas encore accomplie, on ne peut pas l’aider. » A propos de karma, la question est toute différente : fais de ton mieux, pour venir en aide et ne t’occupe pas de la karma des autres. Moi je considère la question d’un autre coté: le mal, qui apparaît chez l’homme, n’est pas mal, ce n’est qu’une épreuve, puisqu’ il faut bien avoir dans la vie de l’homme quelque chose, qui éprouve sa force. Le mal de l’homme est le coté positif de sa Vie. S’il soit raisonnable, il saura comment se débrouiller avec ces mouvements puissants dans sa Vie. S’il tient une idée forte en soi ou bien il a un fort désir en soi, ou bien ses paroles sont puissantes, il exploitera tout ceci pour son Bien. Ce n’est pas mal pour l’homme de s’énerver – il prendra sa colère et il va lui dire : « Ecoute, voilà des années, que je suis né, je t’ai nourri, tu as bien mangé, tu as bu, il est temps à présent, que je te donne du travail et que tu m’écoute ! » Tu vas lui montrer le bâton et tu vas lui demander : « Vas-tu m’écouter ? Tu vas tout d’ abord apprendre à te taire, puis tu vas attendre, tu vas écouter et que lorsque je te dis d’attraper quelqu’ un, tu vas le faire ! Tant que je ne te dis rien, tu vas écouter mes ordres ! » Elle te dira: “J’écoute votre Excellence!” Elle se tiendra debout et vous demandera : « Est-il temps, que je l’attrape ? » Elle attend, elle ne fait qu’aiguiser son couteau un jour, deux, trois, elle attend, et moi chaque jour je la promène dans la forêt avec la hache et je lui dis : « Vas-y ! » En retournant, je lui demande : « Est-tu contente ? » - « Je suis contente. » Demandez à votre colère de couper du bois, de peindre – c’est son travail à faire et elle le fera parfaitement. Maintenant retournons à l’idée essentielle: vous tous, vous devez avoir un travail intérieur dans la Vie, mais quoique ce soit le travail que vous faites, taisez-vous, ne dites rien à personne. Dans la science occulte, il y a une règle : quoi que vous faites, ne dites rien à personne, ce n’est que le fruit, qu’il faut montrer à l’extérieur. C’est ainsi que doit travailler le musicien, le peintre, le poète et toute autre personne. Si les gens écoutent le musicien s’exercer, ils vont s’ennuyer, c’ est pourquoi il doit s’exercer tout seul. Quand est-ce qu’il va jouer devant du monde ? Quand il aura fini son apprentissage ou bien sa peinture, ou sa poésie. Donc, vous devez tous vous taire, non pas de vous taire pour tout – non, vous allez vous taire que pour les choses essentielles ! Si tu prends les mots par leur lettre, tu vas te taire et si une sœur te demande quelque chose et toi, tu te tais, on te demande encore quelque chose et toi, tu te tais encore. Non, c’est comprendre littéralement les choses, tandis que moi, je parle des choses capitales – ce n’est que dans ce cas, que tu dois te taire. Certaine dit : « Le Maître a dit de nous taire ! » Non, c’est comprendre les choses par la lettre – tu vas te taire pour l’ essentiel. Dans un autre cas, je peux te dire de parler et cette soeur, qui me comprend littéralement, va commencer de parler sans s’arrêter. Les autres lui disent : « Tais-toi !, or elle continue cinq, dix, quinze, vingt minutes, même une demi heure, elle ne peut pas s’arrêter – « Mais c’est l’Esprit en moi, qui parle ! » Si c’est l’Esprit, qui parle en toi, tu diras quelque chose de raisonnable, puis tu vas te taire, ensuite tu vas encore parler et encore te taire. Si je participe à vingt réunions, que dois-je faire? Je vais parler à l’une pour cinq minutes et je vais aller à la seconde réunion, là je vais parler un peu et puis je vais aller à la troisième réunion, ou je parlerai aussi un peu. De façon à ce que si c’est l’Esprit me dit de parler, cela signifie, qu’à un endroit je dois me taire et à un autre je dois parler. Or ce que vous comprenez, c’est que si vous parlez à un endroit, vous ne devez cesser de le faire. Tu vas parler peu! Quelqu’ un me demandera : « Toi, tu crois en Dieu ou pas ? » Je vais lui répondre : « Viens demain chez moi ! » Il viendra, je lui donnerai beaucoup à manger, je vais le faire promener dans le jardin, on va mener un petit dialogue. – « Mais dis-moi quelque chose de Dieu ! » Je lui dirai : « Viens demain encore chez moi ! » Ceci est la solution de la question, il n’ y a pas de quoi lui raconter est-ce que je crois Dieu ou pas. S’il me demande, je lui dirai : « Viens chez moi demain », rien de plus. Que représente la bougie, que représente sa lumière? Quelle chose soit le livre, quel est son contenu ? Que représente l’homme, que représente l’âme, que représente sa pensée ? – C’est la Vie de l’homme. Que représente l’Esprit ? – C’est sa Force. Que représente Dieu ? – Il représente tout. Ce sont les réponses philosophiques sur ces questions. Lorsque vous sortirez dehors et on vous demande qu’ est-ce que je vous ai dit, qu’allez-vous répondre? Certains vont dire, qu’ils n’ont rien compris, d’autres diront, que j’ai dit de choses formidables. Je demande pourquoi est-ce la Lumière. – Pour lire le livre de la Vie. Ce livre contient l’homme même et dans ce livre, il comprendra soi-même. Maintenant je vous laisserai réfléchir tous seuls, pour ne pas vous confondre et que chacun applique ce dont il a compris, qu’il ne demande pas beaucoup. Même la moindre application sera bonne. Faites allumer cette bougie ! La puissance est dans le peu. Que chacun trouve pour soi une méthode pour pouvoir appliquer le moindre Bien. Vous avez écouté beaucoup de choses au sujet de votre esprit, votre cœur, votre volonté, mais de cette conférence, je voudrais que vous en sortiez une petite application. Je vous expliquerai le mot application : imaginez, que vous avez des parties séparées, desquelles on doit construire un pont. A part les supports, qui sont nécessaires pour le pont, que faut-il encore ? Il faut encore une maille pour lier les deux cotés en haut. Donc, un homme ne peut prendre le dessus d’un autre. Si vous croyez que vous pouvez prendre le dessus, c’est une fausse compréhension. Entre l’un et l’autre homme, il ne peut qu’ y avoir des particules de liaison. Vous devez prendre soin de ne pas briser ces liens, mais d’en faire encore plus. Plus sont les liens, plus la Vie est meilleure et belle. Autrement dit, plus sont les esprits élevés qui vous aiment et vous envoient leurs pensées à vous, plus la Vie sera sensée, plus belle, or moins on pense à vous, moins votre Vie sera extraordinaire. Quand on détruit les montagnes, on ne fait pas appel à l’or, mais au fer ; quand on navigue les rivières et les mers, on ne fait pas appel aux pierres, mais aux arbres. Par conséquent, dans la main de l’homme intelligent, la lance peut se transformer en plume, pour écrire quelque chose de bien avec, et celui, qui soit encore plus intelligent que lui, il va transformer la lance en langue et il va chanter avec. Ainsi l’homme qui ne comprend pas, aura une lance ; celui, qui comprend mieux, il aura une plume pour écrire, et celui, qui comprend encore mieux, il aura une langue douce et belle, pour prononcer les meilleures paroles Divines. Maintenant je voudrais, que votre lance devienne plus douce et qu’étant en fer, vous la transformiez en plume ; que la plume se transforme en une belle et douce langue, pour que vous prononciez les plus belles et merveilleuses paroles du monde. Mais il ne faut que prononcer, mais aussi appliquer ces paroles. le 18 décembre 1925, 16 heures, Sofia
  14. Application La Bonne prière Je vais lire quelques passages du 4-ème chapitre de l’ Evangile de Jean, du 1-er au 29- ème vers. « Dieu est Amour » Ce que je viens de dire à tout le monde jusqu’ à présent est qu’il vous faut de l’application. J’affronte maintenant un autre mot à la place du mot pouvoir. L’application exclut le sens négatif du mot pouvoir, or vous le prenez dans le sens négatif. Le mot pouvoir est positif, sinon vous le faites diminuer à moitié. Quand je dis, qu’il faut étudier, vous me demandez: « Puis-je y arriver ? » - dans ce sens le mot pouvoir est diminué. J’aperçois, que ce mot a perdu de son pouvoir. Si vous avez un obstacle, vous n’ y arriverez pas, bien-sur. Ce qui met un obstacle devant le mot pouvoir, se trouve à l’intérieur. L’obstacle dans la Vie peut se trouver ou bien dans l’esprit – les idées, ou dans le cœur – les sentiments, ou dans la volonté – les actions. L’obstacle dans les idées peut être la pensée, que quelqu’ un peut faire le meilleur travail et il n’ y a rien d’autre, qui puisse être pareil. C’est un sentiment inné chez le peintre, le poète, l’écrivain, le curé ou le prédicateur. Et chacun en restant seul, croit que les pensées ou les idées qui lui passent par la tête, ne peuvent arriver à personne d’autre. Et lorsque sa pensée se passe en réalité, il commence à voir ses défauts. Un célèbre prédicateur anglais, quand il était dans l’université, a lu la Bible et a dit: « Comme la Bible soit un livre inexhaustible, on peut la propager pendant mille années et il n’ y aura pas de fin ! » Plus tard il a avoué qu’en lui donnant quatre interprétations, il n’a pu en faire plus. Ceci est faux. Une personne, qui s’achève si vite, prouve qu’il a des défauts dans sa façon de vivre. La cause que vous défendez, ou bien les idées, dont vous voulez faire croire les autres, vous devez savoir quel soit leur origine – soit-elle Divine ou pas. Vous devez sûrement le savoir, sans aucun doute. Vous ne devez pas montrer la faiblesse de ce loup, qui a appelé son fils en lui disant : « Ecoute, fils, je ne veux pas que tu t’éloignes des traditions de tes ancêtres et arrière ancêtres. La croyance et les relations, qu’ils avaient, tu dois les suivre et tu ne dois admettre aucune autre doctrine nouvelle. La religion sacrée, qu’ils avaient est la seule religion, qui puisse exister dans le monde. » C’est ainsi que le loup a parlé à son fils. Alors quelle a été la religion du loup ? Il dit, que chaque péché doit être pardonné et il faut faire des sacrifices, rien de plus. Lorsque le loup commet un péché, il étrangle les moutons et les péchés lui sont pardonnés – c’est ce que croit le loup. A présent, dans la société on va vous demander êtes-vous bulgares, êtes-vous orthodoxes, ou hérétiques, etc. Une telle question je l’admet être peu non naturelle, c’est-à-dire vous en étant des élèves de l’école Universelle de la Fraternité Blanche, vous devez consentir la question d’une autre manière. Même dans un université allemand contemporain on ne vous demandera pas, êtes-vous bulgare ou non, mais vous pourrez librement vous y inscrire. Dans la science ça n’a pas d’importance que vous soyez bulgare ou non. Même qu’il se peut que vous soyez orthodoxe, mais cela ne compte pas non plus dans la science. Vous pouvez être orthodoxe, vous pouvez être bulgare, cependant vous pouvez être l’un des plus faibles élèves de l’ Ecole. Quand vous faites partie de l’ Ecole, vos croyances et votre origine ne comptent pas. On demande de vous d’apprendre en premier, c’est ce qui est sacré ! L’homme qui veut apprendre – c’est une impulsion Divine. Et dans le moment donné, le désir de l’homme d’apprendre, de faire la volonté de Dieu, c’est la chose sacrée – c’est l’homme vivant qui se présente. Ce que vous croyez, ce sont les traditions, et ce que vous réaliser c’est le sacré. Vous voulez servir, être utiles à l’humanité. Comment allez-vous être utiles ? Avez-vous été utiles à soi-même, pour vouloir servir les autres? Je demande, lequel entre vous a été utile à soi-même dans le vrai sens ? Si un soir, vous avez trop mangé et vous avez mal au ventre, êtes-vous été utile à votre estomac ? Si un jour vous vous mettez à vous inquiéter et vous avez mal à la tête, êtes-vous été justes par rapport à votre esprit ? Si vous désespérez, êtes-vous été justes par rapport à votre cœur ? Si vous avez promis, or vous n’avez pas accompli, êtes-vous justes par rapport à votre volonté? L’homme qui ne soit pas utile à son cœur, à son esprit et à sa volonté, ne peut pas servir Dieu – telle est la loi. Si tu ne respectes pas ton esprit, si tu ne respectes pas ton cœur, si tu ne respectes pas ta volonté, qui aide ton développement, comment seras-tu au service de Dieu ? Vous vous mettez à présent à regarder ce que font les autres. Doit-on regarder ce que fait Dieu dans le monde ou bien ce que les hommes ont fait? La première chose sacrée, que je demande de vous est de refaire vos relations avec Dieu. L’église alors, tout le reste? Les premières relations dans la Fraternité Blanche Universelle sont les relations entre Dieu et vous. Je vais vous prouver pourquoi toutes les autres relations, que vous avez dans le monde sont des relations non naturelles. Prenez une des choses généreuses : tu as un enfant, tu le nourri, or il pleure sans cesse et veut toujours téter; toutefois la maman vit avec l’idée qu’un jour cet enfant va s’occuper d’elle et va l’aimer, mais est-ce que cela arrivera, reste à savoir. Moi, je demanderai combien sont les mères, qui sont heureuses dans le monde, dont les enfants leur répondent avec Amour ? Donc, ce que fait la mère n’est pas juste, ce n’est pas généreux, c’est-à-dire les relations entre la mère et l’enfant ne sont pas naturelles. Pourquoi ? Cette mère est devenue enceinte sans connaître Dieu et par cette même loi, l’enfant naît sans connaître Dieu. Tous les malheurs dans le monde contemporain proviennent du fait, que le travail, qu’on fait sans connaître Dieu, aura les mêmes relations envers nous. C’ est pourquoi toute chose dans le monde se détruit. Quoique nous commençons avec succès, sera détruit – pourquoi ? Parce que les hommes n’ont pas de relations correctes envers Dieu. Les relations de Dieu sont justes, car l’Amour, que tu as pour Lui, reçoit de réponse, parce que Dieu est un des plus suprêmes, un des plus généreux Etres. Donc nos relations avec Dieu, Qui nous connaît bien, seront justes et ce que nous donnons, nous sera rendu. Et si nous formons une relation correcte avec Dieu, alors le troisième rapport que nous aurons sera envers nos proches. Lorsque nous descendons, nous allons savoir comment travailler, nous allons nous diriger du monde des hommes vers Dieu. Or, à présent sur la Terre, nous ne savons pas comment nous tourner vers Dieu, nous ne suivons pas les règles. En conséquence, vous avez tous envie de vous mettre au travail à condition de trouver quelqu’ un qui soit comme vous. Non, l’homme doit s’unir avec une personne, qui comme lui, connaît Dieu. Vous connaissez Dieu comme philosophie, par des traditions théorétiques, mais vous ne Le connaissez pas comme contenu, comme être, par expérience, de la façon, dont il a parlé à Moise sur la montagne ou à Christ, vous ne Le connaissez pas encore. Certains d’entre vous font des essais, mais quand on vous pose la question, vous commencez à douter facilement. Pour celui, qui a une fois parlé avec Dieu, ce moment reste ineffaçable dans sa conscience. Tout peut être effacé, tout peut disparaître, mais ce moment de conversation avec Dieu reste absolument ineffaçable. Le monde entier peut se retourner, mais aucune force, n’a le pouvoir d’effacer cette image Divine. Par conséquent, lorsque l’ Ecriture dit, que Dieu a fait l’homme par son image et sa ressemblance, cela comprend que lors de la création, Dieu a tellement pénétré en profondeur dans la conscience du premier homme, qu’il n’a pas pu être oublié. Les premiers hommes, qui ont vu Dieu, viennent maintenant. Ce sont les frères Blancs, c’est la Culture, qui a toute une différente voie de développement. Tandis que les gens sur la Terre sont faits de terre, dans laquelle on a inspiré une d’âme vivante. Il sont un mixe de terre et de souffle Divin, duquel il s’est produit un mélange. Et cette bouillie doit des à présent devenir l’image et ressembler à Dieu. Vous devez détruire vos préjugés. Vous devez en premier avoir de la soumission dans votre âme. C’est une des qualités de chaque élève, qui est venu dans cette Ecole. Savez-vous ce que signifie la soumission ? Une soumission absolue ! Quelle que soit la position qu’il a – de roi, de philosophe – chaqu’ un qui soit dans cette Ecole, doit oublier le premier poste, qu’il a occupé et vous allez entrer dans L’ Ecole sans aucunes prétentions. Vous allez tout d’ abord apprendre vos responsabilités, vous allez tout apprendre, vous n’allez pas vous prononcer sur vos droits, vous n’allez pas avoir de prétentions. En ce qui concerne vos droits, laissez d’autres s’en occuper – tous les frères Blancs s’en occuperont. Occupez-vous de vos responsabilités et eux, ils vont s’occuper de vos droits. Si vous ne respectez pas cette règle, vous allez rester hors de l’ Ecole. Et alors, savez-vous de quoi vous aurez l’air – vous allez marcher, vous allez tourner autour des universités de la Fraternité Blanche, vous allez observez de dehors, mais de l’intérieur vous ne saurez rien. En retournant, vous pouvez raconter de la grandeur extérieure, mais vous n’allez pas savoir ce qu’il y a de l’intérieur. Maintenant, certains diront avoir déjà entendu de ces choses. Bien, vous les avez déjà entendues, mais il faut les comprendre et pour les comprendre, vous devez être à l’intérieur. Ainsi, pour apprendre, la première chose est la soumission, mais la soumission, dont il soit question. Lorsque l’homme ressent être soumis, alors il commencera de grandir. Prenez l’exemple de ces fils dans le monde, qui attendent le père leur laisser son héritage et ne font que penser des droits, qu’ils ont et disent : « Combien nous laissera votre père – nous sommes six, père a douze millions, donc chacun aura par deux millions de levas. » Chaque fils n’arrête de parler que de ça : « J’ai le droit de recevoir deux millions, je n’ai pas besoin d’apprendre, je n’ai pas besoin de travailler, je suis assuré ! » Les chrétiens d’aujourd’hui prêchent de la même façon : « Vous êtes sauvés, Christ est mort pour vous, vous avez deux millions de levas. » Oui, vous êtes sauvés, cependant que faites-vous ? Vous restez assis, vous chantez et vous dites : « Quand on sera mort, on ira au Paradis » - c’est une réflexion injuste. Qu’allez-vous faire quand vous serez dans le monde Spirituel, sans avoir été dans cette Grande Ecole ? Donc, il doit se former en vous un grand désir profond, que vous n’avez pas connu jusqu’ à présent. Parfois je vous observe, vous pleurez et je me dis : si les larmes que vous avez versées jusqu’ à présent, vous les aviez versées pour devenir des élèves, quels grands changements allaient-elles produire. Or, pourquoi vous lamentez-vous ? Vous vous lamentez parce que quelqu’ un vient vous vexer, ou vous n’avez pas les moyens, parce que vous n’êtes plus jeunes, vous avez vieilli, que vous manquez de connaissances, que vous manquez de ceci ou cela, que vous manquez d’une bonne situation dans la société, que vous manquez d’assez de forces. Hommes et femmes ne cessent de se lamenter, de se lamenter. Les lamentations sont pour autrui. Or, vous devez pleurer pour avoir plus d’études – verser des larmes pour devenir des élèves, c’est la chose la plus suprême, la plus belle. Maintenant en vous parlant, vous allez répliquer: “Depuis quand nous n’avons pas cessé de chercher le Christ, nous L’écoutons, nous L’aimons, nous faisons des sacrifices pour Lui, nous prêchons pour Lui!” Vous vous trompez encore. Imaginez, que vous voulez apprendre la musique chez un professeur contemporain – vous le rencontrez sur la route, vous lui parlez, vous le comblez de louanges, vous lui dites qu’il est unique, vous lui offrez une fleur chaque matin pendant dix ou vingt ans, mais vous n’apprenez pas la musique. Je vous demande qu’allez-vous gagner. Vous n’allez rien gagner – vous allez rester des profanes en musique et le professeur dira : « C’est un bon élève, il m’apporte des fleurs, mais je regrette qu’il n’apprend pas. » Or, imaginez le contraire – vous êtes à l’école, vous ne portez pas de fleurs, vous ne le comblez pas votre maître de louanges, mais vous étudiez. Lui, il est content, il est joyeux d’avoir un élève capable et dit : « C’est un bon élève ! » Qu’ est-ce qui vous rapporte si vous rencontrez Dieu, vous lui offrez un bouquet et vous lui dites: “Seigneur, tu es bon, Tu es unique, tu es l’Amour même, Tu es si bon!” Vous Lui faites une prière, ensuite vous continuez : « J’ai rencontré aujourd’hui mon professeur, je lui est offert un bouquet et il en est resté content ! » C’est bien, je ne dis pas de ne pas le faire, mais après avoir offert le bouquet à votre Maître, prenez l’instrument, dites-Lui de belles paroles et commencez à étudier. Le bouquet n’est qu’un supplément de l’éducation, ce ne sont que les connaissances que vous aurez, que vous allez pouvoir transmettre. Maintenant vous voulez influencer sur certaines personnes et vous dites : « Celui-ci, on veut le faire venir à nous ! » Comment allez-vous y réussir ? Ce n’est pas une pierre, que tu peux prendre d’un coté et de le retourner vers l’autre. Ce n’est une bourse que tu peux tourner et verser son contenu. L’homme peut prendre de différentes directions en retournant. Ainsi, je veux que vous ayez de bonnes réflexions. Vous gardez tous en vous un préjugé et vous croyez tout savoir. Vous vous croyez être soumis, mais vous ne l’êtes pas. Je vous le dis sincèrement : à première vue, je vous vois être soumis, mais dans votre cœur, vous êtes orgueilleux. Nous pouvons faire un essai : admettez, que vous êtes une dame mondaine de haute classe, on vous a invité à un banquet dans une haute société. Disons, que vous êtes religieuse, vous êtes croyante et en allant au banquet, vous rencontrez sur le chemin une vieille dame avec un panier de fleurs et elle vous dit : « Sœur, peut-tu prendre ce panier et apporter ce bouquet quelque part ? » Si c’est une épreuve et on vous demande de porter quelque part ce panier, le prendriez-vous ? Vous direz: “Je me demande pourquoi le portes-tu, moi je suis invitée à un banquet, c’est là que j’ y vais!” Justement, vous avez deux invitations – d’un coté vous êtes invitée à un banquet, vous êtes bien habillée, vous vous plaisez devant le miroir, d’un autre coté c’est le Christ qui vous invite et vous dit: « Tu vas porter le panier ! » Si vous refusez, le travail ne sera pas fait. Alors vous serez de ceux, qui tournent autour de l’université, ils regardent la façon dont il est construit, ses fenêtres, mais dedans ils ne sauront pas comment il est. Vous êtes chrétiens n’est-ce pas? Vous suivez vos études chez moi depuis tellement d’années. Je vous ai tellement parlé des Cieux, que je voudrais maintenant que vous me décriviez ce qu’est le Paradis. Décrivez-moi un peu le Paradis – que celui, qui a déjà été, me raconte ce qu’on peut y voir. Il y a-t-il des candidats pour me raconter ? Vous êtes allées au Paradis, mais les frères Blancs vous connaissent bien – ils ont un grand lac dans lequel ils vous trempent et vous nettoient, après votre sortie du Paradis. Alors vous dites : « Hier j’étais quelque part, mais j’ai tout oublié. » Que tout cela ne vous étonne pas. Parfois le soir, vous faites un rêve très clair et vous vous dites: « Je vais l’écrire! » Or, le matin, vous vous réveillez et le rêve a disparu, vous vous dites : « Hier soir, j’ai fais un rêve – maintenant il n’est plus ! » C’est ainsi que ça se passe – vous faites un rêve, mais vous ne l’écrivez pas et puis vous l’oubliez. Quand vous faites un rêve, prenez un cahier et écrivez tout, ceux qui n’écrivent pas, je dis pour eux, qu’ils sont de ces élèves, qui ne font que tourner autour de l’université. En tant qu’élèves, vous avez besoin tout d’ abord de soumission et d’une Paix absolue dans l’âme – du calme et de la Paix. Dans l’ Ecriture il est dit : « La Paix de Dieu » - vous devez avoir cette Paix. Vous pouvez avoir cette Paix, que quand vous allez former une liaison sincère entre Dieu et vous. Cette liaison va vous rendre une telle impulsion, qu’aucune autre force dans le monde n’est en état de vous donner. Elle ne peut vous priver de rien. Il se peut qu’avec une telle liaison, vous preniez la situation la plus mauvaise dans le monde, que vous vous trouviez dans les plus mauvaises conditions, mais à part que cela ne vous empêchera pas de continuer, le Divin pourra transformer tous ces élément, il puisera tous leurs jus et vous allez vous trouver dans les meilleures conditions de Vie et vous deviendrez encore plus fortes. C’est ce qui est le Divin ! Je vois que dans vos esprits vous vous posez la même question: “Comment se peut-il?” Le Christ dit : « Si vous ne naissez pas de nouveau, vous ne pourrez pas entrer dans le Royaume de Dieu. » Nicodème lui demande : « Comment se peut-il que le vieil homme puisse naître de nouveau ? » Le Christ n’appelle pas vieil homme celui qui est vieux par son âge, mais celui, qui a des connaissances, qui a de la sagesse. Je vais vous interpréter cette conversation d’une autre façon. Nicodème lui demande : « Celui, qui a gagné des connaissances, qui a fini ses études, doit-il recommencer par a, b. » Le Christ répond : « Il doit recommencer par a et b, il doit commencer par l’eau et l’Esprit. » L’eau c’est la nouvelle Vie, la vraie Vie, la Vie Divine. L’Esprit c’est la vie Raisonnable de Dieu dans laquelle doit s’habiller l’âme humaine. C’est une phase du passage d’une vie à une autre, qui d’ après l’ Ecriture signifie le passage de la vie qui amène la mort, vers la vie qui porte la vie Eternelle; cela signifie encore le passage de l’insensé, qui porte l’insensé, vers ce qui est raisonnable, qui apporte le raisonnable. Car là où il y a de la raison, il n’ y a pas de péché – seul l’homme insensé peut pécher. L’homme intelligent ne peut pas pécher et chaqu’ un d’entre nous qui parfois a commis des erreurs, a été en état de trouble mental. Chaqu’ une d’entre vous, qui commet le moindre péché, a été dans un état de trouble mental. Par exemple tu te mets en colère et tu dis : « Attends que je me venge ! » - le trouble mental est tout de suite arrivé et tu te mets à penser de la vengeance. Dans le chapitre, que je viens de lire, Christ montre la vraie Voie à la samaritaine, qui est l’apprentissage pour servir Dieu, puisque nous devons être ouvriers. Vous devez être des ouvriers ! Vous voulez être élèves et appliquer le Nouvel enseignement. Comment allez-vous le déterminer ? On peut vous demander ou se trouve cette Fraternité Blanche, ou vous êtes élèves. Alors, comment allez-vous défendre votre cause ? Nous allons questionner les hommes de science d’aujourd’hui : « Vous croyez en quoi, vous ? » - « Nous croyons en Christ. » - « Ou est ce Christ ? » - « Le Christ a vécu, il y a deux mille ans, ce sont les apôtres qui l’ont écrit. » - « Mais êtes-vous été avec Christ ? » On vous posera la même question. Vous pouvez gardez cette expérience – chaqu’ un d’entre vous, lorsqu’ il deviendra élève, lorsqu’ il aura ces qualités de soumission et de Paix, nous allons le recevoir dans la Fraternité Blanche et chaqu’ un pourra voir, ce qu’elle représente. Vous avez maintenant le désir d’entrer dans le Royaume de Dieu, avant de vous purifier. Tout est possible dans le monde, mais c’est impossible, qu’un homme impur puisse entrer dans le Royaume de Dieu. Tu dois être pur, absolument pur ! Savez-vous ce que signifie être pur ? Maintenant quelqu’ un va me demander pourquoi je ne m’intéresse pas parfois à ce monde ? En me posant cette question, les gens croient être intelligents. Non, ils sont stupides et moi, je vais leur prouver que cette chose pour nous est raisonnable, logique et vraisemblable. Vous voulez que je m’intéresse plus à ce monde, au lieu de l’autre. Si vous le croyez vraiment, vous êtes stupides. Vous, qui me recommandez cette philosophie, est-ce que vous la suivez vous-mêmes ? Vous mettez sur la table un diamant, aussi grand qu’un œuf et encore un plus petit. Alors je vous demande ou regardent vos yeux ? Tu regardes le petit diamant, mais lorsque tu aperçois le grand, tu ne bougeras plus tes yeux de lui. Quel diamant tu vas préférer ? Tu diras : « Le diamant qui est grand comme un œuf ! » Si vous êtes si intelligents pour prendre le diamant qui est grand comme un oeuf, sommes-nous si bêtes de prendre le petit diamant? Nous ne sommes pas aussi bêtes. Nous voyons ce monde, ainsi que l’autre. L’autre monde est ce diamant, qui est grand comme un œuf et nous agissons convenablement, lorsque nous nous intéressons à lui. Donc nous faisons la comparaison de deux vérités, desquelles en premier nous mettons la beauté de votre Vie. On vous dira : « Nous avons de la culture ! » Cette culture, que vous avez, elle vient d’en haut, de nous, de la Fraternité Blanche. Toute la science – la géométrie, les mathématiques, l’ histoire naturelle, l’ astronomie, la musique, la poésie, l’ art – tout, tout est pris d’ en haut. Cela ne vous appartient pas. Ils disent : « On a inventé quelque chose ! » Vous n’avez rien inventé. Les gens, ici sur Terre, qui disent avoir inventé quelque chose, n’ont rien inventé – tout vient du monde Invisible et soit mis en formes. Par conséquent, cette culture du monde visible est prise du monde Invisible, c’ est pourquoi c’ est une culture mal comprise, c’ est pourquoi les principes, qu’ ils utilisent restent mal compris. Et ce n’est pas tout, parfois vous n’arrivez pas à vous comprendre vous-mêmes et vous vous demandez : « Que suis-je hors de mon corps ? » Imaginez, qu’un jour, en vous déshabillant, vous sortiez hors du corps et vous entriez dans un autre monde – comment allez-vous vous reconnaître ? Vous touchez votre tête, vos cheveux et vous dites : « C’est moi, c’est moi, Hélène. » Un philosophe anglais, chaque soir se demandait est-ce lui-même, est-ce une illusion et en se rassurant, que c’était bien lui, il se calmait. Ainsi, je vous demande, hors de votre pensée, l’homme a-t-il la claire vue de ce qu’il est, ou bien hors de son cerveau a-t-il une claire vue de sa pensée? Et si dans votre état présent parfois, vous vous mettez à penser pour soi comme étant une chose à part, il se peut que vous perdiez la raison et que vous vous effrayiez. Ainsi, on peut faire un essai dans l’ Ecole avec vous : on va vous conduire hors de votre corps, on vous soulèvera en haut jusqu’ à la lampe blanche du salon et de là vous allez regarder. Vous devez tenir deux choses dans votre esprit, pour pouvoir réfléchir – vous allez vous observer hors de votre corps et vous allez vous demander comment cela se passe-t-il. Seulement que la matière de cet être, qui est en haut près de la lampe, va se déplacer par la force de la volonté, tandis que pour l’ être en bas, il lui seront nécessaires d’ autres conditions. De même certaines de vos idées vous font ralentir par ce moindre fait. Par exemple, vous voulez faire quelque chose, vous voulez parler à quelqu’ un de Dieu, or il vous vient tout de suite une idée, qui vous paralyse : « Puis-je parler, est-ce qu’il va accepter, ce que je veux lui dire, et s’il se moque de moi ? » Ainsi vous vous trouvez dans une contradiction avec vous-mêmes et vous croyez ne plus savoir. Croyez-vous que moi, qui suis un virtuose et je joue parfaitement du violon, j’aurai peur des gens ? Vous allez tout d’abord jouer pour vous-mêmes et vous ne penserez à personne. Moi, quand je dis la vérité, je la dis tout d’abord à moi-même et puisque je l’explique de la façon, dont je la comprends, vous allez aussi la comprendre. Imaginez, que je joue quelque chose de bien et vous m’écoutez – je m’en réjouis et vous vous en réjouissez de même. Je joue pour moi-même, vous m’écoutez et vous dites : « Très bien, merci ! » Moi, je dis : « Il n’ y a pas de quoi, je joue pour moi-même, et vous, qui avez écouté cette musique, remerciez-en. » Nos relations doivent être des relations avec Dieu. Quand nous arriverons à comprendre cette grande Vérité de servir Dieu, mes paroles pour vous seront en fait une conversation avec Dieu, avec qui j’ai uniquement des relations, tandis que vous, vous ne faites qu’écouter cette conversation. Vos relations avec Dieu doivent être sincères, votre âme se remplira d’une Paix intérieure et toutes vos souffrances, toutes vos peines seront tellement agréables, qu’en retournant chez vous, vous allez caresser vos souffrances. Elles vous seront tellement agréables et vous serez si sincères envers elles, que vous leur direz : « Jusqu’ à maintenant, je voulais vous faire fuir et laisser que quelques enfants, je pensais vous donner comme servants, cordonniers, tailleurs et tailleuses, cuisiniers, fabricants de paniers, or maintenant depuis que j’étais chez Dieu, j’ai gagné une telle fortune, que venez auprès moi, votre maman par la loi de l’Amour ! » Et cette peine, qui vous a causée tellement de malheur, va commencer de sauter, de jouer et elle dira: “Maman est devenue riche!” Mais savez-vous pourquoi la peine souffre ? Imaginez, que vous avez un petit enfant qui est délicat et a besoin de bonne nourriture, or vous n’avez pas une telle nourriture et vous lui donnez de la nourriture solide – est-ce que cet enfant sera gai ? Savez-vous ce que représente la peine ? Moi, je traduis la peine comme étant des esprits élevés, qui sont en liaison avec nous. Et lorsque nous souffrons, ils souffrent et pleurent avec nous. Et quand on retourne à Dieu, on s’en réjouit, la peine se transforme et cet Ange de la peine ne va plus pleurer. Cet Ange va et tourne autour de vous et il vous répète : - Tu as beaucoup, beaucoup parlé – ce que tu as fait aujourd’hui n’est pas bien ! Alors tu te tournes vers la peine et tu dis : - Ecoute, je ne demande pas de conseils de mes enfants, vous allez obéir, vous n’allez pas vous mêler de mes affaires, c’est moi, qui commande ! Tu peux nous ordonner, toutefois ne fais pas de mal! Tu prends ton bâton et tu dis : Tout le monde, dehors ! Tu peux nous battre, mais tu n’es pas juste, rien de plus ! Vos enfants, que vous appelez maintenant de la peine, un jour vous verrez seront vos maîtres. Toute l’humanité moi, je l’appelle être de mauvais élèves, rien de plus. Non pas, que vous avez de la mauvaise volonté, mais vous tous, vous pensez que ces souffrances doivent disparaître, tandis que vous étant des dieux, semblables aux fils et aux filles du roi, vous devez seulement faire sonner la cloche et tout doit se passer d’ après votre volonté. Même les plus pauvres enfants et ceux avec des habits déchirés disent : « Si seulement j’étais un prince ou une princesse, j’allais faire beaucoup de choses ! » Même eux, ils ont la notion de la princesse. Vous dites, que l’enfant pauvre n’a pas de prétentions. Mette-lui de nouveaux vêtements et vous verrez comment va-t-il vous recevoir – il dira : « Je ne suis pas disposé. » Et cette phrase « je ne suis pas disposé » n’est qu’une scène de théâtre… A présent, je voudrais savoir combien de personnes d’entre vous, si je leur demande, vont lever le doigt et vont dire : « C’est décidé ! » Vous allez tous le lever, mais je veux que vous souleviez votre esprit, de soulever votre cœur, de soulever votre volonté. Je ferai un essai : le soir, quand vous vous couchez, vous allez dire : « Ce soir, je veux aller chez la Fraternité Blanche, j’irai auprès de Dieu ! » Certains vont tout d’abord se demander : « Suis-je pur ? » De pareilles réflexions, sont-elles justes ? Lorsqu’ un malade souffre de certaine maladie depuis une dizaine d’ années, par suite de quoi il s’ amène tout déchiré chez un bon, généreux et tout propre docteur, est-ce qu’ il lui demande s’ il peut le consulter ? Non, il va chez le médecin et lui dit : « J’irai à cause de lui, il me recevra ! » Vous devez avoir la foi du malade pour son médecin. De même l’élève doit avoir une Foi absolue pour son Maître, lorsqu’ il va auprès de Lui. Son maître le recevra tel qu’il est. Si vous mettez dans votre esprit la pensée, qu’il ne vous recevra pas, la question est terminée. Aucun doute, aucun souvenir de doute pour vos bêtises, vos péchés, vos faiblesses, pour ceci ou pour cela ! Pour le moment donné, vous allez tout abandonner et vous irez avec une foi pleine, chez ce Maître de la Vie que vous cherchez et chez ces frères Blancs, qui vont vous recevoir. C’est une règle sans aucune exclusion, pour cent cas, on ne trouve aucune exclusion. Si vous mettez cette règle dans votre âme, vous pouvez faire le premier essai. Vous allez le faire dans le silence complet : vous voulez savoir, si Dieu est avec vous et s’il écoute votre âme. Vous marchez dans la rue et vous entendez une jeune fille pleurer pour sa mère ou bien un malade gémir. Vous allez dépasser sans rien dire, vous n’allez que vous rapprocher doucement, vous allez le toucher sans que personne ne vous voie et vous allez repartir. Puis vous allez poursuivre le résultat de votre effleurement. Le résultat de votre touche est le suivant, il passera de vous de l’électricité et l’homme s’élancera après vous, il va vous reconnaître, votre main va soudainement l’influencer. Vous ne lui direz pas, que vous allez le guérir. Vous allez faire l’essai avec une personne, avec une deuxième, une troisième – vous porterez partout de la Paix et de la Joie et vous allez voir, que vous portez en soi un grand art, que vous n’avez jamais eu. Maintenant certaines d’entre vous diront : « Puisque je connais cet art, en passant près d’un millionnaire, je vais le toucher et il va partager son bien. » Cela viendra aussi, mais pour l’instant faites l’essai avec les malades. Plus tard vous allez y arriver aussi avec les riches : une certaine pauvre veuve va prier quelque millionnaire de l’aider, mais son cœur sera dur comme de la pierre; vous allez passer tout doucement près de lui, vous allez l’effleurer du doigt et il sortira tout de suite sa bourse pour lui donner de l’argent. La force se cache dans nos mains, vous comprenez. Dans le monde c’est nous qui donnons les ordres, et pas quelqu’ un d’autre. Moi, qui suis l’élève de la Fraternité Blanche, à laquelle Christ en est la tête, c’est moi qui ordonne! Je l’ai dis plusieurs fois. Vous parlez tout le temps que ceci se passera, ou cela viendra – rien ne va se passer. On sait, que les choses se passent comme elles sont faites là-haut. Je constate maintenant que certaines d’entre vous, ont une faiblesse et disent : « On va entrer dans l’église pour être utiles à ce peuple ! » Dans quelle église ? Cette église connaît-elle Christ ? Une église qui connaît l’ Amour de Christ, moi, je ne connais pas. Je ne connais pas encore d’église qui connaît le Christ. Tous ceux, qui Le connaissent doivent servir sans demander de l’argent, en cadeau. Il sera insolent de mon coté d’aller chez un de mes amis l’aider dans son travail et le soir de dire : « Paye-moi, maintenant ! » Non, je travaillerai en cadeau ! Ce sera ridicule, moi, qui aime Christ de lui dire : « Paye-moi ! » Non, cela doit être pour nous une attente, une Joie ! Ceci est notre devoir et Lui aussi Il va travailler pour nous. Nous allons travailler pour Lui et Lui, il travaillera pour nous, Dieu pour nous et nous pour Lui, le Maître pour ses élèves et les élèves pour leur Maître – vous devez bien tenir ces principes. Vous dites que ça ressemble au temps passé. Non, ce sont deux situations absolument vraies. Il se peut, que vous alliez dans l’autre monde, mais si vous ne travaillez pas, comme je vous le dis, vous n’allez pas aboutir à de grands résultats. Or, si vous travaillez de cette manière et vous êtes par exemple un professeur, voilà ce que vous allez pouvoir gagner: les élèves avec lesquels vous avez travailler quatre années, ne pourront jamais vous oublier et vous aurez entre vous un lien fraternel absolu. Tandis que dans la situation présente, ils vont rencontrer le maître, avec lequel ils n’ont aucun lien et ils vont dire : « Autrefois c’était notre professeur, maintenant il est devenu pauvre. » Non, dans la Fraternité Blanche, il n’ y a pas de telles relations. Là, il n’ y a pas de force qui puisse faire descendre la Maître de son poste. Il peut tout seul le faire, mais la société ne pourra jamais le faire descendre. La société est en état de faire descendre le maître de son poste, les élèves aussi, mais dans la Fraternité Blanche cela est impossible – là il n’ y pas de force plus grande que la sienne. Ces conceptions, que je partage avec vous sont positives et elles ne doivent pas vous inquiéter, au contraire elles doivent rendre une impulsion dans vos élans. Vous n’avez pas encore eu de grandes épreuves. Vous n’avez pas encore surmonté les épreuves du Christ par exemple. Certaines ont-elles subi les épreuves de l’apôtre Paul ? On lui a donné des coups cinq fois par trente neuf, à la suite de quoi, il prononce : « « Frères, il sera difficile d’entrer dans le Royaume de Dieu. On doit subir ces souffrances jusqu’ au septième chapitre. » Il se trouvait dans votre situation, il raisonnait comme vous, il pensait comme vous, mais après avoir reçu cinq fois par trente neuf coups, il est entré dans le huitième chapitre et c’est alors qu’il a compris la signification des souffrances, il a changé le ton et il a dit : « Il y a une issue dans la vie et les souffrances d’aujourd’hui, ne sont pas en état de nous détourner de l’Amour du Christ. » Alors Paul a raconté : « J’ignore si j’étais dans mon corps ou hors de lui, mais on m’a conduit à un endroit, je ne vous dirai pas ou, mais j’ai vu et j’ai entendu des choses, que je ne peux pas vous partager. » Ou était-il ? – Dans la Fraternité Blanche. Il l’appelle le Troisième ciel, la culture de l’avenir et il dit : « Ce, que j’ai vu et entendu là-bas, je ne peux pas vous le dire ! » Pour les souffrances d’ aujourd’ hui, il dit : « Le monde extérieur change et vous vous renouvelez, mais tant que cette culture future n’ est pas encore venue, tant que Jean n’ est pas encore venu, vous aurez ces souffrances. » Jean décrit le temps présent dans sa Révélation, il écrit pour la nouvelle ville de Jérusalem. Ce n’est pas quelque chose de fantastique, mais une chose réelle, qui ne change pas. Et dans ces conditions, vous en tant qu’élèves, vous allez poursuivre vos études. Ne croyez pas, que dans la Fraternité Blanche vous allez apprendre pendant cinq, dix ou quinze années, il en faut une, deux, trois, cinq et même plusieurs vies. Ce qui est bien, car il y a quoi apprendre et autant plus que vous avez à apprendre, tant mieux ce sera pour vous. Si vous entrez dans la Fraternité Blanche avec vos raisonnements tels quels sont vite faits à présent, vous aurez une vie malheureuse. Or, quand vous aurez examiné ce matériel, que vous avez à approfondir, vous allez vous en réjouir d’avoir des conditions pour y arriver et de vous rendre utiles. Quoique je vous dise au futur, je ne m’arrêterai plus sur ce, que je vous ai répété maintes fois – aimez-vous les uns les autres, gardez l’amour l’un pour l’autre. Mais je vous parlerai sur vos relations avec Dieu, que vous devez aimer le Seigneur, rien de plus. Je ne discuterai sur rien d’autre – de l’Amour pour Dieu ! Si nous arrivons à régler cette question, toutes les autres questions se résolvent facilement, d’une façon mystique, toutes les autres questions sociales se résolvent d’une façon bien naturelle. Si nous ne sommes pas capables de résoudre ce problème, nous ne pourrons résoudre aucun autre problème. Tous les philosophes se sont mis depuis huit millions d’années à résoudre ce problème. Il n’ y pas d’autre voie que celle-ci : Dieu m’aime et moi, je L’aime ! Vous pouvez demander : « Est-ce qu’il m’aime ? » Il vous aime – rien de plus – même s’il vous vient autre chose dans la tête, ce n’est pas vrai. Ce qui est à l’intérieur de vous, qui vous dit, que Dieu ne vous aime pas vient de Satan, c’est diabolique – ce sont ces esprits, décrits dans la philosophie de l’Inde. Lisez un jour et vous verrez comment on les appelle, on se sert d’un mot hindou, trouvez-le – avec ce mot on décrit les mauvais esprits, les esprits échoués. Trouvez le nom, avec lequel les hindous appellent ces esprits échoués; si la prochaine fois vous n’avez pas trouvé leur nom, c’est moi, qui vous le dirai, maintenant je ne veux pas vous le dire. Ainsi en déclarant aimer Dieu, vous allez entendre quelque chose, qui va essayer de vous convaincre : « Non, tu ne L’aimes pas ! » - au-dessous près du nombril, quelque chose te répète : « Non, tu ne L’aimes pas ! » Et la dispute commence : je L’aime – je ne L’aime pas, je L’aime – je ne L’aime pas… Alors tu dois dire : « Dieu m’aime ! Et puisqu’ Il est infini, puisqu’ Il ne change pas, ni se transforme, je n’ai aucun doute pour Son amour – même si c’est la fin du monde, Dieu m’aime, c’est un fait ! » Il n’ y a aucun doute dans la première formule. Pour la deuxième, vous pouvez douter, mais une fois arrivées à la première formule, tout le monde se tait. Ce sont des formules, avec lesquelles vous allez approfondir vos connaissances. Parfois, j’ai fais des essais, pour voir si vous allez perdre confiance. Par exemple, je peux vous dire, que vous n’êtes bons à rien – qu’ est-ce que cela veut dire ? Vous me confiez votre intention d’aller à Varna, je vous réponds, que ce n’est pas possible d’ y allez et vous perdez confiance. Ce que je voulais dire, c’est que vous ne pouvez pas aller à Varna pour un jour à pieds, il vous faudrait pour cela sept jours. Vous dites : « Je ne peux pas aller à Varna. » Vous pouvez. C’est un jeu de mots : je peux – je ne peux pas, ce sont des choses relatives. Lorsque vous dites à un élève occulte, qu’il n’est bon à rien faire, vous lui parler de façon positive et avec ce, vous lui rendez un grand service. Il sait que par la loi de la négation, il est bon a tout faire : « tu n’es bon à rien faire» signifie, que tu peux tout faire, et l’expression : tu es bon à tout faire » signifie que tu ne peux rien faire. Par exemple il naît un enfant et il meurt – telle est la loi de la Terre. Je dis : cet enfant va mourir certainement. Quand ? La question reste – il ce peut dans un mois, deux, dans un an ou deux, dans cinquante, cent, deux cent ans, mais c’est un évènement, qui arrivera certainement. Par conséquent, ça peut arriver, et ça ne peut pas arriver, la naissance et la mort, ce sont des procès inverses – la naissance provoque la mort et la mort provoque la naissance. Un élève de l’école Blanche ne va jamais se vexer. Je dis, que votre enfant va mourir, puisque c’est une âme non développée, c’est une contrebande qui est venue chez vous et on va l’appeler de l’au delà, on va vous envoyer un autre, un meilleur enfant – qu’avez-vous à regretter alors ? Vous avez donné un vêtement à un bandit, à un malfaiteur – qu’il s’en aille avec le vêtement, ce qui est donné – est donné. C’est ce qu’on appelle se servir de la langue, rien de plus. A présent, je voudrais que vous preniez les choses dans leur sens positif, pour ne pas qu’il naisse dans votre âme une fausse idée. Toutes idées fausses naissent hors de l’Amour. Une fois parvenus à ce grand Amour de la connaissance de Dieu, aucunes fausses idées ne peuvent occuper notre esprit humain, ni notre cœur humain, ni notre volonté humaine. A propos de toutes souffrances, de tous les péchés, quels qu’ils soient, l’ Ecriture dit : « J’effacerai tous vos péchés. » En retournant ce soir chez vous, lisez le 6-ème chapitre d’Essai, 6-ème vers. Vous devez tenir le coté positif de cet Enseignement, qui rendra la Foi positive de votre esprit. Appliquez-vous à être toujours libres. Si nous sommes en bonnes relations avec Dieu, nous allons aussi bien déterminer nos relations sur la Terre, nous allons de même gardez de bonnes relations avec les gens. Nous n’ allons pas nous occuper d’ autres problèmes – vous saurez tous, que vous avez à régler une question importante, tellement mûrie, que vous disposez de toutes les conditions pour la résoudre. Je ne l’appellerai pas une nouvelle naissance, mais j’appellerai ce premier pas, être une liaison consciente entre le Dieu vivant, qui travaille maintenant dans le monde et vous. Une fois que cette liaison sera formée, toutes les relations quelles qu’elles soient, seront réglées par la meilleure et parfaite façon – vous allez mettre tout ceci à l’épreuve. Si vous ne réalisez pas cette liaison, vous resterez avec les mêmes liaisons, que vous avez eues jusqu’ à présent. Et alors si les souffrances vous surviennent, personne n’en sera fautif, car chacun sera fautif pour soi-même. A présent, vous vivez à Sofia et parfois, vous vous demandez que dira l’église, que diront les abbés. L’église, c’est la Fraternité Blanche, rien de plus – ce sont des Etres vivants d’une culture supérieure, ce sont les églises, c’est le Royaume de Dieu. Nous connaissons aussi cette église. Et si certain dit, que nous ne respectons pas l’église, cela veut dire, que nous ne voulons pas nous tromper avec ce, qui ne représente pas une église. Personne ne peut nous tromper avec ce, qui n’est pas une église. Vous allez réfléchir! Ce sont des idées, qui demandent beaucoup de temps, pour raisonner sérieusement sur elles. Vous devez être comme les petits enfants, pour pouvoir consentir ces idées chaque soir, sans admettre l’idée, que Dieu ne pardonnera pas vos péchés. Non, il n’existe pas de meilleur Etre que Dieu, d’ Etre plus gentil que Lui – Il est tellement gentil! Tellement de choses le préoccupe, mais à tous les êtres, quelle que soit leur hiérarchie, il entend même le moindre soupir, il le perçoit tout de suite pour réparer la faute – il n’ y a rien qui puisse échapper à ses Yeux ou à ses oreilles. Mais des que vous entriez dans l’ Ecole, ou le développement se passe en toute conscience, les relations changent. Puisque dans l’ Ecole vous êtes libres, vous devez y montrer de la volonté. Dieu ne vous forcera pas à apprendre, il vous laissera librement choisir. Nous ne pouvons pas forcer quelqu’ un de devenir bon. Nous pouvons lui prêcher, nous pouvons l’aider, mais nous ne pouvons pas lui influencer. Un prêtre, qui veut convertir quelqu’ un doit prendre tout d’abord sa place. Dieu dit : « Change ton rôle maintenant ! » Nous ne voulons prendre le rôle de personne. Vous devez suivre ces choses en tant qu’élèves. Je voudrais qu’au futur vous créiez une atmosphère agréable entre vous. Quand vous vous réunissez ici dans l’immeuble, vous devez créer des influences bienfaisantes entre vous, et lorsque vous sortez, de vous ressentir libres. Vous devez faire preuve de Calme et de Joie. Je veux, que vous soyez libres. Si vous voulez qu’en vous fonctionne librement la volonté, vous devez avoir de l’Amour, qui vous apportera de la largeur et de la liberté. De même il faut satisfaire les besoins de chacun. Vous devez être attentifs. Le soir vous ne penserez pas que pour soi, mais vous songerez à qui pense Dieu, pour y réfléchir aussi. Je vous poserai la question suivante : si vous êtes environ trente élèves dans une même classe, est-il possible que vous soyez méchants l’un pour l’autre après avoir passé quelques années ensemble ? Par conséquent, en tant qu’élèves de l’ Universelle Fraternité Blanche, vous devez vous distinguer tout d’ abord par votre honnêteté. Savez-vous ce que c’est l’honnêteté ? Elle se rapporte à la dignité personnelle de chacun. Elle n’est pas un élément secondaire, mais quelque chose de morale, lorsque vous pensez raisonnablement. Il ne vous convient pas d’être déshonnêtes. Une fois, que tu donnes ta parole, tu dois rester fidèle à tes paroles. Si tu as donné ta parole, tu dois savoir garder ta parole. Cependant l’élève de la Fraternité Blanche doit être bon, ce qui est déjà une qualité morale. L’élève de la Fraternité Blanche doit être si éveillé à ce qu’il puisse être capable de répondre à toutes les questions posées sur sa foi. En plus on doit être dociles, généreux et d’avoir une foi supérieure, puissante et persévérante, telle quelle soit la Volonté de Dieu. Ceci est mon désir. Telles doivent être les choses qui vous diffèrent des autres, de façon à ce que lorsque vous passez, qu’on dit de vous : « Les élèves de la Fraternité Blanche sont des gens honnêtes, ce sont des gens, qui quoi qu’ils commencent de faire, ils le finissent. » Quelle autre recommande vous soit-elle utile ? Tout un royaume se fond sur une telle recommande, toute une société, tout état. Tout un système social se fond sur une telle recommande, l’église aussi. Est-ce que l’église sera solide sans honnêteté, sans avoir de l’intelligence, sans la bonne volonté ? On doit de même avoir ces traits dans la maison, pour nous différencier du monde extérieur. On dit, qu’ils nous ressemblent. Si on dit, qu’ils sont comme nous, ce sont nous, qui ne pouvons pas être comme eux, rien de plus ! Donc, telles sont les caractéristiques des élèves, qui doivent les différer du monde extérieur. Maintenant aux élèves, qui se trouvent devant moi, je vais donner un examen, comme première leçon d’honnêteté. Chacun d’entre vous, qui entre en classe, qu’il soit jeune ou vieux, jusqu’ à la fin de l’année doit gagner une somme de trois cent leva, qu’il déposera dans la caisse. Nous allons ramasser une somme et puis on va voir comment l’utiliser. On peut ramasser toute la somme, mais en travaillant de façon honnête. Disons, que vous avez un mari – vous allez lui cirer les chaussures et vous allez honnêtement lui dire : « Donne-moi cinq levas. » Ou bien vous allez en ville et au lieu de prendre le bus trois ou quatre fois par jour, tu vas prendre le trajet à pieds, de cette façon tu vas épargner la somme voulue. En somme, tout travail doit être exécuté de façon honnête. Il ce peut que cette somme soit petite pour quelqu’ un d’entre vous, mais pour un autre elle est grande. Je veux, que vous résolviez cette tache de façon honnête, de gagner l’argent honnêtement. Alors on va voir comment dépenser l’argent. On peut vite trouver la solution de cette tache : certain d’entre vous peut demander l’argent à son père – non, pas de cette façon ! Toutefois, si vous ne pouvez pas résoudre le problème, je vais vous dire comment faire. C’est un bon exercice. Ce que je vous demande maintenant, c’est de ne rien dire dehors. Vous allez suivre un plan, en passant cinq ou dix minutes de votre temps libre, sans toutefois entrer en opposition avec personne. Si vous suivez ce chemin, dont je vous parle, vous m’avez donc compris; si vous rencontrez beaucoup de difficultés lors du chemin, vous ne m’avez pas bien compris. Si les conditions vous sont favorables, vous m’avez bien compris; si vous dites : « J’ai eu beaucoup des difficultés », vous ne m’avez pas bien compris. Si vous m’avez bien compris, quelle que soit la difficulté que vous rencontrez, vous allez facilement la résoudre; sinon, il y a quelque chose, qui ne marche pas et qui doit être écartée, il n’ y a pas en douter. C’est une des taches les plus faciles. Nous commençons avec les problèmes matériels – trois cent levas. Je vous confirme, que c’est un des problèmes les plus faciles pour l’élève – un des plus faciles problèmes qu’on peut trouver dans le livre des problèmes. Si vous croyez que ce problème est difficile, il n’ y a pas de plus facile. Ceci doit être naturellement en deuxième plan, car ce n’est pas si fondamental. Ne vous mettez surtout pas à vous inquiéter comment trouver ces trois cent levas – c’est la question la moins importante. La question qui importe est comment réaliser la liaison entre Dieu et vous. Dans ce rapport je vais vous aider. Je vous montrerai quel est le rapport entre les liaisons que vous avez eues jusqu’ à présent, et cette nouvelle liaison, qui se forme pour faire la comparaison. Il est difficile d’imaginer la vraie différence des choses. Jusqu’ au niveau ou vous êtes maintenant, vous pouvez formez cette liaison, car vous avez de l’expérience. Cette liaison est un élément nouveau, qui pourra résoudre votre problème, elle pourra rendre du sens à votre Vie et former votre situation future. Ainsi donc, vous ne serez pas comme ces cinq jeunes filles stupides, mais vous serez ces cinq jeunes filles, qui vont entrer avec le jeune marié. Je veux que vous gardiez le silence. Vous allez ainsi rentrer dans vos maisons libres, inspirées, pleines d’espoir, que vous avez à résoudre un grand problème, duquel va dépendre tout votre avenir. Vous n’allez pas vous décourager. Nous connaissons le professeur, sa vie, nous sommes venus à l’école. Je ne vise pas les relations extérieures dans le monde, mais je parle des relations intérieures, qui forment ce qui est Divin. Maintenant, par vieille habitude, je dois vous demander m’avez-vous bien compris. Je ne vous le demanderai pas. Je parle d’une nouvelle situation, que les gens appellent de l’étonnement. Quand l’homme reste en haut et regarde du haut en bas, il s’étonne. Quand il n’est pas monté en haut, mais il n’a fait que s’émerveiller, l’homme voit les difficultés et il s’étonne. Vous vous voyez soudainement mis devant la montagne sur laquelle vous devez monter. C’ est pourquoi les mots je peux et je ne peux pas sont exclus. Vous direz : « Je serai héros ! », parce que c’est un procès de mouvement. L’expression je serai héros, rien de plus ! Certain dit : « Je serai héros, si Dieu le veut. » Je serai, sous-entend que Dieu le veut et moi, je ne partage pas en deux Sa volonté. Puisque c’est la volonté de Dieu, nous allons entrer à l’ Ecole; puisque c’est la volonté de Dieu, nous allons apprendre; tout sera par la volonté de Dieu ! Maintenant certains diront: “Pourquoi ne sommes-nous pas plus jeunes, mais ça se passe maintenant quand nous sommes vieux?” Ceux d’entre vous, qui pensent être très vieux, qu’ils me disent quel âge ils ont. Parce que nous appelons un homme à l’âge moyen celui, qui a vingt millions d’années. Nous avons quel âge ? Nous sommes du système Solaire, et le Soleil pour faire un tour dépense vingt millions d’années. Donc vous êtes un petit bébé. Vous avez combien de jours solaires maintenant? Par exemple vous avez quarante ans de l’année du système Solaire. Les gens ne peuvent pas comprendre quel sera cet homme, qui aura dix années solaires. Un homme du Soleil, qui là-bas a dix ans, ici il aura deux cent millions d’années. Là-bas il sera une jeune fille, elle va courir et lorsqu’ on va lui demander son âge, elle dira : « « J’ai dix ans. » Les mots jeunes et vieux représentent des relations, ce sont de différentes mesures. Par conséquent, l’élève ne peut pas être vieux – celui qui approfondit ses connaissances, il reste toujours jeune. Dans la Fraternité Blanche vous devez connaître l’art du rajeunissement. Grâce à lui, l’homme peut facilement devenir plus jeune, comme il le fait pour sa maison ou son jardin plein d’arbres. Ce qui représente pour nous une difficulté, pour les Frères Blancs ne soit que quelque chose de naturel – ils se rendent sans cesse plus jeunes, ils sont toujours jeunes. Là-bas vous ne rencontrerez pas de vieux hommes. Ils peuvent prendre toutes les formes, que les gens possèdent – c’est une science, un art, que nous ne connaissons pas. Maintenant vous devez résoudre ce qui est fondamental. C’est la question du futur, c’est une science profonde. L’important c’est la liaison, que vous devez faire. Pour cette liaison, on vous a parlée maintes fois, vous avez décidé et vous êtes arrivées à cet état de ne plus pouvoir la refaire. Ainsi vous êtes totalement préparées et vous allez pouvoir la faire ! le 21 juin 1923, vendredi, Sofia
  15. Que Descende Le Christ Pour Vous Expliquer Priez en cachette sur la Bonne prière. La vie a deux cotés : l’un est celui de l’acteur, l’autre – c’est la vie de l’ouvrier. L’acteur travaille pendant la nuit, l’ouvrier – pendant la journée. Par conséquent, les résultats ne peuvent pas être les mêmes, puisque la Vie se développe dans de conditions différentes. Le soir, l’acteur manque de lumière, tandis que l’ouvrier qui travaille le jour a les conditions de mener une vie raisonnable. Ainsi, je vous divise en deux classes – acteurs et ouvriers. Dans cette Ecole nous n’avons pas besoin d’acteurs. La Fraternité Blanche exclut la vie de l’acteur, et reçoit les ouvriers. Vous les mariés, je conçois être des ouvriers sur le champ de Dieu, or certains d’entre vous veulent jouer le rôle d’acteurs. Vous ne savez pas encore ce que représente le Jugement de Dieu. Dans cette Ecole, on conçoit la loi de l’ouvrier être aussi sévère que l’est la loi de l’acteur. En tant qu’ouvriers, je vous poserai la question avez-vous rempli les obligations de votre travail. Je demande de vous les mariés, d’ inspecter votre travail, vos champs, vos jardins, vos sources, vos bêtes, vos brebis, de revoir vos maisons sont-elles bien peintes, sont-elles bien nettoyées? Quelle est la situation de ces collaborateurs ? Puisque vous êtes des ouvriers, vous devez le savoir. Beaucoup d’entre vous, les mariés, demandent plus de privilèges que de responsabilités. Vous voulez remettre le terme de vos dettes, mais dans le livre de Dieu on ne l’admet pas. Cela peut arriver seulement par Grâce. Il faut patienter et attendre un Etre plus puissant pour vous aider. Ne croyez pas qu’il vous sera donné gratuitement. Vous êtes mariés et comme tels vous donnerez de la morale aux jeunes. Rappelez-vous que quand vous aurez quitté ces champs, à votre place viendront les jeunes. Que vont-ils y trouver ? Je parle dans le sens direct et dans le sens figuré. Ce sont des raisonnements que vous devez examinez. Je suis obligé de vous partager ces idées ce soir – ça vient de l’initiative de la Fraternité Blanche. Les frères Blancs vous tiennent responsables de vos champs, de vos brebis, de vos maisons, etc. Vous, qui avez des soupçons (il y en a de tels parmi vous), vous pouvez pour un an vérifier sommes-nous de la Fraternité Blanche ou pas. Le Christ est la tête de la Fraternité Blanche. Il en a pris la décision, il a demandé la Tête et elle l’a approuvée – et cette Tête est Dieu. Et la question est résolue par sa forme, son contenu et son sens – dans toutes les sphères. Donc, on demande de vous les mariés d’accomplir volontairement la loi de Dieu. Ca ne vaut pas la peine de vous dire comment travailler, mais vous allez travailler comme bon vous semble, dirigés par votre âme. Lorsque l’âme désire quelque chose, elle forme dans sa conscience ce qui doit se passer. Cette conscience contient trois grandes Puissances – l’esprit, le coeur et la volonté. Lorsqu’ on va dans l’autre monde, cela comprend toujours un changement de notre conscience d’une forme à une autre – c’est l’élargissement de la conscience. Dans une autre sphère vos réflexions seront différentes. Donc, Christ descend dans nos âmes que lorsque la conscience s’élargit. Par exemple, lorsque je parle aux mariés, vous dites : « Le Maître m’a dit ceci et cela, il parle de moi. » Si vous parlez ainsi, vous n’avez pas compris mes paroles. Quand je vous parle, je prends en vue l’élargissement de votre conscience, pour que Christ puisse descendre et vous expliquer. Je tiens à vous expliquer le coté extérieur, je tiens comme ouvrier à nettoyer et puis c’est le Christ qui descendra. Je tiens à ce que votre conscience s’élargisse, pour que le Christ puisse descendre et vous expliquer ce, dont nulle raison humaine ou pensée ne peut vous expliquer. Je demande : vous, les mariés, quel est l’exemple que vous donnez aux jeunes, à vos enfants par rapport à votre conscience ? Votre conscience sert-elle pour élargir la conscience des jeunes, pour que le Christ vienne auprès d’eux et leur explique la Vie et comment faut-il vivre. Vous allez répliquer : « Dieu peut tout faire ! » Cela ne veut rien dire, ce n’est pas de la philosophie. Le sang du père est fort, quand il entre dans les veines du fils et se met à circuler par les mêmes lois. S’il ne circule pas, les résultats seront différents. A présent, la plupart d’entre vous visitent la Fraternité Blanche que pour régler leurs problèmes. Vous venez comme à un théâtre, pour manger, puis vous sortez et vous dites : « Vous n’êtes pas tels qu’on croit. » Vous n’avez pas encore compris qui sommes-nous – ils passeront encore mille ans, pour que vous puissiez le comprendre. Nous sommes ceux, qui font élargir la conscience de chacun, pour que le Christ puisse descendre et expliquer la Vérité de la Vie. Et cette Vérité doit aider la conscience Divine de descendre et de présenter la loi de l’ Amour Divin dans l’Univers. Qu’il y a-t-il de plus merveilleux ! Nous pouvons travailler en ayant cette Vérité. Or, vous dites : « Que Dieu nous fait grâce! » Comment va-t-il vous faire grâce, quand vous manquez d’une haute conscience, pour que le Christ puisse descendre et pardonner votre faute. Les fautes et les tentations sont inévitables de tous cotés et si le Christ n’entre pas dans votre conscience, ces fautes vont créer une disharmonie dans la vie, et vous allez tous en souffrir. Il y a-t-il quelqu’ un qui ne souffre pas ? Je traduis souvent cet exemple de la Fraternité Noire et la Fraternité Blanche. La fraternité Noire a des adeptes noirs, qui descendent et disent: « Je suis cordonnier, j’ai une forme spéciale pour les chaussures – tu vas t’acheter des chaussures de moi, pour t’en souvenir. » Ceci me rappelle une situation que j’ai vécu à Yambol : j’étais chez un cordonnier, qui me disait qu’il écoutait mes conversations et qu’il m’a beaucoup apprécié, donc il voulait me faire des chaussures pour que je me rappelle toujours de lui. Et c’est vrai, je m’en rappelle encore. Une fois que tu mets tes pieds dans les chaussures de la fraternité Noire, on va te faire des pointures spéciales, que tu ne pourras jamais oublier. Ils vont tout d’ abord détruire vos vertus. Si tu mets tes pieds dans cette forme, tu auras sans doute les vertus mutilées et si la Fraternité Blanche ne vient pas t’en libérer, tu souffriras beaucoup. Ne mettez pas vos pieds dans les chaussures de ces frères noirs. Maintenant je vous expliquerai tout, mais dans une autre conversation spéciale, je ne vous parlerai que de cette forme en question. Et puis, vous les hommes et les femmes mariés, vous ne vivez pas comme il faut. Ceci est non conforme à la Fraternité Blanche. Si les mariés veulent vivre comme vit le monde, ils le peuvent, mais de l’extérieur, une fois entrés dans la Fraternité Blanche, ils respecteront des règles précises. Vous ne savez pas encore comment vivre. Vous pouvez encore apprendre ces règles – hommes et femmes doivent vivre d’ après la loi de l’Amour ! Tout travail accompli par la loi de l’Amour est sacré, or sans Amour c’est un crime. Si vous me demandez ce qui est droit de faire, je vais vous répondre ainsi: ce qui est fait par Amour. De l’Amour j’appelle ce sentiment, qui dépasse tous les autres sentiments. Lorsque tu le ressens, tu n’es jamais triste. L’Amour va être compris comme un Homme, mais pas celui, qui soit habillé en chair – c’est ainsi qu’on doit saisir l’Amour. Les hommes vont faire de même. Je parle à vous, les mariés, que le Christ a marié, tandis qu’à ceux que le Christ n’a pas encore marié, je n’ai rien à dire. En vous appelant mariés, ceux que le Christ a marié, je comprends ceux, qui ont la conscience élargie, pour que le Christ puisse entrer et vous expliquer. Si vous ne comprenez pas ceci, vous allez prendre tout mot à mot et ensuite je me demanderai ce qui vous arrive. Paul dit à un endroit : « Hâtez-vous de rendre hommage les uns aux autres ! » Comment ? Pour se hâter, il vous faut transformer votre conscience. Il faut trouver quelqu’ un de qui apprendre. Si ce n’a pas la mère pour nous instruire, d’ où viendra ce savoir ? Cette loi est juste – la conscience s’agrandit par la conscience elle-même. Si votre conscience n’entre pas en contact avec une autre, elle ne peut pas grandir; si un esprit ne soit pas en relation avec l’esprit Divin, il ne peut pas non plus grandir. Dans la Fraternité, je remarque une grande disharmonie. Je patiente pour ces choses, mais soyez surs que cette disharmonie ne m’est pas agréable. Vous pouvez maintenant vous mettre à pleurer, mais moi, je ne veux pas de vos lamentations. Pour moi, le jour le plus heureux sera de voir que le Christ vit dans votre conscience. Soyez surs que ce jour sera le plus heureux de ma vie ! Vous pouvez demander : « De quelle manière ? » Il y a deux façons : certains poissons on les pêche pendant la journée, d’autres – le soir. Il y a-t-il de différence ? Le Christ a imposé cette loi – aimez-vous pendant la journée ! Il vient le soir, lorsque personne ne peut travailler. Par conséquent, pour élargir votre conscience, vous devez travailler pendant la journée, et non pas jouer des rôles d’acteur. J’ai décidé pour vous de travailler en faisant des essais dans l’ Ecole. Nous commencerons par les plus petits et progressivement ils vont se succéder. Mais pour cela, il faut élargir votre conscience, il faut effectuer ce changement intérieur. Alors viendront ces rayons de conscience spirituelle, pour créer les conditions pour les graines, mises en vous depuis des milliers d’années et d’avoir de bons résultats. Les pensées, que vous avez maintenant donnent-elles de bons résultats ? Vous êtes tous mécontents, car vous manquez du fondamental – votre conscience n’est pas encore élargie et le Christ n’est pas entré pour vous expliquer. Il fait des efforts, mais ce sont des états provisoires ou il y a des hauts et des bas. Vous faites des efforts, mais ils seront vains si Christ ne pénètre pas dans votre conscience et si après lui, ne pénètre pas non plus l’ Amour Divin. On ne peut aboutir aux résultats facilement. Ne croyez pas que la transformation d’une vie en une autre est chose facile. Pour la transformation d’une plante dans une forme animale, il faut avoir de l’art et des connaissances ! Vous pourriez sérieusement y réfléchir, or maintenant vous le concéderez comme chose facile. Non, ça ne se passe facilement. L’ Esprit Divin, qui travaille en vous, va tout faire et non pas mes paroles. Il faut que le Christ pénètre, alors viendra la Résurrection qui comprend la Nouvelle vie dans de nouvelles formes. « Vous allez sortir des tombes. » Mais si vous êtes comme maintenant, à manger et à boire, ne croyez pas, que cela va continuer. Non, il ne restera rien de cette forme présente ! Ils resteront certains principes pour vous rappeler, mais nous allons nous transformer totalement. Certain dira : « Les conditions présentes dans ma vie empêchent mon développement. » Non, elles ne peuvent pas vous empêcher de continuer. Je parle de cet élève, qui a pris une décision. Or, vous n’êtes pas encore des élèves. Il a plusieurs catégories : des élèves-catéchumènes, des élèves-croyants, des élèves-élèves. La première catégorie a des responsabilités et des droits tracés, la deuxième – aussi, la troisième est la plus élevée de toutes. Ce que l’élève fait, le catéchumène n’est pas obligé de le faire et le contraire. Et chacun doit observer la Vie d’ après le degré de son développement. S’il est appelé, il a des responsabilités et des droits tracés et vous n’avez pas le droit de lui demander pourquoi il les suit. Si le catéchumène demande au croyant : « Pourquoi tu vis de cette façon ? », le dernier lui dira : « Quand tu seras à ma place, tu comprendras pourquoi je travaille et je vis de cette façon. » Dieu n’est pas obligé de nous dire pourquoi il fait ceci ou cela. Il dira : « Lorsque tu passeras par sept feux, pour que je te purifie, tu comprendras. » Il ne te donnera aucune autre explication. Job a également questionné le Seigneur, mais Il n’a fait que se taire. Lorsque Job est passé par les sept feux, alors le Seigneur lui a parlé et lui a dit : « Dis-moi ! » Et Job dit : « J’ai entendu d’autres me parler de Toi, et j’ai commis beaucoup de péchés, mais en te voyant maintenant, je ne dirai pas de bêtises. » Certain de vous se trouve dans la situation de Job et demande : « Seigneur, jusqu’ à quand dois-je subir ces souffrances, ces dettes!? Dieu se tait. Ne croyez pas, que si vous avez un ami ou un ennemi, vous pourrez vous sauver, vous vous trompez ! La libération est dans la chose suivante: d’ouvrir votre conscience et de faire entrer le Christ pour vous expliquer ce fait. Si cela se passe, vous serez sauvés; sinon ce fait restera comme un démon toujours chez vous et il vous causera des bêtises. Maintenant arrivent chez moi certains d’entre vous et me demandent certaines choses. Aujourd’ hui, il est venu un homme et il m’a demandé : Sais-tu ce que font tes élèves, pourquoi tu ne les préviens pas ? Je lui ai répondu : Je ne peux pas, nous vivons d’ après la loi de la liberté. Sans discipline ? Sans discipline. Mais vous devez exiger de la discipline. Ensuite il m’a invité chez lui. Alors je lui ai dit : Je ne viendrai pas dans ta maison. Pourquoi ? Pour que je vienne chez toi, tu dois enrichir ta conscience et que le Christ y pénètre, c’est-à-dire l’Amour. Toi, tu es comme mes élèves, tu veux m’attraper dans ton piège, vous êtes les mêmes. Eux et toi, vous n’êtes pas des élèves du Christ. Moi, je dis : nous avons une grande loi, nous voulons vivre et comprendre la Vie d’une autre manière et nous voulons la refaire. Vous pouvez dire : Savez-vous ce que fait notre Maître ? » Or, êtes-vous responsable de mes actes ? Une autre fois, vous dites : « Ca lui va des chaussures jaunes ou un chapeau blanc ? Le manteau blanc est pour les enfants, il doit porter une veste noire. » Mais qu’ est-ce que cela vous intéresse ? Ce qui importe pour vous, c’est mon esprit, quel soit mon cœur et ma volonté, or vous vous occupez de choses tellement insignifiantes. Vous pouvez porter les habits et les chaussures que vous voulez, mais moi, ce qui m’interesse c’est votre esprit, votre conscience, votre cœur et votre volonté, et encore plus – votre âme et la présence du Christ en elle. Je sais que ces choses doivent se développer, pour que votre Vie ait le sens, qu’elle doit avoir. Et alors nous allons nous entendre ! Parfois c’est de la bénédiction pour l’homme d’être dans le monde un père, une autre fois d’être enfant; parfois c’est de la bénédiction d’être maître, une autre fois – d’être élève. Il viendra le jour ou vous allez comprendre les relations entre le Maître et l’élève, Dieu vous les expliquera. Et moi, je voudrais que vous soyez de ces élèves bénis ! Réplique : Amen, amen ! Certains d’entre vous cherchent le salut, ils veulent voir le Soleil Divin s’ouvrir pour y entrer. Il n’ y pas de telle issue. Le sauvetage se cache dans l’ouverture de votre conscience, ou peut entrer le Christ. Alors vous allez être sauvés. Alors toutes les conditions extérieures, qui à présent vous accablent – la pauvreté et autres, tout cela sera en harmonie et la Vie aura une toute autre vue. Maintenant dans votre esprit il reste l’idée suivante : « Si on n’arrive pas à finir le travail aujourd’hui, on finira demain. » Non, il faut travailler ! Si par exemple vous êtes le maître et moi je suis l’ouvrier – vous m’engagez à récolter votre vigne, or pendant toutes la journée je ne fais que compter les bûches et le soir je vous dis combien elles sont. Au deuxième jour, je vais encore à la vigne, mais je ne bine pas la vigne, je compte les bûches et je calcule combien sera le raisin qu’elle donnera. Au troisième jour, je compte les brins d’herbe, etc. A la fin, je dis à mon maître, que le travail est fait. Vous croyez que la vigne est binée et vous me payez, mais lorsque vous allez voir la vigne, qu’allez-vous penser en la voyant ? Pardonnez-moi, mais à présent vous travaillez de la même façon sur le champ de Dieu – vous comptez les bûches et les brins d’herbe, vous ne binez pas la vigne. Je n’ai rien à vous reprocher de compter les bûches et les brins d’herbe, toutefois vous devez aussi biner la vigne. La première façon de travailler n’est qu’un rôle d’acteur, tandis que la deuxième façon demande de biner tout d’ abord la vigne, ensuite vous pouvez toujours compter les herbes. Or, vous venez me dire : « Notre vigne ne pousse pas. » Oui, elle ne pousse pas, car mes élèves n’ont pas biné la vigne. Je résous le problème de la façon suivante: vous avez une statistique – vous avez compté les bûches et les brins d’herbe, tandis que moi, je prendrai la pioche et je vais biner la vigne. Or, si vous l’avez déjà binée, c’est moi, qui vais compter les bûches. Il y a également des maîtres qui ne font que compter les bûches et les plantes de vigne. Si vous binez la vigne, tout sera égalisé. Ce sont des méthodes, des symboles pour le travail dans l’avenir. En vous disant tout ceci, c’est pour savoir comment élargir votre conscience, dans laquelle Christ n’a pas encore pénétrée. Le Christ travaille, il fait tous les efforts. Vous avez le grand désir, toutefois vous avez besoin de patience. On va vous mettre à l’épreuve en vous mettant sur la table d’opération. On ne donne pas d’anesthésie dans la Fraternité Blanche quand on te fait une opération, donc tu dois rester sans bouger, sinon le couteau va entrer encore plus en profondeur. A présent on fait de telles opérations à tout le monde. Ces opérations en vivant sont les meilleures, tandis que les opérations avec anesthésie sont les plus mauvaises. J’ai fait des opérations en vivant seulement dans certains cas et ce n’est que l’élève croyant, qui peut les subir. Si vous avez la conscience que cela se passe d’ après la loi de l’Amour, vous allez être prêt à tenir bon, dans le cas contraire il y aura des coups de pied, le couteau va s’enfoncer encore plus en profondeur, l’opération sera sans succès et ces gens restent petits de coté spirituel. Je n’irai pas plus loin, pour ne pas déconcentrer votre conscience et pour ne pas croire, qu’il n’ y a rien de bon en vous. L’essentiel n’est pas encore venu. Ce champ n’a pas encore mûri, vous n’avez pas encore rempli la grange avec du blé. Quand la grange sera pleine, la nouvelle direction de la Vie viendra. Avec cette conversation, je veux vous partager le travail. Et je veux donner du travail comme ouvriers à tous les mariés. Je donne encore le plus petit essai : vous allez travailler cinq minutes pour moi, pour Christ et pour l’Amour. Vous pourriez faire des merveilles pour cinq minutes. Je ne demande pas une heure, mais cinq minutes. Il y a-t-il quelqu’ un, qui ne soit pas d’ accord? Si quelqu’ un abuse de ces cinq minutes, il ne peut être nommé élève – s’il ne travaille pas cinq minutes pour Christ, son travail est fichu. Pas de débats, pas de philosophie, mais droit au travail! Tu vas oublier ta femme, tes enfants et tout pendant ces cinq minutes ! Tu vas travailler pour Christ en toute conscience, après tu peux philosopher et tu demanderas est-ce fini avec ce problème. Remarquez: cinq minutes! Cent jours par cinq minutes combien ça fait? Cet essai vous allez continuer de le faire pendant dix années. Un si petit essai, mais pour un an ça fait 30 heures et 25 minutes, pour dix ans – 304 heures ou bien 25 jours et 4 heures. Pour ces dix ans, vous allez consacrer en tant qu’ouvriers vingt-cinq jours pour Christ d’ après la loi de l’Amour. Chaque jour par cinq minutes ! Il n’existe pas d’autre philosophie pour le moyen d’ y arriver. Je n’expliquerai à personne. Depuis maintenant je vous donne deux semaines, pour réfléchir sur les cinq minutes ou sur les vingt-cinq jours pour Christ dans un délai de dix ans. Celui d’entre vous qui soit prêt de travailler, qu’il se mette au travail. Lorsque tu plonges dans ces cinq minutes, tu vas oublier que tu sois marié, que tu sois fonctionnaire ou autre chose, tu vas te ressentir comme un nouveau-né dans le Royaume de Dieu, pour faire la volonté Divine. Alors vous aurez compris mes paroles depuis le premier jour ou vous travaillerez pour Christ. Le deuxième essai est le suivant: je vais choisir un jour pendant lequel pour cinq minutes vous allez travailler pour Christ. Je vous le dirai et alors je ferai venir tous les ours sur votre chemin – sachez-le bien. Et si vous marchez avec courage, ils vont vous faire chemin et ils vont dire : « On peut travailler cinq minutes pour Christ » - même les ours comprennent cette loi. Moi aussi je marcherai devant. Soyez à l’attente de l’essai le plus important – cinq minutes pour Christ. Et nettoyez bien vos maisons ! Celui qui ne le fait pas… C’est ce qu’on m’a dit de vous dire, vous comprenez? Et si vous êtes fidèles, alors vous connaîtrez la Vérité et la Vérité va vous connaître. Je laisse la question sans solution, car les autres attendant dehors. Mariés, maintenant on veut vous marier ! C’est ça !... Puisque ce n’est pas fini, on va mettre des points de suspension. Vous allez pensez deux semaines par cinq minutes. Vous allez donner de la liberté à votre esprit, à votre coeur et à votre volonté. Je veux que vous soyez déjà libres dans vos pensées. L’essai viendra, c’est le commencement. Ces choses sont microscopiques, mais en y travaillant, elles vont en venir de plus grandes. On va commencer par les petites choses pour enfants. Et quand les enfants s’amusent, Dieu s’en réjouit. Par conséquent, on fera du plaisir à Dieu en nous voyant travailler en pleine conscience pour Lui sans contrainte. La Bonne prière. Si les jeunes s’intéressent à ce que je vous ai parlé, vous pouvez le leur dire dans deux semaines. Vous pouvez partager mes paroles aux jeunes dans deux semaines. le 2 juin 1922, Veliko Tarnovo (devant des frères et des sœurs mariés)
  16. Le Temoignage De L’esprit “Lorsque viendra le Consolateur que je vous enverrai d’auprès du Père, l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra lui-même témoignage de moi. » Jean 15 : 26 Une prière secrète : « Ame, rend grâce à Dieu. » Je vais vous lire le 15-ème chapitre de l’ Evangile de Jean. Je vous parlerai de la vigne. Cette vigne qui a trois contenus. Il y a des vignes, qui ne se sont pas développées – êtes-vous déjà aller voir une vigne sans feuilles ? Une autre fois, vous l’avez vue couverte de feuilles et enfin, vous avez vu une vigne qui a donné des fruits et elle a mûri. Chaque vigne ne donne pas de raisin. Je vais vous lire de la vigne, qui donne du raisin. Chantez le premier vers de « l’Amour » - chantez-la doucement. Je vous parlerai du 26-ème vers de ce chapitre : « Lorsque viendra le Consolateur que je vous enverrai d’auprès du Père, l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra lui-même témoignage de moi. » L’Esprit – c’est le plus sublime, le plus pur, le plus saint. Et par cette sainteté, l’Esprit apporte les conditions de la vie humaine Raisonnable. J’utilise le mot raisonnable, pourtant j’aurais pu utiliser un autre. Dans un large sens, lorsque l’homme porte en soi une vie Raisonnable, il vit comme musicien ou poète. Il est toujours gai, il porte la Paix dans son âme, le monde ne l’inquiète pas, rien ne peut le troubler. Un tel homme n’est pas mesquin, ne prête pas attention aux petites choses de la vie, mais prête surtout son attention sur la Grandeur, que Dieu a créée. Maintenant, admettons, que quelqu’ un a mis un hérisson dans votre jardin – quand vous voudriez le prendre, il va vous piquer. Que pensez-vous, est-ce Dieu qui a crée les épines de cet hérisson ? Non, c’est l’art de l’ hérisson lui-même. Vous pouvez vous demander pourquoi Dieu a mis des épines à cet hérisson. Il les a créées tout seul – les épines lui sont utiles, c’est sa façon de comprendre la Vie. Par conséquent, vous n’allez pas vous demander pourquoi il a des épines, mais si vous voulez comprendre la conduite de l’ hérisson, posez votre regard sur ses caractéristiques principales – de quoi il se nourrit, ou dort-il, comment il prend soin de ses petits, quelles sont les relations avec ses proches, etc. Le hérisson est un bon maître pour le serpent – quand il la croise, il l’attrape tout d’ abord par la queue, il cache sa tête, elle s’enroule autour de lui, tandis qu’il l’ avale petit à petit, pour que reste à la fin que la tête, qu’ il avale enfin. Et quand le serpent lui demande : « Pourquoi as-tu si peu d’amour pour moi ?, le hérisson lui répond : « Tu fais la même chose avec la grenouille, elle coasse et toi tu l’avales ! Ce que je fais, je l’ai appris de toi, et maintenant je fais mon premier essai, pour voir comment ça se passe. » Je demande maintenant : quand le serpent avale la grenouille, est-ce Dieu qui l’a appris à le faire ? Non, c’est son affaire à lui. Quand il soit question de la Vie, vous allez tout d’ abord observer toutes ces qualités existantes dans la vie humaine – ce qui a été crée par les hommes, pour aboutir au Divin. Et le Divin c’est l’Esprit. Et le Christ dit : « Je vous enverrai l’Esprit. » Tandis que les gens à présent vivent sans avoir l’Esprit. Et vous, vous demandez pourquoi les gens ne s’entendent pas comme des frères. Comment être frères ? Le hérisson vit sa vie de hérisson, le serpent vit sa vie de serpent, etc. et tous les animaux vivent leur vie comme ils la comprennent. Il leur manque l’Esprit et chacun a sa conduite particulière. Il fait sa vie selon sa compréhension. Comment vivre autrement ? Pour changer sa vie, il lui faut l’Esprit. S’il lui manque l’Esprit, il fera sa vie telle qu’il la comprenne. Et si vous voulez changer votre vie en principe, de vous faire une autre vie, il faut que l’Esprit se présente. Et quand Il se présentera, vous n’allez pas vous demander si l’Esprit que vous avez en vous est Divin ou pas. Il est Unique – le Grand Esprit, qui porte la Lumière, qui porte la Sagesse, la Vérité, qui contient tout. Il porte tous les biens depuis le commencement et il n’existe rien de semblable. Cet Esprit apporte tous les biens et Il les fait partager. Quand Il se présente, les gens deviennent plus intelligents, géniales et quand ils reçoivent des invités, ils sont plus gais, ils leurs offrent à manger – ils font tout avec Amour. Or, des que l’Esprit s’en va, ils disent : « Aujourd’ hui, je ne me sens pas bien, ne viens pas chez moi, reviens une autre fois ! » Pourquoi ? C’est l’Esprit qui apporte tous les biens, or Il n’est pas présent en ce moment. C’est bien naturel, quand je suis malade, je ne reçois pas des invités. Pourquoi ? Parce que je suis malade. Je n’ai pas besoin non plus de quelqu’ un qui puisse me rendre service. Après son discourt sur la vigne, Christ dit à ses disciples: “Vous allez porter en premier l’Esprit.” L’Esprit apparaît là ou il y a du raisin. A présent, je ne voudrais pas discuter sur la question avez-vous du raisin ou pas. Vous pouvez tous seuls vous poser cette question, mais vous ne pouvez pas la résoudre tous seuls – ce n’est que l’Esprit qui peut résoudre cette question. De même Christ, qui parle, tourne son attention sur les fruits. Dieu coupe ces vignes qui portent des fruits, qui sont à l’intérieur de l’âme. Ce qui importe pour Dieu ce sont les fruits, que vous donnez, non pas la forme extérieure – non pas la vigne même, mais ce qu’elle donne. Quand la mère accouche d’un enfant, qu’attend-elle de lui ? Elle attend quelque chose de raisonnable, car ce fruit vient de la bouche de cet enfant. Si elle accouche d’un enfant sourd, muet ou aveugle, que dit la mère dans ce cas ? Elle se dit : « Cet enfant ne devait pas naître, je n’est pas besoin d’un tel enfant ! Dieu me l’a donné pour me punir ! » Et lorsqu’ elle accouche d’un bel enfant d’un bon fruit, elle se tourne vers Dieu et dit : « Comme je suis reconnaissante à Dieu, de m’avoir donné un si bel enfant ! » C’est un bon fruit ! A présent, ceux, qui sont sur la route, vous devez savoir, que le fruit se cache dedans – le fruit de votre âme est dedans. « Lorsque – dit Christ – viendra l’Esprit, Il va vous apprendre » - c’est la première chose. Puis Il dit : « Lorsque viendra le Consolateur que je vous enverrai d’auprès du Père, l’ Esprit de Vérité qui procède du Père, il rendra lui-même témoignage de Moi. » Il rendra lui-même témoignage sur ce donnez-vous du raisin ou pas, est-ce que votre vigne se développe bien ou pas. Ainsi tous les efforts dans la vie d’une âme, dans la vie d’un homme doivent produire un certain fruit. Hors de ce fruit, l’homme ne peut jamais être content. Quelle est la chose qui vous réjouit ? Vous vous réjouissez d’une certaine vertu – la vertu, qui vit en vous, inspirée par l’Esprit, c’est elle qui vous réjouit. Et Christ qui présente l’Amour et la Sagesse Divine, dit : « L’Esprit, que je vous enverrai, va lui-même rendre témoignage. » A un autre endroit il dit : « Il va vous apprendre, vous rappeler » - que va vous rappeler l’Esprit ? L’Esprit va vous rappeler tous ces fruits, que vous devez porter dans votre âme. Car, lorsqu’ arrive l’heure de la vendange, que font les hommes ? Ils s’arrêtent devant les vignes qui donnent du raisin, et là ou il n’ y en pas, ils passent en les dépassant. Et l’Esprit qui viendra, va toujours s’arrêter devant l’âme qui porte ce raisin. Il y a trois sortes de vignes : les premières, qui ne se sont pas développées, mais qui promettent quelque chose; les deuxièmes qui se sont développées et ont beaucoup de feuilles – c’est la deuxième phase; et les troisièmes, qui donnent des fruits qui attendent de mûrir – et chacun en les voyant s’exclame : « Cette vigne donnera des fruits », et tous attendent qu’elle mûrisse, pour goûter le raisin. Et je peux vous dire toutes les raisons, pour lesquelles vous tenez à avoir des amis – pour goûter leur fruit délicieux, pour cette raison. Pourquoi voulez-vous avoir des amis, des amies ? Les raisons principales sont, que chaque personne veut goûter le fruit de l’Esprit. A présent, pour que cette vigne puisse bien se développer, pour que l’Esprit puisse travailler correctement en vous, les vignes doivent avoir assez de terre. Autrement dit, trois choses sont nécessaires à la Vie : premièrement, de la terre; deuxièmement, des graines; troisièmement, celui, qui va planter la graine. Si on a la terre et on manque de graine, rien ne se produira; si on a la vigne et nous manquons de terre, il ne se produira rien non plus; si on a la terre et la graine, mais nous n’avons pas le vigneron, pour récolter la graine, ce n’est pas possible non plus. Donc ces trois éléments – terre, graine et vigneron, pour récolter – sont nécessaires, seulement dans ce cas la vigne peut donner des fruits. Maintenant je vais faire une comparaison : la terre c’est vous, d’ après les paroles de Christ; la vigne c’est l’ Ecriture, qui est en vous et le vigneron c’est l’Esprit, qui récolte – l’ Esprit Divin. Toute haute idée, tout haut désir, qui travaillent en vous, qui fleurissent et réjouissent votre âme, sont soutenus par cet Esprit Divin. Pour que cet Esprit Divin à présent puisse venir habiter en vous, il faut préparer des conditions spéciales. Je vais faire une comparaison : si vous construisez une maison et vous attendez un de vos amis ou un locataire pour venir y vivre, en premier il viendra voir votre maison, ensuite il va choisir les chambres, qui sont hygiéniques, qui ont de grandes fenêtres tournées vers l’est ou le sud et c’est alors qu’il dit : « Vos chambres sont parfaites, je viendrai vivre chez vous. » De la même façon, l’ Esprit Divin en venant vivre chez l’homme, il regarde les chambres, dont vous disposez – la même loi fonctionne ici. Dans tout le chapitre 15, le Christ montre les conditions nécessaires, pour l’arrivée de l’Esprit. Une des conditions est l’Amour. Maintenant vous allez dire : « Cet Amour, il ne fait que parler d’Amour ! » A présent je discute l’Amour dans sa troisième phase – je ne parle pas de l’amour comme étant une vigne non développée, de l’amour comme étant une vigne ayant que des feuilles, mais je parle uniquement de l’Amour comme étant une vigne avec beaucoup de raisins. Il se peut que vous ayez l’amour de la vigne non développée, mais l’Amour le plus important – l’Amour de la troisième phase – est celui, qui a de belles feuilles et de raisin mûri. Cette vigne et son fruit parfait, montrent quelle soit sa qualité intérieure. C’ est pourquoi le Christ dit : « Vous allez les reconnaître par leur fruit. » Ainsi Dieu veut vous connaître par le fruit que vous donnez, il veut le goûter. Vous vous cachez, mais Il travaille, pour vous pousser à ce que vous donniez quelque chose, pour vous forcer à vous réaliser. Vous ne voulez pas vous réaliser et vous dites : « Le temps n’est pas encore venu. » Non, non le temps est venu pour montrer quelle est la réalité de l’homme. Mais il se peut que vous vous disiez : « Et si le fruit que je donne, n’est pas celui qu’il faut donner ? » Il faut tout faire paraître au grand jour – aussi tôt possible que ce sera, tant mieux pour vous, puisque vous pourriez vous connaître mieux. Or, à présent, vous avez une opinion plus grande ou moins grande sur soi. Quel est le meilleur raisin en Bulgarie ? Les Turcs l’appellent muscat, mais il y a encore un blanc comme de l’ambre, qu’on appelle tchaouche. Il est indispensable maintenant de percevoir l’Esprit. Sans cet Esprit Divin, sans ces biens, votre Vie sera pour toujours non réalisée. Et quand je vous parle d’Amour, que vous devez vous libérer, je comprends l’Amour, qui provient de l’ Esprit Divin et non pas l’amour ordinaire, qui vient des hommes. Il y a un amour, qui provient que des hommes – c’ est comme de la paille brûlée et ne vit qu’un jour et demi. Il est tellement intensif, que celui, qui l’éprouve, dit : « Je ne peux pas vivre sans toi », or dans un jour et demi, il en prend conscience et il dit : « Je n’est pas besoin de toi, ça ne vaut pas la peine. » J’aperçois les gens d’aujourd’hui pleurer pour cet amour perdu. On peut observer cet amour aussi chez les chrétiens – ils s’enflamment et disent : « Moi, pour Dieu, je suis prêt à tout faire », mais quand on arrive au sacrifice, ils disent : « C’est chose vaine d’être si parfait et si appliqué, il faut être un peu plus réservé. » L’ Ecriture dit : « Puisque vous avez perdu votre premier Amour ». Ceci est le premier Amour, qui unit tous les êtres – il les réchauffe comme de la poêle, que vous devez toujours fournir et lui assurer du bois. Savez-vous comment l’entretenir ? Une amie vient chez vous, vous avez un peu perdu confiance en elle, mais elle vous dit : « Comme tu es belle, comme je t’aime, je veux t’embrasser ! » - et vous voila animée, et bien installée. Mais des son repart, après un temps passé, vous vous dites : « Je me trompe – est-ce qu’elle m’aime ou elle me haie ? » Au troisième jour, votre amie revient encore et elle vous dit « chère », le lendemain encore « chère », jusqu’ au jour, ou de votre maison disparaît quelque chose et vous fermez la porte en disant : « Cette chère, je n’en veut plus entendre ! » Or, cet Amour, dont je vous parle, cet Esprit, qui arrive, Il apporte à chaque fois. Il ne vous dira pas de belles paroles, mais il vous amènera certain beau livre ou bien une pomme, ou une poire et il vous dira : « Mange un peu, pour comprendre la bonté de Dieu, ensuite vous allez goûter de ma grâce ! » Or, que représente pour le moment l’amour ? Le père vient et dit : « Sais-tu ce que je t’ai apporté – une jolie poupée ! » Mais la poupée on ne peut ni la manger, ni boire et dans quatre ou cinq jours, la fille finit par la casser. On nous trompe avec de telles poupées – c’est ainsi ou comme cela, on nous promet le Royaume de Dieu, et vous vous demandez quelle soit la vérité. Or, quand l’Esprit viendra, vous allez avoir une vraie expérience positive et vous allez tout mettre à l’épreuve, pour comprendre le sens de la Vie. C’est ce que représente l’Esprit. Lorsque l’Esprit viendra, il fera témoignage et vous seriez courageux, décidés, vous pourriez vous entendre avec tout le monde. Parce que ce sera l’Esprit qui parlera en vous et pas vous-mêmes. Comment va-t-il parler ? Votre âme sera remplie de cet Amour Divin et lorsque les mots sortiront par votre bouche, ils vont ouvrir les portes partout. Ainsi, ceux, qui veulent vous frapper, vont moins vous frapper, après quoi ils vont eux-mêmes se tourner vers le Seigneur et vont commencer à lui rendre gloire. Ainsi les gens sont redoutables ! Personne ne peut rester sans punition. Eux aussi ils vont venir servir Dieu, comme vous le faites. Il est indispensable de présenter et de préparer vos cœurs pour l’Esprit. Tandis qu’à présent vous n’avez que des esprits, moi, je les vois – vous avez beaucoup d’esprits, que j’appelle de petites âmes. Ce sont de petites âmes et de petits esprits qui tournent autour de vous. Mais quand le Grand Esprit viendra, toutes ces petites âmes et petits esprits vont servir que cet Esprit Unique. Or, à présent vous n’ écoutez que de choses mauvaises – parfois ce sont ces petites âmes, qui vous disent que vous êtes stupides, que vous ne marchez pas sur la bonne voie, elles vous disent : « Amuse-toi, fais ta vie, tu dois vivre, tu es jeune, ne désespère pas. » Mais ceci n’est pas la doctrine de l’Esprit, l’ Esprit Divin ne te laisse jamais désespérer – ce ne sont que ces petits esprits, qui te laissent désespérer. Lorsque viendra l’ Esprit Divin, Il ramène de la Lumière, de la Paix, il sème le Savoir, il apporte de la santé, du bonheur, de la béatitude – c’est ce qu’apporte le Grand Esprit, quand il viendra. Et quand le Christ dit : « Je vous enverrai cet Esprit. » Quand ? – « Si mes paroles vivent en vous et vous, vous vivez en Moi, et si vous avez l’Amour de mon Père, alors Je vous enverrai l’Esprit. Si vous avez Mon Amour, que J’ai pour vous, comme moi je la montre envers vous, montrez-la aux autres. » Vers qui ? Le Christ ne dit pas d’aimer n’ importe qui au hasard. Peux-tu aimer une pierre ? Que nous soyons clairs : tu peux aimer qu’un seul être raisonnable – celui, qui a une raison et porte la Vie consciente. Lui, tu peux l’aimer, les autres choses – non. L’amour demande deux êtres conscientes – on ne peut aimer une pierre ou un ours. Je prends ces exemples dans leur première phase… Par conséquent dans l’Amour je comprends le raisonnable – s’il soit présent, il y aura de l’Amour. Le Christ dit : « Comme Moi, je vous aime, aimez-vous de la même façon ! » Il aime ce qui est raisonnable dans le monde. A présent, vous n’allez pas vous demander est-ce que viendra cet Esprit sur vous ou pas. Si vous croyez le Christ, Il viendra en vous. Le Christ dit : « Je vous enverrai l’Esprit, si vous avez la foi. » Quelle foi ? Les hommes ont deux notions sur Christ : les uns pensent, que Christ vient de venir de Dieu au temps présent, tandis que d’autres croient, qu’Il a été avant tous les temps de la Lumière et par conséquent tout dans le monde est parvenu de Lui, ainsi que tous les hommes. Donc Il est la Voie la plus connue aux hommes. Le Premier que vous avez connu dans le monde, après être sortis, c’est Lui. C’est Lui, qui vous a envoyé dans ce monde et c’est Lui, qui vous sauve. Donc c’est le Christ, qui est le Premier et pour cela, Il dit : « Je suis l’Alpha et l’ Omega, le commencement et la fin. » Vous dites : « Comment reconnaître le Christ ? » Vous Le connaissez. Ne vous posez pas sur cette question – vous Le connaissez ! Si vous ne Le connaissez pas, vous avez à donner, or si vous Le connaissez, vous avez à prendre. N’est-il pas vrai, que l’homme qui doit prendre de vous, vous ne le connaissez pas, or de celui, que vous avez à prendre, vous le connaissez très bien – vous le connaissez, car il a à vous donner. Pourquoi connaissez-vous votre mari ? Parce qu’il a à vous donner. Pourquoi le mari connaît sa femme ? Parce qu’elle a à lui donner. Donc dans ce sens nous avons la connaissance et l’amour. Quand je dis : « J’aime quelqu’ un », cela veut dire, que j’ai à prendre de lui. Et si le Christ nous aime, cela veut dire, qu’il a à prendre de nous. Donc, Il nous connaît et sans le nier, il dit : « J’ai déposé du capital et je ne vous laisserai pas le manger – Je vous connais et je vous surveille ! » Tu dis ne pas Le connaître, or Il dit : « Tu ne me connais pas, mais Moi, je te connais ». Et par conséquent, s’Il vous connaît, Il va vous envoyer l’Esprit. Puisque les gens se sont égarés sur le chemin, Il va envoyer l’Esprit pour qu’il rende témoignage de Lui. Vous devez accomplir Sa loi en Le connaissant, vous devez trouver le sens et la résolution de toutes les questions, qui vous intéressent étant mariées. En premier, vous vous intéressez aux questions familiales. La première question de la femme est celle de la famille – quel sera son mari, ses enfants, ensuite viennent les autres questions, les conceptions et les opinions secondaires. La femme est la reine, le mari est celui, duquel elle a à prendre et les enfants sont ceux, qui servent. La femme a de grandes prétentions, elle aime les enfants, toutefois elle veut que son mari soit le premier ministre et ses enfants les premiers sujets – elle dit : « Mon royaume. » Telle est mon observation, c’est la grande vérité. L’homme en prend conscience et il lutte pendant huit millions d’années de faire capituler la domination de la femme. Il la frappe, or elle dit : « Même en me battant, je reste la reine ! » Quoique les enfants ne la connaissent pas, elle dit : « Vous devez savoir que vous êtes mes citoyens et vous devez le reconnaître ! » Or, moi je vous dis, que ces enfants sont l’élan de l’âme humaine. La femme a raison de dire être une reine. Sa conception d’être reine, je l’approuve, mais ce qui ne me plais pas est, qu’elle n’admet pas son mari être un roi et ses enfants être de petits rois. Si elle l’admet, d’un point de vue politique il y aura un conflit. Cependant, l’ Ecriture résout cette question et dit : « Vous serez des rois et des filles pour votre Dieu Vivant. » L’ Ecriture n’admet pas la femme, elle ne dit pas : « Vous serez des reines. » Parce que la femme est devenu reine en premier, c’est l’homme à présent qui est nommé roi, car son autorité est entamée – non pas l’autorité de l’homme présent, mais celui qui est Divin. Je demanderais aux femmes contemporaines : avez-vous déjà rencontrer votre mari quelque part, quels sont ses traits, de quoi se diffère-t-il ? Vous dites, que cette question n’est pas la plus importante. C’ est pourquoi, le monde se demande comment résoudre le problème principal. La femme reconnaît difficilement, car elle considère l’homme comme quelque chose de secondaire, elle ne reconnaît que ses enfants. Une fois qu’elle ait des enfants, elle met son mari à la queue, ce qui le choque le plus et il sort hors de lui. Savez-vous pourquoi je vous parle de la façon ? Vous allez croire que j’ai l’intention de vous attaquer. Cette contradiction chez la femme provient d’une autre influence, qui la rend la créature la plus malheureuse. Pourquoi ? Parce qu’elle dit être une reine, sans qu’il y ait quelqu’ un qui puisse l’approuver. Elle l’admet, les autres nient. L’homme dit : « Tu es servante, rien de plus – tu feras la cuisine ! » La mère dit à ses enfants : « Vous êtes mes sujets ! », et eux, ils se révoltent : « Des sujets – c’est toi la servante, ce n’est pas comme tu crois ! » Donc, dans la famille même il y a du conflit intérieur. Non seulement dehors, mais dans l’âme il y a du conflit. Moi, je vais encore plus en profondeur, et je dis que vous êtes en deux à l’intérieur de vous, il y a une grande lutte en vous. Parfois tu es satisfait de toi-même, parfois – non. Pourquoi tu n’es pas content de soi, quelles sont les raisons ? Il existe un grand conflit intérieur et c’est une des causes, pour lesquelles la femme est l’être le plus malheureux sur terre. C’ est pourquoi neuf sur dix de sa vie ce ne sont que des lamentations : elle se cache dans sa chambre, elle pleurt, elle pleurt, elle pleurt et puis elle essuie ses larmes et sort; le lendemain – la même chose, au troisième jour elle pleurt encore et dit : « je croyais une chose et il s’est passée autre chose ! » Pourquoi ? Parce que l’Esprit n’est pas encore venu, il manque l’Esprit, il manque l’Esprit ! Lorsque cet Esprit viendra, Il va tout rétablir. Paul dit aussi : « Je vous ai donné comme fiancé un homme ». Qui ? Le Christ. Par conséquent, tant que vous ne reconnaissez pas cet Homme, qui est la tête de l’humanité et qui a pour tête Dieu, vous vous lamenterez toujours. Quand vous l’aurez reconnu, le Christ enverra l’Esprit et cet Esprit rendra témoignage de Lui. C’est la question fondamentale : le Christ doit venir parmi vous, cet Homme doit être à l’intérieur de vous ! Et cette lutte qui existe maintenant, il faudra en finir une fois pour toute, lorsque viendra l’Esprit et vous le reconnaissiez. Qui est la tête de votre Vie ? C’est l’Esprit qui est la tête de la Vie. Et lorsqu’ Il viendra, vous allez vous libérer de vos discordes présentes. Alors viendra le nouvel savoir, la nouvelle compréhension de la Nature, vous allez entrer en liaison avec les nouvelles lois, qu’on impose à présent. Christ dit dans ce chapitre : « Tout ce que vous demandez en mon nom, vous sera donné ». Parfois vous n’êtes pas tranquilles. Pourquoi ? Quand le Christ a donné sa signature tout se passe bien, mais sans Sa signature rien ne va bien. Ainsi, l’Esprit est celui, qui rend toutes ces souffrances. Les souffrances montrent, que vous ne vous êtes pas encore réconciliées tout à fait. Tant que vous souffrez, vous ne connaisserez pas encore votre Mari. Ne comprenez pas la connaissance de l’homme de la façon, que vous connaissez. J’utilise le mot connaître dans le sens suivant : lorsque tu sors un jour dans la foret au mois de mai, quand tu ressens les rayons de Soleil sur soi et tu entends le chant des oiseaux, c’est de la connaissance – ça te rend une grande joie, tu es émerveillée. Il y a une connaissance opposée à celle-ci, qui limite : lorsque tu reconnais ton débiteur, tu le limites, quand tu retrouves ton bœuf et tu le reconnais, tu lui mets le licou, tu prends l’aiguillon, tu le fais avancer. Pourquoi le Christ est-il parti au Ciel ? Il sait qu’on va Lui mettre le licou – dans la fausse situation dont nous nous trouvons, nous allons Le crucifier chaque jour. C’ est pourquoi Il s’est élevé si haut et il attend. Il a envoyé son Esprit jusqu’ à ce que les hommes prennent conscience. Votre raison et votre cœur doivent être prêts, ils doivent avoir la conscience de faire la Volonté du Christ ! Ceci est une compréhension intérieure profonde. C’ est pourquoi on exige en premier de vous unir. Lorsque le Christ viendra, toutes les femmes doivent devenir Une Femme – vous n’allez pas être beaucoup de femmes, mais Une Seule. Maintenant chaqu’ une de vous demandera : « Que va-t-on devenir ? » Les femmes ne se connaissent pas encore. C’ est pourquoi, la première règle est la connaissance des femmes elles-mêmes. Dites-moi qui est-ce qui diffère une femme d’une autre ? Si je compare deux femmes, elles ont les mêmes désirs – toutes deux veulent se marier; toutes deux veulent avoir à manger, bien s’habiller. Tous leurs élans sont les mêmes, il n’ y a rien de différent, rien d’extraordinaire – dans toutes les maisons on voit la même vie. Pourquoi les femmes ne se donnent pas la main ! Elles pourront de cette façon soulever leur esprit. Si toutes les femmes s’unissent, elles pourront facilement s’élever. Tandis qu’à présent on voit chaque femme de dire : « Je serrai la première ! » Ce coté faible en vous, ressemble à cette histoire que j’ai déjà évoquée : un prince allemand va visiter le Danemark ou La Hollande. On devait le recevoir dans un théâtre, pour la cause on avait choisi douze des plus belles femmes. Parmi ces douze femmes, on devait choisir une pour lui offrir un bouquet de fleurs. Il a été décidé de voter et dans une boite on a trouvé douze noms différents écrits sur une feuille – chaqu’ une d’elles avait voté pour soi. De même vous votez pour vous-mêmes dans la boite du Christ et il n’ y a personne pour offrir le bouquet – en ouvrant la boite, on y trouve tellement de noms que sont toutes les femmes. Tout homme est premier, mais dans l’accomplissement de la Volonté de Dieu, le premier n’est que le Seigneur. Il est au commencement, nous ne pouvons être premiers. Celui, qui crée les choses, il est le Premier. Lorsque viendra cet Esprit, Il mettra en vous cette compréhension profonde dans vos âmes. On demande de l’oubli de soi-même. Vous dites parfois : « J’ai tellement servi cet homme ! » Mais vous n’avez pas encore servi l’Homme. Paul dit : « Je vous ai fiancé à un homme. » Moi, j’allais me réjouir, si vous avez servi, car dans ce cas, vous n’alliez pas vieillir, vos cheveux ne changeront pas de couleur. Lorsque cet homme viendra, il ne faut pas vous déchaîner. C’ est pourquoi nous avons admis aujourd’hui, qu’un homme soit sage – pour ne pas que les femmes font quelque conspiration. Ainsi lorsque l’Esprit viendra, si vous approuviez l’autorité du Christ, toutes les autres questions, offenses et doutes seront résolus cardinalement. Telle est la question principale, qui va résoudre toutes les autres questions. Cette question doit être une question d’amour, qui par la force de l’Amour et de la Sagesse Divine pourra être résolue. Et cet Amour doit être si fort, comme un courant puissant qui peut détruire tout autour, qu’il n’ y ait rien qui puisse vous s’ y opposer. Quand votre mari qui est sur la terre vous engueule, vous allez dire : « Nous attendons le Christ ! » Ce mari, qui est le votre prépare le chemin pour l’Autre. A vous je dis, qu’il existe Un seul Homme, tandis qu’aux hommes, je dirai qu’au monde il n’ y ait qu’Une seule Femme. Lorsque je parlerai aux hommes, vous allez envoyer une déléguée. De cette façon, je soulève leur autorité, vous comprenez ? Et alors je leur dirai, qu’il existe Une seule Femme et que tous les hommes doivent s’unir, car il n’ y a qu’Une seule Femme. Lorsque cet Esprit arrivera, Il apportera ce dont vous avez besoin. J’ai parlé plusieurs fois et je ne voudrais pas que ma conférence reste sans conséquences. Vous avez-vous demandé quelle sorte de femmes vous êtes ? Si je vous donnais un thème « Quelle sorte de femmes êtes-vous, qu’ est-ce qui vous diffère ? », comment alliez-vous vous décrire ? Dans le monde pour décrire quelqu’ un, tu dois beaucoup l’aimer ou bien beaucoup le détester, et normalement tu décris tous ses traits négatifs. Maintenant vous détestez ces hommes sur la Terre, je le sais et la femme dit à son mari : « Ne le crois pas, ne crois pas tout ce qu’il dit ! » Vous avez raison, car dans l’histoire de la culture humaine, les hommes ont vendu beaucoup de femmes et ils ont cassé beaucoup de pieds. Maintenant si je vous dis : « Je vous ai fiancé à un homme », comment allez-vous Le décrire ? Le fait, que vous vivez avec vos maris, est dû à cet Homme, qui est là-haut. Il vous les envoie chaque jour et il leur dit : « Malgré qu’elles sont telles, donnez-leur ! » Il ne voit pas vos péchés et il dit : « Vivez bien, soyez heureux sur Terre ! » Mais êtes-vous heureuses ? Vous ne l’êtes pas. Non seulement que vous n’êtes pas heureuses, mais vos maris sont malheureux également, ce qu’ils décrivent dans des livres. A présent ce qui se passe en dehors de la société, la même chose se passe aussi dans la famille, la même chose se passe aussi dans l’âme. Vous perdez parfois cet appui, cette autorité, cette conscience dans l’âme, vous perdez tout amour et alors vous désespérez et vous dites : « C’est perdu ! » Vous perdez toute notion de cette grandeur de l’âme, vous renoncez à Dieu et vous restez dans le monde que pour manger et boire. Et maintenant si en tant que femmes vous continuez de chercher des hommes, il y aura des larmes, des larmes, des larmes. Or, si vous cherchez l’ Homme Unique, lorsqu’ Il arrivera dans le monde, vous allez dire à tous ces hommes : « Partez ! » Lorsque la Femme est tombée en bas, l’Homme est resté en haut dans le Ciel, et lorsque l’Homme est tombé, la Femme est restée en haut. Ainsi donc, les vrais hommes et les vraies femmes sont en haut, tandis que ceux, qui ont quitté le Ciel et sont venus trouver leur bonheur ici sur Terre, ils sont les héros du jour. A présent, il faut que l’Esprit de la Vérité vienne – grâce à lui on pourra être sauvés. Je ne vous force pas de vous disputer avec votre mari en rentrant à la maison. Il n’ y pas de quoi lui en vouloir. Vous allez le chercher avec une bougie, vous allez le chercher pour le trouver. Avez-vous lu la Cantique des Cantiques ? La plupart l’ont lue et disent : « C’est une vie immense ! » Vous allez consentir le sens profond, le sens intérieur – non pas de façon humaine, mais de façon Divine. Et pourquoi moi, je ne vous révèle pas de secrets, où est votre mari ? Lorsque vous viendrez auprès de moi, je vous dirai : « Que vienne votre mari avec vous aussi ! » Or, vous venez que des femmes, sans vos maris. Comment ça se peut, femme sans homme ? L’ Ecriture dit : « La femme ne peut pas sans homme et l’homme ne peut pas sans femme. » Ils sont tous les deux en Christ. La femme veut faire l’Amour avec son mari. Vous devez être ton mari, toi et encore un troisième. L’Amour soit possible qu’entre trois personnes, le saviez-vous ? Vous allez venir votre mari et vous auprès de moi et alors on pourra s’aimer – tel est le sens des choses dans l’ Ecriture. L’amour entre deux personnes, nous la connaissons. Ainsi, ne vous trompez pas de chercher l’amour entre deux personnes, cherchez-la entre trois personnes. Ainsi dit Christ : « Lorsque vous êtes avec Moi et le Père vient, alors Je vais me présenter à vous. » Lorsque je vous parle d’Amour, elles sont utiles trois personnes pour vous aimer. Je n’ai pas vu deux femmes qui peuvent faire l’amour. Si vous pouvez trouver ici en Bulgarie deux femmes, qui s’aiment, moi, je voudrais les voir et avoir leur photo. Ce n’est pas que ce soit impossible ici sur Terre, mais la femme doit avoir son mari et un troisième qui va venir. Alors Dieu se présentera et ce que vous cherchez viendra. Ce n’est qu’alors que viendront l’Esprit et le Christ. On demande trois personnes pour l’arrivée du Christ. Je veux que vous vous libériez de vos illusions : vous voulez être élèves, or vous cherchez le bonheur là ou il n’existe pas. Si vous cherchez le bonheur, moi, je vous dis où il est – auprès de votre mari. Mais lui, il va te mettre le licou sur la tête, il va te faire monter dans le chariot, il va te faire conduire avec l’aiguillon et il te dira : « Allez au champ pour le labour ! » Votre mari est aussi chargé – on parle de l’homme faux sur la Terre. Et le nom de l’autre Homme, je ne veux pas le dire. Ces hommes sur la Terre ne sont que ses représentants, ses serviteurs et ce qu’Il leur ordonne sur la Terre, ils le font. Savez-vous qui Il est maintenant ? Vous Le connaissez à présent! Vient une jeune fille et dit : « Je l’ai trouvé ! » - « Oui – je lui réponds – tu ne l’as pas encore trouvé. » Lorsque tu trouveras celui, duquel Paul dit : « Je vous ai fiancé avec un homme », ce sera pour toi le plus grand jour de ta Vie. Ce sera pour la femme une Résurrection, c’ est pourquoi Christ dit : « Quand elles auront ce jour, cette compréhension, elles ne se marieront plus, ni chercheront de mari. » Lorsque je parlerai aux hommes, je leur dirai qu’il existe qu’Une seule Femme. Ne vous faites pas d’illusions – il y a Un seul Homme, comprenez-le ! Vous allez le chercher ! Vous allez vous ressentir être une seule âme, ainsi vous pourrez résoudre le problème avec votre souffrance. Le problème c’est de trouver le Christ. Non pas le Christ historique, non pas ce Christ que tout le monde croit, mais ce Christ, qui dit : « Je suis l’Alpha et l’ Omega, le commencement et la fin », Celui, qui vous a envoyé ici, qui a envoyé Sa grâce, qui vous a soutenu dans toutes vos venues et voyages dans ce monde et vous a conduit dans la Voie de la Vérité. Il a été toujours bon, il n’a jamais été maussade, il reste toujours délicat et dit : « Il viendra l’heure de la grande solution. » A présent l’ Esprit Divin vient pour les femmes, pour les réveiller, afin qu’elles se mettent à chercher cet Homme Unique. Or, maintenant puisqu’ il y a beaucoup d’hommes, il y a également des scandales – une femme demande : « Pourquoi l’as-tu pris ?! », et l’autre qui réplique : « Qu’ as- tu fais de lui ?! » Elles ne discutent que des hommes. Je dis : vous n’avez pas encore de maris. Votre Mari, le vrai Mari personne ne peut vous le reprendre, Il est là-haut dans le Ciel. Il sera votre bien-aimé – Il ne se nomme pas mari, mais le bien-aimé de l’âme. On dit aussi de la femme qu’elle n’est pas celle, qui a commis de péchés, mais celle qui est la bien-aimée. Ainsi donc, vous allez chercher le bien-aimé de votre âme ! Et lorsque vous Le trouverez, votre âme sera satisfaite, heureuse. L’ Ecriture dit encore : « Pendant ces jours je vais effacer tous vos péchés. » Lorsque vous trouverez votre Mari, tous vos péchés seront effacés et on ne s’en souviendra plus. Le plus grand problème est de trouver le Bien-aimé de votre âme, pour lequel votre âme ne cesse de rêver. Vous versez tellement de larmes pour Lui et vous dites : « Pourquoi sommes-nous restées, n’ y a-t-il pas une issue ? » Du jour ou le Bien-aimé va venir, l’ Ecriture dit : « Je vais essuyer vos larmes, je vais enlever vos chaînes. » Il n’ y aura alors plus de larmes, plus de chaînes – il va soigner vos cœurs, il n’ y aura plus de blessures, là il y aura de la lumière, il n’ y aura plus de ténèbres. Il soulèvera alors votre âme et la femme sera enfin reine. Ainsi vous mettrez cette idée en soi et vous allez prier vivement d’avoir en premier cet Esprit et cette lumière. Cependant vous allez attacher l’homme noir et vous allez lui dire : « Nous ne voulons plus être servantes ! » Toute femme doit dire : « Je ne peux plus être servante ! », vous comprenez ? Si vous dites en vous profondément, que vous ne pouvez plus être servantes, vous allez résoudre le problème et l’Esprit vous apportera l’Amour. Il viendra le vrai Homme et alors vous allez vivre une époque nouvelle. Alors viendra également la Nouvelle Femme. Moi, je voudrais que vous formiez au moins le petit doigt de cette Nouvelle Femme. Cette loi est grande. Il ne faut que refuser cet esclavage extérieur, ce tourment et de savoir quel en est le sens. Par conséquent, lorsque vous trouverez votre Bien-aimée, tout le reste, qui détruit votre Vie, va disparaître. Telle est la résolution de cette question et alors on peut parler sur l’éducation et l’Amour. Si moi, je vous parle d’amour, de baisers, mes paroles seront comprises dans un tout autre sens. Vous n’avez pas encore reçu de tels baisers. Il faut que cet Homme vienne vous embrasser, celui, qui est pur et qui a formé votre début. Ce que vous connaissez jusqu’ à présent comme baiser de votre mari, n’est pas un baiser. Nous allons l’attendre, il y a encore longtemps pour que ce baiser arrive. Lorsqu’ on reçoit ce baiser, on ne reste plus sur Terre, on repart dans son Pays et on quitte ce monde. Les choses qui vous empêchent maintenant, on va les quitter et on sera libre par la forme qu’on va avoir. Donc, l’âme est quelque chose à l’intérieur. L’homme ne peut être mauvais de l’extérieur, car son être est à l’intérieur. Le péché n’est pas quelque chose d’extérieur – le péché est quelque chose d’intérieur, à l’intérieur de l’âme. Ainsi, « Lorsque viendra l’ Esprit de Vérité, Il rendra lui-même témoignage de Moi et vous rendrez témoignage vous-mêmes. » Et moi, je veux que vous tous rendiez témoignage. Pouvez-vous rendre témoignage ? Réplique : Nous pouvons. Nous pouvons !... Ne confondez pas votre âme avec votre corps, car maintenant vous avez un corps, ensuite – un autre. Mais il y a quelque chose de plus fondamental qui vous diffère – c’est l’âme, non pas le corps. Et quand vous vous rencontrez, il faut tout d’abord vous ressentir être des âmes. La puissance de l’Amour consiste dans l’opposition – si vous pouvez subir une opposition, vous avez de l’Amour. Cet Amour vient de l’Esprit, c’est l’Amour de votre âme. L’Amour doit commencer – entre Dieu et votre âme et non pas de dehors. Vous mentionnez plusieurs fois l’Amour, vous vous embrassez, toutefois vous continuez de parler de soi; vous vous régalez, or les choses vont mal. Paul dit : « En premier ce qui est visible. » C’est ce qui est visible. Certains peuvent interprétez cette expression de cette façon : en premier, cette vie. Moi, je dis : le visible - c’est Dieu, et ce qui est invisible – ce sont les gens. Le visible est ce que Dieu soit pour moi – on commencera par cette notion. La Vie est à l’intérieur. Au temps de Paul, ces paroles ont été justes. Lorsque nous sommes descendus d’en haut, le visible a été en bas, or maintenant nous faisons le chemin envers et nous regardons en haut. On doit présenter l’Amour pour Dieu en premier et ensuite nous allons le présenter du dehors. Si je manque d’Amour pour Dieu, il est impossible que cet Amour se présente envers vous. Dieu, mon âme et mon proche – ce sont trois personnes et ce n’est que là que l’Amour peut se présenter. Ils forment la Sainte Trinité – Dieu en trois faces. Elles présentent l’ Amour Divin. L’Esprit est la première présentation de Dieu. Dieu, l’Esprit et l’Amour forment une trinité, tandis que nous tous ensemble nous formons avec eux un groupe de quatre – la Vertu sur Terre. La première règle est de commencer avec l’Amour. Les femmes doivent chercher leur bien-aimé ! Vous allez dire : « Que faire avec nos maris ? » L’ Ecriture dit : « Quand vous serez mortes, vous allez vous libérer d’eux. » La femme est liée à l’homme tant qu’il est vivant, mais quand il sera mort, elle devient libre. Donc, si elle revient dans le monde, il n’a pas le droit de la reprendre – ce n’est pas ma doctrine, c’est Paul qui le dit. D’ après la loi de la morale, si quelqu’ un doit de l’argent, or il meurt, puis il revient dans le monde, il doit payer – telle est la loi de la morale. Aux hommes de nos jours, vous direz : « Nous irons trouver notre Mari et vous irez trouver votre Femme ! » Et encore : « Nous deux, nous n’avons pas eu de chance, c’est pourquoi, tu iras trouver ta Femme, moi, j’irai trouver mon Mari ! » - ainsi la question sera résolue cardinalement. Que doit faire l’homme ? Il doit aller auprès de sa Femme. Ainsi vous allez trouver la solution, vous allez réaliser ce grand problème. Lorsque l’Esprit viendra, nous devons accomplir la Volonté de ce Dieu, qui nous a envoyé sur Terre, car nous allons retourner à Lui. Il n’ y a pas d’autre voie – que nous restons longtemps sur Terre ou pas, un jour il faudra retourner là, où nous avons été. Le Christ dit : « Lorsque viendra le Consolateur, que Je vous enverrai d’auprès du Père, l’Esprit de Vérité, qui procède du Père, il rendra lui-même témoignage de Moi. » Il rendra lui-même témoignage de cette Grande Vérité, qui apporte l’Amour, qui apporte la Liberté aux femmes. Il faut tout d’abord libérer la femme ! Vous devez tout d’abord vous libérer et lorsque vous trouverez le Christ, votre problème sera réglé et vous serez libres. Certaines en sont tout près. Efforcez-vous à réaliser cette profonde compréhension. Quand vous aurez compris, vous serez pour toujours libres. C’est une libération, une purification – d’ être satisfaites. D’être telles, que a été depuis le commencement l’âme de la femme – satisfaite et pure. Et elle va se purifier ! Lorsque l’Esprit viendra en elle, cette dernière rendra elle-même témoignage de Celui, qui est à l’extérieur et à l’intérieur. A présent l’Esprit, qui travaille déjà, va vous instruire, il va pousser votre âme, votre cœur et votre raison à résoudre le plus grand problème. Les autres problèmes, vous pouvez les résoudre toutes seules, mais cette question est fondamentale, cardinale dans l’enseignement Divin Supérieur. Cette question doit être résolue, alors toutes les autres questions vous allez les résoudre consécutivement. Faisons une prière en secret. Nous allons lire doucement « Notre Père. » Nous allons lire « La Bonne Prière » tout doucement. Gardez maintenant la règle de ne pas vous décourager. A présent vous êtes plus près du Royaume Divin, que dans le passé. Vous allez réfléchir sur cette question. Elle ne doit pas être un obstacle, mais une question de laquelle dépend la résolution de tous vos problèmes. Chaque femme doit résoudre ce problème sans hésitation – elle doit le savoir. Si vous trouvez la solution de ce problème dans votre âme, une fois l’Esprit venu, le problème sera résolu de soi-même. C’est la seule façon de travailler. Vous pouvez toutes seules résoudre ce problème qui n’est pas des plus difficiles, il est le plus facile à résoudre. Mais vous le laissez toujours en dernier, or c’est lui, qu’il faut tout d’abord résoudre. « L’ Esprit de Vérité, il rendra lui-même témoignage de Moi »; à un autre endroit il est dit : « Il va tout vous apprendre et il va vous rappeler tout ce que Je vous ai dit. » La prochaine fois on va continuer plus loin. La prochaine fois, dans un mois, je dirai aux femmes ce qu’elles doivent faire, lorsqu’ elles trouveront cet Homme. L’Esprit qui vient, va ouvrir vos esprits et il va vous dire ce que vous devez alors faire. Les femmes doivent assister dans toutes les activités dans le monde. Les femmes ralentissent le développement du monde. Le destin du monde et les clefs du sauvetage entier, dépendent de vous ! A présent, vous trompez vos fils et vos filles, puisque vous n’avez pas encore résolu le plus grand problème. Tu vas appeler ta fille et tu lui parleras de la Grande Vérité dans la Vie. Elle doit connaître la Vérité, pourquoi la tromper – elle ne trouvera pas le bonheur, on lui écorchera la peau comme au bœuf. Dites : « Que soit la Volonté de Dieu ! » La Volonté de Dieu se réalise que d’ après la loi de l’Amour. Par conséquent, vous devez me comprendre dans un large sens, non pas dans un sens étroit – il faut totalement, cardinalement comprendre la question de votre soulèvement ! Ce n’est pas seulement vous, mais également toutes les femmes du monde entier qui travaillent sur ce problème. Celles, qui ont soulevé cette question, étaient sur le chemin d’en finir avec, or la guerre commune a commencé et elles l’ont stoppée pour un certain temps. La question sur l’émancipation de la femme a été posée alors. Ce n’est pas l’émancipation qui soit utile, mais une compréhension cardinale sur la question. La guerre est venue, les hommes et les femmes se sont désunis et à présent ils ne peuvent pas résoudre tout à fait ce problème. Or, il doit être résolu. Vous vivez dans une époque très importante, comme disent les gens mondains, une époque historique importante. Maintenant ou jamais – c’est la question. Si vous ne trouvez pas la solution maintenant, vous n’allez plus jamais la trouver. Vous devez avoir le coeur ouvert, ne dites pas : « Nous ne sommes pas bonnes. » Dieu va effacer les péchés, il va les jeter derrière soi et il ne les regardera plus. Mais telles que vous êtes maintenant, vous n’allez pas réussir même en priant. A présent tu pries de faire la Volonté de Dieu, or demain tu rejoins un des hommes d’autrui et tu dis : « Qui c’est qui va prendre soin de moi ? » C’est assez, huit mille ans d’esclavage, ça suffit ! La corde va bientôt se casser pour huit mille d’années. Il est temps que l’homme finisse une fois pour toute avec la corde du mal. C’est le grand mal, avec lequel l’homme doit briser et d’en finir une fois pour toute. Alors l’homme va tourner son esprit vers Dieu et il va comprendre, qu’en Lui, il n’ y a pas de changement, pas de tromperie. Il reste toujours le même. Il n’est pas un être humain, Il est le Grand Esprit, qui ne change jamais. Il est la Grâce, il est plein de Pitié, plein d’Amour pour ceux, qui demandent pardon et qui font Sa Volonté. Vous devez résoudre ce problème maintenant ! Vous n’allez pas vous faire d’illusions et de dire : « Je ne suis pas comme les autres femmes. » Je vous prie d’une chose : ne vous faites pas d’illusions, que vous n’êtes pas comme les autres femmes. Tachez d’être cette Femme. Je ne vous ai pas encore parlé de la Femme Unique, je ne vous ai pas encore dit, quelle soit la Femme Unique. Allez, je vous salue avec l’Esprit ! Vous devez maintenant attaquer et entrer dans le combat ! Soyez avec l’Esprit et les Paroles de Dieu ! Vous n’allez pas résoudre le grand problème en tenant vos ouvrages, mais vous allez le faire avec les Paroles de Dieu. le 10 novembre 1921, 15 heures, Sofia
  17. L’influence De L’harmonie Dans La Vie Il faut vous donner des conseils sur tout ce dont je vous ai parlé. Il faut comprendre que les lois dans la Nature ne peuvent être transformées à cause de vos conceptions. Vous devez retenir dans votre esprit, que la Nature ne va pas inventer des lois spéciales pour vous excuser. Quand il soit question d’harmonie, nous comprenons la présence de la conscience dans la Vie de l’homme, nous comprenons la Vie, dans laquelle l’âme a développé le Moi humain, elle a développé la conscience de l’homme, qu’il soit une partie à part dans le monde. L’homme prend conscience, qu’il est un être à part. A présent imaginez-vous, que vous avez une note de musique : elle peut être une demie ou un quart, ou un huitième, ou un seizième. Cette note n’est qu’un symbole, un caractère et à elle seule, elle n’a aucun sens. Or, si cette note soit mise sur une ligne, et au début on a la clef, par laquelle on détermine son caractère, elle aura déjà du sens. Alors les notes sur la ligne ne pourront pas avoir une opinion à part et de dire : « Moi, je pense de la façon. » Elle pensera de la façon dont la clef lui dit et le ton d’une note de cette clef ne pourra pas être changé. Quand vous entrez dans la vie Divine, vous avez cette clef et d’ après cette clef de l’harmonie Divine, vous êtes placés sur cette ligne. Vous y montez et vous dites : « Savez-vous que j’ai une opinion particulière. » Ce qui veut dire de produire les vibrations qui déterminent cette loi. Si vous refusez de vous soumettre à cette loi de l’harmonie, du Divin, vous devez descendre de la ligne, c’est-à-dire de cette clef. Hors d’elle, vous pouvez créer n’ importe quelles confusions, mais restant sur la ligne, vous allez faire ce dont vous dit l’Esprit, c’est-à-dire le chef d’orchestre militaire. Il va vous déplacer, il va vous mettre tantôt en haut, tantôt en bas, et si vous l’écoutez, vous allez passer par toutes les positions de cette loi harmonique. Ceci je nomme à la langue de la musique être une Vie consciente, ce qui signifie qu’en étant dirigé de marcher sur cette ligne en zigzag, nous descendons et nous montons, toutefois tout marche de façon harmonique. Vous devez comprendre – ceci est une philosophie et celui, qui ne l’admet pas, on le tire par l’oreille. Si par exemple une note qui doit jouer le rôle d’un quart, veut être une demie, le chef d’orchestre la prend et lui dit : « Tu ne seras pas une demie, mais un quart ! » - Mais je veux être plus grande dans l’ hiérarchie, je veux durer plus longtemps ! » Non, tu seras telle qu’on te dit d’être, tu ne seras ni plus grande, ni plus petite – telle qu’on t’a mise d’être. A présent il y a certaines d’entre vous, qui veulent être plus grandes. Ce sont de fausses croyances religieuses. La vie consiste dans l’accomplissement de ce, dont Dieu a crée comme loi et ordre. Cette harmonie est utile comme pour votre vie individuelle, ainsi pour votre vie de famille et votre vie sociale. Elle est indispensable aussi pour votre esprit et votre cœur. Votre esprit et votre cœur ne peuvent pas se développer sans l’harmonie. Ce n’est pas la peine de vous parler à présent, vous avez toutes subies la perte qui envahie votre cœur, lorsque vous manquez d’harmonie – toute disharmonie mène aux lamentations. Quand il y a d’harmonie, il y a de la Joie dans le cœur, quand il y a de l’harmonie, il y a de la Joie dans l’esprit. La première clef de l’harmonie dans la Vie c’est L’Amour en premier. Comment appelez-vous la première clef dans la musique ? C’est la clef de sol. Et c’est vrai, les gens manquent de sel. C’est une coïncidence – la clef sol et le sel à manger. Remarquez, que quand on utilise les notes do, mi, sol, si, de ces quatre notes principales, la troisième est sol. Pour le moment on est au niveau de cette clef – on veut que vous soyez toutes à ce niveau de la clef de sol, et la mesure sera trois quart. Dans la musique on ne considère pas seulement comme musicien l’homme qui comprend les signes et sait par exemple ce que c’est la clef de sol. Musicien est aussi celui, qui connaît les notes, qui peut s’en servir et comprend les relations entre les mesures de sol à sol. C’est ainsi que je voudrais, que vous compreniez la clef de sol – de prendre ces notes correctement et d’une façon très harmonique. Il faut tenir l’idée dans votre esprit, que si on aboutit à la clef de sol, il y a qu’une seule opinion, et non pas une opinion particulière. Il n’ y a pas dans l’Amour une opinion particulière, ni des opinions spéciales, car ceci n’est pas la bonne compréhension de cette grande loi. Tous les grands maîtres de la musique, qui comprenez bien sa fonction, en arrivant à la clef, ils ont bien travaillé, ils comprenaient bien leur travail et ce n’ est que parfois qu’ ils corrigeaient une note en la mettant ailleurs d’ après la loi de la musique. C’est ce que j’appelle une doctrine, un progrès, une développement de la conscience, etc. A présent, vous allez chercher les fautes pour chaque disconfort, chaque disharmonie, qui vous survienne. Vous allez commencer par la clef de sol. Je voudrais voir, si vous les femmes soyez capables de refaire votre Vie d’ après la clef de sol. Je ne vous parle pas de refaire votre Vie, mais de corriger vos pensées, vos sentiments et vos actes, qui ne sont pas selon cette clef de sol. Il vous faut une transformation de la pensée – tout doit être ajuster d’ après cette clef de l’Amour. Ou bien vous allez répliquer : « Combien nous connaissons l’Amour ! » Vous n’êtes pas encore été placées sur cette clef de sol. Celui, qui se trouve une fois sur la clef de sol, savez-vous quelle harmonie merveilleuse le gagne-t-elle – c’est le plus sublime, le plus généreux chez l’homme. Quand il sera mis sur cette clef, il ressentira un élan dans sa pensée, ses sentiments et sa conscience. Il ne souffrira plus de neurasthénie, il ne souffrira plus de maladies – c’est ce que représente la clef de sol. Si certain parmi vous possède ces qualités en soi, je lui dis : vous avez cette clef de sol. Si vous en manquez, ne vous faites pas d’illusion sur une autre clef. A présent, l’harmonie est indispensable pour les femmes – des pensées harmoniques, des sentiments et des actes harmonieux. C’est la chose la plus majestueuse dans la Vie, que l’homme peut étudier. La seule chose créée par l’homme, c’est l’harmonie – vous pouvez mettre à l’épreuve cette loi. Quand vous avez l’ harmonie dans votre esprit, votre cœur, votre volonté, tout marche bien, les oignons sont cuits pour une demie heure, vous finissez votre travail et vous dites : « Ca marche bien aujourd’ hui ! » C’est une petite harmonie et quel travail elle peut faire! Tout le travail est vite fait – parfois le travail peut être supprimé, parfois c’est le temps qui peut être supprimé. Si parfois on n’arrive pas à saisir un événement par notre esprit objectif, il passe des années, pour pouvoir y arriver, tandis que par la force de notre intuition, ce qu’on doit apprendre pour deux ans, il suffit une minute, pour l’apprendre. Maintenant cette grande loi de l’Amour peut tout régler. S’il vous ai indispensable un certain temps pour réparer une erreur, des que l’Amour vous survienne, elle peut tout régler pour cinq minutes. Mettez-vous à présent à chanter ! C’est la méthode la plus rapide de se soigner. Je considère l’harmonie dans la Vie comme une méthode rapide pour la cure. Dans l’ Ecriture un prophète a dit: “Je vous ai attiré par la loi de l’ Amour.”, c’est-à-dire il les a attiré avec la clef de sol. Tout peut s’arranger avec l’harmonie, il suffit que les gens s’entendent bien. Par exemple vous dites maintenant que les orthodoxes, les évangélistes n’ont pas les connaissances que vous avez. Il n’est pas question de vous différencier que par cela, mais de savoir chanter en utilisant la clef de sol, d’avoir une particularité fondamentale – d’avoir de l’harmonie entre vous. Si l’harmonie prédomine, si vous pouvez opérez avec la clef de sol, vous aurez alors une qualité fondamentale, et vous pourrez admettre que vous comprenez la Vie et vous êtes différents des autres. A présent, vous êtes comme ces chanteurs, qui sont dans une école musicale ou bien dans un choeur, ils chantent un ou deux jours, ils quittent l’école et disent : « Nous n’avons pas de voix. » Pourquoi n’avez-vous pas de voix ? Parce que vous manquez d’harmonie. Il faut en premier faire venir l’harmonie, alors les sentiments vont revenir; quand l’harmonie soit présente, les mouvements seront corrects. Tout dépend de cette harmonie Divine. Si elle soit présente, tout sera fait comme par la touchée d’un bâton magique. Quand il n’ y a pas d’harmonie, vous pouvez travailler avec des années, et rien ne se produira. A présent, vous pensez que pour soi dans votre vie, c’est-à-dire vous dites : « Je songe à ceci, à cela. » Par mes propres compréhensions, les gens qui disent être spirituels, ne pensent que pour soi. Les gens contemporains, ne pensent aux autres que lorsqu’ ils ont à porter un lourd poids et ils n’arrivent pas à le porter sur leur dos et disent : « Je vais te faire un geste, je te donne un peu de mon bagage. » Ceux, qui sont prêts à se sacrifier, ne font que le penser, dites-moi qui sont ceux qui sont vraiment prêts à le faire. C’est très rare. Il faut penser pour Dieu volontairement, d’une manière Divine. Parfois même les plus développés entre nous, quand nous sommes vexés par quelqu’ un, nous l’attaquons et puis nous en prenons conscience et nous disons : « Je n’ai pas bien réagi. » Et ceci se passe non seulement une fois, mais deux, trois fois par jour, et puis vous vous demandez pourquoi donc Dieu ne se présente pas. Comment donc va-t-il le faire ?! L’Amour est une loi de l’harmonie – gardez l’harmonie et Il va se présenter; si vous manquez d’harmonie, Il ne va pas se présenter. Maintenant je voudrais qu’il apparaisse dans votre conscience la puissance de garder l’harmonie, sans penser quel soit le monde. Je voudrais que tu fasses quelque chose pour le prouver à ton Seigneur, car si tu arrives à le vexer, tu vas stopper tout le travail. Dis-toi : « J’attends à tourner la roue ! » Elle tourne seulement si tu as la clef de sol. A présent les jeunes s’excusent par raison de manquer d’assez d’expérience, tandis que les vieux – qu’ils soient trop nerveux. Dieu n’excuse personne – ni les jeunes, ni les vieux. Ceux qui entrent à l’école doivent étudier. Si tu es vieux et tu crois que tu es vieux, c’est de la disharmonie; si tu crois que tu es jeune, c’est aussi de la disharmonie. Si tu crois que tu es vieux, cela veut dire qu’un jour tu seras plus jeune; si tu crois que tu es jeune, cela veut dire qu’un jour tu vieilliras. C’est comme si tu joues avec un ballon et tu dis : jeunesse-vieillesse, jeune-vieux… Que veut dire être jeune ou vieux dans la musique ? Le début dans la musique est la jeunesse, et la fin – la vieillesse. Le jeune est un débutant. Comment comprenons-nous la musique ? Quand le musicien vieillit, il n’ y a pas d’applaudissements, mais lorsque sonne la musique, tout le monde est ravi et le public applaudit : « Bis, bis, recommencez ! », après quoi le musicien recommence de jouer. Donc on peut vieillir plusieurs fois, ainsi qu’on peut se rajeunir à plusieurs fois. C’est la juste compréhension de coté musical : il n’ y a pas de vieillesse comme vous le croyez. Et dans ce sens sous l’expression être jeune dans la musique, on sous-entend un homme, qui a franchi la fleuraison de son âge, et quand il développe ses sentiments et ses qualités au plus haut degrés, alors on dit qu’il a franchi l’âge de la vieillesse – dans ce moment il est le plus fort, le plus puissant. Hors de la musique la chose la plus forte et la plus puissante est celle qui est la plus âgée, la plus incapable et on dit : « Un vieil homme. » Par conséquent, lorsque vous entrez dans l’harmonie, vous allez changer vos conceptions. En disant jeunes, je comprends par là, que vous venez de débuter. Tandis que les vieux, vous allez les organiser jusqu’ au plus haut degrés de l’harmonie, là ou votre âme puisse y atteindre. Il n’est pas question qu’a présent vous manquez d’efforts – vous faites beaucoup d’efforts, vous avez beaucoup d’élan et c’est bonne chose, mais votre élan, vos désirs doivent être utilisés raisonnablement dans le grand élan de l’Amour. Vous pouvez avoir envie, mais si vous ne choisissez pas le temps convenable, que demande l’harmonie, si vous ne prenez pas en vue les lois qui fonctionnent, tous vos efforts mèneront à l’échec. Maintenant vous allez répliquer : « Pourquoi donc je ne peut pas grandir, pourquoi je manque de conception, pourquoi mes pensées sont tellement gâchées ? » Il faut avoir de l’harmonie, de l’harmonie ! Vous devez reconstituer l’harmonie en vous servant de toutes méthodes, en faisant des sacrifices quelconques ! Une fois, que vous avez reconstitué l’harmonie, les sacrifices que vous avez faits sont sans importance. Il faut reconstituer l’harmonie dans vos âmes. Puis, en ne comprenant pas la Vie, vous croyez que la société a le moyen de vous donner beaucoup. La société n’a que le moyen de vous dépraver. Vous contactez avec quelques uns, et si vous ne comprenez pas la loi et la société, la vie va vous abîmer. Vous vous accordez avec quelques uns et eux, ils vous rendent le désaccord. Vous accordez quelqu’ un et on vous répond avec un désaccord. Vous dites : « Allons s’accorder ! » Tu t’accordes avec lui, tandis qu’il te répond avec un désaccord, ainsi vous passez toute la journée à vous accorder : din-dan-don. Le lendemain, vous recommencez, vous tirez la corde et parfois vous la tirez plus fort à la suite de quoi, elle arrive à se briser. Ces quatre cordes, qui vous sont utiles pour jouer représentent vos quatre tempéraments, qui doivent s’accorder. Le premier est le tempérament sanguin, il est vif, gazeux. Les gens qui portent un tel caractère ont le visage rond, de cheveux blonds, des yeux bleus, ils sont comme les papillons – ils volent de fleur en fleur, font des promesses à tout le monde, et c’est à peine une centième de leurs promesses qu’ils peuvent réaliser; ils sont très généreux, ils donnent tout. La deuxième corde est le tempérament colérique. Ces gens ont le foie noir très bien développé, les muscles, le système nerveux. Ils sont énergiques – ils mettent le feu partout ou ils passent. Ce sont des gens avec de cheveux noirs, de visages allongés, de grands sourcils froncés, de larges nez, les bras musclés et quand on refuse à leur obéir, leurs arguments sont les coups de poings. La troisième corde, c’est le tempérament flegmatique. Ce sont de gens bien, leur visage est rond et ressemble à la lune, on ne voit que leurs yeux. Ils ont de bras courts, ils marchent lentement. Ces gens ont un tempérament anglais – c’est difficile de les faire s’asseoir, mais une fois assis, ils n’arrivent pas à se lever. Ils ne se soucient jamais. Le quatrième tempérament est mélancolique ou le tempérament nerveux. Chez lui prédomine le système nerveux du cerveau. Les gens qui portent un tel tempérament sont bien mis physiquement, ils ont de minces sourcils, parfois ils portent des yeux marrons; ce sont des gens de la pensée, ils ont les sens rapides, ils sont impressionnables, rapides, nerveux, ils pensent bien; ils portent la pensée, la philosophie. Ce sont les quatre tempéraments, qui doivent s’accorder, pour avoir de l’harmonie et de rapport entre eux. Quand ces quatre tempéraments, ces cordes s’accordent, alors les notes s’accordent avec eux, mais quand le violoniste prend l’archet, elles commencent à sauter et si elles ne sont pas bien accordées, il se produit de la disharmonie. Les cas, ou vous ne vous accordez pas, montrent que deux pierres aigues se sont réunies, par exemple deux sanguins ou flegmatiques. Il doit se produire un croisement pour avoir de la concorde. Par exemple, si je vous réunis que de gens secs au même endroit, vous allez vous bousculer entre vous, vous ne pourrez pas vous supporter. Par exemple une fois vous dites : « J’étais à un endroit, mais je m’ y sentais mal. » Oui, bien sur, quand trois personnes avec le même tempérament s’unissent au même endroit, ils ne vont pas bien se sentir. Il faut vous croiser comme tempéraments, pour avoir de l’harmonie. Par exemple, le tempérament sanguin aide le développement du système respiratoire - la poitrine s’élargie, la circulation du sang se produit correctement, la respiration est bonne et un tel homme ne souffre pas de manque de sang. Quand tu veux travailler plus sur tes muscles, tu appelleras le tempérament colérique. Quand tu veux développer la digestion, tu appelleras le tempérament flegmatique, et quand tu veux faire fonctionner plus ton cerveau, tu appelleras le tempérament nerveux. Vous devez placer vos sentiments, pensées et actions sur ces quatre cordes, pour que la musique de la Vie puisse retentir. Ainsi, de point de vue de l’harmonie, si vous êtes très actif, vous allez appeler le tempérament flegmatique pour rendre plus de force vitale dans votre estomac, il se produira de la façon un équilibre. Si vous avez un surplus de feu, vous allez appeler le tempérament sanguin pour souffler un peu, afin de calmer le feu. Vous connaissez bien la loi ? Quand dans la chambre il fait très chaud, vous ouvrez tout de suite la fenêtre, l’air y pénètre et il en est renouvelé. Donc le tempérament sanguin est de l’air, qui là ou il pénètre, il aire partout. Quand il fait froid, appelez le tempérament colérique – lui de son coté va réchauffer la chambre. Cette loi de l’harmonie exige beaucoup de temps, pour être appliquée. C’est facile de parler, mais difficile d’appliquer. La première chose est : mettez dans votre esprit l’idée, que l’harmonie est nécessaire pour votre développement. Tous les inconvénients dans votre vie sont dus à ce manque d’harmonie Divine. Et vous devez savoir, que l’harmonie soit toujours le résultat de la raison, qui soit dans l’homme, de l’ Esprit Divin, qui travaille, de votre esprit, qui vous dirige dans toutes vos actions. Il y a toujours un être, qui vous dit : « Attends, réfléchis avant de commencer à te mettre au travail ! » Vous luttez et quand les choses marchent bien, il vous dit : « Vous pouvez continuer ! » Parfois vous vous conduisez comme de méchants enfants : malgré les paroles de votre mère, qui vous dit de ne pas sortir, vous ouvrez la porte et allez dehors. Vous retournez le soir couverts de boue, les habits déchirés, et vos mamans vous donnent des tapes, a la suite de quoi vous dites : « Demain, en me levant, tout marchera bien. » Telle est la vie que vous menez jusqu’ à présent. Il n’ y a aucun parmi vous, qui ne soit pas frappé- vous tous vous êtes battus. La loi de l’ harmonie exige de faire attention non pas à ceux, qui ne prennent pas bien les tons, mais à ceux, qui chantent le mieux – vous allez apprendre des meilleurs chanteurs de bien prendre les tons. Par conséquent, dans un sens occulte, lorsqu’ on dit, qu’on ne doit pas s’occuper des fautes des gens, cela veut dire de ne pas nous occuper de ceux, qui chantent mal. Il n’ y pas de quoi les écouter, écoutez plutôt ceux, qui chantent juste et vous allez apprendre à avoir de l’harmonie. Vous tous, vous pouvez être musiciens, et personne n’a droit de dire, qu’il ne peut en devenir un. Il est indispensable de l’être ! L’harmonie même exclut le mot je ne peux pas. Celui, qui veut vivre doit dire je peux, celui qui ne veut pas, il doit allez aux cimetières. Celui, qui ne peut pas, on l’exclut de l’école, et commence alors la vie à l’envers. L’harmonie existe que quand on dit je peux. A présent il n’est pas question de se dépêcher, il ne faut pas se presser, il faut faire le chemin du début à la fin. Certain dit : « Je veux aboutir à la fin, pour voir ce que c’est ! Je dis : tel quel soit le début, telle est la fin – au bout il y aura la même chose qu’au début. Vous vous trompez en disant : « Attends que j’aille aux Cieux pour voir ce que c’est. » Les Cieux c’est la fin de la musique. Si vous êtes virtuoses, vous allez aller aux Cieux à la fin de la musique et là on va vous applaudir. Si vous n’êtes pas des virtuoses, vous allez aller aux Cieux et vous allez dire : « « Retournons en bas sur Terre ! » Ceci signifie une Vie aux Cieux – la musique sur Terre est la même qu’au Ciel et en vous tournant, en haut il y aura des applaudissements, après quoi on va vous inviter à descendre en bas. Tel que soit le début, telle est la fin. Certain dit : « Je commence mal, mais je finirai bien. » Si vous commencez bien, vous finissez bien, si vous commencez mal, vous finissez mal – ceci comprend la loi des Forces. Ainsi, la musique sur la Terre est la seule condition, qui aide l’homme dans son développement. C’ est pourquoi, servez-vous de la musique. Vous êtes mal disposé – mettez-vous à chanter ! Chantez et n’ayez pas peur, chantez une chanson quelconque, pour établir l’harmonie en vous. Ainsi vous aller aider vos pensées, vos sentiments et vos actions. Si vous ne pouvez pas chanter tout seul, allez dans le jardin, assaillez-vous sous un arbre et s’il y du vent, dans le tremblement des feuilles, vous allez découvrir une telle musique, que vous allez petit à petit vous calmer et vous endormir par ce bruissement, que moi, j’appelle de la musique. Ces vibrations, qui proviennent du bruissement des feuilles, ont une influence sur votre esprit. Utilisez la musique, comme étant un facteur dans la vie, grâce auquel tous les inconvénients qui existent entre vous à présent, peuvent disparaître. Souvent, vous vous arrêtez et vous dites : « Celui-ci ne chante pas bien, il chante faux. » Oui, mais toi aussi, tu chantes mal. Il faut trouver quelqu’ un d’autre qui dira : « Attends, je vais prendre juste les tons et tous on va chantez en chœur ! » Ce n’est pas de la philosophie si quelqu’ un chante mal – la philosophie consiste en ce, que tout le monde se met à chanter juste. Quand il y a un diapason, nous allons tous nous mettre à chanter juste. Bien-sur, je n’ai pas l’intention de corriger les clefs de tout le monde, mais je ne fais que vous parler des fautes en principe. Quand vous retournez à la maison, vous allez trouver la place de la clef de sol, et vous allez réparer vos fautes. Parfois le maître corrige les fautes sur le tableau noir, tandis que les élèves en corrigent les siennes. C’est la meilleure façon de vous corriger vous-mêmes. Souvent vous dites : « Je manque d’inspiration, je ne suis pas en bonne humeur. » Mais vous devez savoir que l’ Amour Divin est de l’harmonie, elle ne supporte pas la disharmonie. A présent, je vous parle de l’harmonie comme une liaison, car elle va vous servir pour vous organiser en toute conscience. Savez-vous ce que c’est l’organisation ? Toutes les cellules s’organisent en toute conscience dans cet organisme Divin, et toutes travaillent correctement. Dans cette Vie, nous sommes des cellules et chacun doit comprendre et accomplir bien sa mission, sa destination présente et ne pas vouloir ni plus, ni moins de ce travail qui lui a été désigné. Personne ne doit s’éloigner du plan Divin. Il se peut, que les gens parlent de vous, mais gardez ce que vous avez en pleine conscience dans les profondeurs de votre âme, tachez de le réaliser et vous ne serez pas loin de la Vérité. Continuez à suivre votre projet et rien ne vous y arrêtera! N’avez-vous pas vu déjà la marche des soldats – ils marchent tous en mesure. Quand vous êtes seules, vous pouvez marcher comme vous voulez – petit à petit ou plus vite, mais quand vous marchez en compagnie, vous allez marcher en suivant sa marche. Si vous ne la suivez pas, vous allez rester à l’arrière. Et quand vous allez entrer dans l’harmonie Divine, vous devez toutes changer la mesure de votre marche – vous devez marcher harmoniquement, correctement. Savez-vous ce que signifie d’accommoder vos pieds de façon à ce qu’ils marchent correctement ? Cela signifie, que vos vertus doivent bien fonctionner. Les pieds de l’âme – c’est la Vertu, les mains de l’âme humaine – c’est votre Justice, les oreilles de l’âme humaine – ce sont les pensées sages de la Sagesse, et la bouche de l’âme humaine – c’est l’Amour, par laquelle il peut parler. Cette bouche est le coté extérieur de l’Amour, par laquelle sort l’ Amour Divin. Le premier Amour va rendre service au deuxième Amour, qui viendra de dehors grâce au premier. C’ est pourquoi, à présent vous devez accorder les oreilles de votre âme, pour être sages; et vous devez accorder la bouche de votre âme, pour être dans l’Amour; pour devenir bonnes, pleines de vertus, vous devez accorder les mains de votre âme. Quand vous irez dans l’au-delà, vous allez voir, que certains manquent par exemple d’oreilles. Toutes les vertus, dont on se sert à présent, nous aident à former certains organes. Pourquoi l’homme doit avoir de vertus ? Pour que son âme ait des pieds. Pourquoi l’homme doit être juste ? Pour que son âme ait des mains. Pourquoi l’homme doit être sage ? Pour que son âme ait d’oreilles. Tout ce que l’harmonie fait dans le monde, est en liaison avec notre âme. Donc, les efforts que nous faisons, sont un bien pour nous, pour nos proches et pour les principes Divins. Ceci veut dire que Dieu apparaît dans vos actes. Par exemple, disons qu’à vous toutes qui êtes ici assemblées, on vous donne un travail à faire. Comment allez-vous faire ce travail ? Prenons par exemple environ une centaine d’enfants orphelins, et on vous demande de vous occuper d’eux – comment allez-vous réagir, comment allez-vous organiser ce travail ? Vous allez faire sélectionner une commission de cinq, six, sept dames et elles vont organiser le travail. Il y aura un discourt entre elles, laquelle d’elles sera le chef, laquelle secrétaire, laquelle caissière et tout le jour passera en querelle. Ensuite il faudra ramasser de l’argent, pendant ce temps vous allez attendre. Puis il y aura encore de la querelle qui est-ce qui va distribuer l’argent. – Encore les sept personnes choisies de la commission. Et vous qui restez, qu’ est-ce que vous allez faire ? Comment allez-vous arranger de coté pratique ce travail ? Toutes partageront les enfants entre elles. Ensuite il y aura toujours un conflit quel enfant ira chez quelle dame, ou placer les enfants les plus intelligents. Cela dépend de la chance! Quand on connaît sa leçon, l’homme est toujours gagnant; celui, qui ne connaît pas sa leçon, alors il lui arrive quelque chose qui ne lui porte pas de chance. Vous allez résoudre le problème par la loi de l’harmonie. Disons, que vous toutes êtes mariées avec des enfants. Chaque mère résous ce problème et imaginez qu’on lui a donné quelques enfants orphelins pour les élever. Il y a une commission choisie – Dans le monde Invisible c’est la même chose. Les autres, qui ne sont pas mariées disent : « On nous donnera des enfants dans l’avenir. » Les non mariées pourront trouver un autre travail. Tous doivent travailler dans le monde ! Personne ne doit rester sans travail. C’est justement maintenant dans les conditions présentes et non pas dans les conditions futures, que nous devons utiliser cette Vie consciente, la loi de l’harmonie. Les personnes intelligentes utilisent les conditions présentes et les personnes paresseuses – les conditions futures. Les personnes intelligentes apprennent leurs leçons du passé, et les personnes stupides – de leur futur. Je voudrais à présent, que vous n’ayez aucune disharmonie parmi vous. Chaque disharmonie que vous avez créée, je voudrais que vous la corrigiez en une journée. Je vous donne une journée, pas plus. Je donne une seule journée aux femmes, pour résoudre tous les inconvénients et disharmonies. Ainsi vous avez une journée, pour régler toute disharmonie et vous ajuster d’ après la clef de sol. Chacun pour soi – dit et accompli ! Imaginez une telle situation : admettons, que vous avez passer votre vie dans une maison dans la disharmonie avec quatre sœurs et trois frères – ils vous ont battu et vous les avez battu aussi. Vous dites un jour : « J’irai dans une autre maison ! » Oui, mais si vous n’êtes pas ajustée à la clef de sol, croyez vous qu’en allant ailleurs, il ne vous sera pas encore plus chaud ? Car ce chanteur, qui ne chante pas bien sur scène, on va le faire dégager de là, tandis que celui, qui chante bien, tout le monde voudra qu’ il continue à chanter plus qu’ une fois. La Belle Vie – c’est l’harmonie Divine, ce qui signifie de réaliser l’harmonie dans la Vie réelle. C’ est pourquoi cette harmonie est indispensable et grâce à elle, vous pouvez rétablir l’harmonie perdue. L’harmonie est celle, qui porte la Vie nouvelle. A présent vous vous posez la question comment peut-on réparer cette disharmonie. On peut – vous allez diriger votre esprit vers Dieu, vous allez savoir, qu’Il est la Grande harmonie et vous n’allez penser que pour Lui. Vous n’allez pas penser de Dieu comme étant un vieillard avec une barbe blanche, vous allez penser plutôt à Dieu comme étant une Grande harmonie, dans laquelle chaque être vivant prête son attention sur Lui. C’ est pourquoi nous nous élançons vers Lui et nous voulons le comprendre. Songe à la Grande harmonie de la Vie et à l’instant tu te soulageras ! Ne tache pas de comprendre qui est Dieu, quelle forme Il a, mais songe à Lui, comme étant la Grande harmonie et tu te soulageras à l’instant. Car en regardant le visage, les cheveux ou la barbe du chanteur, tu t’éloigneras tout de suite de l’harmonie, or si ton oreille soit concentrée, tu comprendras sa réalité. Quand il soit question du visage, il représente une harmonie particulière des yeux. Si vous êtes des clairs voyants, vous allez voir que le visage ne reste pas sur place, mais il se déplace, en lui fonctionnent des mouvements très rapides. Mais puisque ces mouvements sont loin de nous, nous croyons, qu’il est immobile. Dans le monde Invisible tout est mouvement. Vous allez tout d’ abord tournez le cœur, l’ esprit et votre âme vers Dieu de l’ harmonie, c’ est-à-dire vers le Dieu de la clef de sol, vers lequel tout être est à l’ écoute. Vous allez prêter votre attention sur les lois de l’harmonie. Vous allez suivre une d’elles et vous allez la consentir, commencez à chanter avec ce chœur majestueux. Je vous donne un jour comme délais ! Pour suivre cette clef de sol, je vous donne un seul jour ! Je découvre en vous un seul défaut : sans mettre à l’épreuve ce dont je vous parle, en sortant d’ici, vous dites : « Voila ce que dit le Maître. » Ne dites rien à personne, sans l’avoir tout d’ abord mis à l’épreuve. Tout ce que je viens vous dire, ne le racontez pas, avant de l’avoir mis à l’épreuve. Une fois, que vous l’avez vérifier, vous pouvez le raconter – sa force alors sera doublée. Racontez ce que je vous ai dit et ce que vous avez dit et vérifié. Faites un essai et s’il réussi, partagez-le avec quelqu’ un, qu’il le met à l’épreuve aussi. Quand il fera de son coté un essai et il soit réussi, le résultat sera trois fois plus puissant. Lorsque ce troisième raconte à son ami et ce dernier fait un essai, qui donne un bon résultat, la force sera quatre fois plus grande. Le quatrième raconte à un cinquième, le dernier – à un sixième, etc. En suivant mes paroles, il se produit une gradation, pareille à une grande vague. Tandis qu’à présent, que faites-vous ? Une de vous a entendu qu’une autre lui a dit certaine chose, or ni l’une ni l’autre ne l’ont mises à l’épreuve et elles se demandent : « C’était comment déjà, retournons au début. » Elles l’ont oublié toutes les deux. Et elles rebroussent chemin. Vous n’avez pas le temps de rebrousser chemin – notre toile est déjà prête, les cinq lignes sont déjà tracées, il ne faut que tisser. Tisser signifie avoir de l’harmonie – tisser un tissu d’un bout à l’autre. Chanter, tisser, vivre – ce sont des mots synonymes. Vous répliquez : « Que dois-je faire ? » - Chante ! – « Mais la vie est-elle une chanson ? » - Si tu ne le peux pas, tisse; si tu ne peux pas tisser, mange – cela veut dire tisser les cinq lignes. Les cinq lignes sont la base, l’ensouple est la clef, mise au début des cinq lignes. Quand le tissu sera tissé, on l’enlève de l’ensouple et on le vend. C’est une autre musique qu’on peut entendre alors. La musique change d’ après les différentes clés. La première règle, pour vous ajuster à cette clef, est la suivante : tous vos inconvénients, tous vos conflits doivent être réglés et vous devez devenir harmonieux. Ou autrement dit à la langue de la musique, là ou vous ne prenez pas correctement les différents tons et vous ne suivez pas le temps, l’une chante plus vite, l’ autre moins vite et toutes deux vous ne vous croisez pas, vous devez vous ajustez à la même clef. En vous y ajustant, vous saurez que Dieu est la Grande harmonie. Nous allons nous ajuster comme Lui, nous allons chanter, nous allons nous réjouir avec Dieu ! Hier, j’ai dit aux hommes, que je leur laisse les femmes, pour les ajuster – je ne leur ai rien dit de plus. Maintenant, voyons si vous pouvez les ajuster. Mais tachez de ne pas faire comme le servant Stoyan, que le curé, son maître, l’a envoyé à la vigne pour la biner et couper les plantes. Quand Stoyan y est allée, il a pris les ciseaux et il a coupé, sans savoir comment faire. Quand il revient à la maison, le curé lui demande; Stoyan, la vigne pleure-t-elle ? Quand tu l’auras vu, père, tu pleureras aussi… Vous allez demander à madame Doinova, quand est-ce qu’elle coupe sa vigne, jusqu’ ou faut-il couper les plantes – elle comprend ces choses. De la même façon, vous devez savoir à quel endroit sur les cinq lignes, vous devez vous tenir. Jusqu’ a présent, vous avez coupées les verges jusqu’ au fond, mais il ne faut plus continuer de la façon – vous allez couper que ces verges, qui ne donnent pas de fruit. Vous avez tous besoin d’harmonie, c’est alors qu’on pourra s’entendre. Si nous sommes en harmonie avec Dieu, on pourra Le comprendre, alors vous pourrez me comprendre et moi, je pourrai vous comprendre. Sans harmonie, la vie est incompatible – c’est la même chose dans la société, dans la science, le commerce, partout. Pour que le travail marche bien, il faut avoir de l’harmonie. En vous habillant, en faisant la cuisine, en dormant – partout il faut avoir de l’harmonie. En vous couchant, sans avoir de l’harmonie, vous resterez fatiguées. Si dans la Vie règne l’harmonie, elle sera majestueuse même dans les petites choses; si l’harmonie manque, elle n’aura pas de sens. A présent, vous tous, jeunes et vieux, vous allez appliquez l’harmonie: les jeunes – depuis le début, les vieux – de la fin. Les jeunes présenteront les premières notes de la pièce musicale, ceux à l’age moyen – les notes du milieu et les vieux – les dernières notes. Quand sera présentée toute la pièce il se produira un grand bruit, un vacarme et il y aura des applaudissements. La pièce finit avec les vieux. Si on entend siffler, ça va mal. Une fois il y a des applaudissements, une autre fois des sifflotements. Moi, je préfère entendre des applaudissements et non pas des sifflotements, car les derniers vous feront quitter la scène et il faudra vous réincarner une seconde fois. Maintenant vous allez vous réunir pour discuter sur l’organisation de votre travail, pour voir que peuvent faire les femmes. Ne faut-il pas travailler dans le monde extérieur. Par exemple vous avez un champ à biner, une vigne à couper, un jardin à travailler, récolter des fruitiers – comment allez-vous organiser ce travail ? Les plus fortes vont biner la vigne, les plus faibles vont moissonner le champ, les moins faibles vont dégager les vers, et celles, qui sont fatiguées, vous allez les envoyer goûter des fruits, d’en cueillir et de vous en apporter, alors vous aurez une table abondante. Ainsi vous allez organiser votre travail. Il vous ai indispensable un travail raisonnable, pour avoir de l’harmonie. Si vous manquez d’harmonie, votre travail sera fichu, vous aurez des soupçons, des déceptions, des vas et viens et votre vie manquera de sens. On demande de vous, les femmes, qui apprenez l’harmonie, du travail. Admettons à présent, que vous avez une réunion féminine – comment allez-vous l’organiser ? Si vous devez garder une hiérarchie, en premier vous allez mettre les jeunes – dans la musique on met tout d’ abord les jeunes. Bien, vous organisez une réunion, vous mettez les jeunes à la première place et ils sont premiers. Disons, qu’il faut porter cinq cent sacs – alors en premier vous allez mettre les vieux, tandis que les jeunes resteront à l’arrière. S’il soit question de compétition, c’est facile de voir qui sera le premier. Le premier est celui, qui dans chaque condition de la vie reste le premier, tandis que celui, qui ne sait pas travailler, restera toujours en dernier. Si quelqu’ un soit premier à manger, or dans le travail il reste le dernier, il n’est pas le premier. Certain dit : « Je suis le premier. » Je suis content, qu’il y a un premier – allez, qu’il met le sac sur son dos et qu’il prenne un ton de la clef de sol. S’il est capable de prendre tous les tons correctement depuis le début, cela veut dire qu’il est le premier. S’il prend la moitié des tons correctement et l’autre moitié – pas, cela veut dire, qu’il est premier à moitié. S’il prend qu’un quart des tons correctement, il a un faible comme note; s’il ne prend qu’un ton, il a un comme note; s’il ne prend aucun ton, il a zéro. C’est le sens des mots de Christ : « Les premiers seront les derniers, et les derniers seront les premiers. » Que veut dire Christ par ces mots ? Ceux, qui étaient premiers, des qu’ils ont vu les sacs, sont devenus derniers; ensuite, quand l’heure du repas est arrivée, les derniers sont devenus premiers. Quand il soit question de porter les sacs, ils étaient les derniers, et à l’heure du repas, ils étaient les premiers. Ainsi, les mots de Christ « Les derniers seront les premiers et les premiers seront les derniers », ce ne sont que des situations, des principes, qui ont été prononcés. Ce n’est pas pour rigoler, mais cela montre votre faiblesse. Parfois, il nous est difficile de juger de nos forces, mais quand on nous demande de travailler, on dit : « Je croyais être le premier, or je suis un peu à l’arrière. » Quand l’heure du repas arrive, vous dites: “Je suis le premier, souvenez-vous!” Quand il est question de sacs, vous dites : « Je suis un peu faible, je reconnais ma faiblesse. » Bon, c’est bien que vous avouez votre faiblesse. Vous dites : « J’ai mal au dos. » Donc, tu n’es pas premier. Vous allez travailler en suivant la loi de l’harmonie. Quand vous marcherez sur la Voie, vous allez renoncez aux prétentions et aux privilèges. Des privilèges peut avoir, que celui qui apprend, qui est capable; s’il n’apprend pas, il n’est pas capable, il n’a pas de privilèges. Celui, qui chante bien, qui apprend, il est digne, il reçoit des privilèges; celui, qui n’apprend pas, il n’est pas digne de recevoir des privilèges. En entrant dans cette Ecole, vous allez tacher d’apprendre; sinon, les autres ne pourront rien vous donner. Quand les autres se mettent à table, cela ne nous apporte rien – ce qu’on mange nous apporte. Les autres ne peuvent pas apprendre à ta place, c’est à toi de le faire. C’est une nécessité. Vous devez savoir, que les connaissances ne sont pas faciles à atteindre. Il faut dur étudier – par la loi de l’harmonie. Vous allez étudier d’ après la loi de l’harmonie et cela dépend de vous, personne d’autre ne peut vous harmoniser. Certain dit : « Soyons en harmonie ! » Chacun doit le faire pour soi. Si vous le faites tout seul, il y aura de l’harmonie; sinon, il n’ y aura pas d’harmonie. Tous les gens dans le monde ont leurs problèmes personnels. Chaqu’ un a un diable-en retraite en soi et il lui donne à manger à la maison. Il est votre locataire et quand il vient chez vous, vous lui donnez à manger. Quand vous vous trouvez dans une situation difficile, vous lui dites : « Sors d’ici pour régler mon problème ! » Il sort et dit : « Que cherche-tu, bandit ! » Il résout ton problème. Une autre fois, quand tu t’égares, tu demandes à ton bon esprit : « Ecoute, ne pourrais-tu pas sortir à ma place ? J’ai gâché tout, je ne peux rien y faire, viens m’aider ! » Le bon esprit répond: “Bon, je vais remettre la caution.” Ainsi, ça dépend quel locataire vous allez appeler à votre aide. Maintenant d’ après la loi de l’harmonie, vous allez appeler le bon locataire – il vous donnera le ton et il va vous montrer comment faire. Cela vous est indispensable. On n’accepte pas de gens non harmonieux dans le Ciel – c’est la loi et elle fonctionne sans exclusion. Si vous ne devenez pas harmoniques sur Terre, en haut on ne pourra pas vous recevoir. Si vous vous harmonisez, vous allez quitter la maison en chantant, sans lamentations et là-bas on vous recevra avec des chansons. Si vous partez de la Terre sans chanter, au Paradis on vous dira : « Nous n’acceptons pas des gens, qui ne savent pas chanter. » Le Ciel est un endroit de chants et d’harmonie, on ne s’ y lamente pas, il n’ y a pas de la peine et des souffrances, on entend partout des chansons de toutes sortes, des plus tendres au plus orageuses - chacun peut en choisir et les écouter. A présent nous aussi nous allons faire notre travail sur Terre en chantant, mais vous allez y mettre de l’harmonie. Celui, qui n’utilise pas l’harmonie, je ne vais rien lui dire de plus – il n’a rien de commun avec mon Enseignement. Celui, que j’attrape n’être pas prêt, je vais le mettre dehors par toutes les lois de la science Divine. Quand il aura appris l’harmonie, je vais l’inscrire de nouveau, mais tant qu’il ne l’a pas apprise, il restera dehors. Vous allez savoir ceci et cela fonctionnera pour tout le monde, sans exception. C’est ainsi qu’écrit le Seigneur dans Son enseignement. Ses lois sont inchangeables et personne ne peut les éviter. Toutes les écoles doivent absolument suivre la loi de l’harmonie – cela est écrit. Si quelqu’ un commet de faute – dehors ! Combien de fois par jour vous vous levez et on vous appelle; ensuite vous vous mettez à chanter et allez à l’ Ecole. Tu commets de faute – tu sors dehors; et en sortant tu ressens ta situation. C’ est pourquoi la loi fonctionne à l’intérieur. Votre esprit, qui vous conduit, il vous mènera vers l’extérieur. En disant, que je vais vous mettre à la porte, je comprends la loi, qui fonctionne dans le monde Spirituel – elle est la même pour tout le monde. Le maître réagit de la même façon : si l’élève commet de faute, il ne pardonne à personne – on ne fait de révérence ni au professeur, ni à l’élève. S’il commet de faute – dehors, s’il se remet – il entre de nouveau. Car dans la disharmonie le Ciel entier soit bousculé. C’ est pourquoi, on dit qu’un homme impur, ne peut pas y entrer. Ceci est une règle, c’est une loi consciente. Ca dépend de vous, si vous êtes dans l’harmonie ou hors d’elle – vous êtes ceux, qui sont hors de l’harmonie ou en elle. Je vous dis donc de mettre en œuvre cette grande loi de la Vie. Il est nécessaire à la Terre, c’est une loi pratique. Ne pensez pas, que c’est une loi sévère, c’est une grande loi, qui nous apprend à être ordonnés. Adam était heureux au Paradis, mais quand il a mangé du fruit de la disharmonie, on l’a tout de suite tiré par l’oreille, et allez dehors. Bien sur, ceci est une grande punition, car il a violé l’harmonie. Si tu confonds une note, tu seras hors de l’école pendant toute la journée, si tu confonds deux notes, tu seras hors de l’ école pour deux jours, trois notes – trois jours, etc., tant de notes que tu confonds, tant de jours tu seras hors de l’ Ecole. Si tu te répares, c’est la Grâce. La loi est absolue: on n’admet absolument pas de disharmonie. Si tu ne m’aimes pas, tu diras : « Patiente-toi un peu. » Si tu m’aimes, tu ne me demanderas pas de me patienter, et si tu aimes les gens, ne les oblige pas de supporter tes bêtises. En ce rapport, vous allez tacher d’avoir cette harmonie entre vous, elle vous est indispensable. Si vous ne l’avez pas, rien d’autre ne pourra vous aider. Vous pouvez prier ici, mais si vous sortez de la réunion, l’harmonie sera brisée. Il faut retenir l’idée, que Dieu est une harmonie éternelle. Cette idée doit devenir en vous de la chair et du sang, vous devez l’entendre partout. Alors vous serez forts de lutter contre les tentations extérieures du monde. A présent je vous donne une interprétation de l’Amour sur la clef de sol – en premier degré. Vous dites : « Aimons-nous ! » Mais pour aimer, tu dois avoir la clef de sol et t’accorder selon elle. Alors tu auras de l’harmonie et tu commenceras à Aimer. En parlant d’Amour, je comprends qu’elle précède l’harmonie, qui crée les conditions, pour que cette force Divine puisse se présenter, qui de son coté donne de la santé, et la santé rend l’harmonie. L’harmonie extérieure rend les conditions pour que l’Amour apparaisse, l’Amour donne la Vie, la Vie – la santé, et la santé rend l’harmonie à l’intérieur de nous. Ainsi donc, l’harmonie extérieure se forme à l’intérieur de nous. Cet Enseignement dont je vous parle, je voudrais, que vous le mettiez en œuvre. Je vous interroge, et je mettrais une commission, pour vous interroger sur toutes les notes, et il y aura des examens du début à la fin. Une commission du Ciel viendra ici pour vous interroger. Elle visitera vos maisons et vous allez passer par des examens en harmonie et vous allez chanter. Tachez de garder l’harmonie dans votre maison, quand viendra la commission vous interroger, pour que la grâce Divine puisse y rester. Si elle vient et vous n’êtes pas prêts, vous n’aurez aucune grâce. Ne regrettez pas après. On va envoyer une commission du Ciel – comment allez-vous vérifier cette idée ? Cette commission reste un peu mal comprise – elle désigne des gens de la même commune, qui peuvent être trois, quatre, cinq ou dix personnes, unis dans une harmonie commune. Ils vont vous interroger sur l’harmonie – comment chantez-vous, comment vivez-vous, comment sentez-vous, comment agissez-vous. Cette année est la treizième. Si vous ne donnez pas de résultat, vous ne pourrez pas poursuivre. Si vous passez d’un bout à l’autre en chantant, que va-t-il se passer, qu’allons-nous entendre, des applaudissements ou des sifflotements. Depuis l’an prochain, on commence un cours nouveau, une nouvelle clef. Si vous passez l’examen, vous allez commencez avec une nouvelle clef. C’est ce que je voulais vous dire. Ces choses, dont je vous parle, vous en avez l’expérience, vous les avez déjà vécues et vous les connaissez, vous ne faites que vous en souvenir maintenant. Certaines choses que vous avez oubliées, vous allez vite vous en souvenir quand vous vous trouvez dans l’embarras. Ce loup, qui a appris à manger les moutons, dit, qu’on ne peut pas manger des racines, mais des qu’il reste sans nourriture pour cinq, six jours, il se souvient des racines sucrées et il les trouve. Vous faites la même chose, quand vous vous trouvez dans un embarras, vous vous souvenez de choses déjà connues. Vous connaissez ces choses, mais je vais vous rappeler une ancienne vérité, que vous avez oubliée. Christ dit : « Quand viendra l’Esprit de la Vérité, il va vous rappeler ce que Je vous ai dit au début. » C’est écrit dans l’âme, dans votre cerveau et vous le savez. Ne vous troublez pas et ne dites pas : « Je ne peux pas prendre ce ton correctement, je ne le connais pas. » Vous le connaissez, vous allez vous le rappeler ! Vous allez ouvrir le livre à une certaine page et vous allez voir l’ année, le mois, le jour, le temps, tout comme il suit, comme ça a été et vous allez vous dire : « Ah, oui, je me rappelle, maintenant ça devient clair. » Vous allez faire une petite vérification. C’est bien de pénétrer chacun en soi, et d’ y travailler. Ne croyez pas que vous manquez de qualités. Vous avez tous des qualités et des sentiments, mais vous devez travailler selon la loi de l’harmonie. Quand vous travaillez selon la loi de l’harmonie, tout s’agrandit et quand vous travailler sans la loi de l’harmonie, la vie devient pénible et dure. Tu manges sans avoir de l’ harmonie, tu dors sans avoir de l’ harmonie, tu vis avec les autres dans la disharmonie – alors la vie est dure, pénible et vous vous mettez à chanter les chansons « Neuf jours Doitchin a été malade » ou bien « Des années, des années pénibles ». C’est la Vie sans l’harmonie. Ainsi, à présent, je vous ai donnée une clef, une méthode très simple, mais très naturelle, que vous pouvez réaliser. Hors de cette idée d’harmonie, ne songez pas à ce qu’est Dieu. Vous allez pensez à Dieu comme étant une Grande harmonie raisonnable, qui pénètre partout dans l’Univers, dans la Nature et dans tout être vivant. Chaque soir vous allez concentrer votre esprit, votre pensée vers un ton de cette harmonie. Si vous arrivez à saisir un ton, c’est beaucoup de choses. Chaque jour un ton ! Tu te disputes avec ton mari, ta fille et tu dis: « Mon mari ne prend pas bien les tons. » Non, tu dois dire : « Je vais prendre correctement un ton de la clef de sol, et je vais lui montrer comment faut-il chanter ! » Tandis que tu commences avec : « De quoi tu parles? » Toi, tu parles, lui il parle et que se passe-t-il quand tous deux vous commencez de parler ? – Deux bêtises. Tu vas te calmer et tu penseras : « L’Amour c’est la clef de sol – je dois prendre le diapason ! » Tu prends le diapason, tu te prépares et tu dis à ton mari : « Amour et concorde, Amour et concorde ! » Tu vas chanter, chanter et tu vas élever la voix et quand tu poses ton regard sur lui – il va sourire et lui aussi, il va commencer à chanter : « Amour et concorde, faisons la paix ! » C’est le Divin – écouter ce que dit Dieu là-haut. Quand tu vis de la façon, la vie devient raisonnable et facile. Tandis que maintenant vous allez de maison en maison pendant toute la journée et vous racontez ce que vous avez vécu – tu racontes pendant toute la journée à plusieurs endroits et tu continues à souffrir. En vivant dans l’harmonie, tu ne vas rien raconter à personne et tu n’auras aucune douleur dans l’âme. Maintenant je vais vous donner un exercice – on va voir si vous pouvez le faire. Pouvez-vous faire le premier exercice ? Vous allez penser deux minutes sur les mots Amour et concorde. Restez deux minutes silencieuses et faites l’exercice. Vous allez faire cet exercice dix fois par jour pour deux minutes et vous allez voir les résultats. Vous allez tacher de garder à chaque instant l’harmonie dans votre esprit – votre esprit doit s’habituer. Il s’égare beaucoup, mais lorsque vous le concentrez pour une, deux minutes sur l’harmonie, votre esprit prendra l’habitude de se concentrer, de s’adapter. Quand vous faites ces exercices, vos cellules, vos nerfs vont commencer à prendre bien les tons et si vous avez de la migraine ou un disconfort quelconque, il va passer et vous allez vous ressentir être plus sains. Si vous faites ces exercices plus souvent, vous allez pouvoir vous soigner – c’est une bonne méthode pour la cure. Toute cure est une purification, et la purification est de la santé. En vivant toute votre vie de cette façon, et vous faites ces exercices sur l’harmonie, tout sera purifié en vous et votre âme deviendra blanche comme la neige. Quand vous ferez plusieurs fois ces exercices et vous en voyez le résultat, faites le moi savoir. En vous rassurant sur les bons résultats que ça donne, vous pouvez alors aider vos proches. le 20 juin 1921, lundi, Saint Esprit, Sofia
  18. Беседата на български Travaillez avec amour J’aimerais savoir pourquoi vous avez demandé cette rencontre*. Réponse : Nous voulons être encore une fois avec Vous, Maitre. Avez-vous des questions à poser ? ... Savez-vous d’où tire son origine le mot bulgare poznai (connaitre) ? Il dérive d’une vieille racine qui signifie vivre consciemment. C’est ce qui donne du sens à la connaissance. Vivre en conscience, c’est la Vie éternelle. Ainsi, ce sont des synonymes - Vie et Vie consciente. Or, il ne suffit pas de vivre, mais il faut vivre en conscience. Connaitre veut dire vivre au sens plein du mot. Maintenant, les gens vivent et s’enrichissent, mais il leur manque la confiance dans leur vie. Vous avez surement observé certains élèves qui commencent à étudier la musique et qui ne comprennent rien, c’est-à-dire qu’ils ne peuvent rien interpréter. Je vous demande, est-ce que l’enseignant investit quelque chose en eux ? Si l’élève n’a pas ce grand amour pour la musique et le désir de l’apprendre, l’enseignant peut-il développer quelque chose en lui ? Non. Selon cette même loi, si vous n’avez pas un désir fort et intense de vivre, qu’est-ce que le Seigneur peut faire pour vous ? Ainsi, ce que vous cherchez se trouve en vous. Cependant, il y a aussi des choses qui sont en dehors de vous. Les enseignants de musique demandent à leurs élèves de travailler sur des études et des exercices, au lieu de se distraire avec des mélodies populaires ou de donner des concerts ce qui gâcherait leur talent. L’élève doit tout d’abord apprendre l’art de jouer d’un instrument musical. Ainsi, la Vie évolue de façon harmonieuse - le temps que l’élève met pour apprendre, il atteint son objectif. De la même façon, une personne qui veut acquérir la vie Divine doit avoir des méthodes pour atteindre cette Vie. Chaque élève doit avoir ses propres méthodes. Je remarque maintenant que ceux à qui l’Esprit commence à parler disent : « À moi, l’Esprit me parle déjà ». Mais savez-vous quelle grande différence il peut y avoir lorsque l’Esprit parle ? L’Esprit a parlé aussi à Élie, à Ésaïe, mais la question est comment leur a-t-il parlé. Donc, l’Esprit ne parle pas de la même façon à tout le monde. Un enseignant de musique peut enseigner à cinquante ou à cent élèves à la fois, mais le premier reconnait à peine les notes, le deuxième a pris deux, trois ou cinq leçons, le troisième a pris cinquante leçons, et ainsi de suite. Vous ne comprenez pas que la manifestation de l’Esprit Divin parmi vous est graduée. Lorsque l’Esprit nous parle, ce n’est pas la seule chose qui compte, mais il faut comprendre aussi les vivantes lois Divines. À cet égard, les inventeurs d’aujourd’hui donnent les meilleurs exemples : ils répètent un essai une, deux ou trois fois sans succès. Pendant quinze ou vingt ans, ils réalisent des essais sans succès, jusqu’au moment où quelqu’un atteint son objectif, et quelqu’un d’autre – non. La persévérance est nécessaire. La même persévérance doit avoir celui qui a emprunté le chemin Divin. Ce qui peut être atteint en une journée n’est pas un enseignement. Je ne dis pas que c’est difficile, mais cela prend du temps. Lorsque vous vous mettrez à étudier cet Enseignement, vous rencontrerez beaucoup d’obstacles. Imaginez un enseignant de musique avec vingt ou trente élèves dont les conditions sociales sont différentes : le père d’un élève est riche et lui achète un bon instrument, le père d’un autre élève est pauvre - cet élève n’a même pas de souliers et a besoin de rattraper les conditions extérieures qui lui manquent, tout en étudiant ses leçons. Cependant, chez les élèves pauvres se développe un meilleur caractère que chez les élèves riches – les pauvres sont plus aguerris. Plusieurs d’entre vous ressemblent à ces élèves riches et veulent maitriser cet art sans être confrontés à beaucoup de difficultés. C’est la tendance parmi vous. Le christianisme contemporain comprend deux catégories. La première représente l’accumulation, tout comme l’engraissement des porcs, dont la graisse devient de plus en plus épaisse, mais elle ne possède aucune force musculaire. De la même façon, les couches s’accumulent sur la terre l’une après l’autre ou encore les couches de poussière qui s’accumulent dans une maison où personne ne fait le ménage. Dans ce cas, les acquis et l’enrichissement sont extérieurs. Dans la deuxième catégorie du christianisme, ce qui est acquis, c’est la croissance intérieure où chaque particule fait partie d’un tout et dans cette particule se manifeste la Vie. Parfois, ces particules ne sont pas unies, chacune d’elles mène une vie individuelle et dit : « Personne ne doit se mêler de mes affaires », et parfois, chaque particule est liée aux autres et elles sont toutes vivantes. Ainsi, votre expérience doit faire partie de cette deuxième catégorie. Par exemple, vous lisez un livre – c’est une accumulation. Un auteur peut écrire quelque chose de véridique, mais vous croyez qu’en lisant ce qu’il a écrit, vous le comprenez. Vous ne pouvez pas le comprendre pour la simple raison que vous n’êtes pas dans ses conditions que vous ne comprenez pas non plus, vous ne savez pas ce qui l’a motivé à écrire. Vous lisez l’Évangile, vous lisez ce que le Christ a dit, ce qu’Ésaïe a dit, mais vous ne savez pas ce qui a poussé le Christ à dire cela. Tant que vous n’essayez pas les mêmes conditions dans la Vie, vous ne comprendrez pas cet Enseignement. Lorsque l’Esprit viendra, il créera en vous cette compréhension. Pour cela, des fois, lorsqu’il y a de l’accumulation dans votre vie et vous décidez de l’essayer, il y a seulement de la poussière qui se lève et vous pensez que vous connaissez la vie. Toutes ces particules se détachent, mais il n’y a rien d’organique en elles. Cela vous arrive et vous vous dites : « Ce n’est pas vrai, nous nous sommes trompés » Oui, s’il y a de l’accumulation en vous, je vous dis que vous vous êtes trompés – ce n’est pas une chose vivante. Si l’eau passe neuf fois par votre poussière et cette dernière ne se détache pas, alors c’est organique, et si elle se détache, c’est insignifiant. Je fais un constat sur la loi qui régit la Vie. Vous ne pouvez pas vous libérer du doute. Il est naturel et inévitable. Il ne s’agit pas d’une loi ici, mais dans les conditions présentes, le doute est inévitable. Chez les gens dont la foi est faible, la colère, le mépris, la jalousie, le mensonge et beaucoup d’autres choses sont inévitables. Question : Si cette chandelle est allumée dans notre esprit, comme Vous le dites, ces choses sont-elles toujours inévitables ? Non, lorsque cette chandelle s’allume dans l’esprit Divin, c’est-à-dire, lorsque Dieu allume votre chandelle, il la mettra sur le chandelier et dira : « Que cette lumière s’allume parmi les gens ». C’est ça, le sens, c’est comme cela que les gens glorifieront Dieu. Question : Qui peut allumer cette chandelle, Dieu ou nous-mêmes ? Elle s’allume quand on est en contact avec Dieu. Et les flammes qui sont apparues devant les apôtres, n’étaient-elles pas les mêmes chandelles ? Tout dépend de l’Esprit Divin. Il est différent de tous les autres esprits. Il y a beaucoup d’autres esprits. Les choses se disent et se sèment, mais pour chaque chose il y a un moment déterminé. Je vous dis de ne pas croire que le moment n’est pas venu. Il ne sert à rien de s’inquiéter. Ne pensez pas que pleurer et vous plaindre vous aidera. Cela ne vous aidera point. Pleurer a un sens bien différent : lorsque vous allez auprès d’une personne cruelle, vous pleurez pour adoucir son cœur, tout comme le sol sec qui a besoin d’eau. Quand vous allez auprès d’une bonne personne, avez-vous besoin de pleurer ? En vous voyant mal habillés et pieds nus, ne vous habillera-t-elle pas ? Et si vous lui dites que vous ne voulez plus vivre, ne vous défendra-t-elle pas ? Dieu est un Être intelligent et lorsqu’on va près de lui avec une foi positive, Il n’hésite pas. Maintenant, nous allons auprès de Dieu avec nos propres idées humaines. Parfois, nous nous inquiétons beaucoup et nous étouffons l’Esprit Divin en nous. Imaginez la mère qui prépare un gâteau et son enfant qui n’arrête pas de criailler près d’elle. Elle pétrit la pâte et il lui demande : « Est-ce que le gâteau est déjà prêt ? » L’enfant doit attendre que la mère finisse son travail. Est-ce que le gâteau serait prêt en moins de temps si l’enfant restait près d’elle en la dérangeant et en lui posant tout le temps la même question ? Non ; qu’il aille chercher de l’eau, du bois pour allumer le feu, qu’il soit joyeux près de sa mère et le gâteau sera prêt plus tôt. La vie chrétienne est facile à adopter, mais certaines idées sont fausses. Vous direz : « Ne sommes-nous pas chrétiens après toutes ces années ? » Vous êtes chrétiens, mais vos idées sont très différentes. Vous pouvez avoir deux ou trois fils, quatre ou cinq filles, mais un seul enfant qui comprend. Je vous demande comment vous vous entendez avec vos autres enfants ? Vous vous entendez avec eux aussi. Ils ressemblent à des invités qui viennent chez vous et vous disent : « Maman, je veux ceci, je veux cela » et ensuite ils partent, tandis que l’autre enfant reste à la maison pour vous aider. Vous aussi, vous dites : « Mon Dieu, je veux ceci ou cela » ou vous déclarez : « J’ai dit à mon père de m’acheter ceci ou cela et il me l’achètera ». C’est l’une des entraves qui empêchent plusieurs de réussir. Maintenant, dans cette Vie véritable, il y a une autre compréhension intérieure qui ne peut pas être comprise avec des mots. Vous arriverez à cette profondeur, à ce calme intérieur, à cette Paix et à la compréhension de la vie Divine. Ce sont des choses abstraites, mais vous arriverez à l’aspect pratique de l’Enseignement pour faire de votre demeure une oasis dans le désert, avec des arbres fruitiers, et lorsqu’un voyageur passe avec ses chameaux, il pourra s’y arrêter. Commentaire : Dans l’une de vos conférences précédentes, vous disiez que lorsqu’on veut changer notre position par rapport à nos proches, nous devons changer notre attitude envers Dieu. Question : Comment peut-on appliquer cet Enseignement en pratique ? Pour cela, trois conditions sont nécessaires : la première est d’être au service des gens – nous sommes alors à l’état de serviteurs. La deuxième est d’être au service de soi-même : notre vie individuelle est alors renforcée. La troisième condition est d’être au service de Dieu. Chaque jour, divisez votre service de façon proportionnelle et observez à laquelle des trois catégories appartiennent vos actions. En étant au service de Dieu, l’homme peut également servir les gens, mais sa position sera différente. C’est de cette façon que vous changerez votre position initiale – vous serez au service de Dieu. Vous trouverez ce désir au fond de votre âme, car c’est une impulsion de l’âme. C’est un état que vous comprenez naturellement, et non pas un état que vous devez étudier. Vous en êtes tous conscients, vous le savez, mais vous dites que le temps n’est pas venu. Ce service est difficile, une École est nécessaire. Vous trébuchez lorsque vous voulez servir Dieu. Vous devez vous libérer de votre état et ne pas dire: « Nous sommes des femmes ». Les hommes veulent servir Dieu, mais ils disent : « Nous sommes des hommes » ; les enfants veulent servir Dieu, mais ils disent : « Nous sommes des enfants » ; les enseignants veulent servir Dieu, mais ils disent : « Nous sommes des enseignants ». C’est un état temporaire qui vous est donné uniquement pour que vous appreniez certaines leçons. Dans une pièce de théâtre, vous jouez par exemple le rôle du domestique. Il vous est donné pour que vous étudiiez ce rôle, car chaque rôle possède des aspects et des caractéristiques particuliers que vous devez étudier. Cependant, peu importe le rôle que vous avez, vous n’êtes pas ce que vous représentez sur la scène. Vous êtes venues comme des femmes uniquement pour apprendre ce rôle. L’essence de la femme en tant qu’art, vous ne l’avez pas encore appris, c.-à-d., je ne dis pas que vous ne le savez pas, mais c’est ce que vous êtes en train d’étudier. Quelqu’un qui vous regarde de l’extérieur demandera : « Est-ce que c’est vraiment une femme? », après quoi il donnera son opinion. Maintenant, le fait que je vous parle ainsi ne veut pas dire que vous devez vous libérer de cet état, car c’est la vie et c’est votre rôle. En dehors de cela, vous étudierez les choses qui appartiennent à l’essence de votre âme. Imaginez que vous êtes quatre sœurs à la maison. Votre père est mieux disposé envers l’une d’elles, la mère est mieux disposée envers une autre, un frère est mieux disposé envers la troisième, et la quatrième n’a la bonne disposition de personne, ils la repoussent tous et c’est elle la coupable pour tout. Évidemment, elle se sentira désespérée, elle sera toute chagrinée et triste, jusqu’au moment où elle comprendra le sens de la Vie. Admettons que tout le monde autour de vous vous torture, on vous traite d’ignorant, de stupide, de maladroit, et lors des soirées avec des invités, on parle tout le temps de vous. Vous ne saurez pas que faire ni où aller. Admettons que vous ressentez le désir de prier Dieu pour vous libérer et admettons aussi que Dieu n’adoucit pas le cœur d’aucune de ces personnes par rapport à vous. Enfin, vous trouvez une amie à l’extérieur qui a de la compassion pour vous – votre moral remonte immédiatement et vous supportez tout avec joie. Une transformation se produit en vous : vous portez toujours votre fardeau, mais il vous parait plus léger. Ainsi, votre état dans le monde ne changera pas, mais vous trouverez une amie et vous porterez votre fardeau avec allégresse. Le monde sera perplexe et dira : « Cette femme a un plus ». Ensuite, vous plongerez dans le doute et vous vous demanderez si votre amie est de passage dans votre vie – vous êtes alors dans une phase négative. Par conséquent, le monde ne changera pas encore, votre père, votre mère, votre sœur seront toujours les mêmes, ils continueront à avoir leurs plans et leurs idéals, mais ils doivent acquérir un nouvel élément. Je vous explique comment cela fonctionne dans la Nature : les fleurs qui sont plus proches de la fenêtre, vous les arrosez tout comme les autres, mais elles sont plus fraiches, car elles reçoivent plus de lumière. Et celles qui sont placées à l’ombre, orientées vers le nord, elles auront toujours l’air maussades. Elles sont la quatrième sœur – personne ne s’occupe d’elle, c’est toujours elle, la vilaine, et tout le monde dit : « Ah, elle, on n’y peut rien ! ». Quant à moi, je trouve une petite fenêtre, je la place là, et aussitôt, elle commence à pousser – tout ce qu’elle veut, c’est un peu de lumière. Ainsi, veillez à ce que la lumière Divine illumine toujours votre âme, car le monde peut périr, mais la lumière Divine est éternelle. Dieu est Lumière. La deuxième condition dans le monde consiste dans le fait que tout le monde attend des autres plus qu’ils ne peuvent offrir en échange. Remarquez qu’il existe une autre loi, selon laquelle les fréquences de vibration des âmes ne sont pas les mêmes. Au contact avec certains gens religieux, non seulement votre âme ne s’élève pas, mais elle descend plus bas, à leur niveau, comme en science physique où le mélange de deux liquides à température différente prend la température moyenne des deux. Pour cela, d’après cette loi, vous devez vous approcher les uns des autres selon les vibrations de vos âmes. Les âmes dont les vibrations sont les mêmes peuvent interagir, mais celles qui sont différentes restent en arrière. Les canards qui volent de la même façon avancent, et ceux qui ne volent pas de la même façon prennent du retard. Pouvez-vous atteler le cheval et le bœuf ensemble ? Vous aurez une alliance dysfonctionnelle. Essayez maintenant d’identifier ce qui vous trouble, pour être en mesure de vous libérer des dépôts accumulés en vous. Vous libérer de vos dépôts signifie que la nouvelle Vie doit toujours se déverser dans votre vie, car l’eau stagnante, même si vous la couvrez pour la préserver, elle sera toujours stagnante; un vieil habit, même si vous le lavez et le raccommodez, il reste un vieil habit. Il vous faut un nouvel habit. Maintenant, vous dites parfois : « Quand j’étais enfant, ma foi était si forte ! » La Foi chez l’enfant et chez l’adulte est différente. La Foi évolue aussi. L’apôtre Paul dit : « Lorsque j’étais enfant, je résonnais comme un enfant ; lorsque je suis devenu homme, j’ai fait disparaitre ce qui était de l’enfant. » Ceux parmi vous qui ne comprennent pas, leur intérêt sera suscité et ils reprendront là où ils sont rendus, chacun selon son niveau. Tout comme la plante qui pousse un peu chaque jour, vous devez pousser un peu chaque jour aussi. Si vous ne poussez pas, il n’y a pas de développement ni de compréhension. Vous devez atteindre cet état où, lorsque vous voulez faire quelque chose, vous ressentez la présence de Dieu si vivement que vous êtes capables de vous arrêter avant de le faire. Vous affirmez maintenant que vous ressentez la présence de Dieu, mais lorsque l’épreuve arrive, vous ne réussissez pas et vous avez des regrets. Quand votre voiture se renverse, vous trouvez le chemin, mais c’est important de le trouver avant que la voiture ne se renverse. C’est là où réside la Force de la Vie. À cette étape de la Vie, vous aurez des obstacles et on vous dira : « Vous n’êtes pas sur le bon chemin, car l’Évangile nous enseigne telle ou telle chose ! » Je vous dis : l’Évangile nous enseigne beaucoup de choses, mais vous ne les comprenez pas. Parfois, ceux qui expliquent ce que l’Évangile nous enseigne ressemblent à ceux qui écrivent le mode d’emploi qu’on retrouve dans la teinture que vous achetez pour teindre les œufs de Pâques. Dans ce mode d’emploi, on peut lire la composition de la teinture, le type d’œufs à teindre, comment mélanger la teinture et dans quelle quantité d’eau, etc. On peut lire : « Mélangez la teinture dans une quantité d’eau X, ensuite mettez les œufs d’une telle façon et vous aurez de tels résultats. » Tout se fera selon le mode d’emploi du sachet, mais il faut passer par tout le processus. Cependant, il y a des savoirs plus profonds que ceux de la teinture. Dans les conditions actuelles, les gens trébuchent beaucoup. L’atmosphère est remplie d’âmes moins développées qui s’approchent de vous et vous ressentez un malaise, un mécontentement. Ce sont elles qui causent cet état. Selon la théosophie, ce sont des âmes élémentaires. Vous devez tous vous libérer d’elles et pour cela, vous devez avoir un râteau. Ces âmes ont besoin d’être éduquées, elles doivent apprendre à se soumettre à la loi Divine et à travailler. Question : Est-ce que ce sont ces âmes qui nous font trébucher ? Oui Question : Elles gagnent probablement quelque chose, n’est-ce pas ? Oui, elles viennent pour vous voler. Question : Ne devrions-nous pas avoir des moyens pour nous protéger d’elles ? Lorsqu’elles arrivent, mettez-les au travail, apprenez-leur à tisser, à filer, mettez-les au travail dans la cuisine. Elles exercent une influence seulement sur la raison et vous direz : « Cette pensée n’est pas la mienne, ce désir n’est pas le mien ! » C’est de cette façon que vous pouvez les rejeter. Si l’homme décide de croire tous les pensées et désirs qui lui traversent l’esprit, que se passera-t-il ? Ces pensées et désirs doivent s’en aller tout comme l’eau et le vent, et nous en prendrons seulement ceux dont nous avons besoin – ce n’est pas tout pour nous. Je vous laisse libres et je veux que vous étudiiez de votre plein gré toutes les règles que je vous donne et que vous les appliquiez de façon à ce que vous soyez en mesure de vous mettre le licou et de l’enlever vous-mêmes. Je ne vous impose aucune discipline, je vous laisse agir librement. Vous voulez parfois me tromper, mais dans cette situation, je suis gagnant, et vous êtes perdants. De cette façon, vous vous mettez en situation d’échec les uns les autres. Je remarque souvent que vous détruisez des choses que j’ai réparées. Souvent, avec la bonne intention d’agir, vous avez la ferveur de l’Apôtre Paul et vous dites : « J’avais la ferveur, mais pas la bonne compréhension des choses ». Si vous entrez dans un jardin, où irez-vous ? Vous irez surement vers le poirier ou le pommier avec les meilleurs fruits. Même l’être le moins intelligent dans le monde n’ira pas vers le pommier sauvage – il ira chercher les meilleurs fruits. S’il n’y a pas d’autres pommes, il ira vers le pommier sauvage, mais s’il y a de belles pommes, il ira vers elles. La même loi s’applique dans le monde : si vos fruits sont bons, ce ne sera pas nécessaire d’inviter la personne, car elle viendra toute seule vers vous. La vie est faite ainsi et c’est très vrai : vos relations avec gens qui vous entourent sont définies par la richesse de votre esprit et la richesse de votre cœur. Pour moi, l’Amour, ce n’est pas ce qui change. C’est une idée ridicule – on aime, mais dix ans plus tard, on tourne le dos. Paul dit : « L’amour ne passera jamais ». Réplique : J’ai toujours pensé qu’il faut s’efforcer pour s’emparer du Royaume des cieux. Question : Quelle vertu est la plus importante pour avoir de meilleurs résultats ? Forcer le Royaume des cieux signifie que seulement celui qui est en mouvement s’en emparera. Imaginez que vous sortez le matin au sommet d’une montagne pour observer le Soleil levant. Si vous vous dispersez à des endroits différents au lieu de rester tous au même endroit, le Soleil vous donnera à tous de sa force. Si vous vous mettez en file l’un après l’autre et attendez votre tour pour recevoir sa grâce, une discordance se produira sans doute. Exposez-vous au soleil tous en même temps et attendez sa grâce. C’est ça, l’enseignement Divin : il n’y a pas de moment précis ni d’ordre - vous vous présenterez tous en même temps. Question : Nous nous connaissons tous de l’extérieur. Est-il possible de se connaitre et de s’aimer de façon à devenir un groupe puissant à Sofia ? Qu’est-ce qui vous empêche ? La difficulté réside dans votre esprit. Pouvez-vous nous emmener à la montagne ? Aujourd’hui, même les jeunes enfants vont à la montagne. Ce n’est pas une chose difficile. Vos questionnements me font penser à une pièce avec une grande fenêtre devant laquelle il y a un grand miroir qui reflète le lever du Soleil le matin. Vous êtes tous là et vous attendez de voir le Soleil dans le miroir – c’est ça, votre état actuel. Je veux que vous sortiez dehors au lieu de regarder le Soleil dans le miroir. Vous ne pouvez jamais trouver la Vérité de cette manière. Le miroir vous montrera que le Soleil se lève d’une profondeur lointaine, c’est-à-dire, il vous montrera que la Vérité est juste derrière vous. Vous devez essayer de pénétrer dans votre âme que vous connaissez très peu. Il vous faut de l’expérience que chacune de vous doit vivre individuellement. Ainsi, vous devez vous tourner vers Dieu et dire : « Seigneur, allume notre chandelle, peu importe comment, juste allume-la! » Vous laisserez tout à la disposition de l’Esprit Divin et il allumera la chandelle. Cette chandelle s’allumera de la façon que Dieu aura choisie. L’esprit qui donne des talents aux gens n’est pas ce que vous croyez. Nous accordons un sens particulier au mot « Esprit ». Cette chandelle n’est-elle pas encore allumée en vous ? La chandelle doit être allumée et placée sur le chandelier, ensuite vous devez enlever le boisseau et dire : « Que la Lumière soit ! » Le Maitre regarde dehors : il y a de la bruine. La pluie montre qu’il vous faut plus de Vie. Les conditions météorologiques me disent que ce qui vous bloque, ce sont les brouillards d’en haut qui symbolisent la Vie. Les difficultés que vous éprouvez sont en réalité moins graves que vous ne le croyez. Vous mettez un petit problème sous le microscope et vous dites : « Personne n’a jamais eu un problème aussi grave que le mien! » C’est vrai – tes problèmes sont à toi seule. Rapprochez-vous, allez sur le Chemin de l’Amour et vous verrez ce que Dieu peut faire pour vous. Levez-vous doucement chaque matin, essayez de concentrer vos pensées, de garder votre calme intérieur, de pénétrer dans la pensée Divine, car certaines expériences que vous vivez sont karmiques et inévitables. Réplique : Vous avez dit hier que lorsque cette chandelle s’allume, les choses karmiques disparaissent. Oui. Vous pouvez décider d’y mettre fin. Avez-vous, par exemple, cette Foi positive ? J’examine la Foi positive à travers l’élargissement de la conscience. Bref, je vous aiderai comme le vent – j’enlèverai la poussière pour qu’elle ne vous dérange pas. Dans le monde Divin, c’est comme si vous montiez à bord d’un train. Vous respecterez les règles du train – si vous êtes en retard, il ne vous attendra pas. Vous monterez à bord, vous voyagerez et vous descendrez à l’endroit déterminé. Ne vous inquiétez pas pour le machiniste et n’ayez pas peur que la locomotive se détache des wagons – ce ne sont que des suppositions. Vous direz : « Prions le Seigneur pour que le voyage se passe bien. » Vous irez auprès du Seigneur avec votre âme et non pas avec le corps. Vous mettrez votre Foi en Lui. Essayez de ne pas vous troubler – la Foi vivante est nécessaire. Disons que vous vous trouvez dans une situation problématique et que vous vous tourmentez. Parfois, cet état est dû à une nourriture difficile à digérer qui cause l’accumulation de certains résidus en vous. Parfois, ce sont des sentiments contradictoires qui causent des crampes – par exemple, vous aimez et vous détestez en même temps et vous ressentez alors des pointes au cœur. Vous dites : « J’ai des pointes au cœur! » Bien sûr que tu as des pointes au cœur, débarrasse-toi des sentiments contradictoires et la douleur disparaitra! Parfois, quelqu’un peut vous agresser avec ses pensées et vous causer des pincements. Pour cela, vous devez apprendre à vous protéger, à mener une telle vie que les flèches vivantes rebondissent sur la cuirasse de votre corps. Parfois, vous devez vous libérer du diable. Savez-vous ce qu’il fait ? Il joue le tour suivant : vous lui devez de l’argent, il vient le collecter, mais vous oubliez de prendre la lettre de change. L’année suivante, il vient encore chez vous et dit : « Tu penses que tu as déjà payé ? Non, tu dois payer maintenant ! » Vous devez donc prendre la lettre de change. Autrefois, il y a vingt ans, tu as commis des pêchés quelconques, tu as prié le Seigneur de te pardonner, mais voilà que vingt ans plus tard le diable vient te dire : « Tu dois payer ! » Tu lui diras : « J’ai déjà payé, je n’ai plus rien à payer, poursuis-moi en justice ! » Cela vous cause du tourment. L’homme doit faire la différence entre la justice et l’injustice. Il y a des choses morales et des choses immorales, il y a de bons gestes et de mauvais gestes, de bons actes et de mauvais actes. Votre âme doit se débarrassez de tous les actes mauvais et injustes, se libérer des vieux tourments, pour que vous ne gardiez que l’expérience. Question : Nous allons nous en débarrasser, mais s’ils ne veulent pas nous quitter ? Ils vous quitteront. Dans cette école, il faut travailler fort et parfois les gens créent des ennuis tout seuls par ignorance, ce qui les fait souffrir. Essayez d’être riches de Foi et de Connaissances. L’homme doit s’enrichir ! Autrefois, les gens allaient dans des monastères et vivaient dans l’isolement pendant dix, quinze ou vingt ans pour devenir plus forts. Vous pouvez réaliser la tâche suivante : chaque école a ses défis et ses difficultés, alors essayez de vous libérer de votre ancien karma dès maintenant, ne tardez pas. Essayez de planter de nouvelles pensées et de nouvelles idées qui permettent la croissance et l’élargissement de l’âme et qui rendent l’homme plus fort. Chacun d’entre vous a une petite dette ou un paiement à faire. Lorsque la date d’échéance approche, vous vous mettez à chercher de l’argent. Ce sont de nouvelles dettes que vous accumulez. Chacune de vous doit essayer de faire ce qui est dans son pouvoir, de réaliser un travail, d’apprendre un exercice. Certaines d’entre vous ont plus d’expérience et d’autres en ont moins. Certains ont de l’expérience dans un domaine, et d’autres – dans un domaine différent. L’Esprit vous parle à tous d’une manière différente. Vous avez tous besoin de prier avec véhémence. Quand on parle de chandelle allumée, en entend quelque chose de différent. La chandelle de l’homme est allumée, mais il y a une différence d’une chandelle à l’autre. Par exemple, vous avez des lampes ordinaires à gaz qui dégagent une odeur. Il y a aussi des lampes où le gaz se transforme en vapeur avant de s’allumer – la combustion de ces lampes est meilleure. Enfin, il y a d’autres types de gaz avec de l’air ajouté – ils brulent complètement et produisent une lumière plus forte. Ainsi, la raison doit passer à cet état Divin sans laisser de résidu quelconque, sa Lumière et son feu doivent être purs. Essayez de trouver votre âme et de vous tourner vers elle. Lorsque vous trouverez votre âme, vous ressentirez une plénitude intérieure, tandis que maintenant vous ressentez un vide et vous reculez chaque jour. Que vous preniez quelque chose ou pas, sentez toujours la plénitude en vous ! Jésus dit que vous n’êtes pas cette source vivante qui puise à l’intérieur, mais une source qui puise à l’extérieur et s’épuise un peu chaque jour. Aussi, l’Écriture dit : « Priez les uns pour les autres pour que vous soyez guéris. » Bon, qu’est-ce que l’Esprit vous a dit, quelle est la chose la plus sublime dont il vous a parlé ? Parfois, l’homme se parle tout seul, et parfois, quelqu’un d’autre lui parle. Lorsque Dieu parle, il y a des éléments nouveaux, il y a quelque chose de particulier. Quand le Seigneur se met à parler à l’homme, ce dernier ressent ses paroles avec son esprit, son cœur et sa volonté. Elles pénètrent partout, car sa Parole est vivante. Celui qui entend la Parole de Dieu, il est vivant, il n’est pas mort. Vous ressentirez alors au fond de votre âme une Joie et celui qui l’a déjà essayée la connait. Elle ressemble à la source tranquille qui ne s’épuise pas, mais qui peut disparaitre. Tu fais une erreur et tu la perds en revenant à ton état ordinaire. Ensuite, tu entends encore cette voix douce et tu t’élèves de nouveau. C’est très difficile de rester dans cet état. Il vient chaque jour, mais vous ne pouvez pas le retenir. Cependant, vous devez apprendre à le retenir. Question : Comment faire pour le retenir ? Cela prend de la volonté. Vous devez être prêts à travailler au nom de l’Amour Divin, au nom du Dieu vivant. Lorsque nous travaillons au nom de l’Amour, nous ne mentionnons pas son nom. Lorsque je sauve une personne et je la guéris, dois-je lui dire que je le fais au nom de l’Amour ? Je le fais pour moi-même, et il m’importe peu si elle s’en rend compte ou pas. Je ne lui réciterai pas de prières, je ne lui parlerai pas d’Amour, mais je lui rendrai service comme il faut et je reprendrai mon chemin. Le Soleil qui vous donne sa lumière vous dit-il « Je suis lumière » ? L’Amour vous dit-il « Je suis Amour » ? S’il vous dit cela, il se limite. Ce qui est Amour ne dira pas qu’il est Amour. Ce serait étrange si je demandais à quelqu’un : « Est-ce que tu vis ? » Celui qui vit, il éprouve des sentiments, il fait du bien – il vit, bien sûr. Il y a beaucoup d’obstacles devant les gens. Ces obstacles sont vraiment mauvais. Réunissez-vous selon la loi de la liberté, échangez vos idées et ne vous interrompez pas les uns les autres. Vous n’avez pas encore appris cet art de céder la parole à quelqu’un d’autre. Celui qui n’a pas appris à écouter, qu’il fasse l’effort et qu’il apprenne à écouter. Quelqu’un dit : « Je ne peux pas écouter des bêtises ! » Le vent qui souffle, est-ce que sa parole est toujours intelligente ? Lorsque vous vous retrouvez dans une société, vos paroles sont-elles toujours intelligentes ? Penses-tu que tu as raison si tu as écouté quelqu’un pour le juger après ? Apprends à fermer tes oreilles. Quand il s’agit de bien comprendre, libérez-vous de l’idée qu’une personne est plus intelligente que l’autre. Vous vous trompez, on ne peut pas dire que certains gens dans le monde sont plus intelligents que d’autres, car à un moment donné tu es intelligent, mais à un autre moment, tu es stupide. À l’intérieur du monde Spirituel, devant Dieu, essayez de ne pas voir les choses comme étant stupides. Si une chose te parait stupide, laisse-la. Celui qui commet des actes stupides doit apprendre quelque chose, il doit acquérir de l’expérience. Voici en quoi consistent les actes stupides : admettons que vous portez une belle robe blanche en soie. Une autre femme qui n’a pas les mains propres touche la robe pour essayer le tissu. Une autre femme après elle fait la même chose. Vous direz : « Oh, que c’est bête ! » Je vous demande pourquoi avez-vous eu des taches ? « Plusieurs femmes ont touché ma robe et elles l’ont salie ! » Oui, mais chacune d’entre vous a envie de toucher et vos doigts ne sont pas propres. Dans ce cas, ta robe doit rester propre. Lorsque vous entrez dans le christianisme, le danger réside dans le fait que vous vous retrouvez dans l’état de ces commerçants qui exhibent leur marchandise, la compétition s’allume entre eux et ils ne peuvent plus se supporter. De la même façon, vous exhibez vos expériences aussi. Ne le faites pas, cédez votre place aux autres, qu’ils vendent leur marchandise en premier. Quand ce sera votre tour, vous vendrez autant que vous pourrez, et ce qui vous restera, vous le reprendrez. Cependant, vous dites : « Ça ne marche pas comme ça, j’ai dépensé beaucoup trop d’argent » et la compétition est lancée. Réplique : le problème, c’est que nous ne pouvons pas nous supporter les uns les autres. La patience découle de l’Amour. Quand tu aimes une personne, tu peux la supporter. Cependant, il existe une autre loi et vous devez en tenir compte : admettons que vous avez jeuné pendant trois jours, et moi, je vous dis : « Attendez, je vais vous raconter une expérience ». Cela vous énerve et alors je vous dis : « D’accord, vous pouvez partir » et ensuite je me plains de vous, car vous n’avez pas voulu m’écouter. Je ne me mets pas à votre place et je ne tiens pas compte du fait que vous avez faim et que vous n’avez rien mangé pendant trois jours. On doit dire d’abord qu’on a faim avant d’écouter. Pour cela, il faut avoir l’esprit éveillé. Vous êtes capables de travailler à l’extérieur. Vous avez beaucoup de connaissances et vous devez en donner aux autres dans le monde extérieur – vous avez un surplus et non pas un manque de connaissances. Vous demanderez : « Devrais-je dire telle chose ? » Il y a beaucoup de travailleurs dans le monde aussi. Ayez la foi que le monde se développe selon un plan déterminé. Le plan Divin ne peut être changé d’aucune manière et tout se déroule selon des calculs mathématiques précis. Si vous déviez de votre chemin, vous souffrirez, et ce que Dieu a déterminé pour vous arrivera de toute façon. Par exemple, on veut vous inviter à une randonnée, mais vous ne voulez pas y aller, alors on vous force, vous essayez de résister et bout du compte vous vous rendez à l’endroit, mais vous vous sentez fatigués. Pour cela, vous pouvez y aller sans vous y opposer. Ainsi, que vous résistiez ou pas, vous accomplirez le travail que vous avez à faire. Vous devez prier l’une pour l’autre. Les bonnes pensées que vous vous envoyez ont une très bonne influence et les mauvaises pensées ont une mauvaise influence. Si vous jouez d’un instrument de musique et je viens vous saupoudrer le nez d’un peu de poivre, comment pourrez-vous jouer ? Vous allez éternuer beaucoup. Ces règles sont infaillibles, l’Écriture dit : « Priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. » Le monde entier est régi par le malin. Quelles attentes peut-on avoir d’un monde qui est régi par le malin ? Tel qu’il est aujourd’hui, on ne peut s’attendre à rien. Ce ne sont que des rebuts qui s’accumulent au fond et un jour, lorsqu’il y aura assez de rebuts, Dieu soulèvera le fond, enlèvera l’eau et le transformera en jardins, en champs et en montagnes. C’est ce qui arrivera avec le fond marin. Ayez la foi que vous avez toutes une bonne âme. Ne dis pas que tu es méchante, car c’est inutile. Oui, lorsque tu agis, ta volonté peut te rendre méchante. Réplique : Pour trouver notre âme, est-ce une question d’évolution ou il faut de la volonté ? Il faut éliminer les obstacles. Imaginez que sur une petite pleur vous mettez une épine – pourra-t-il pousser ? Non. C’est la même chose pour vous – si vous ne pouvez pas évoluer, c’est parce que quelqu’un vous a mis une épine. Il faut vous assurer qu’il n’y a aucune épine sur vous. Si on vous donne une balance pour mesurer les liquides et les solides, et si vous tenez compte des unités de mesure, tout ira bien. Mais si quelqu’un vous disait : « Cette balance n’est pas précise, on vous en donnera une autre », alors les mesures ne seraient plus les mêmes. Vous devez mesurer tout sur la balance Divine pour maintenir une harmonie parfaite. S’il y a quelque chose de désagréable en vous, ce sera une source d’ennuis pour vous. Lorsque Dieu veut qu’une personne l’entende, il lui donne des ennuis, des maladies et de la misère. Cependant, lorsque la personne l’entend, il lui parle de façon intelligente. Dieu a deux façons de parler – avec la raison physique et avec la Parole intelligente. Si vous arrivez à vous mettre en accord et en harmonie entre vous, nous sommes prêts à vous aider. Même si elle n’est pas ici, j’aide toute personne, si elle est prête. Chaque personne chez qui existent les conditions nécessaires, je l’aide. Une personne désire étudier – je m’arrête et je l’aide. Une personne peut bourrer sa tête de règles, de savoir et d’expériences, mais ils n’habitent pas en lui. Elle dit : « Ayons de l’amour et de l’affection pour autrui, ayons de la miséricorde ! » D’accord, mais ce sont des qualités, et non pas des règles – aimer comment ? Tu viens me voir, tu me supplies de te donner vingt leva – je n’en ai pas et je ne te rends pas service. Je vais sur mon chemin, je croise une personne qui me demande de l’aider à lever son sac, et je lui réponds : « Je ne peux pas, je suis pressé ». Une personne sur ton chemin est tombée – arrête-toi et aide-la ! À chaque moment donné, tu t’arrêteras et tu appliqueras la loi de l’Amour. Tu rends visite dans une maison, ta sœur est triste et te demande : « Ne pourrais-tu pas m’aider ? » - « Dieu t’aidera ». Non, arrête-toi, aide ta sœur, dis-lui : « Dieu nous aidera les deux ! », dis-lui « Ce sera fait ! ». Je peux faire de bonnes choses pour vous, mais souvent je me retiens pour les raisons suivantes – sera-t-il intelligent de prier Dieu de vous envoyer de la pluie, si vos champs ne sont pas labourés ni semés ? Si vos champs sont déjà semés, demandez, je suis prêt à vous envoyer tout ce qu’il faut – je vous enverrai autant de pluie que vous voudrez. Vous avez tellement de connaissances aujourd’hui ! Vous ne vous êtes pas arrêtées pour réfléchir un peu à ce que je dis, pour comprendre une centième de toutes les formules que j’ai données. Vous dites : « Cette chose, nous la comprenons ! » Oui, mais vous ne l’appliquez pas. Sachez que les êtres vivants dans le monde sont beaucoup plus que vous ne le croyez. Vous n’êtes pas seules. Ne croyez pas que lorsque vous êtes seules, personne ne vous observe et ne voit ce que vous faites. Commencez à travailler pour ce Jésus, pour ce Dieu que vous aimez tant. Faites quelque chose pour lui ! Quand je vous dis de faire quelque chose, je veux dire qu’il faut faire quelque chose consciemment, et lorsque vous posez un bon geste, vous éprouvez du plaisir du fait d’avoir fait quelque chose pour Dieu. Les chrétiens sont forts. S’ils sont quatre, cinq ou dix-mille à se concentrer sur la même idée, ils peuvent aider tout le monde, mais pour cela, il faut de la mutualité. Aujourd’hui, ils peuvent te venir en aide à toi, demain – à une autre, ensuite – à une troisième, et de cette façon, peu à peu, tous les champs seront labourés, semés, moissonnés. Et maintenant chez vous, vous aurez chacune ses difficultés individuelles, les difficultés de son monde intérieur, dans son esprit et dans son cœur. Vous aurez des difficultés liées à la société et à la subsistance. Ces difficultés sont réelles et tu devras les éliminer. Ton mari n’est pas content, il prie, mais tu ne peux pas l’aider ; tu lui mets de l’onguent, car il a une épine, tu dis : « J’ai mis de l’onguent et je ne peux faire rien de plus. » Oui, l’onguent peut aider là où il n’y a pas d’épine, mais s’il y en a une, il ne l’aidera pas. Tu enlèveras l’épine ! Si l’épine ne peut être enlevée chez une personne, cela veut dire qu’elle a des difficultés qui ne peuvent pas être éliminées. Par exemple, vous avez des difficultés et vous dites : « On ne m’aime pas » - c’est une des grandes difficultés. Tu ne peux pas forcer les gens à t’aimer. Pourquoi ne t’aiment-ils pas ? Les occultistes disent que celui que personne n’aime s’est démagnétisé. Il commence à voir le mauvais côté des gens, tout le monde l’évite, car il s’est démagnétisé. Pour cela, prenez garde à vous-mêmes – lorsque vous commencez à perdre de vue le bien chez les gens, vous êtes alors démagnétisé et peu de gens vous aimeront. Maintenant, Dieu vous a donné un divertissement. Il vous regarde dans vos difficultés et il dit : « Ces gens font bien leur travail. » Parfois, je vois l’erreur chez les maitres. Si vous êtes assis à ma table et je vous donne à manger selon les règles, vous aurez faim. Si je vous donne plus, une personne mangera plus qu’une autre et je devrai vous gronder. Non, ce qu’il faut faire lorsque vous venez me rendre visite est de donner à chacun de vous trois noix et un petit morceau de pain. C’est ce que vous devez apprendre ! Question : D’où vient la grande joie ? C’est de l’énergie en abondance. Parfois, quand l’homme mène une vie modeste pendant longtemps, une grande Joie lui arrive. On peut observer cet état chez tout le monde. La Joie descend souvent dans la Vie physique. La Joie manifestée sur le plan physique est la Joie de l’âme. Je vais vous donner un exemple pour vous montrer où repose le mal : disons que votre source d’eau est pure, mais la tasse que vous prêtez n’est pas propre et la personne n’est pas contente. Le mal n’est pas dans la source d’eau, ni dans l’intention, mais dans la tasse. La tasse doit être propre. Le pain que vous donnez à la personne n’est pas mauvais, mais vos mains doivent être très propres pour que la personne vous soit reconnaissante. On prêche ces choses-là sans cesse depuis huit-mille ans. Maintenant, vous passerez à un stade supérieur. Si tu veux embrasser quelqu’un, tu dois savoir ce que tu exprimeras avec ton baiser. Ou bien, qu’est-ce que le serrement de main exprime aujourd’hui ? Ne pensez pas que le baiser a été inventé par l’homme – c’est l’économie de la Nature. Ce sont deux courants électriques : la lèvre supérieure est le pôle positif et la lèvre inférieure est le pôle négatif. Lorsque l’homme approche ses lèvres, l’électricité passe de l’une lèvre à l’autre. Lorsque la mère embrasse souvent son enfant, les deux se renouvèlent. Avez-vous remarqué qu’elle n’embrasse pas son enfant au même endroit ? Cependant, combien de fois cette loi est-elle appliquée comme il faut ? Le serrement de main, c’est la même loi : il permet un échange intérieur des énergies. Le serrement de main signifie faire connaissance, saluer. Élargissez votre cœur, regardez le monde droit dans les yeux, soyez reconnaissants pour tout, aspirez à la Pureté ! La première chose qui est nécessaire pour vous, c’est la Pureté intérieure de l’âme. Garder sa Pureté, c’est la chose la plus difficile. Pour cela, pour devenir pur, l’homme doit être ami avec Dieu et des gens bien. Vous avez besoin de nouvelles expériences pour changer votre état d’esprit. À la fin de vos études dans cette École, vous aurez encore beaucoup à apprendre. Si vous devenez très sensitifs, vous verrez que l’aura des gens est très obscure. Vous ressentirez les vibrations de leurs pensées et de leurs désirs, de leur mécontentement, de leur ingratitude. Et tout cela, vous devez le laisser retomber et dire : « Au nom de Dieu, je laisserai tout cela retomber. » Aspirez au développement personnel. Chaque jour, gardez le silence pendant dix à quinze minutes pour apprendre le silence. Rentrez en vous-mêmes et réfléchissez de la façon la plus simple sans attendre des réponses. Tout comme dans la Nature où chacun regarde où il veut, ou bien à la table où chacun choisit ce qu’il veut manger, dans ses réflexions, chacune d’entre vous doit rentrer dans soi-même et tenter d’acquérir cette énergie. Si tu observes les autres - leur position, leur façon de prier, ce n’est pas une méditation. Pour la méditation, il faut être dans une grande pièce où personne ne peut vous déranger et il faut garder une distance d’un demi-mètre entre vous. Il serait bien, lors de vos réunions, d’examiner les caractéristiques d’une fleur, d’un œillet par exemple, d’une fraise, etc. d’examiner leurs manifestations psychologiques. Toutes les fleurs doivent faire l’objet d’études sur place et doivent être observées sous microscope. Vous remarquerez à quel point les fleurs sont sensibles à l’Amour, mais cela prend plus d’excursions. Aspirez à une plus grande liberté et n’ayez pas de restrictions. Lorsqu’il y a trop de règles, on tombe dans une autre extrémité, alors essayez de cesser de vous juger, évitez de le faire. Nous allons commencer à aborder des sujets plus abstraits. Vous devez participer à la discussion de manière objective pour que vous ne visiez personne. Parfois, vous pouvez imaginer quelqu’un comme modèle pour le décrire, mais il ne doit pas être dans la mire. Ce modèle sera devant vous aussi longtemps qu’il le voudra. Lorsque vous posez pour un artiste, vous restez aussi longtemps que vous voulez, n’est-ce pas ? Vous devez faire la même chose dans la Vie. Puisque vous n’avez pas encore appris la loi de la concentration, le monde Invisible se sert de méthodes négatives pour développer la concentration en vous : lorsque vous haïssez une personne, vous la portez dans votre esprit et de cette façon, vous vous concentrez. Et parfois, il vous arrive une douleur, un furoncle, et vous vous concentrez. Vous avez mal au ventre ou mal à la tête – ce sont des façons naturelles pour concentrer la pensée. Lorsque vous avez l’occasion d’aimer quelqu’un, vous êtes distraits et vous n’êtes pas capables de vous concentrer. Quand on se concentre, l’esprit doit être mis à sa place et il faut séparer les bons désirs des mauvais désirs. Lorsque vous travaillez sur vous-mêmes, faites chaque jour quelque chose pour le développement de votre âme. Quoi que fassiez, n’ayez pas peur ! Ne pensez pas que c’est un déficit, ce n’est peut-être qu’une allure extérieure. Les formes religieuses, le jugement, la moralisation entravent l’évolution. Je comprends la question de la façon suivante : je ne suis pas obligé de vous faire la morale, vous êtes des fleurs qui doivent s’arroser et prendre soin de soi elles-mêmes, elles pousseront seules. Quelqu’un dit : « Je veux devenir meilleur ». Si tu es sur le bon Chemin, ton développement sera le bon. Comme vous avez des états d’esprit différents, quelqu’un dit : « Je suis indisposé ». Nous ne comprenons pas cette philosophie et lorsque nous nous mettons à proximité les uns des autres, nous ne nous entendons pas, nous trébuchons. L’homme ne peut pas avoir le même état d’esprit sur le plan physique. Parfois, il se trouve à l’état de l’arbre dont les feuilles et les fleurs sont tombées et vous dites : « Notre opinion sur lui a changé ». Non, il s’est déshabillé, mais la chair se rhabillera. Travaillez avec Amour ! Travaillez avec cet Amour duquel Tolstoï dit : « être prêt à tout laisser, être prêt à servir tout, sans attendre d’être payé. C’est ça l’Amour – porter tout vêtement et servir tout. Si tu peux faire cela, tu as l’Amour ; si tu ne peux pas faire cela, tu as l’amour aussi, mais il n’est pas celui qui élève les gens. Si tu peux faire cela, la question trouve sa réponse d’une façon intelligente. Dans l’Amour, lorsque tu sers quelqu’un, tu ne vendras pas tes services – tu seras libre et tu travailleras comme bénévole, tu ne te sentiras pas obligé, tu ne seras pas responsable. Tu feras volontairement ce que l’Amour exige. Cet Amour exige que le roi et le serviteur renoncent à ce qui leur appartient, qu’ils deviennent serviteurs. Cet Amour dit : « Pour moi, les maitres n’existent pas ». Après avoir travaillé longtemps en son nom, il dit : « Tu es digne maintenant d’être un maitre dans ton repos, mais aussitôt reposé, retourne travailler. » Ainsi, quand tu te reposes, tu es un grand homme, quand tu travailles, tu es petit. Savez-vous comme c’est difficile de travailler ainsi ? Les gens sont très égoïstes et pensent que tu es un homme de fer, et même si tu travailles pour eux pendant vingt-cinq heures, ils ne te diront pas : « Assez. » Personne ne doit exercer de l’influence sur les autres – vous laisserez chaque personne se réaliser et travailler seule, car dans cet Amour, elle évoluera toute seule. Quelqu’un arrive et dit : « Il faut agir de telle façon », mais sait-il comment il faut agir ? La société moderne l’aurait prescrit ainsi. Pourtant, la société moderne n’est pas parfaite, elle a aussi ses défauts. L’essentiel : commencez avec l’Amour, devenez des héros, pour que vous soyez contents de travailler en son nom. Les larmes de la jeune fille montrent que l’homme doit se purifier. Pleurer est dans tous les cas une méthode de purification. Lorsque l’homme commet une erreur, il doit pleurer un peu pour se purifier. Tu viens sur Terre et tu pleures, tu es attristé à cause des erreurs que tu as commises en haut, dans le monde Invisible. Ne pensez pas qu’il y a une autre raison – toutes les âmes sont venues sur Terre pour racheter ces erreurs. Lorsqu’elle se rappelle une erreur, l’âme doit pleurer un peu afin de se libérer d’elle. Ces erreurs peuvent être les tiennes ou celles de quelqu’un d’autre, mais il s’agit d’un principe général. Les larmes expriment un adoucissement de l’âme, une élévation de la conscience – un tel homme est sur le Chemin du renouvèlement. Parfois, tu es abandonné pour que tu puisses évoluer. Quelquefois, tu sens que ton esprit est affaibli, ce qui peut durer des fois peu de temps, et des fois – quelques jours. Après quoi, tu te rafraichis. Ce sont des illusions, des choses irréelles, ce sont des états temporaires que vous devez éprouver. Lorsqu’une personne se sent abandonnée, parfois elle devient cruelle, haineuse, plus méchante, et parfois, elle se dirige vers Dieu, ce qui est bien, alors nous devons rester seuls plus souvent. Lorsque l’homme porte la Vie en soi, il se purifie facilement de ces états d’âme et s’il se salit la main, il se lave facilement. Et lorsqu’il n’y a pas d’eau, il porte la saleté à une distance de plusieurs kilomètres. À l’arrivée de la Vie Divine, l’homme se lave facilement, mais si cette eau n’est pas là, il porte la saleté pendant des jours sur ses trois doigts. Apprenez la loi de la réjouissance, non pas la réjouissance extérieure, mais celle de l’intérieur, soyez sincèrement contents. Lorsque tu es content, quoi qu’il t’arrive, tu traverseras l’épreuve en pleine conscience. Tu peux geindre, tu peux souffrir, mais tu supporteras toute épreuve volontairement et consciemment. L’homme doit porter ses souffrances avec dignité. Exprimez votre Amour envers tous – envers les faibles, les infirmes, les enfants ! Lorsque vous êtes tristes, allez auprès des gens qui sont plus tristes que vous, faites quelque chose de bon pour eux et votre tristesse passera, ou bien lisez la biographie d’un grand homme qui a souffert. Il y a beaucoup de méthodes de guérison. Et ce monde, d’un bout à l’autre, je l’appelle le monde de la déception. Pour certains, c’est le monde de l’émerveillement, mais pour moi, c’est le monde de la déception. Lorsque tu viens au monde, tout le monde est heureux. La première année, tout le monde tremble devant toi – quoi que tu ordonnes, tout le monde écoute, quoi que tu dises, on te donne tout. Enfin, tu es graduellement détrôné. À la troisième année, tu deviens prince, à la cinquième – ministre, ensuite – gérant, et à la fin, tu deviens domestique, tu es envoyé en bas en te disant : « Ce n’est pas comme avant, quand tu étais enfant.» On te donne la pioche et on t’envoie travailler les vignes. Dans le monde Spirituel, Dieu commence à l’inverse – tout d’abord, tu es domestique, et à la fin, tu es roi. Pour cette raison, on vous donne des coups de fouet maintenant sur Terre. Tu te maries avec un homme, il est ton maitre et il dit : « Ici, ce n’est pas comme chez ton père, sais-tu qui je suis ? » et quelques années plus tard, ta nuque te fait mal. Tu dis que tu n’aimes pas ton mari – avec raison. Parfois, tu aimes quelqu’un, parce qu’il a fait quelque chose de bien pour toi ; quelques jours passent, et état change et tu ne l’aimes plus – pourquoi ? Parce qu’il t’a fait quelque chose de mal. Alors, tu dis : « Je ne peux plus le supporter, cet homme ! » et l’homme dit : « Mais c’est quoi, ce karma ! Je t’haïs, voilà que je passe ma vie dans une prison à cause de toi, vingt ans de ma vie sont gaspillés en vain ! » Ensuite, l’image change : tu arrives dans une autre vie et tu corriges tes erreurs et tu dis : « Je vais corriger mes erreurs, je ne mettrais pas en prison. » C’est une loi qui tourne comme une roue. Lorsque vous deviendrez clairvoyants, vous serez transportés dans une vie d’autrefois en Égypte ou ailleurs, vous verrez des scènes de cette vie, vous verrez quel rôle vous avez joué et vous direz : « Dieu merci, je comprends maintenant comment j’étais avant ! » Pour cela, lorsque vous deviendrez clairvoyants, lorsque vous serez élevés, votre état actuel vous paraitra clair et agréable. Ainsi, la vie de tous les gens peut devenir agréable. Nous devons aspirer à corriger notre Vie selon le plan Divin et à le comprendre comme il est fait. Si vous êtes clairvoyants, vous verrez des images des plus belles. Sofia, lundi 10 mai 1920 *La conférence a eu lieu à la demande des sœurs avant le départ du Maitre de Sofia pour la province
  19. La Grande Mère On a lu les devoirs sur le système osseux, le coeur et sa fonction et le système digestif. Nous sommes envoyés sur la Terre non pas pour la visiter, mais pour travailler. Même la Terre tolère ses visiteurs seulement pendant trois jours. Tous les malheurs dans le monde d’aujourd’hui découlent du fait que nous voulons être des visiteurs sur la Terre. Ainsi, lorsque je vous parle d’un point de vue purement occultiste, si vous me demandez d’où viennent les malheurs dans le monde, je vous dirai qu’ils viennent de votre désir d’être seulement des visiteurs sur la Terre. La Terre est un endroit pour réaliser un travail des plus sérieux. Pour chaque être, aussi petit soit-il, il y a un endroit bien déterminé et un travail qu’il doit accomplir. Même aujourd’hui, les êtres plus évolués vivent sur le dos des êtres moins évolués. Je vous ai demandé de décrire le système osseux, le coeur et le système digestif, car vous, les élèves occultistes, vous ignorez complètement ce qui se produit à l’intérieur de vous-mêmes. Chacun de vous doit étudier à fond son organisme. La seule chose réelle que vous possédez dans ce monde est votre corps. Si vous n’étudiez pas votre corps, vous serez ignorants et vous ne pourrez pas comprendre la Nature. Notre Grande Mère-Nature impose sans cesse des restrictions à ses enfants selon toutes les règles qu’elle possède. Sachez qu’elle est rude et impitoyable. Aucun occultiste ne doit se faire des illusions et croire que l’affaire passera inaperçue. Lorsque cette Mère Divine découvrira ton ignorance, elle te fera passer par toutes les règles de l’éducation sans broncher. Je vous parle de l’éducation, car c’est par là que vous devez commencer – la façon d’éduquer se cache dans la Nature. Ce que l’homme peut trouver rude dans le monde, ce que nous, les gens d’aujourd’hui, pouvons percevoir comme une disharmonie dans le monde, ce sont, au contraire, des actes des plus harmonieux. Je n’ose pas encore vous dire que c’est le côté difficile de la Nature qui doit être étudié. Vous devez commencer à étudier également votre Vie par son côté difficile. Par exemple, la bonté d’un homme dépend de la méchanceté qui repose dans les racines de sa vie. Donc, nous pouvons déterminer avec une précision mathématique que la bonté d’un homme est en fonction de la méchanceté contenue dans les racines de sa vie. Je ne tiens pas compte de vos notions de morale et je n’utilise pas le mot dans le sens d’une mauvaise action. Par le mot « mauvais » j’entends la matière qui agit à l’encontre de votre vie. Je vous ai dit que vous devez étudier le côté difficile de la Vie. À présent, beaucoup d’entre vous désirent se montrer meilleurs qu’ils ne le sont ou pires qu’ils ne le sont. C’est un comportement trompeur et la Nature ne tolère pas cette fausseté. La Nature utilise deux méthodes : il faut mesurer les choses avec une précision mathématique, dans leur exactitude absolue, sinon on ne doit pas les mesurer du tout. Pour mesurer avec précision les forces qui agissent en nous, nous devons développer les sens dans notre organisme pour qu’ils soient fonctionnels, c’est-à-dire que nous devons développer notre sensibilité spirituelle. Prenons en exemple la notion de froid : elle exprime un processus physiologique, les causes physiologiques du froid. Comment traduirez-vous le froid, qu’est-ce qu’il symbolise ? La haine. Donc, le froid ressemble à la haine. Faites l’analogie entre le froid et la haine : qu’est-ce que le froid produit sur le corps ? Une contraction. C’est vrai, tous les corps se contractent jusqu’un certain point. La haine produit le même effet – l’homme devient plus petit. Le contraire du froid est la chaleur. La traduction de la chaleur est l’affection. Qu’est-ce que l’affection produit ? Elle produit de l’expansion aussi. Par conséquent, les occultistes qui comprennent les lois peuvent utiliser la chaleur contre la haine et le froid contre l’affection. Les mages blancs de l’École Occulte Blanche utilisent la chaleur contre la haine, tandis que les mages noirs utilisent le froid pour renforcer la haine. Si vous me demandez pourquoi l’hiver est froid, je vous dirai que ces deux loges – la Noire et la Blanche, agissent dans la Nature. Selon cette loi, ceux d’entre vous qui ont observé la température lors du conflit entre les Empires centraux et les Forces de l’Entente* ont constaté le fait suivant : lorsque les Empires centraux marquaient une victoire, il faisait toujours froid, et lorsque c’étaient les Forces de l’Entente qui marquaient une victoire, il faisait chaud. Alors, d’un point de vue purement occultiste, nous arrivions à la conclusion que l’École Occulte Blanche prenait le parti des Forces de l’Entente, tandis que la Noire prenait le parti des Empires centraux. S’ils le savaient ou pas, c’est une autre question. Avec les traités de paix, la loge Noire a changé sa tactique et a commencé à agir sur les Forces de l’Entente, et la loge Blanche a commencé à agir sur les Empires centraux, autrement dit, elles ont changé de rôle. Je ne vais pas m’arrêter sur cette question, je ne fais qu’observer ce fait en passant. L’état dans lequel vous vous trouvez à un moment donné lorsque vous soutenez une idée peut être soutenu par la loge Blanche ou la loge Noire. Ainsi, si vous voulez vous éduquer vous-mêmes, vous devez tous déterminer tout d’abord qui dirige les idées que vous avez et qui vous préoccupent. Quelqu’un dira : « Je crois en telle ou telle chose. » Mais cela ne suffit pas pour te justifier. Les gens naïfs croient aussi. Cependant, la personne naïve à qui tu donnes quelque chose, par exemple cent napoléons, elle est prête à les prendre tout de suite et te répond : « Je te rendrai cent-cinquante napoléons », bien que plus tard elle puisse tout perdre. Je ne vous parle pas du profit. Sachez que toutes nos actions et nos pensées sur la terre déterminent notre avenir. Une pensée que vous avez en ce moment pourrait déterminer votre vie future dans mille ans. Pour cela, sachez que tout ce que vous faites maintenant, vous le faites pour vous-mêmes. Mille ans peuvent passer, mais vous n’éviterez pas le chemin droit. À présent, les fausses doctrines de la fraternité Noire visent à dénaturer les textes de la Sainte Écriture. Lorsqu’ils veulent te prendre au piège du péché ou dénaturer un fait, ils font tout de suite appel à un texte qui leur semble convenable. Les frères Noirs, lorsqu’ils veulent te faire pécher, dénaturer un fait, ils font appel tout de suite à une citation de la Sainte Écriture. Les frères Noirs, lorsqu’ils veulent faire pécher quelqu’un, ils sont très polis et courtois avec lui, ils lui offrent des poules et des gâteaux pour enfin lui mettre le licol sur la tête. Une fois le licol placé sur la tête, ils le poussent à marcher en le piquant de temps en temps avec l’aiguillon et ils ne lui donnent ni de poules ni de gâteaux. À ce moment-là commence ce qu’on appelle le destin noir. Les Bulgares disent : « La souffrance me berce toute ma vie et m’emporte à la fin. » Cependant, l’élève occultiste ne peut et ne doit pas avoir cette attitude. Ses idées doivent être claires et précises et il ne doit pas se laisser influencer par les interprétations et les croyances naïves d’autrefois. L’élève doit vérifier les choses à fond lui-même, tandis que leur ombre et tout ce qui a une importance secondaire suivront de soi. Chacun doit avoir une bonne compréhension de la loi, savoir s’il l’applique ou non, savoir s’il croit en Dieu ou non. Je n’utilise pas le mot « Dieu » dans le sens que vous lui attribuez, mais je traite de la loi occulte dans le sens de la foi en la loi vivante de la Nature. Mais non pas la loi dans le sens d’influence, car vous connaissez bien l’influence, elle est un résultat, elle découle d’un centre vivant et intelligent. Donc, lorsqu’on dit qu’on est sous l’influence de quelque chose, c’est dû à la pensée que cette influence porte. Lorsque je prends quelqu’un par la main et j’exerce de l’influence sur lui pour le faire marcher, c’est le résultat de ma pensée. Par conséquent, vous devez savoir si vous avez de la foi ou non. Comment allez-vous définir la foi ? Lorsque la vraie foi viendra, le doute viendra aussi, et avec lui – les contradictions dans la Vie. Là, où il y a des contradictions, la Vie a commencé. C’est un indice qui montre que la vraie Vie de l’élève a commencé. S’il n’y a pas de contradiction, vous êtes loin de la Vérité. C’est une loi de la terre. Cependant, la contradiction ne doit pas devenir un obstacle pour ceux d’entre vous qui veulent étudier. Lorsque j’ai dit dans ma conférence précédente qu’il ne faut pas mettre le pied dans l’École occulte si vous n’êtes pas prêt à étudier, je veux dire qu’il ne faut pas mettre le pied dans l’École de votre Mère, car elle vous expulsera selon toutes les règles de l’art. Tu peux entrer, mais tu le feras avec toute l’humilité de ton âme et tu parleras doucement et avec tendresse. Toute intonation rude de ton esprit et de ton âme attirera les forces opposées et tu trébucheras sur ton chemin. L’Ancien Testament dit : « Dieu résiste aux orgueilleux, mais il donne la grâce aux humbles. » J’entends par Dieu la Mère, la Nature vivante. Comment la Mère exprime-t-elle sa résistance ? La Nature vivante résiste ses enfants orgueilleux en les prenant avec trois doigts de la main pour les soulever et les jeter et puis elle dit : « Me connaissez-vous, savez-vous ce que je peux faire avec vous, vous mettrez-vous encore en colère ? Je peux faire de l’homme la plus petite bête microscopique ! » Vous direz : « Non, l’homme ne peut pas revenir en arrière dans son évolution et devenir une bête. » C’est faux, l’homme peut revenir en arrière dans son évolution selon toutes les règles de cette grande loi de la Mère. Les chrétiens disent : « Une fois que l’homme prend la forme humaine, il la garde pour toujours. » Oui, mais s’il transgresse les règles de la Mère, elle le fera reculer et il entamera un long voyage d’une forme à l’autre. Des millions d’années s’écouleront avant qu’il ne soit purifié. Pendant le voyage, il remplira dix tonneaux de larmes et en gardera le souvenir. Or, lorsqu’une personne croisant son chemin lui demande : « Tu ne pècheras plus ? », il lui répondra : « As-tu déjà rempli des tonneaux de larmes ? » Lorsque Christ dit qu’il enverra quelqu’un dans les tourments éternels, je clarifie qu’il enverra tous les ecclésiastiques, les savants, les philosophes, ainsi que leurs serviteurs dans le tourment pour remplir leurs tonneaux de larmes. Ils passeront par un grand feu. Ce feu est différent de ce qu’on imagine, il est doux et il a ses aspects agréables, il est un feu de purification et d’humilité. Je vous mets en garde contre les trois doigts de votre Mère – la Nature, elle est redoutable ! Quand on fait le signe de la croix avec trois doigts dans l’Église orthodoxe, cela signifie la mise en garde contre les trois doigts de la Mère, pour qu’elle ne te touche pas. La signification particulière du signe de la croix du point de vue occulte est la suivante : garde les trois doigts de la Mère dans ton esprit, dans ton cœur et dans ta volonté ! Les gens religieux disent que dans le signe de la croix, un doigt représente le Père, le deuxième représente le Fils, et le troisième – le Saint Esprit. Cela peut être vrai, mais vous devez savoir que ce sont les trois doigts de votre Mère, les trois forces intelligentes qui agissent en elle. Elle est grande, votre Mère Nature est grande. Et vous qui aimez faire du bruit, vous devez savoir que sans vous dénoncer, je peux me plaindre à votre Mère et lui dire de vous prendre avec trois doigts. Alors, homme ou femme, garçon ou fille, qu’ils se débrouillent. Elle vous prendra de la main et vous dira : « Pourquoi vous ai-je envoyés, pour étudier ou pour philosopher, pour servir ou pour donner des ordres ? » En tant qu’élève de cette Grande École Occulte, Christ a compris cette loi aussi. Selon l’Écriture, lorsqu’il a pris la forme humaine, il est devenu humble. Pour avoir la grâce de cette Mère Divine, Christ était prêt à supporter toutes les souffrances. En occultisme, le Père signifie la Mère. Il est l’Amour, mais non pas comme vous comprenez cette Mère Amour. N’osez pas comparer cette Mère Divine à l’amour que vous connaissez. Cette notion ne peut être comparée à aucune image. Je l’appelle Mère Divine non pas dans le sens de la Mère de Dieu. L’École Occulte voit la Mère comme l’essence de tout ce qui est vivant dans l’univers. Revenons à notre sujet, car ce sont des choses abstraites qui peuvent semer la peur et le trouble dans votre esprit. Mon objectif n’est pas de vous faire peur, car la peur est un sentiment parmi les quarante habiletés connues de l’homme. La peur représente un quarantième de la vie d’aujourd’hui, donc on doit la traiter en conséquence. Si votre vie entière est prise par la peur, vous ne comprenez pas la Vie. La peur doit être seulement une mise en garde pour l’homme pour vous rappeler si vous avez bien compris ce que vous avez étudié. Ainsi, la peur est nécessaire pour vous montrer que vous avez une responsabilité. Ensuite, c’est le tour du sentiment de la conscience qui vous dit : « Tu l’as fait selon toutes les règles de la loi Divine. » Maintenant, la première chose qu’on demande de vous tous est d’adopter la règle suivante : « Si vous ne devenez pas comme de petits enfants, vous n’entrerez point dans le Royaume des cieux ». Je traduis : si vous n’êtes pas dans l’état des petits enfants, vous ne pourrez pas entrer dans aucune école occulte, dans aucune branche de cette École raisonnable occulte. La deuxième règle est la suivante : l’élève de l’École occulte doit apprendre le silence – garder le silence pour pouvoir réfléchir. Sa pensée doit être bien déterminée, elle ne doit pas être distraite, l’élève ne doit pas avoir des pensées contradictoires ou des doutes. Quelqu’un dit : « Je pense », mais à quoi penses-tu ? Si vous regardez les visages des gens d’aujourd’hui, vous verrez qu’ils ne pensent pas, ils se grattent. La pensée philosophique d’aujourd’hui, c’est du grattage. Le crâne et les os indiquent si leur pensée est juste. La première chose que vous avez à faire est de rétablir la pensée juste. Vous demanderez : « Comment savoir quelle pensée est juste ? » Cela ne peut pas être prouvé. C’est une loi qui est apposée en vous dès le commencement – l’habileté de l’âme d’avoir une pensée juste. Ainsi, puisque l’âme a toujours la pensée juste, je n’ai pas à le prouver, chaque personne peut l’essayer, il suffit de rebrousser chemin jusqu’au point où elle a dévié du droit chemin. Quel sera le premier résultat de cette pensée juste en toi ? Lorsqu’il t’arrive de ressentir cette pensée juste en toi, toutes tes pensées sombres t’abandonneront, une Lumière éclairera ton esprit et tu commenceras à te réconcilier avec tout le monde. Tu commenceras à entrevoir les choses, tu comprendras le rapport qui existe entre les causes et les conséquences, et tu sauras pourquoi les choses se passent de cette façon et non pas d’une autre. L’Écriture dit : « Que toute la terre se taise devant la face de l’Éternel ». Le silence est la première règle dans chaque école : lorsque les élèves arrivent dans la classe et le professeur entre, les élèves se taisent pour que le professeur parle. Pour cela, quand cette Mère Divine se met à parler, tout le monde doit se taire. Parfois, elle nous force à garder le silence. Elle nous envoie un grand malheur et avec cela elle nous dit : « Tais-toi ». Alors, tu dis : « Je ne suis pas disposé à parler » et tu commences à réfléchir. Tu réfléchis, tu réfléchis, et enfin tu dis : « La vie n’a pas de sens ». Dans ce silence, tu as entendu la voix de ta Mère qui vient des profondeurs de ton âme. Cette voix est calme et elle te parlera de manière si douce et tendre comme aucune autre voix ne t’a jamais parlé. Mais quand cette voix te parlera-t-elle ? Après avoir vécu les plus grands malheurs et souffrances et après avoir rempli dix tonneaux de larmes. Lorsque cette voix parle, sur la terre on dit que c’est de l’amour, de l’affection. Cette voix produit chez l’homme une transformation magique instantanée. Tu peux être le plus offensé, le plus chagriné sur terre, tu peux être mourant, mais lorsque cette voix se met à te parler, aussitôt tu te sens revivifié. Vous cherchez le mystère, la Vérité de la Vie quelque part à l’extérieur et vous me dites : « Apprends-nous à la trouver ». Apprenez à vous comprendre vous-mêmes et à trouver ce mystère en vous-mêmes. Parfois, sans vous en rendre compte, vous posez la main sur le front d’un enfant qui pleure. Je vous demande pourquoi vous faites ce geste de la main ? Combien de philosophes et de savants en Bulgarie en connaissent la cause ? Je vais vous le dire : lorsque vous posez la main droite sur la partie supérieure du front, vous sollicitez l’un des plus nobles sentiments. Plusieurs centres se trouvent dans cette partie de la tête, mais vous affectez surtout la compassion – l’Amour de Dieu. Et si la personne qui pose la main sur ta tête a de la compassion, tu ressentiras aussitôt un certain plaisir. Lorsque la mère pose la main sur la tête de l’enfant, elle dit à son esprit : « La Mère Nature qui t’a confié à mes soins t’aime et son amour est invariable ». Et la mère qui pose la main sur l’enfant est sa marâtre qui s’occupe de lui. Ainsi, quand vous êtes inquiets, posez votre main ou demandez à quelqu’un d’autre de poser sa main sur votre front, concentrez-vous sur cet endroit, et lorsque vous faites appel à votre Grande Mère, cela va passer. C’est un beau geste. Connaitre la signification de chaque action, c’est ça les nouvelles méthodes d’éducation. Chaque action dans la Nature est strictement déterminée et de ce point de vue les gens peuvent être soit bons, soit mauvais. Si votre enfant pleure et vous prenez la partie supérieure de sa main, vous l’approchez de vos lèvres et vous soufflez dessus, la douleur de l’enfant va passer. Mais si dans des cas similaires tu pinces la lèvre inférieure et l’avances sur l’autre lèvre, tu as déjà souillé ton esprit. Chaque geste incorrect de la main ou des lèvres souille ton esprit. Ces gestes vous affectent. Pour cette raison, chaque mouvement du bras ou des yeux doit être strictement déterminé, selon toutes les règles Divines. Les meilleurs savants de nos jours sont comme les enfants qui commencent à écrire pour la première fois et pour cela, en prenant le crayon, ils gribouillent sur le papier. Cet enfant gribouille et dit à sa mère : « Maman, regarde ce que j’ai écrit ! » Mais ce gribouillage ne contient aucune pensée Divine, aucun sens. Les journaux d’aujourd’hui publient les mêmes gribouillages. Lors des séances spiritiques, le médium qui écrit commence à gribouiller sur le papier et ensuite quelques lettres commencent à prendre forme. Chez plusieurs chrétiens de nos jours, l’esprit et le cœur ressemblent à ces gribouillages d’enfant – ils gribouillent sans aucun résultat. Ainsi, commencez à gribouiller, ensuite à tracer des cerces, et enfin à écrire les lettres. Apprenez à prendre du recul et à réfléchir sur vos actions pour que vous soyez contents de chaque mouvement de vos bras, de votre tête, de vos yeux ou de votre bouche. Faites attention à vos mouvements, mais n’ayez pas peur. Souvent, lorsque certains poètes parlent, ils secouent la tête. J’interprète ce geste de la façon suivante : « Ah, j’espère que les poires pourries vont tomber ! » À propos d’eux, vous dites : « Il y a quelque chose de signifiant dans leurs idées. Ce sont des poètes, ils écriront quelque chose de signifiant ». Ils n’écriront rien. Donc, faites attention à ce que vos mouvements soient harmonieux. Vous pouvez ressentir parfois le désir de corriger quelqu’un. À l’École Occulte, on ne permet à personne de corriger qui que ce soit. C’est une offense. Celui qui corrige et celui qui est corrigé commettent un crime. Pensez-vous que le mouvement d’une roue dans une fabrique qui a été mise en marche une fois et qui tourne n’est pas strictement déterminé ? Pensez-vous que le comportement de l’homme qui est en colère n’a pas été déterminé par son seigneur ? Pensez-vous que vous devez fermer l’égout qui évacue les impuretés ? Non, vous allez causer le plus grand malheur aux gens. La personne qui se met en colère est un égout, ne le fermez pas pour que toutes les impuretés sortent par là. Ton frère qui se met en colère est de garde aujourd’hui, il évacue plein de choses, alors tu lui diras : « Mon frère, tu as fait un grand travail aujourd’hui, tu jettes les impuretés et avec cela tu aides des milliers de personnes » Si tu ne perçois pas les choses de cette façon, demain ce sera toi la personne de garde. Ainsi, l’élève raisonnable doit bien comprendre les causes et les conséquences de chaque évènement et savoir que la Vie est déterminée de façon très raisonnable, que les exceptions et les coïncidences n’existent pas en elle et que tout est prévu jusqu’au moindre détail. Cela ne limite pas la volonté de l’homme, car à votre stade de développement actuel, vous n’avez aucune volonté encore. Je vous dis la vérité. Selon moi, la personne qui a de la volonté est celle qui peut pardonner après avoir été offensée. La personne qui a de la volonté est celle qui aide le malheureux, bien qu’elle ait beaucoup de travail. Tandis que donner des ordres aux gens, ce n’est pas de la volonté. La volonté commence dans le péché. Si vous percevez la question de cette façon, vous ressentirez aussitôt votre esprit s’éclaircir. Faites un essai, pour que votre Mère puisse vous parler. Si vous gardez vos idées que vous avez aujourd’hui, votre Mère ne vous parlera pas même dans des milliers d’années, mais elle vous prendra avec trois doigts. Lorsque je dis que votre Mère vous prendra avec trois doigts, je ne vise pas votre vie individuelle, mais je vous parle en principe des lois. Dans ces lois, il y a des exceptions, elles ne sont pas entièrement mécaniques. Ainsi, lorsque je dis que votre Mère vous tiendra avec trois doigts, elle le fera tant que vous résisterez. Mais au moment où vous changerez, elle changera par rapport à vous aussi. Aucune philosophie ni logique ne peuvent changer la Nature. Cependant, lorsque vous éprouvez le repentir, parce que vous n’êtes pas sur le droit chemin, aussitôt votre Mère change d’attitude. Et quand elle change d’attitude, vous ressentez aussitôt un plaisir, un soulagement. Tant que vous n’avez pas cette disposition, vous avez des difficultés et chaque personne que vous croisez sur votre chemin est méchante. La nature ne regrette pas qu’il y ait des enfants intraitables, bien au contraire, elle en est contente, car ils font un excellent travail. Elle met ces enfants à leur place. Lorsqu’ils se fatiguent, ils disent : « Maman, nous avons appris cet art. » La mère répond : « Bien, je vais vous montrer un autre domaine. » De ce que je vois, vous êtes fatigués de la vie et vous dites qu’elle n’a pas de sens. Ce que vous avez étudié jusqu’à maintenant ne vous parait pas satisfaisant et les croyances que vous avez ne sont pas positives non plus. Si on vous soumettait à la torture à cause de vos croyances, combien d’entre vous seraient prêts à se sacrifier, à mourir pour elles ? Vous direz : « Nous devons y penser avant de répondre si on est prêts à se sacrifier ». Maintenant, j’aimerais revenir à mon idée des gestes harmonieux. Je vous donnerai deux exemples : il fait beau, le soleil brille, il y a un grand rocher orienté vers le sud, au pied de son côté est, il y a une source d’eau limpide qui alimente un ruisseau qui coule vers l’est. Maintenant, je vous présente la même image, mais à l’inverse : un grand rocher orienté vers le nord, une source d’eau limpide à l’ouest. Si vous visitez ces deux endroits, vous aurez deux idées différentes. Observez quels sont les gens qui habitent près de ces versants nord dont les rivières coulent vers l’ouest et les gens qui habitent près de versants sud dont les rivières coulent vers l’est. Comparez les uns et les autres, ayez cela comme tâche. Pour certains d’entre vous, la résolution de cette tâche prendra une semaine, pour d’autres – un mois ou même un an. Pour cela, en éducation, on doit utiliser la Nature, car dans les différentes formes qu’elle a créées repose une grande idée fondamentale – elle peut transformer la disposition de notre esprit, de notre coeur et de notre volonté. Je vais faire une petite clarification, pour que vous portiez une attention particulière aux nuages, pour établir un lien avec eux et pour ne pas croire qu’ils sont morts, mais les considérer comme étant vivants : parfois au ciel se forment des montagnes entières de nuages qui sont orientées vers le nord ou vers le sud. Observez ces nuages vivants dans l’espace, réfléchissez pourquoi les uns sont orientés vers le nord et les autres - vers le sud. Les gens d’aujourd’hui sont fatigués et vétilleux, car ils ne sortent pas pour observer le ciel, mais se tournent seulement vers la terre, vers ce qu’ils ont créé eux-mêmes, et c’est vétilleux. Si les gens sortaient pour observer le ciel, les nuages et les étoiles, leur disposition changerait, et nous, les gens d’aujourd’hui de la race blanche serions plus nobles que nous le sommes maintenant. Comme nous ne voulons pas renoncer à l’ancien ordre des choses de notre plein gré, la loge Blanche a décidé de nous rendre humains, de nous libérer de ces vieilles constructions pour observer la Nature. Autrefois, les gens se faisaient des idoles qu’ils vénéraient, et aujourd’hui, cela nous fait rire. De la même façon, les gens d’aujourd’hui se sont fait des maisons, ils possèdent des biens qui les rendent heureux, car ils ont de quoi se nourrir. N’est-ce pas de l’idolâtrie ? N’entretenez jamais l’idée que votre maison, votre champ ou votre vignoble vous feront vivre. Ne placez aucun espoir en eux. Si tu y crois, tu n’es pas sur la bonne voie. Je vous parle comme on parle à des élèves de l’École Occulte. Rejetez ces maisons de votre esprit et voyez-les comme un exercice ordinaire. En Amérique, il y a des maisons de vingt, de trente étages. Je vous le dis, ce que nous possédons, ce ne sont pas des maisons, ce sont les pires prisons que le monde a jamais connues, ce sont des cimetières. Il y a des demeures où le Soleil n’a pas pénétré depuis des années. Il n’y a pas de culture là, alors ne vous émerveillez pas devant ces grands édifices. Je préfèrerais vivre dans la plus simple cabane bulgare en dehors de la ville plutôt que dans un édifice de vingt étages qui coute des millions, même s’il offrait tout le confort. Je fais l’analogie suivante : un écrivain décrit les maisons d’une ville, ses rues et ses quartiers, et toi, tu lis et tu te dis : « Pourquoi tout cela ne me touche pas ? » Parce qu’il n’y a rien de nouveau dans cela. Si cet auteur situait l’action dans la Nature, s’il décrivait ses manifestations, l’effet serait différent. Cet auteur raconte comment deux personnes sont tombées amoureuses l’une de l’autre, l’une étant sur la scène, et l’autre – dans une loge. Il y a-t-il des évènements plus dénaturés que ceux-là ? En tant qu’occultistes, ne gaspillez pas votre temps avec ces romans, mais lisez seulement ce qui apporte des idées. Si quelqu’un parmi vous commence à écrire, qu’il ne marche pas sur les traces de ces écrivains. Regardez ce que le psalmiste compose dans ses versets ! Il dit : « Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau, qui donne son fruit en sa saison, et dont le feuillage ne se flétrit point. » Il compare tous les hommes à des arbres, à des sommets montagneux, à des ruisseaux, à des sources, et il compare le monde à la mer, et ainsi de suite. Tout cela a du sens. Dans ces descriptions, le chanteur de psaumes, en étant occultiste, s’est servi de ces idées Divines qui dirigent le monde. Les interprètes en prenant ces formes les ont déformées et pour cela, à présent, les gens n’ont pas une pensée juste. Vous devez maintenant accomplir la tâche suivante : vous devez retourner au moins huit-mille ans en arrière et venir près de la porte du jardin d’Éden pour que je vous montre que vous êtes partis dans la mauvaise direction. Quand les gens sont sortis du Paradis, ils devaient choisir l’un des deux chemins qui étaient devant eux. Toute l’humanité a pris le mauvais chemin en disant : « Il doit en être ainsi ! » Non, il y avait un autre chemin pour elle et c’était ce qu’on appelle le Chemin droit, le Chemin étroit. Par Chemin étroit on entend ce Grand Chemin de la Nature vivante que vous devez emprunter. Vous ne pouvez pas détourner du chemin par lequel vous êtes sortis, mais je vais vous guider sur le Chemin étroit de retour. Lorsque vous arriverez au point de départ, je vous montrerai le Chemin que vous devez emprunter dans la nouvelle direction de votre évolution. Réfléchissez un peu, dites-vous : « Où étais-je il y a cent ans ? » Pensez-y un peu, puis songez à l’endroit où vous vous trouviez il y a mille ans, il y a deux-mille ans, trois-mille ans, quatre-mille ans, cinq-mille ans, six-mille ans, sept-mille ans et enfin à l’endroit où vous vous trouviez il y a huit-mille ans. Faites ce voyage mentalement et arrêtez-vous à chacun de ces endroits. Vous n’allez pas résoudre grand-chose, mais en revenant en arrière mentalement, vous vous soumettez à cette loi et lorsque vous arrivez à l’endroit où vous vous trouviez il y a huit-mille ans, prenez note de ce que vous ressentez, ainsi que de l’idée qui vous vient à l’esprit, ensuite, retournez à votre état actuel. Si aucune idée ne vous vient à l’esprit ou si vous ne ressentez rien de particulier, ne vous inquiétez pas, mais retournez encore une fois en arrière. Je vous montrerai graduellement les rapports exacts que vous pouvez utiliser. Ces exercices que je vous donne maintenant sont des plus simples. Vous vous demandez comment faire pour retourner huit-mille ans en arrière. Prenez l’exemple du jeune enfant : lorsqu’il se met sur ses pieds, sait-il comment faire pour faire des pas ? Non, il se fie à son instinct : il se met sur ses pieds, il tombe, il se relève, il tombe, et ainsi de suite. Votre esprit est lui aussi un animal à quatre pattes. Les intellectuels sont à quatre pattes, ils se lèvent, ils tombent, ils se relèvent et enfin ils disent : « Nous ne sommes pas capables de raisonner ». Non, nous allons tomber, nous allons nous relever, nous allons nous incliner, jusqu’à ce que nous soyons capables de nous tenir debout sur nos pieds et de réfléchir. Ainsi, rappelez-vous que l’esprit n’est pas humain, il est un quadrupède et ce n’est pas une offense. Si notre esprit était humain, notre vie serait organisée autrement et nous serions dans une situation différente de celle que nous vivons aujourd’hui. Notre esprit n’est pas éclairé et c’est une chose que vous pouvez tous vérifier. Pouvez-vous trouver deux personnes à la maison qui partagent les mêmes idées et qui vivent en Amour ? Cela arrive très rarement et seulement lorsque les deux personnes sont bien disposées. Ce n’est pas parce que nous ne désirons pas vivre, mais parce qu’il y a quelque chose d’infirme chez nous. Lorsque nous reviendrons à notre état initial, nous serons aussitôt libérés. Nous serons alors dans la situation d’une personne qui se fait soigner avec de l’eau ou avec les rayons du soleil. Elle transpire pour évacuer toutes les impuretés, après quoi elle se sent comme un nouveau-né. Voilà pourquoi, nous devons tout d’abord nous libérer de toutes les impuretés qui se sont accumulées en nous au cours de plusieurs milliers d’années pour laisser seulement le sang pur, c’est-à-dire, la pensée Divine pure et le cœur Divin pur. Par la suite, ce qui arrive à une personne qui pèse cent-vingt kilogrammes, mais attrape le typhus et perd beaucoup de poids pour devenir toute maigre, cela nous arrivera à nous aussi. La même chose vous arrivera. Vous jetterez peu à peu tout ce qui est inutile et vous ressentirez que vous êtes devenus bêtes. Tant que vous ne deviendrez pas bêtes, vous n’aurez pas de résultat. Lorsque votre contenant sera complètement vide, la Nouvelle Vie Divine le remplira. On ne vous demande pas de faire preuve d’héroïsme, mais seulement d’avoir la foi et d’être humbles pour pouvoir réaliser ce petit essai. Vous allez probablement citer un vers pour savoir si tout cela est en accord avec la Volonté de Dieu. Toute bonne action est en accord avec la Volonté de Dieu. Toute bonne pensée, toute bonne initiative, quelque petite et insignifiante qu’elle soit, est en accord avec la Volonté de Dieu. Sachez que chaque bonne initiative donne des résultats et se réalise, mais cela prend du temps. Pour cela, le moindre désir, la moindre impulsion positive produira un résultat après un certain temps. Chaque bonne pensée et chaque bon désir sont dus à l’impulsion de votre Mère Divine qui veut vous relever jusqu’au niveau où elle se trouve. Entre vous, il y a en ce moment une légère disharmonie. Vous ferez vos exercices, et moi, je ferai les miens, et lorsque nous aurons des résultats, nous nous rencontrerons aux quelques points communs. Ayez la foi et n’hésitez pas. Gardez la règle suivante : on vous demande d’avoir la confiance en soi, la confiance en votre âme raisonnable pour qu’elle puisse être libre, réfléchir et comprendre tout ce que Dieu a créé. Autant que votre âme soit éveillée, vous aurez les bénédictions de Dieu dans le monde. Donc, que la foi soit pour vous la première parmi toutes les règles ! Sofia, le 26 février 1920 *Lors de la Première Guerre mondiale, les Empires centraux (ou la Triplice) est le nom de la coalition constituée de l'Empire allemand, de l'Autriche-Hongrie, de l'Empire ottoman et du Royaume de Bulgarie, opposés contre les Alliés ou les Forces de l’Entente.
  20. Une petite analyse “Paroles du roi Lemuel. Sentences par lesquelles sa mère l’instruisit.” Proverbes de Salomon 31 :1 Par roi on entend l'esprit humain. Par mère on entend le Seigneur, la mère Divine, qui l'instruit. Que te dirai-je, mon fils ? Que te dirai-je, fils de mes entrailles? (31 :2) Le mot fils signifie l’homme qui est sur Terre. Que te dirai-je, mon fils, objet de mes vœux? (31 :2) La mère nature envoie toujours ses vœux vers ses enfants. Ne livre pas ta vigueur aux femmes, Et tes voies à celles qui perdent les rois. (31 :3) La première chose, c'est de ne pas livrer sa vigueur aux femmes. Ici, par femme on entend le cœur humain qui a dévié du droit Chemin. C'est pourquoi ne lui livre pas ta vigueur. Celles qui perdent les rois, c'est un des vices de la raison humaine: l'orgueil. Ce n'est point aux rois, Lemuel, Ce n'est point aux rois de boire du vin, Ni aux princes de rechercher des liqueurs fortes; De peur qu'en buvant ils n'oublient la loi, Et ne méconnaissent les droits de tous les malheureux. (31 :4,5) Pour l'esprit humain, la première règle est de ne pas boire du vin. Par liqueur on entend un vin dans lequel on ajoute un peu de miel, du sucre et du poivre. Le mot vin signifie argent. Même le plus parfait des hommes perdrait la tête si on lui donnait de l'argent. Par vin on entend également toutes les faiblesses qui assombrissent la raison de l'homme, que ce soit des idées, des désirs ou des actes qui donnent une mauvaise direction aux désirs. Toutes les bonnes idées et les bons désirs de l'homme peuvent être opprimés. Tout homme qui opprime ses désirs déforme aussi son contenant intérieur. Selon la déformation de votre contenant, vous serez le même tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Telle est la loi Divine: l'homme à l'extérieur représente le monde physique, et à l'intérieur – le monde Divin. Jamais les gens qui t’entourent ne peuvent améliorer ta vie aussi bien que toi. Et ceux d’entre vous qui attendant le bonheur de venir de l'extérieur se trompent et sont souvent déçus. N'attendez pas le bonheur, il est en vous. À qui doit-on donner du vin et de la liqueur ? Donnez des liqueurs fortes à celui qui périt et du vin à celui qui a l’amertume dans l’âme: qu’il boive et oublie sa pauvreté, et qu'il ne se souvienne plus de ses peines. (31: 6,7) Donnez de la liqueur à ceux qui sont en péril, et du vin - à ceux qui sont malheureux, en colère, maussades. Donne à boire à celui qui est méchant, celui qui est en colère! Vous n'arrivez pas à comprendre pourquoi il faut donner à boire et à manger à celui qui est méchant et en colère, et à celui qui est bon - non. Vous ne pouvez pas imaginer cette contradiction. Si vous avez une courroie trop dure, vous devez la tremper dans l'huile, pour qu’elle devienne plus molle. Une courroie qui est déjà molle ne doit pas être trempée dans l'huile. Cela veut dire que l’énergie qui est dure doit être nourrie et trempée dans l'huile pour s'adoucir. À l’homme malheureux qui est dur, donne-lui du vin, un peu de pain et il sera capable de travailler. L’homme qui est bon possède déjà cette douceur. Ouvre ta bouche pour le muet, pour la cause de tous les délaissés. (31 :8) Ouvre ta bouche pour le muet signifie que l'homme intelligent doit défendre celui qui ne peut pas parler, et celui qui peut parler ne doit pas être défendu. Ouvre ta bouche, juge avec justice, et défends le malheureux et l'indigent. (31:9) Vous, les femmes qui êtes mères, vous devez juger avec justesse. Quand l'homme s'assoit sur la chaise du juge, il doit oublier toutes ses relations personnelles, il ne doit pas penser à soi, mais s'unir avec Dieu, avec l'humanité, c'est-à-dire que les intérêts de Dieu doivent être les siens et que les intérêts de l'humanité doivent être les siens. Le grand comprend les petits intérêts, tandis que le petit n'inclut pas un autre petit en soi. Qui peut trouver une femme vertueuse? Elle a bien plus de valeur que les perles. (31 :10) Par femme vertueuse, on entend un bon cœur. Il est dit dans l'Écriture : « Je leur donnerai un cœur de chair, je leur enlèverai le cœur de pierre. » Une bonne femme comprend un bon cœur. Acquérir un tel coeur vaut mieux que les perles. Le coeur de son mari a confiance en elle, et les produits ne lui feront pas défaut. (31 :11) Le mari signifie la raison humaine qui possède aussi un cœur. On dit : « a confiance en elle », car le cœur dont on parle est intelligent. Pense à ton coeur! Si votre désir vous donne la possibilité de réfléchir, c'est un bon désir, et s'il ne vous donne pas la possibilité de réfléchir, il est dangereux. Remarquez comment vous affecte l'état de colère - vous faites une crise sans réfléchir aux conséquences. C'est la femme stupide en vous, autrement dit, le coeur stupide. Les produits sous-entendent toutes les joies qu'on cherche. Toutes les joies découlent du cœur – il est le sol dans lequel poussent les biens Divins. Elle lui fait du bien, et non du mal, tous les jours de sa vie. (31 :12) Lorsque vous ne décevez personne, lorsque vous n’offensez personne, vous aurez plus d'amis, plus de gens pour vous aimer. Elle se procure de la laine et du lin, et travaille d'une main joyeuse. (31 :13) Le Christ dit : « Cherchez, frappez à la porte et demandez. » Ainsi, d'après ce vers, le cœur évidemment cherche. Chercher, ce sont les désirs raisonnables de l'homme. Tous les jours de sa vie, elle ne cesse de chercher. Quoi ? – De la laine et du lin. La laine et le lin ont deux qualités différentes : la laine retient en elle la chaleur, tandis que le lin la laisse passer. C'est une question d'hygiène de porter des vêtements en lin pendant la saison d'été, et pendant l'hiver – des habits en laine. Les prêtres juifs ont toujours porté des sous-vêtements en lin. La femme intelligente cherche et travaille la laine et le lin qui représentent deux désirs sublimes. Les fils de la laine et du lin produisent les meilleurs fruits. Par main on entend que cette femme possède une volonté intelligente pour tisser quelque chose de la laine et du lin. Le lin, c'est la pensée, et la laine – c'est le désir. Lorsqu'elle sent et réfléchit, elle sait ce qu'elle doit en faire. La laine sous-entend des désirs chauds, et le lin suppose un peu de sang-froid. L'expression et travaille d’une main joyeuse signifie qu'elle sait bien mettre au travail sa volonté. Elle est comme un navire marchand, Elle amène son pain de loin. (31 :14) Cela veut dire qu'elle a un gouvernail et sait naviguer les navires. Quel est le gouvernail de l'homme ? C'est sa langue. Les navires, c'est la bouche où elle amène son pain de loin, de l'intérieur. Ainsi, elle sait qu'elle est comme le navire marchand. Elle se lève lorsqu'il fait encore nuit. (31 :15) Donc, le Soleil ne la voit pas couchée au lit. Elle est sur pied avant l'arrivée de son maitre. Et elle donne de la nourriture à sa maison Et la tâche a ses servantes. (31 :15) La maison – c'est le corps. Le cœur, la raison et tous les désirs – ce sont ses servantes à qui elle donne les tâches. Elle considère un champ, et elle l’acquiert; et elle plante la vigne du fruit de ses mains. (31 :16) Elle considère un champ avec les yeux, car les yeux sont une source de la Vérité. Elle voit ce qui est utile et ce qui ne l'est pas, et acquiert un champ. Le champ sous-entend les conditions extérieures sur le plan physique que Dieu a procurées. Par fruit de ses mains on entend le monde de son cœur. La vigne signifie que tous les idées et désirs sublimes sont plantés en elle. On dit d'une telle personne qu'elle est magnétisée. Elle ceint de force ses reins, et elle affermit ses bras. (31 :17) L'expression elle ceint ses reins signifie sa volonté. C'est une femme qui travaille sur son corps, fait de la gymnastique, elle ne paresse pas. Son corps est bien sculpté, sans aucun défaut. Elle définit bien ses actes, ses désirs et ses pensées, et de cette façon elle affermit ses bras. Elle sent que ce qu'elle gagne est bon; Sa lampe ne s'éteint point pendant la nuit. (31 :18) Par nuit, on entend l'état où viennent la peine et les malheurs. Mais même alors, sa lampe ne s'éteint point. Une femme qui souffre dans le malheur et dit: « Jusqu'à présent, j'allais à l'église, je croyais en Dieu, mais maintenant je n'y vais plus » n'a pas de lampe. Elle met la main à la quenouille, et ses doigts tiennent le fuseau. (31 :19) Les gens contemporains ont découvert que la Terre tourne sur son axe comme une quenouille. Or, les femmes d'autrefois savaient que puisque la terre tournait sur son axe, alors elles aussi devaient tourner sur elles-mêmes. Donc, chaque femme doit tourner ses deux côtés contre le Soleil. Les deux côtés sont la joie et la peine et chaque femme doit tourner en fonction d'eux simultanément. Le côté de la joie est clair, et l'autre est sombre. C'est pourquoi la femme doit tourner sa quenouille. Lorsque la peine arrive, tourne ta quenouille! Demande-toi: « Est-ce que ma quenouille tourne ? » Cependant, que fais-tu ? – Tu laisses ta quenouille et tu dis : « La Terre ne tourne pas. » Si, la Terre tourne toujours, voilà pourquoi la femme doit tourner elle aussi. Si la Terre cessait de tourner, tout le monde mourrait, et grâce à cette mère, vous êtes tous habillés. La quenouille représente le monde Divin. Ce fil montre d'où vient l'énergie. L’écheveau est le système Solaire. La quenouille se met sur la taille. La Voie Lactée signifie la taille de l'esprit humain. Le système Solaire tente d’attraper cette taille. Tout le monde doit avoir un écheveau. Si le fuseau arrête de tourner, s'il lui manque la quenouille et l’écheveau, tout tourne à l'envers. Elle tend la main au malheureux, elle tend la main à l'indigent. (31 :20) Vous ne pouvez pas tendre votre main au malheureux, tant que vous n'avez pas lavé et tissé votre laine. Le mot malheureux dans ce vers signifie toutes les graines qui ne sont pas encore plantées. Tu tends la main, tu prends ces graines et tu les plantes dans le jardin – comme cela, tu fais un bien. Une fois que tu tends ta main au malheureux, cela veut dire que tu as de la volonté. Lorsque vous aidez quelqu'un, vous aidez le faible, et non pas le fort; et les malheureux sont l'avenir du monde. Elle ne craint pas la neige pour la maison, Car toute sa maison est vêtue de cramoisi. (31 :21) Le cramoisi dans le monde occulte signifie des vêtements magnétiques. Il y a des gens qui attrapent facilement toute maladie – ils sons nus. Toute personne qui se met en colère et doute est nue. Et c'est vrai, Adam et Ève, après avoir péché se sont dénudés et n'ont pas pu résister aux luttes extérieures. La puissance du christianisme consiste justement en cela – tout le monde peut être habillé. Quand nous commençons à nous vêtir de cet habit magnétique, nous apercevons en soi une Puissance. On observe ce fait dans notre quotidien: lorsqu'on met un habit, nous ressentons un contentement, une chaleur, mais si on l'enlève, nous ressentons un mécontentement. La peine veut dire que notre habit a été volé. Lorsqu'on est content et joyeux, nous avons notre habit sur nous. Cette loi est très juste. Lorsque vos enfants sont joyeux, ils sont vêtus, mais essayez de leur enlever l'habit – à l'instant ils deviennent malheureux. Ainsi, à l'origine de tous vos malheurs et le manque de cet habit. Si vous étiez clairvoyants, vous seriez capables de voir à quoi vous avez l'air avec ou sans cet habit. Elle se fait des couvertures, Elle a des vêtements de fin lin et de pourpre. Son mari est considéré aux portes, Lorsqu'il siège avec les anciens du pays. (31 :22, 23) Son mari sous-entend sa raison. Lorsque sa raison parle, tout le monde l'écoute, car le mari d'une telle femme est honorable. Si elle est paresseuse, personne ne l'écoute, car son mari n'est pas honorable. Elle fait des chemises, et les vend, Et elle livre des ceintures au marchand. Elle est revêtue de force et de gloire, Et elle se rit de l'avenir. Elle ouvre sa bouche avec sagesse, Et des instructions aimables sont sur sa langue. (31 : 24-26) Cette loi des instructions aimables est utile pour tous. Réfléchissez sur ces vers vous-mêmes, et moi je vous les expliquerai une autre fois. Elle veille sur ce qui se passe dans sa maison, Et elle ne mange pas le pain de paresse. (31 : 27) Cette femme ne prend pas n'importe quelle nourriture, mais choisit seulement celle qui est parfaitement saine. Il est connu que la paresse est la mère de tous les vices. En général, les gens d'aujourd'hui sont devenus très paresseux. Ils vont à l'église pour tromper Dieu, allument une bougie et disent: « Faisons une prière, allumons une bougie et nous pourrions obtenir quelque chose. » Ils prennent un billet de loterie et ensuite s'installent dans un café pour attendre le lot. Lorsque le tirage arrive et ils voient qu'ils ne gagnent rien, alors ils achètent un nouveau billet et vont à l'église de nouveau pour allumer une bougie et prier. Ils achètent des actions, mais le prix diminue des fois et ils perdent tout. Ces gens sont paresseux. Ne fais pas de même, mets-toi au travail, exploite tout ce que tu possèdes! Les malheurs qui vous arrivent, c'est votre passé; ils vous aident à payer vos vieilles dettes. Pourquoi ne mange-t-elle pas le pain de paresse? Manger le pain de paresse, on le voit souvent dans la société d'aujourd'hui: un jeune homme fait la cour à une jeune femme dans une maison; il est bien habillé, sa vie semble bien arrangée, mais il a quelques dettes. Il cherche cette fille riche pour qu'elle paye ses dettes. Le père et la mère ont hâte de l'attraper sans connaitre l'état de ses finances et ils organisent le mariage du jeune couple. Les prêteurs se présentent l'un après l'autre avec leur police en main et se disent: « Il est riche maintenant, il paiera ses dettes. » Les parents s’étonnent et se disent: « Comme c'est étrange, il semblait être très honnête ». Oui, mais puisque vous vous êtes unis avec cet homme paresseux, vous allez maintenant subir les conséquences. Quand un esprit vient vous dire que vous pouvez avoir une vie facile, ne montez pas dans sa voiture et ne croyez pas à ses promesses. Ses fils se lèvent, et la disent heureuse; Son mari se lève, et lui donne des louanges : Plusieurs filles ont une conduite vertueuse; Mais toi, tu les surpasses toutes. (31 : 28, 29) C'est vrai que ces mères sont respectées par leurs enfants, ainsi que par le monde. Par ces vers, Salomon décrit la femme parfaite ou l'élan de l'âme humaine. La grâce est trompeuse, et la beauté est vaine; La femme qui craint l'Éternel est celle qui sera louée. (31 : 30) Par l'expression craint l’Éternel on entend que chaque femme pieuse sera louée. Récompensez-la du fruit de son travail, Et qu’aux portes ses œuvres la louent. (31 : 31) Pendant ce mois-ci, étudiez tout le chapitre. Vous ferez un essai pour connaitre la puissance de ces anciennes formules, pour voir la force magique de la quenouille. Lorsque votre esprit est tourmenté, faites l'essai suivant: imaginez douze kilos de laine; mentalement, prenez un grand cuvier et commencez doucement à laver cette laine. Vous la laverez une, deux, trois, quatre, cinq fois, jusqu'à ce qu'elle devienne très propre. Ensuite, prenez l'une de ces cardes des gitans et commencez à la carder. Cardez-la pendant une demi-heure et faites-en des écheveaux. Ensuite, mettez-la sur les grandes cardeuses et faites-en de grands écheveaux. Mettez un des écheveaux à la quenouille et commencez à filer. Je voudrais que vous me décriviez ce processus et les sentiments que vous éprouvez quand vous filez. Votre description sera aussi détaillée que celle du naturaliste qui observe sous microscope un processus. Observez quel sentiment vous éprouvez après chaque écheveau fini. Cette formule avec le cardage et le filage de la laine nous est donnée par l'occultisme, et en une demi-heure elle nous est plus utile qu'un pédagogue pendant un an. Cet essai avec la laine, faites-le au moins quatre fois par mois. Si quelqu'un attrape la maladie espagnole, en gardant le lit, qu'il lave cette laine. Si ces essais s'avèrent fructueux, alors ils sont vrais et justes. Ce qui est inventé et créé par nous ne donne pas de résultats. Ne vous trompez pas à propos de certaines connaissances qui ne peuvent pas vous donner de la force. Si une idée vous vient à l'esprit, pensez-y, gardez-la pendant un jour ou deux, et si elle ne donne pas de fruits, alors elle est infertile. N'entretiens pas de désirs et de pensées qui ne t'apportent rien. Tournez le fuseau sans cesse, que le fil descende sans cesse d'en haut et faites ainsi deux ou trois fuseaux. Un tel processus doit s'effectuer dans votre esprit. La prière seule ne suffit pas, il faut travailler aussi. Que signifie le mot prière? La respiration a du sens seulement lorsque le sang circule. Lorsque le sang pénètre dans les poumons blancs et se purifie – c’est de la prière. Si vos poumons manquent de sang, pourquoi respirer et prier ? Pour prier, il faut de l'air pour purifier le sang. Parfois vous priez sans savoir pourquoi. Vous dites: « Que Dieu nous bénisse! » Mais vous ne savez pas pour quelle raison. Vous dites: « Seigneur, que ma situation s'améliore un peu! » Est-elle vraiment mauvaise votre situation? Mais vous direz: « Je veux être comme les autres. » N'êtes-vous pas comme les autres? Pour prier, la nourriture doit être bien mâchée par les dents avant de descendre dans votre estomac qui doit faire son travail et la transformer en jus, qui de son côté doit atteindre les poumons blancs, et c'est alors que tu peux commencer à prier. L'homme qui peut prier et celui qui a la pleine conscience. Certains demandent: « Pourquoi prier? » Pour purifier ton sang, tes pensées et tes désirs! Si vous ne priez pas de votre plein gré, la Providence créera des conditions pour que vous priiez. Même les gens les plus durs prient: ils tombent malades, appellent le docteur et lui disent: « S’il te plait, docteur, aide-moi ! » Si Dieu te prive de quelque chose, tu vas vite chez un prêteur pour prier. Prier, c’est une loi imposée par Dieu. Quelqu’un dit: « Je ne veux pas prier Dieu. » D'accord, choisis quelqu'un d'autre. Il a des gens qui prient leurs chevaux – ils leurs disent: « Allez, vas-y mon cheval! » Tu pries ton cheval pour qu'il t'aide à porter ton poids. D'un point de vu psychique, la prière est une loi nécessaire. Prier Dieu, c'est ce qui est bon, c'est l’air pur. Hors de cette prière, tu descendras de plus en plus bas. Les milieux que tu traverseras seront de plus en plus impurs. Si tu n’es pas disposé pour prier, descends dans ton estomac et travailles-y un peu. Dans les essais que vous ferez, votre motivation ne doit pas être égoïste, mais vous devez tous commencer à étudier les lois Divines de la même façon que vous étudiez les diverses matières – les sciences naturelles, le bulgare, la géométrie, et d'autres. Chaque personne qui est entrée dans l'école doit vérifier ce qui est vrai et ce qui ne l'est pas. Ce n'est pas comme dans les journaux où on peut lire un jour qu'une ville a été prise, et l'autre jour, on annonce qu'elle a été de nouveau reprise, etc. Par exemple, on peut lire que les Roumains ont envahi Dobroudja et tout le monde se décourage. Cependant, hier soir on a lu que ce n'était pas vrai. Quelqu'un te dit que tu auras des soucis et tu commences à t'inquiéter – voilà que les Roumains entrent dans ta tête. Vous ressemblez à cette demoiselle qui a rêvé qu'elle était mariée et qu'elle avait un enfant qui est mort. Elle s'est levée le matin et elle a tout raconté à sa mère. Toutes deux ont été très inquiètes et se sont mises à pleurer. Vous créez beaucoup d'ennuis dans votre esprit à cause de faits irréels. Une femme dit: « J'ai entendu que les sœurs n'ont pas une bonne opinion de moi. » Voilà les Roumains qui entrent dans ta tête; puis elle ajoute: « Non, je me suis trompée, elles ont une bonne opinion de moi » - les Roumains sortent de ta tête. L'un est aussi vrai que l'autre. Si la première chose est juste, la seconde l’est aussi. Un prêtre te dit que tu es hérétique, et moi, je te dis que tu ne l'es pas – les Roumains sont entrés et puis sortis de toi. Lorsque vous entrez dans une école, vous devez avoir l'esprit critique pour examiner les choses, et avoir une ouverture au monde Invisible et à ses lois. C'est la seule façon de rendre votre caractère solide. À présent, vous voulez apprendre sans faire d'effort. Je souhaite que cette laine vous la laviez, la cardiez et la filiez vous-mêmes. Si vous ne savez pas carder et filer, je vais vous l'apprendre. C'est la seule voie pour rendre l'esprit humain plus noble et le rehausser. Il faut travailler, travailler et encore travailler! Je ne vous parle pas de labeur, mais bien de travail. La peine et le labeur je laisse aux gens, car c'est le monde qui s'en occupe. Lorsque tu souffres et tu es triste, dis-toi: « Je me mets au travail ! » Sofia, le 5 décembre 1918
  21. Celui qui cligne de l’œil « Celui qui cligne de l'oeil cause du tourment, et celui qui est insensé des lèvres court à sa perte. » Proverbes de Salomon 10:10 Pendant ce mois-ci, je voudrais que vous lisiez tous les proverbes de Salomon et ceux d'entre eux, qui vous impressionnent beaucoup, apprenez-les par cœur. Je vais vous expliquer ensuite pourquoi il faut les apprendre par coeur. Remarquez que parmi tous les sens de l'être humain, l'œil occupe une des places les plus élevées. L'œil se sert de la lumière et grâce à elle on touche les objets. La perception dans l'oreille est transmise grâce à des vibrations particulières de l'air. Chez l'odorat, les odeurs sont également transmises par des particules dans l'air. Mais lorsqu'il est question du gout et du toucher, nous devons nous servir de moyens purement physiques – on approche la langue ou bien on touche des doigts. Par conséquent, l'œil a un sens purement mental. Le clignement d'oeil comprend deux mouvements: l'un - lorsqu'on ferme l'oeil, l'autre - quand on l'ouvre. Quand on l'ouvre, c'est le jour, c'est un moment. Lorsque tu ouvres et tu fermes les yeux, il passe une période de vingt-quatre heures. Lorsque tu fermes les yeux, c'est alors que se passent tous les crimes dans le monde. Ce clignement, vous le faites tous. Quand une mauvaise pensée surgit dans votre esprit, vous clignez de l'oeil. Celui qui commet des erreurs, il cligne de l'oeil souvent. La jeune fille fait un clin d'oeil au jeune garçon et le jeune garçon fait un clin d'œil à la jeune fille. Cela représente un mouvement incorrect de l'esprit humain. Cligner de l’œil veut dire descendre à un niveau inférieur. Les yeux des gens qui clignent de l’œil deviennent plus petits, et les gens dont les yeux sont petits, on les considère comme rusés et malins. C'est le résultat du clignement. Par la même loi, votre raison dégrade. Lorsque les yeux deviennent plus petits, la raison dégrade et toutes les idées et les sentiments nobles disparaissent. Cela montre que votre monde devient plus petit et que la portée de vos connaissances diminue aussi. Salomon dit dans ses proverbes : « Celui qui cligne de l'oeil cause du tourment. » Du tourment à qui ? À son âme. Car les fenêtres deviennent de plus en plus petites, moins de Lumière passe par elles et la vie entre par ces fenêtres aussi. Si une idée Divine te vient à l'esprit et tu te dis: "Ce n'est pas le moment", cela veut dire que tu as cligné de l'oeil. On te demande d'accomplir une tâche, mais tu dis: "Ce n'est pas le moment" - tu as cligné de l'œil. Tu clignes de l'oeil aujourd’hui, tu clignes de l'oeil demain, après-demain aussi; tu clignes de l’oeil à un jeune homme, à deux, à trois, et s'ils se mettaient tous à te suivre, cela causerait tout un scandale. Si une jeune fille est sérieuse, nul garçon ne lui courra après. Nombreux sont ces garçons dans la vie; ne pensez pas qu’ils existent seulement sur le plan physique – ils sont aussi dans le cœur et dans l'esprit. Par clignement, on entend une personne qui ne veut pas étudier les lois Divines. Chez nous, les Bulgares, il y a une coutume de hocher la tête en signe d'approbation ou de désaccord. Lorsque les Bulgares approuvent quelque chose, ils remuent la tête vers le bas, et lorsqu'ils nient, ils la remuent en haut. Vous allez remarquer que les chevaux font la même chose. Ce mouvement a ses raisons : lorsque le cheval hoche la tête, cela signifie : « Maitre, le chemin que tu as emprunté avec ta femme et tes enfants ne te mène pas au bon endroit. » Sur le plan physique, le cheval symbolise l'intelligence. Si vous passez près d'un cheval qui hoche la tête, cela signifie: « Mon ami, tant que tu gardes cette idée à l'esprit, tes affaires n'avanceront pas. » Corrige ton comportement et retourne voir ce cheval, et tu verras que cette fois il ne hochera plus la tête. Lorsque votre raison hoche la tête, tout comme le balancier d'une pendule, cela montre que ton travail n'avance pas bien. Que ton esprit ne hoche pas la tête, mais qu'il reste sur place pour travailler. Cela est en lien avec certains états psychiques : les gens qui sont très nerveux clignent des yeux. Lorsque l'homme commence à perdre son équilibre mental, il hoche la tête, cligne des yeux et bouge ses pieds, mais ces mouvements sont incorrects, ils ressemblent à un tourbillon qui ne fait que lever la poussière. De la même manière, j'explique la loi de la tristesse. Quelqu'un dit : « Je suis triste. » C'est bon, tiens les yeux ouverts ! - « Mais mon âme souffre beaucoup. » Tiens les yeux ouverts ! – « J’ai mal au dos. » Expose-le au Soleil ! Tiens ton esprit ouvert, éveillé et ouvre tes yeux sur Dieu ! Tu dis : "Il ne manque plus que Dieu maintenant !" Avec ces paroles, tu as les yeux fermés. Lorsque la fille tombe amoureuse d'un garçon, elle ne voit plus ni sa mère, ni son père, ni les autres membres de sa famille, elle ne pense qu'au garçon. De la même façon, nous fermons les yeux, l'âme et le cœur et nos pensées sont occupées par des choses provisoires. L'homme a trois sortes d'yeux : les yeux physiques, les yeux de l'âme et les yeux de la raison. Si vous n'êtes pas certains, faites un petit essai : si au réveil vous vous sentez très indisposés, arrêtez-vous et dites : « Je ne vais pas cligner de l'oeil! » Tournez votre esprit vers Dieu, pensez à Dieu, à tout ce qui est bon, aux Anges. Pensez-y pendant cinq ou dix minutes et tout de suite vous ressentirez un équilibre dans l'âme. Comment vous vous soignez maintenant ? – Vous vous levez le matin, vous êtes indisposés, vous mettez votre sac sur le dos et vous allez chez les voisines pour leur raconter : « Savez-vous combien je souffre! » L’autre répond : « Sais-tu ce qui m'est arrivé ? » Les deux vont après chez la troisième pour lui raconter leurs malheurs. Celle-ci se plaint elle aussi de ses malheurs et qu'est-ce qui arrive? Chacune porte son sac sur le dos. Ce n'est pas la façon de faire! Réunissez-vous les trois sœurs, asseyez-vous sur une chaise, tournez-vous vers l'est, réfléchissez un peu pendant environ dix ou quinze minutes et votre esprit se rassérènera et une Lueur y pénètrera. Si une idée surgit en vous à cet instant, quelque petite soit-elle, mettez-la en œuvre. « Et celui qui est insensé des lèvres court à sa perte ». Ce proverbe exploite les symboles des yeux et de la bouche. Celui qui cligne de l'œil cause du tourment, et insensé est celui qui a cligné de l’œil pendant longtemps. Sa raison est devenue insensée par le fait d'avoir cligné de l'œil beaucoup, c'est-à-dire, il dit tout ce qui lui vient à l'esprit - ce qu'il faut et ce qu'il ne faut pas dire. Tous les gens de nos jours en souffrent. Ton mari a fait quelque chose, il t'a dit des paroles qui t’ont offensée et tu vas de maison en maison pour raconter comment il est. Quand tu répètes souvent une chose, tu mets la main toujours dans le même panier: « Mon mari est cruel, c'est un vagabond, et moi qui le croyais honnête ! » Et l'autre dit: « Ton mari est parfait comparé au mien ! » Qui en est responsable? Votre mari a cligné de l'oeil, et vous allez cligner de l'oeil à votre tour. Votre mari a cligné de l'œil, et vous voilà déjà insensée des lèvres. Ce qui corrompt le monde, ce qui cause les plus grands malheurs, ce sont ces images qui manquent d'harmonie et de beauté. Par exemple, tu parles à quelqu'un, et il tord sa bouche. Que signifie cette déformation ? Si tu glisses, tu tombes. Ainsi, celui qui cligne de l'oeil, son âme souffre, et ce glissement n'est rien d'autre que la déchéance. Il t'arrive de tomber d'un pont lors d'un accident – c'est un glissement. La déchéance est toujours due à la perte de l'équilibre spirituel. Cette déchéance entraine les plus grands malheurs. Le plus important, c'est de garder la raison éveillée et pure. Une autre règle importante : lorsque vous allez parler de quelque chose, de bien y réfléchir avant. Rendez-vous compte si ce que vous avez à dire sera utile pour vous ou pour quelqu'un d’autre. Si ce que tu as à dire n'est utile pour personne, occupe ta bouche de quelque chose d'autre. La bouche n'est pas un conduit pour les eaux usées. Notre bouche doit émettre que les choses les plus nobles et les plus pures – tout ce qui peut mener à la noblesse. Les mauvaises paroles, qui sortent souvent de votre bouche, doivent aller ailleurs, là où se trouvent les eaux polluées. Je vais faire la démonstration de cette loi, de l'effet de la pensée sur le plan physique: si vous ne gardez pas vos pensées ouvertes, c'est-à-dire, si vous ne contrôlez pas vos pensées, ces impuretés sortiront par votre bouche, et quelque temps plus tard, vous serez constipés et vous devrez faire un lavement. Vous dites de quelqu'un qu'il est constipé. Moi, je dis: il a cligné de l'oeil, il n'a pas su garder ses paroles. Chaque pensée produit un effet physiologique sur nous, c'est pourquoi votre bouche ne doit produire que de la pureté. Sinon, vous allez avoir recours aux docteurs. Vous n'avez pas besoin de docteurs, mais vous devez chercher la cause de chaque maladie. Tu diras : « J’ai fait de ma bouche un égout et je dois la nettoyer! » Tous les hommes ont fait de leur bouche un égout et veulent bien vivre. Votre bouche doit être comme la gargouille d'une fontaine. Si vous êtes constipé, il vous manque la science. Les intestins et l'estomac doivent être libres. Plus tard, je vais vous parler du rapport entre la tête et l'estomac. Dans le corps, le rapport entre l'âme et l'esprit est très étroit. Sachez aussi que l'estomac est la tête de l'âme. L’estomac est un homme. Entre cet homme et la tête, il y a un lien étroit, ils s'entendent bien, car tous deux sont des hommes. Les poumons blancs sont les femmes du cerveau, et le cœur est leur enfant. L'estomac lui aussi a une femme et un enfant. Je veux seulement vous familiariser avec l'idée que chaque pensée qui vous survient produira en vous un certain effet dans votre organisme, un effet qui se réalisera tout de suite ou dans une autre vie. Si vous ne redressez pas vos pensées, elles resteront les mêmes dans mille ans. Quelqu'un dira : « Je suis sauvé par la grâce. » Comment ? Quand tu tombes dans l'eau et je te sauve, tu es sauvé par la grâce, mais après être sorti de l'eau, tu dois apprendre à travailler. Je vous parle du vers qu'on vient de lire, car je sais que vous vous donnez beaucoup de coups de pied avec vos bouches. Savez-vous que la bouche de l'homme est un canon à tir rapide, une terrible mitrailleuse. Jusqu'à maintenant, elle a été entre les mains de l'ennemi et nous devons la libérer. Un homme qui ne pense pas comme il faut se tape la tête contre un mur. Selon la tête, je classifie les gens de la façon suivante : ceux dont la tête est raisonnable, et les autres dont la tête est une citrouille, une caboche. Si votre tête est une caboche, vous ne réussirez pas. Votre cerveau doit travailler et accomplir son travail. Je ne veux pas que vous perdiez l'espoir et que vous arrêtiez de travailler. Quand vous constatez une erreur, sachez qu'elle vient de l'extérieur, elle n'est pas une qualité de l'âme. Vous avez un sac à dos sur vous, ce n'est pas une qualité innée, ne croyez pas que vous êtes nés avec cela. Vous avez une mauvaise idée en tête – elle n'est pas la vôtre, chassez-la. Lorsque je vous dis que vous avez une mauvaise idée en vous, ne soyez pas offensés, car je veux que vous soyez intègres à l'intérieur. Cette pensée même et sа présence dans votre esprit vous offensera. Pour que ces pensées se déposent, trouvez des pensées opposées. Ne clignez pas de l'œil, mais gardez vos pensées ouvertes. Quiconque entre chez vous, qu'il vienne, mais ne clignez pas de l’œil. Car, Christ dit : « Celui qui entre par la haie, est un voleur et un brigand. » Chaque pensée doit entrer par vos yeux et votre cerveau. La pensée qui est entrée par votre cœur est un brigand. Une telle pensée ne doit pas vous troubler, mais vous devez la tenir hors du bercail. À l'intérieur de l'homme, il y a trois subdivisions. Dans l'église orthodoxe, il y a aussi trois divisions qui sont définies depuis des milliers d'années. Elles représentent l'évolution de l'homme. La première, c'est la division des catéchumènes, ensuite - les croyants, et la troisième – celle du prêtre, qui officie et qui comprend la façon dont il faut servir Dieu. Le pope est le Maitre. L'autel est la place du Maitre, qui sort de là, met du feu et de l'encens dans l'encensoir et le brule. Si les popes d’aujourd'hui clignent de l'œil, pourquoi brulent-ils de l'encens ? Ils ne savent pas pourquoi. Moi, je sais. Vous le faites souvent aussi : vous mettez de l'encens dans vos encensoirs et vous vous mettez à chasser le diable. Ce n'est pas l'encens qui chasse le diable, l'encens est un moyen de désinfection. Bruler de l'encens signifie que votre cœur doit être tout aussi chaud. Les bonnes idées de votre cœur doivent sortir pour rafraichir l'ambiance dans laquelle vous vivez. Si vous encensez de la même façon, vous comprenez bien ce que l'encens symbolise. Mais si vous portez votre abécédaire sous le bras sans le lire, il ne vous sera pas utile. C'est pourquoi Dieu vous a donné des yeux qui sont les fenêtres de l'âme. Par conséquent, quand il fait clair, nous devons toujours tenir nos yeux ouverts, pour recevoir la quantité de Lumière dont nous avons besoin. Quelquefois, vous dites: « Il fait trop clair », parfois vous dites: « il fait noir ». Bon, alors ouvre encore les yeux ! Il y a des gens qui voyagent la nuit quand il fait noir, mais la nuit il y a aussi de la Lumière. Cependant, pour la percevoir, il faut avoir des organes plus sensibles. Cette lumière est utilisée par les clairvoyants. Les vrais clairvoyants voient mieux la nuit plutôt que le jour, car ils ne clignent pas de l'oeil. Ils tiennent leurs yeux ouverts. Soyez toujours conscient de l'idée que vos yeux doivent être ouverts ! On dit de quelqu'un qu'il est « mort les yeux ouverts », et on se dépêche de les lui fermer. Laissez ce mort avec les yeux ouverts. Maintenant, tous les maitres et prêtres s'assurent de fermer les yeux des gens. Ouvrez les yeux des gens ! Par exemple, quelqu'un mène une vie d'aventures, et vous lui dites : « Et tu penses que tu vas devenir chrétien ! Tu es très en retard, nous savons déjà beaucoup de choses ! » Cela veut dire lui fermer les yeux. Que savez-vous?! Il ne faut pas faire comme cela! Dis à ton frère : « Mon frère, tu as bien fait, c'est un bon début. » L'heure d'arrivée n'est pas importante. Moi, quand je fais une randonnée, je marche doucement, j'explore les insectes et tout ce que je rencontre sur mon chemin, et enfin j'arrive. Ce n'est pas nécessaire de marcher vite pour arriver à Cherni vrah* le plus rapidement possible. Quand tu pars pour Cherni Vrah, observe sur ton chemin les sources, les insectes et les papillons et si ton esprit est toujours éveillé, tu verras Dieu à l'oeuvre. Je souhaite que les yeux de tout le monde soient ouverts. Vous dites : « Que faut-il faire pour être sauvé, comment puis-je être sauvé ? » Celui qui ne cligne pas de l'œil, il est sauvé, et celui qui cligne, il se noie. Pour cela, ne découragez personne. Vos visages, d'après ce que je vois, ont l'air sérieux, mais ce n'est pas parce que vous êtes vraiment sérieux, mais parce que vous regrettez la jeunesse que vous avez perdue. Vous vous dites : « Autrefois, j'étais belle et jeune! » Tu n'as pas vieilli, ne te trompe pas! Ce sont tes pensées et tes vêtements qui sont vieux, mais ton âme est toujours jeune. Quand il devient vieux, ton corps n'est plus capable de transmettre tes pensées, et alors, Dieu dit aux Anges: « Va et déshabille cet enfant à moi dont les habits sont très sales et ne peuvent plus se laver! » Je dis : mon frère, on te déshabillera. Ou bien, comme on dit dans votre langue, tu dois partir et revenir une deuxième fois. Quand je vous parle d'yeux ouverts, je voudrais que vous teniez toujours propre votre corps physique. Je vais vous dire quelle est l'influence des bonnes pensées sur votre corps physique. Chez les saints qui ont mené une vie pure pendant longtemps se produit une odeur particulière et agréable, un parfum intérieur appelé « nuxe ». Lorsque vous êtes dans un état spirituel agréable, quand vous avez eu une réflexion quelconque, vous ressentez l'odeur suave d'un esprit supérieur qui vous a rendu visite. Prenons par exemple le jeûne: lors du jeûne, les idées qui viennent à l'esprit et les choses qu'on voit sont imperceptibles pour les autres. Il y a des gens religieux qui prient beaucoup, mais ne voient rien – ils ne pensent qu'à leur salut. Abandonnez ces pensées! Les souffrances existent dans l'autre monde, mais ici elles sont pires. Lorsque vous commettez un crime, vous ressentez l'enfer. Chacun de vous a déjà ressenti cet enfer dans son âme, pourquoi cherchez-vous un autre enfer? L'autre enfer n'est qu'un jeu d'enfant. Celui qui est à l'intérieur est redoutable et alors vous dites : « Ce ver ne cesse pas de ronger, il n'arrête pas! » Il ressemble au ténia contre lequel vous prenez des médicaments, vous vous en débarrassez, mais sa tête reste encore. Vous demandez : « Pourquoi j'ai eu le ténia ? » Parce que vous avez eu les yeux fermés. Ce ténia est possédé par un esprit impur qui suce sans cesse. Il disparaitra tout seul si vous apprenez à garder vos yeux ouverts et à ne pas avoir les lèvres insensées. Vous pouvez même tremper votre volonté de façon à ce que vous vous débarrassiez du ténia, où qu'il soit, en une minute. Ainsi, nous, les gens d'aujourd’hui, qui pouvons nous soigner nous-mêmes, nous n'avons pas besoin de docteur. Vous devez vous aguerrir. Pour connaitre la force de ta pensée, fais l'essai suivant : tu as le rhumatisme et tu as essayé en vain tous les médicaments; vérifie d'abord la nourriture qu'il lui faut, et ensuite, par la force de ta volonté, commence à le déplacer d'un endroit à l'autre dans ton corps. Lorsqu'il commence à se déplacer, dis-lui: « Monsieur, tu es entré dans mon organisme alors que mes yeux ont été fermés, je vous invite maintenant à venir vers la porte d'en arrière ! » Des portes d'en arrière, nous en avons beaucoup. Si quelqu'un prend froid, les médecins lui donnent de l'aspirine qui cause la transpiration. Les pores par où s'écoule la sueur représentent des portes d'en arrière. Je ne dis pas que vous ne devez pas transpirer, mais je dis qu'une idée qui entre dans notre corps physique doit sortir dehors par ces pores. Les pores se sacrifient pour nos yeux et disent: « Nous sommes prêts à rendre service à notre maitre. » Toutes les impuretés sortent par eux. Lorsque l'homme commet une erreur dans le monde moral, il ressent beaucoup de dépôts s'accumuler en lui. Ne rejette pas cette peine, mais aie le courage d'en étudier la cause. Quelqu'un dit : « Je veux être saint ! » Si tu veux le devenir, suis le chemin du saint. Cependant, dès que tu as mal au dos, tu viens me voir. Les douleurs, la peine et les souffrances sont nécessaires et il ne faut pas s'en désoler, mais plutôt les mettre en oeuvre. Le diable est entré en nous, mais au lieu de le jeter dehors, nous le mettrons au travail en lui disant : « Nous avons travaillé pour toi pendant huit-mille ans, c'est ton tour maintenant de nous servir pendant huit-mille ans! » Le diable est un être intelligent et c'est important de le mettre au travail. L'exercice principal que vous allez faire ce mois-ci est le suivant : développer la volonté. Non pas celle que vous avez, mais celle qui est intelligente, la volonté Divine. Lors de cet exercice, vos pensées doivent être bien précises. Votre esprit ne doit pas être occupé par deux pensées à la fois. Une pensée, cela veut dire un seul travail à accomplir en premier, ensuite un autre. Tout est lié en nous comme les maillons d'une chaine. Je vais clarifier mon idée: nous suivons un plan Divin bien défini et chacun d'entre nous fera son travail différemment. Admettons qu'il y a parmi vous un tisserand, un scribe, un vigneron, etc. Le commerçant appliquera ses idées dans le commerce, le tisserand – au tissage, le laboureur - au labeur de la terre, bref, à la vocation de chacun. Le tissage du tisserand sera beau et solide, sa pelote devra être solide, son fil devra être solide, sa pelote doit être solide, son fil doit être également solide, et non pas déchiré. Car, chaque idée se tisse par les pensées et les désirs qui vous occupent. C'est ainsi que l'idée entière se forme. Ce fil doit être solide et tissé selon toutes les règles. Ce fil, étant tissé de cette façon, fera partie de la Force de votre volonté, car la volonté devra toujours être appliquée dans le monde physique. Là, où nous voulons appliquer nos pensées, il y aura des obstacles et des défis. Pour nous, ce monde est une énigme à résoudre. Par exemple, vous vous mariez avec un homme et vous voulez être heureuse, mais vous ne pouvez pas vous entendre. À qui la faute? Il y a quelque chose qui manque à votre mari, et à vous aussi – tous deux, vous êtes entrés les yeux fermés. Si sa tête en arrière est pointue ou plate, si ses yeux sont trop petits et ses lèvres sont trop minces, qu'attendez-vous de cet homme?Cela montre que vous n'êtes pas fait l'un pour l'autre. Bon, alors, qu'est-ce qui vous reste à faire? – Rendez vos lèvres plus épaisses, développez votre cœur. Pour développer votre cœur, vous devez mettre en oeuvre votre volonté. Selon les phrénologues, les gens d'aujourd'hui ont quarante-et-une portes par lesquelles ils peuvent accueillir des visiteurs. Vous essayez une porte – vous ne pouvez pas entrer, vous en essayez une autre, et enfin vous trouvez une porte par laquelle vous pouvez entrer. Il existe donc plusieurs façons d'influencer les gens. L'enfant connait cette loi aussi et remarquez que lorsqu'il veut quelque chose, il commence par les mots: « Maman, donne-moi ça! » - « Non! » Il commence alors à te faire des câlins, à t'embrasser, et enfin tu te mets d'accord. Il a ouvert une de tes portes et il est entré dedans. C'est un enfant intelligent qui a su appliquer sa volonté. Mais tu diras : « Je ne veux pas agir en hypocrite. » Tu n'as pas le choix, tu feras des câlins, tu le feras briller cet homme. Sa main est sale – tu la laveras, tu lui feras un pansement. Vous devez étudier l'âme humaine, et ce n'est pas un art facile. Je parle de relations entre des gens sains, mais si tous les deux vous êtes malades, vous ferez appel à un de vos confrères. Parfois, l'enfant qui est né guérira son père et sa mère. Chaque membre tout seul peut sauver toute la famille. Ouvrez vos yeux vers Dieu! Sachez qu’il n'y a pas de Créature plus intelligente, plus gentille, plus sensible, plus aimable que Dieu. Ni les Anges, ni les Séraphins, ni les Chérubins ne se comparent à Dieu. Quelqu'un dit : « Et ce Dieu, pourquoi il s'occuperait alors de moi? » Ce qui fait souffrir Dieu, c'est votre manque de confiance en lui. Les philosophes disent: « Dieu ne s'occupera pas de toi, à ses yeux, tu es un pygmée sans importance! » Sachez que Dieu prend soin même des créatures les plus minuscules dans l'océan, il les entend, pourquoi ne vous entendra-t-il pas. Et vous, les gens du XXe siècle, vous gardez vos yeux fermés et vous vous privez de la lumière Divine. Si on habitait dans une cave pendant plusieurs dizaines d'années, on souffrirait de nombreuses maladies. Et j'affirme que ceci est vrai non seulement sur le plan physique, mais aussi dans le monde Spirituel, car les causes sont les mêmes. Nous prions Dieu, mais nous ne sortons pas de nos caves. La première chose à faire est d'ouvrir tes yeux vers Dieu. Mais tu diras: « J'ignore ce qu'est Dieu. » Ce n'est pas important. Il est possible de ne pas connaitre les éléments du Soleil, mais on expose le dos et on profite de ses rayons. Pourtant, les savants disent : « Ne t'expose pas aux rayons du Soleil, car on ne sait pas ce que c'est! » L'homme, qui se dirige vers Dieu, quelque mauvais qu'il soit comme humain, et même s'il n'y a pas beaucoup réfléchi, est sauvé. Sachez que dans cet Enseignement dont je vous parle, l’homme ne se perd pas. Même s'il t'arrive de perdre tes mains, tes jambes, tes yeux, tes oreilles, etc., tu ne te perds pas. Toutefois, vous dites : « On l'a mis à la porte. » Ce n'est rien, on l'a mis à la porte à l'école pour un an ou deux, puis il reprendra ses études. Celui qui dérange les autres est mis à la porte. Si vous ne faites pas ce qu'on vous apprend, on vous mettra à la porte pour faire de la place pour ceux qui veulent écouter et travailler. Aujourd'hui, sur le plan spirituel, je vous entends souvent taper sur les bancs. Ce n'est pas la façon d'avancer dans l'apprentissage. Taper sur les bancs ne vous aidera pas à l'école. Celui qui a de la volonté, qu'il l'exerce non pas sur les bancs, mais sur le rhumatisme, ou bien quand il a mal au ventre. Mettez en vous vos idées pures, pour essayer la force des influences pures. Si vous avancez d'un cent-millionième de millimètre, c'est déjà énorme. Ne croyez pas que dès le début de l'apprentissage de cette Doctrine, vous accomplirez plein de choses. Je considère que vous avez beaucoup progressé si votre réussite équivaut à un cent-millionième de millimètre. Et c'est tout un progrès. Dans l'Éternité entière, il y aura une évolution perpétuelle des savoirs. J'avance à cette vitesse moi aussi, ne vous découragez pas. Le savant qui souhaite observer avance doucement. Et vous, vous voulez compléter le travail vite et dire: « Je suis prêt pour le poste de professeur. » La mesure d'un cent-millionième de millimètre est éternelle et la plus précise qui soit. Je vais vous présenter une figure: imaginez la projection d'un centre d'infini et supposez qu'en vingt-quatre heures, elle doit faire un cercle. Quelle sera sa vitesse pour parcourir un cent-millionième de kilomètre? Ici, elle se déplace très doucement, mais la vitesse à laquelle elle se déplace en haut est très grande. Au centre, le mouvement est très lent, mais en haut il est très rapide. Si la matière de votre cœur avançait à cette vitesse, votre cœur et votre cerveau fondraient. Donc, en bas, vous devez avancer très doucement, pour qu'en haut le mouvement soit harmonieux. Et ne vous découragez pas ! Pour exercer votre volonté, vous devez remplacer chaque état désagréable par un état agréable. Je vais vous donner un moyen pour renforcer votre volonté. Par exemple, un sentiment très désagréable vous occupe et vous n'arrivez pas à vous en débarrasser : levez-vous et prenez une heure pour visiter une famille dont l'état est beaucoup plus grave que le vôtre. Ne dites pas : « J'ai assez de soucis moi-même, pourquoi irais-je voir les autres! » Allez voir une famille qui n'a pas de bois de chauffage, qui n'a pas de pain, qui n'a rien, restez avec eux pendant dix à quinze minutes et remarquez s'ils se plaignent ou pas. Retournez chez vous et comparez leur état au vôtre. Je voudrais que vous bâtissiez votre maison. Quelle que soit l'idée généreuse qui vous vient au cœur, mettez-la en oeuvre. Vous la mettrez en œuvre non pas selon ce qui est écrit dans les livres, mais selon ce que votre coeur vous dit. Vous la mettrez en oeuvre non pas par obligation, mais par la loi de la volonté Divine. Vous pouvez vous dire : « Je vais quand même m'occuper de ma maison en premier. » Tous les hommes ne sont-ils pas des maisons de Dieu! Une seule personne à laquelle on peut venir en aide vient de la même maison de Dieu. Ne transgresse pas la loi de ton père et de ta mère, garde ta volonté en accord avec la leur et tu seras sauvé. N'abusez pas avec le renforcement de votre volonté. Il suffit d'accomplir chaque jour un travail microscopique. Par exemple, ce serait suffisant d'offrir un verre d'eau à quelqu'un. Vous direz: « Mais ce travail est trop insignifiant ! » C’est du travail aussi. Une autre règle: n'allez pas chez des gens et des familles pour chercher du réconfort lorsque vous êtes très tristes et vous avez beaucoup de peine. N'apportez pas vos déchets chez vos proches, ce n'est pas de la science – ce n'est pas la façon pour vous soulager. Ainsi, vous y irez pour en tirer profit, mais sans vouloir, c'est eux qui vont tirer profit de vous. Si vous allez chez les autres dans le but de vous soulager et d'y déposer vos ordures, tout le monde le saura et vous ne serez plus accepté chez eux. Je veux que vous soyez tous propres, qu'il n'y ait rien sous vos ongles. Nettoyez vos vêtements, lavez-vous et alors vous pouvez aller auprès de Dieu! Car la pensée même d'être propre, c'est de la volonté, la pensée même de te rendre propre auprès de Dieu se reflète sur ta conscience. Si tu n'es pas propre, enlève ton vêtement, lave-toi et va auprès de Dieu, va prier! Un élève qui n'est pas propre n'est pas admis. Je ne vous dis pas d'être pédants et obsédés par la propreté des gens. Occupez-vous de la vôtre. Celui qui s'occupe de celle des autres, il se corrompt. Ainsi, nous allons commencer du physique pour aller vers le spirituel. J'aime les gens mondains, car ils marchent bien et ils prêtent beaucoup d'attention à la pureté physique. On leur demande de faire un seul pas en avant pour entrer dans le Royaume de Dieu. S'ils possèdent cet art – la pureté physique, ils passeront au spirituel. Ces choses sont nécessaires à la création d'une ambiance favorable pour la pensée humaine. L'impureté des pensées crée une ambiance désagréable qui cause la démagnétisation des élèves. La Pureté est essentielle pour le fonctionnement de la raison. Pour observer le ciel, il faut de la pureté. Lorsque Christ dit que ceux qui ont le coeur pur verront Dieu, Il nous montre que la pureté est une condition pour voir. Ainsi donc, la propreté sera pour vous une condition pour renforcer la volonté. Elle peut être acquise seulement par la voie de l'apprentissage. C'est une religion. La religion a pour but de cultiver le cœur, mais il ne faut pas s'arrêter là. Quand on s'incline devant Dieu doit se faire dans l'Esprit, dans la Vérité et dans la compréhension. Ces Pouvoirs que Dieu nous a données, nous devons savoir comment les maitriser. Il y a un blocage dans l'âme et dans le cœur qui doit être utilisé avec soin. Vous dites à propos de quelque chose: « Attachons-le comme un bœuf par le licou. » On ne fait pas comme cela. Qu'est-ce qu'un licou? Le licou est la loi par laquelle vous pouvez maitriser les pensées de votre âme, de votre raison et de votre coeur. Ne te soucie pas de ton humeur, bonne ou mauvaise. Lis un peu aujourd'hui et à la fin de la journée, réfléchis à ce que tu as appris. Prenez-le en note dans un carnet de poche. Jusqu'à présent, votre vie a été désordonnée: vous vous levez le matin et vous passez toute la matinée dans la cuisine, l'après-midi - encore des va-et-vient, et le soir vous vous couchez fatigués. Vous vous dites : « La même chose nous attend demain, quand est-ce qu'on sera libéré? » Vous ne vous libèrerez pas, car dans ce travail vous acquérez des connaissances, et dans les difficultés vous renforcez votre volonté. Ne jugez pas les autres, laissez-les avec leurs fautes, mais que les plus forts viennent en aide aux plus faibles. La meilleure prière est lorsque vous aidez votre frère. Le Seigneur que tu pries est intelligent et dit: « Écoute-moi, arrête de te tordre la bouche devant moi, mais va dehors et fais ce travail! » Mais tu diras: « Seigneur, je suis indisposé. » Tu es indisposé, car tu as mis sur ton dos un poids plus lourd de ce que tu peux porter. C'est comme un enfant qui prend un livre d'algèbre pour le regarder, bien qu'il sache à peine compter. La même chose arrive avec vos pensées – parfois vous avez de bonnes pensées et de bons sentiments et vous dites : « Je suis de très bonne humeur. » Cette humeur vous vient d'un ami qui vous a rendu visite et vous a nourri. Méfiez-vous de ces festins, car demain ils ne seront plus là. L'essentiel pour vous est de travailler et de savoir que chaque jour vous accomplissez un travail qui vous est nécessaire. Que votre coeur soit pur, que votre âme soit fraiche, que la raison soit éveillée, et que l'esprit soit fort! Pendant ce mois-ci, aidez-vous les uns les autres. Ne semez pas la peur parmi vous en disant que le Maitre a dit ceci ou cela. Tout ce que j'ai dit est à sa juste place, mais vous n'interprétez pas les choses correctement. Celui qui étudie est toujours en tête, et celui qui n'étudie pas est à la fin de la file. Beaucoup d'âmes humaines sont tellement élevées qu'elles ont atteint les Anges et il y a beaucoup d'Anges déchus. Sachez que vous avez tous la possibilité d'étudier et si vous n'étudiez pas - honte à vous. Il ne faut pas dire que vous êtes vieux. Il y a juste le diable qui est vieux. Vous devez vous considérer comme jeunes dans ce savoir Divin, pour que vous y mettiez votre volonté! Certains sont riches et d'autres sont pauvres. La misère peut être bonne ou mauvaise, c'est-à-dire que le travail peut être bon ou mauvais. Le bon travail est quand tu sais travailler et le mauvais travail est quand tu ne sais pas travailler. Il en va de même pour la richesse qui peut être bonne ou mauvaise. Parfois, ces états se succèdent. Si tu es pauvre aujourd'hui, dis-toi: « Dieu merci, j’ai un travail » et mets-toi au travail. Si demain tu es riche, dis-toi: « Aujourd'hui, je vais me reposer. » Maintenant, je dis: ce soir, nous allons nous aussi faire avancer le monde d'un cent-millionième de millimètre, mais nous devons travailler ensemble. Lorsque je vous dis de transformer la haine en amour, vous trouvez cela étrange, mais on peut toujours enlever la haine, car elle est à l'intérieur de nous. Comment faire pour l'enlever? Si vous voulez purifier l'eau, laissez-la se reposer ou bien mettez-y un peu d'alun pour la clarifier. Sachez que vous êtes dans une École et vous suivrez les leçons qu'on vous donne. Celui qui m'écoute et n'accomplit pas le travail que je vous donne, savez-vous à quoi il ressemble? C'est comme si on lui faisait visiter un restaurant seulement pour lui faire sentir tous les plats et pour ensuite le voir partir, pourtant il a très faim. On ne vit pas la vie seulement avec l'odorat. De la même façon, nombreux sont ceux qui ne servent le christianisme qu'avec leur odorat et disent : « C'est parfait, c'est délicieux! » Celui qui veut devenir chrétien par ses connaissances doit comprendre qu'il peut être sauvé, il peut être soigné, il peut être habillé, mais le Savoir par grâce ne peut pas lui être donné. C'est humain. Paul dit: « Nous connaissons en partie, et nous étudions en partie ». On ne doit pas seulement réfléchir. Penser, c'est ton devoir. Prier, cela montre que tu dois payer ton dû. Tu dis: « Je respire »; tu es obligé de respirer, ce n'est pas le travail de ton esprit. Le savoir découle de la Liberté de l'esprit humain, de la compréhension de la Volonté Divine. Je veux que vous soyez libres et que vous réfléchissiez, ici votre humeur est sans importance. Le maitre ne peut pas mettre une note à l'élève par grâce. S'il n'étudie pas, on ne peut pas lui donner un six** - le six, vous devez l'avoir en vous-mêmes. Moi, je n'ai pas de six, je ne donne rien par grâce et je donne un six seulement à celui qui sait travailler. Que veut dire le six? C’est une loi du progrès, du développement. Quand on vous donne un sept, c’est la loi de la perfection. Vous voulez faire de grands débuts, mais vous devez retourner en arrière. Lorsque Christ est venu de l'autre monde, le Seigneur l'a mis dans la position la plus inférieure, aux études. Il a étudié pendant trente-trois ans, malgré ses origines supérieures, il est devenu humble, il était sage, il s'est lancé en ébénisterie et il fabriquait des chaises. Il fabriquait des chaises pour vous; vous qui vous disputez maintenant pour des chaises. La chaise symbolise une position quelconque que l'homme doit occuper dans le monde. On se dispute pour des chaises à la maison, partout. Christ a appris cet art de fabriquer des chaises, pour que ce soit agréable pour vous, lorsque vous vous assoyez. Christ désirait aussi sauver les hommes. Comment? Il leur apprenait à manger sainement. Vous devez nourrir votre âme de nourriture saine, votre raison - de pensées saines, et votre coeur - de sentiments sains. Sofia, le 7 novembre 1918 *Cherni vrah: le mont Cherni Vrah, le plus haut mont de la montagne Vitosha **six: en Bulgarie, les notes scolaires varient entre 2 et 6, 6 étant la meilleure